la submorphémique lexicale en anglais

Lexis
E-Journal in English Lexicology
Director: Denis Jamet
http://screcherche.univ-lyon3.fr/lexis/
Editor in charge of this issue:
Dennis Philps
University of Toulouse-Le Mirail
France
November 2008 2 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
3
Foreword / Préface …………………………………………………………….……………. 5
Introduction………………………………………………………………………………….. 7
Papers / Articles …………………………………………………………………………… 19
Didier Bottineau
The submorphemic conjecture in English: towards a distributed model of the cognitive
dynamics of submorphemes…………………………………................................................. 19
Line Argoud
Les ‘mots en bl-’ du lexique anglais : étude de la structuration des données dans une optique
lexico-cognitive / English ‘bl- words’: a lexico-cognitive approach ……………………….. 43
Jean-Marc Chadelat
Le symbolisme phonétique à l’initiale des mots anglais : l’exemple du marqueur sub-lexical
<Cr-> / Sound symbolism in word-initial segments in English: the sublexical marker <Cr->
……………………………………………………………………………………………….. 77
Ingrid Fandrych
Submorphemic elements in the formation of acronyms, blends and clippings …………… 105
Dennis Philps
Submorphemic iconicity in the lexicon: a diachronic approach to English ‘gn-
words’………………………………………………………………………………………. 125 4 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
5
Lexis, an e-journal boasting an International Scientific Committee (ISSN 1951-6215),
publishes innovative papers on the English lexicon written from both synchronic and
diachronic perspectives, in the form of two annual thematic issues, as well as book reviews and
a number of special issues containing conference proceedings. It is hosted in France by the
Groupe de Recherche en Linguistique Anglaise (GRLA), Centre d’Études Linguistiques
(CEL), Jean Moulin University - Lyon 3.
I should like to extend my warmest thanks to Denis Jamet, the Editor and Founder of Lexis,
as well as to the members of the International Scientific Committee who refereed the papers
submitted. My thanks also go to the authors of the five papers appearing here for their interest
in Lexis and for bearing with me during the refereeing process.
Lastly, I should like to announce that an International Symposium entitled
“Submorphemics” will be organized by the Linguistics Laboratory of Cultures Anglo-saxonnes
(CAS3) at the Maison de la Recherche, University of Toulouse-Le Mirail, in 2011. If you wish
to attend this symposium or to propose a talk on the theme chosen, please contact me by email
(dennisphilps@orange.fr) at the earliest opportunity.
***
La revue électronique bilingue Lexis, à comité scientifique international (ISSN 1951-6215),
fonctionne dans un esprit d’ouverture et de découverte. Elle publie des articles sur le lexique
anglais (deux numéros thématiques par an, avec une section « comptes-rendus » d’ouvrages de
nature lexicologique, et de numéros hors série, comme la publication d’actes de colloques),
dans une perspective tant synchronique que diachronique. Elle dépend du Centre d’Etudes
Linguistiques (CEL) de l’Université Jean Moulin - Lyon 3, et plus particulièrement de l’axe
d’étude « Groupe de Recherche en Linguistique Anglaise » (GRLA).
Le responsable de ce numéro thématique tient à remercier le directeur et fondateur de
Lexis, Denis Jamet, ainsi que le comité de lecture international de cette revue, pour leur aide et
leur soutien. Que les auteurs des cinq articles retenus pour y être publiés soient remerciés tant
pour l’intérêt qu’ils ont porté à cette revue que pour leurs efforts en vue d’intégrer les
observations formulées par le comité de lecture.
Enfin, signalons qu’un colloque international intitulé La submorphémique doit avoir lieu à
la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse-Le Mirail en 2011 dans le cadre des
activités du CAS3 (Laboratoire de linguistique, Cultures Anglo-saxonnes, EA 801). Si vous
souhaitez y participer ou y faire une communication, merci de contacter par courriel le
responsable de ce numéro (dennisphilps@orange.fr) dès que possible.
Dennis Philps 6 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
7
This second issue of Lexis is devoted to the topic of lexical submorphemics, an emerging
– and therefore still controversial – field of study whose aim is to account for elements in the
lexicon of a language that form parts of morphemes, and are construed as playing a role in the
construction of ‘meaning’. Its object of study is the ‘submorpheme’: its essence, structure,
function, combinatorial properties, distribution, invariance and variability, as well as its links
with notions, cognition, motricity, Cratylism, language acquisition, etc., whether synchronic,
diachronic, or panchronic in nature. Arguably, one of the strong points of this field in terms of
other, more traditional approaches to the sign, is its ability to identify and systematise possible
links between the linguistic and the extralinguistic, a feature that lends pertinence to its
contribution to the scientific study of language as a whole.
However, the history of the development of modern linguistics has been such that even
today, defining the concept of ‘submorpheme’ satisfactorily is no easy task. If one takes the
definition found in Crystal’s Dictionary of Linguistics & Phonetics, i.e. “a part of a
morpheme that has recurrent form and meaning, such as the sl- beginning of slimy, slug, etc.”
(Crystal 2003: 301), for example, one may be forgiven for concluding that the nature of the
submorpheme is exclusively lexical. And yet, as will be seen, this concept is also required in
grammar, since a number of English function words may be also be segmented into smaller
units by adapting a principle of invariance, first set out by the French linguist Guillaume
(1883-1960), to the submorphemic level. Guillaume expresses this principle in the following
way: “[T]he linguistic sign establishes an invariant condition in tongue [Fr. langue, see
Hirtle’s introduction to Guillaume 1984] from which there develops an infinite number of
consequences” (1964: 150, my translation).
Although Guillaume never did so himself, transposing this principle from the morphemic
to the submorphemic level brings to light the fact that word-initial submorphemes displaying
both phonological and notional invariance, such as the sl- segment used as an example by
Crystal in slack, slime, slop, slouch, slow and slug (see Tournier 1985: 146), are endowed not
with meaning, but with a potential for meaning which requires certain conditions to be met,
whether at system or discourse level, to become linguistically meaningful (see Philps 2005).
The logic that underlies this transposition runs as follows: any value attributable to a given set
of words on the basis of notional invariance (e.g. softness or slowness in English ‘sl- words’)
must ultimately be located in the smallest structurally invariant segment of these words (e.g.
sl- in slack, slime, slop, etc.), on the grounds that within these words, an invariant notion
cannot, by definition, be conveyed by a variable segment (e.g. -ack in slack, -ime in slime, -op
in slop, etc.).
As we come towards the end of the first decade of the 21
st
century, establishing exactly
what we mean by ‘submorphemics’ is decidedly no easy task. To do so requires, at the very
least, a sense of history, and involves making a distinction between lexical submorphemics
and grammatical submorphemics on the one hand, and, on the other, the complementary
approaches to submorphemics adopted by linguists working within what I will term, albeit
simplistically, the ‘Anglo-Saxon’ tradition and the ‘French’ tradition respectively. However,
any distinction made initially between lexical submorphemics and grammatical
submorphemics cannot be considered to be absolute, as a number of those function words
whose etymology has been reconstructed, both in English and in other languages, are known
to have a lexical origin, e.g. downadv.
< late OEng. dúne, dún, aphetic form of adúne ‘adown’, 8 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
weakened from OEng. of dúne ‘off the hill or height’ (Oxford English Dictionary, 2
nd
ed.,
1989).
In morphology, we may begin by recalling the comments made by Harris (1909-1992), a
key mentor to Chomsky, on /D/ in there, then, this, etc., and /hw/ in where, when, which, etc.:
Difficulties of stating meaning also occur in the case of morphemes of unique environment, which
are segmented off when an utterance has a unique residue after all morphemes have been divided
off. […] in there, then, thither, this, that, etc., we obtain […] a segment /D/ with demonstrative
meaning, plus various residue elements with unique meanings (/is/ ‘near’, /æt/ ‘yonder’, etc.). In
where, when, whither, which, what, why, etc., we obtain an element /hw/ with interrogative (and in
some linguistic environments, relative or resumptive) meaning, plus various second elements with
unique meanings (/at/ ‘object reference’, /ay/ ‘reason’, etc.). (1951: 192-193)
In the pre-war and post-war periods, the term ‘submorphemic’ did not have the meaning it
has today, as is clear from the following remark made by Hockett:
The statement as to the occurrence of the morpheme i―to which no meaning can be
assigned―will have to operate in terms of submorphemic (phonemic) properties of environments,
whereas on the tactical level we should like to be able to state environments of occurrence and
non-occurrence of classes of morphemes in terms of other classes of morphemes, without regard
to submorphemic matters.” (1947: 332)
Forty years after Harris’s comments, the French linguists Lapaire & Rotgé, working
within an ‘enunciative’ framework (see also Danon-Boileau 1983 and Delmas 1987), assert
that within the class of grammatical ‘th- words’ in English,
THIS and THAT both contain the morpheme TH-, which reflects a set of mental operations
preceding the speech act that is both diverse and complex, and on whose existence the speaker
counts […]. Hence TH- endows THIS/THAT with its ‘memorial’ dimension, or, put differently,
its ability to target the past.” (1991: 62, my translation).
Even today, one can still read that the and that “both contain the morpheme TH-, conveying
the notions of ‘operational precedence’ (Lapaire & Rotgé), of ‘phase 2/thematicity’
(Adamczewski), of ‘pinpointing’ (Culioli), in short, of ‘alreadiness’.” (Jamet et al., 2007: 75,
my translation). But is TH- a morpheme? The same question may be asked of WH- in
grammatical ‘wh- words’. If it is accepted that morphemes combine with other morphemes to
form words, then TH- and WH- in ‘th-’ and ‘wh-’ words respectively must be analysed as
submorphemes, since they combine not with morphemes, but with submorphemes (e.g. -ere in
there, -en in when, etc.), although not all grammatical items can necessarily be segmented in
this way.
To return to lexical submorphemics, it must be said that the subject has always provoked
controversy, as Bottineau (this issue) points out:
The question of lexical submorphemics has long been controversial in English lexical studies and
in general […]. The linguistic sign is traditionally considered as ‘arbitrary’: the phonological form
is not iconic and does not reflect the physical properties of the object or event to which the word
refers […]. On the other hand, a minority of authors are convinced that some areas of the English
lexicon are organized by a paradigm of submorphemic markers: clusters of more than one
phoneme, and occasionally isolated phonemes, which appear to relate the lexical notion to a
specific semantic field. Between these two positions there is hardly any room for scientific debate. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
9

The same can be said of those segments known as ‘phonæsthemes’ since Firth first coined the
term in 1930. Phonæsthemes are frequently recurring, systematic pairings of form and
meaning whose morphemic status is not clearly established (Bolinger 1950: 30, Bergen 2004:
290, etc.). In English, some of these pairings were noted as far back as the 17
th
century by
Wallis (1653), in the first edition of his Grammatica Linguæ Anglicanæ, e.g. (word-initially) :
st- / fixedness (in steady, stout, sturdy, etc.), wr- / torsion (in wrench, wring, wrist, etc.), and
str-/ power (in strength, strive, struggle, etc.). Although phonæsthemes may well develop
symbolically in an arbitrary manner (cf. gl- in the ‘gl- words’ related to vision and/or light
below, for instance), this does not preclude the hypothesis that their initial motivation was
partly iconic. As to their cognitive status, Bergen points out that this remains controversial “in
part because they [phonæsthemes] do not fit well into linguistic theories that view
compositionality as a defining characteristic of morphological complexity” (2004: 291).
As bar-Lev reminds us (2005-2006 : 25), the American linguist Bolinger appears to have been
the first scholar in the course of the 20
th
century to have theorised phonæsthemes and other
submorphemes in the lexicon:
MORPHEMES AND SUB-MORPHEME DIFFERENTIALS. […] Where, within or between
morphemes and mere differentials, would our rimes and assonances fall? If we can show enough
regularity in use, a rime or an assonance should be, or come very near to being, a morpheme. Let
us take the form /gl/ already noted as referring to ‘visual phenomena’, and assay its possibilities as
a morpheme. Discarding technical, learnèd, and dialectal words, we may list, in seven columns
showing graduating fidelity to the meaning ‘visual phenomena’, all the base words, excluding
obvious derivatives, that begin with /gl/: [glance, glare, gleam, glimmer, glimpse, etc.]. (1950:
131).
Among other topics, lexical submorphemics addresses areas such as sound symbolism
(see Jespersen 1922, Fónagy 1983, Malkiel 1990, Hinton et al. 1994, Genette 1995, Humboldt
1999, and Chadelat, this issue), submorphemic iconicity (see Mannheim 1991, Waugh 1993,
Waugh & Newfield 1995, Nuckolls 1996, and Philps, this issue), word-formation (see Adams
1973, Bauer 1983, Plag 2003, and Fandrych, this issue), and cognition (see Bottineau 2002,
Philps 2006, as well as Argoud and Bottineau, this issue).
As surely as this attempt to establish what is meant by ‘submorphemics’ requires a sense
of history, so does it require a sense of the future. And indeed, whether lexical or
grammatical, one particular aspect of submorphemics whose future seems assured is the
gateway it provides into the field of cognition, as is foreshadowed by the term ‘conjecture’ in
the title of Bottineau’s cognitively orientated paper, at least in the oldest, now obsolete sense
of the word, namely “a conclusion as to coming events drawn from signs…” (OED). In this
perspective, which, need it be mentioned, is only one of many, submorphemics doubtless
holds the key to redefining the relation between speech and the embodied nature of language,
both in time and in space, as well as that between speech and ideation. As such, the field will
likely continue to breed controversy, a small price to pay, however, for the breakthroughs it
promises in terms of deepening our understanding of the workings of the mind as observed
through language.
To turn to the papers published here, Didier Bottineau (C'RS, MoDyCo – University
of Paris 10 'anterre) focuses on the vowel and consonant clusters known as submorphemes,
ideophones and phonaesthemes found in the English lexicon. The author investigates the
cognitive relevance of submorphology for language users and observers, and attempts to
determine whether such relevance exists at all, or whether the linguist is the only one to
perceive a link between submorphemic order and lexical-semantic classes. Various aspects of 10 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
the question are explored, including the nature of submorphemic semantics and its
differentiated distribution.
Line Argoud (PhD student, Grenoble - Université de Toulouse-Le Mirail) explores
English lexical items beginning in bl- with a two-fold objective. Firstly, she presents the
hypothesis that the phonological invariance of this heuristically-formed class corresponds to a
notional invariance within two important subsets of ‘bl- words’, and that this notional
invariance may be traced back to mental representations whose underlying source may be
accounted for by Lakoff & Johnson’s <CONTAINER> schema. Secondly, she assesses the
part played by aktionsart in the data provided by the entries for ‘bl- words’ culled from two
dictionaries, the Oxford English Dictionary and Wright’s English Dialect Dictionary.
Focusing on an inventory drawn from a current etymological dictionary, Jean-Marc
Chadelat (IUFM de Paris) analyses the class of words defined by the word-initial sublexical
marker <Cr-> in order to account for the motivation which is perceived by users of the
language on the phonological level. His underlying hypothesis is that a semiogenetic
continuum exists between the onomatopoeic and phonæsthemic dimensions of this marker by
virtue of synesthetic transfer, akin to a process of conceptual transfer that appears to operate
through the unconscious projection of typical features from one extralinguistic domain to
another by means of a symbolic transposition which is at variance with the axiomatic
arbitrariness of the linguistic sign.
Ingrid Fandrych ('ational University of Lesotho) analyses the role played by elements
below the morpheme level in word-formation processes, and reminds us that mainstream
word-formation is concerned with the creation of new words from morphemes. Insofar as
morphemes are fully linguistic signs, the resulting neologisms are transparent: speakers can
deduce the meanings of the new formations from the meanings of their constituents. Thus,
morphematic word-formation processes can be analysed in terms of their modifier/head
relationship: A + B > AB. There are, however, certain word-formation processes that are not
morpheme-based, and that do not have a modifier/head structure. The author claims that to
account for words formed in this way, one is required to posit the existence of elements below
the morpheme level.
Lastly, Dennis Philps (University of Toulouse-Le Mirail) submits that the word-initial
segment gn- (phonologically /n/) in the heuristically set up class of English ‘gn- words’
functions as a ‘sublexical marker’ (<gn->). He claims that although <gn-> must be considered
as structurally indivisible in Modern English, <g> in <gn-> may originally have functioned as
a ‘core invariant’ and <n> as a variable in the pre-history of English, notably in IndoEuropean. Analysing gn- in one major subset of ‘gn- words’ as the surface trace of an
underlying notional domain linked to jaw-related phenomena (sound articulation, mastication,
manducation, etc.) leads him to suggest that there exists an extralinguistically motivated,
causal relation between <gn-> and this domain involving the concept of ‘submorphemic
iconicity’.
References
ADAMS, Valerie, 1973. Introduction to Modern English Word-Formation. London: Longman.
BAR-LEV, Zev, 2005-2006. “Key consonants in Arabic (pre-publication version)”. Journal of
Arabic and Islamic Studies 6, 24-63.
BAUER, Laurie, 1983. English Word-Formation. Cambridge: Cambridge University Press. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
11
BERGEN, Benjamin K., 2004. “The psychological reality of phonæsthemes”. Language 80 (2),
290-311.
BOLINGER, Dwight L., 1950. “Rime, assonance and morpheme analysis”. Word 6 (2), 117-
136.
BOTTINEAU, Didier, 2002. « Les cognèmes de l’anglais : principes théoriques », ed. R. Lowe,
with J. Pattee, J. and R. Tremblay, Le système des parties du discours, Sémantique et
syntaxe, Actes du IX
e
colloque de l’Association internationale de psychomécanique du
langage, Quebec: Les Presses de l’Université Laval, 423-437.
CRYSTAL, David, 2003. A Dictionary of Linguistics & Phonetics. 5
th
edition. Oxford:
Blackwell.
DANON-BOILEAU, Laurent, 1983. This, that, which, what et la construction de références.
Quelques hypothèses, in Méthodes en linguistique anglaise. Travaux du C.I.E.R.E.C. n°
39. Saint-Étienne: Presses Universitaires de Saint-Étienne, 35-56.
DELMAS, Claude, 1987. Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain.
Paris: Klincksieck.
FIRTH, John R., 1930. Speech. London: Ernest Benn.
FÓNAGY, Ivan, 1983. La vive voix. Essais de psycho-phonétique. Paris: Payot.
GENETTE, Gérard, 1995. Mimologies. Trans. by Thais F. Morgan. Lincoln: University of
Nebraska Press.
GUILLAUME, Gustave, 1964. Langage et science du langage. Paris: A.-G. Nizet/Quebec: Les
Presses de l’Université Laval.
---, 1984. Foundations for a Science of Language (Current Issues in Linguistic Theory 31).
Trans., with an introduction and notes, by Walter Hirtle and John Hewson.
Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins.
HARRIS, Zellig S., 1951. Structural Linguistics. Chicago and London: University of Chicago
Press.
HINTON, Leanne, NICHOLS, Johanna, & OHALA, John J., 1994. Sound Symbolism. Cambridge:
Cambridge University Press.
HOCKETT, Charles F., 1947. “Problems of morphemic analysis”. Language 23, 321-343.
HUMBOLDT, Wilhelm von, 1999 [1836]. On Language. On the Diversity of Human Language
Construction and its Influence on the Mental Development of the Human Species.
Cambridge: Cambridge University Press.
JAMET, Denis, MÉRILLOU, Catherine, & QUAYLE Nigel, 2007. L’épreuve de linguistique à
l’agrégation interne d’anglais. Toulouse: Presses Universitaires de Toulouse.
JESPERSEN, Otto, 1922. Language. Its 9ature, Development and Origin. London: Allen &
Unwin.
LAPAIRE, Jean-Rémi, & ROTGE Wilfrid, 1991. Linguistique et grammaire de l’anglais.
Toulouse: Presses Universitaires de Toulouse.
MALKIEL, Yakov, 1990. Diachronic Problems in Phonosymbolism. Edita and Inedita, 1979-
1988, vol. 1. Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins.
MANNHEIM, Bruce, 1991. The Language of the Inka since the European Invasion. Austin:
University of Texas Press.
NUCKOLLS, Janis B., 1996. Sounds like Life. Sound-symbolic Grammar, Performance, and
Cognition in Pastaza Quechua. New York: Oxford University Press. 12 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
PHILPS, Dennis, 2005. « Le rôle de l’élément formateur et de l’élément formé dans la
dévirtualisation du ‘sens’ », in Modèles linguistiques XXVI, 2, 51, 135-144.
---, 2006. “From mouth to hand”, in The Evolution of Language. A. Cangelosi, A. Smith &
K. Smith (ed.), New Jersey/London/Singapore: World Scientific Publishing, 247-254,
http://www.tech.plym.ac.uk/socce/evolang6/program.htm
PLAG, Ingo, 2003. Word-Formation in English. Cambridge: Cambridge University Press.
TOURNIER, Jean, 1985. Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais
contemporain. Paris-Geneva: Champion-Slatkine.
WALLIS, John, 1653. Grammatica Linguæ Anglicanæ, reprinted in 1969 (n° 142, ed. R. C.
Alston). Menston: The Scolar Press.
WAUGH, Linda R., 1993. « Les degrés d’iconicité diagrammatique dans le lexique », in Faits
de langue 1, Motivation et iconicité. Paris: Presses Universitaires de France.
WAUGH, Linda R., & NEWFIELD Madeleine, 1995. “Iconicity in the Lexicon and its Relevance
for a Theory of Morphology”, in Syntactic Iconicity and Linguistic Freezes: The Human
Dimension, ed. M. Landsberg. Berlin: Mouton de Gruyter, 189-221.
*** Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
13
Ce deuxième numéro de Lexis est consacré à la submorphémique lexicale, champ
disciplinaire naissant – et donc encore controversé – qui se donne pour but d’identifier et
d’étudier toute manifestation dans le lexique d’éléments plus petits que le morphème conçus
comme jouant un rôle dans la construction du « sens ». Son objet d’étude est le
‘submorphème’, vu sous tous ses aspects : nature, structure, fonction, combinatoire,
distribution, invariance et variabilité, liens avec le notionnel, la cognition, la motricité, le
cratylisme, l’acquisition du langage, etc., que ce soit en synchronie, en diachronie ou en
panchronie. C’est d’ailleurs sa capacité à mettre en évidence et à systématiser les liens
pouvant exister entre le linguistique et l’extralinguistique qui constitue l’un de ses atouts
majeurs par rapport à d’autres approches plus traditionnelles de l’étude du signe, et qui
confirme sa pertinence et sa spécificité au sein des sciences du langage.
Cependant, l’histoire du développement de la linguistique moderne fait qu’à l’heure
actuelle, la définition du concept de submorphème (ang. submorpheme) n’est pas encore
stabilisée. Si l’on retient celle proposée par Crystal dans son Dictionary of Linguistics &
Phonetics, à savoir « a part of a morpheme that has recurrent form and meaning, such as the
sl- beginning of slimy, slug, etc. » (Crystal 2003: 301) par exemple, on serait tenté d’en
conclure que le submorphème est une entité uniquement lexicale. Et pourtant, comme on le
verra, ce concept a aussi sa place en grammaire, car certains morphèmes grammaticaux de
l’anglais se laissent eux aussi segmenter en unités plus petites, grâce à la transposition au
niveau submorphémique d’un principe d’invariance énoncé en premier lieu par le linguiste
français Guillaume (1883-1960), à savoir que « le signe linguistique fixe dans la langue une
condition invariante à partir de laquelle se développent des conséquences en nombre illimité »
(1964: 150).
Bien que Guillaume n’ait pas entrepris de le faire lui-même, cette transposition permet de
montrer que les submorphèmes en position initiale de mot porteurs d’une invariance tant
phonologique que notionnelle, tels que le segment sl- pris en exemple par Crystal, notamment
dans slack, slime, slop, slouch, slow et slug (cf. Tournier 1985: 146), sont doués non pas d’un
sens, mais d’un potentiel de sens en attente des conditions, tant systémiques qu’énonciatives,
lui permettant de devenir linguistiquement signifiant (voir Philps 2005). Le raisonnement qui
autorise une telle transposition, d’ordre guillaumien, est celui qui veut que toute valeur
attribuable à un ensemble de mots donné sur la base d’une invariance notionnelle (ex. : la
‘mollesse’ ou la ‘lenteur’ dans certains ‘mots en sl-’ de l’anglais) doit être fixée, du fait même
de son invariance, dans le plus petit segment structurellement invariant des mots en cause
(ex. : sl- dans slack, slime, slop, etc.), dans la mesure où, dans ces mots, une notion invariante
ne peut être véhiculée, par définition, par un segment variable (ex. : -ack dans slack, -ime dans
slime, -op dans slop, etc.).
On aura compris qu’établir et circonscrire ce qu’il faut entendre par le terme
« submorphémique » vers la fin de la première décennie du 21
ème
siècle n’est pas chose aisée.
L’entreprise requiert au minimum un sens de l’histoire, et exige d’opérer deux distinctions au
moins : l’une entre « submorphémique lexicale » et « submorphémique grammaticale »,
l’autre entre deux approches complémentaires que l’on qualifiera, de façon réductrice certes,
d’« anglo-saxonne » et de « française ». Ajoutons néanmoins que toute distinction
initialement établie entre submorphémique lexicale et submorphémique grammaticale semble
difficile à maintenir dans l’absolu, car, en anglais comme dans d’autres langues, nombre de
morphèmes grammaticaux dont on connaît l’étymologie proviennent d’une source lexicale
(ex. : downadv.
< v.-a. tardif dúne, dún, forme obtenue par aphérèse à partir de adúne ‘adown’,
affaiblissement de v.-a. of dúne ‘off the hill or height’, Oxford English Dictionary, 2
ème
éd.,
1989). 14 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
En morphologie, rappelons, pour commencer, les observations du linguiste américain
Harris (1909-1992), mentor de Chomsky, sur le segment /D/ dans there, then, this, etc., et sur
le segment /hw/ dans where, when, which, etc. :
Difficulties of stating meaning also occur in the case of morphemes of unique environment, which
are segmented off when an utterance has a unique residue after all morphemes have been divided
off. […] in there, then, thither, this, that, etc., we obtain […] a segment /D/ with demonstrative
meaning, plus various residue elements with unique meanings (/is/ ‘near’, /æt/ ‘yonder’, etc.). In
where, when, whither, which, what, why, etc., we obtain an element /hw/ with interrogative (and in
some linguistic environments, relative or resumptive) meaning, plus various second elements with
unique meanings (/at/ ‘object reference’, /ay/ ‘reason’, etc.). (1951: 192-193)
À cette époque, le terme « submorphémique » n’avait pas le sens qu’on lui prête
aujourd’hui, comme en témoigne cette observation de Hockett :
The statement as to the occurrence of the morpheme i―to which no meaning can be
assigned―will have to operate in terms of submorphemic (phonemic) properties of environments,
whereas on the tactical level we should like to be able to state environments of occurrence and
non-occurrence of classes of morphemes in terms of other classes of morphemes, without regard
to submorphemic matters. (1947: 332)
Quarante ans après Harris, les linguistes français Lapaire et Rotgé ont pu affirmer, dans
une perspective énonciative (cf. aussi Danon-Boileau 1983 et Delmas 1987), que parmi les
‘mots grammaticaux en th-’ de l’anglais,
THIS et THAT ont en commun le morphème TH-, signe récapitulatif d’un travail mental
complexe et variable, situé en amont de l’énonciation et sur lequel le sujet parlant mise […]. TH-
confère donc une ‘dimension déjà’ à THIS / THAT, ou, si l’on préfère, une orientation mémorielle
vers l’avant. (1991: 62).
Et aujourd’hui encore, on peut lire que the et that « contiennent tous les deux le morphème
TH-, signe d’‘antériorité opérationnelle’ (Lapaire et Rotgé), de ‘phase 2’, de ‘saisie
thématique’ (Adamczewski), de fléchage (Culioli), c’est-à-dire de déjà. » (Jamet et al., 2007:
75). Mais TH- est-il un morphème ? La même question se pose pour WH- dans les ‘mots
grammaticaux en wh-’. Si les morphèmes ont pour propriété de se combiner avec d’autres
morphèmes pour former des mots, alors il convient d’attribuer le statut de « submorphème » à
TH- / WH- dans les ‘mots en th- / wh-’ de l’anglais, car ils se combinent avec des éléments
non pas morphémiques, mais submorphémiques (ex. : -ere dans there, -en dans when, etc.),
quand bien même tout morphème grammatical ne se laisserait pas décomposer de la sorte.
Revenons donc à la submorphémique lexicale, dont l’étude est sujette à controverse,
comme le rappelle opportunément Bottineau dans ce numéro :
The question of lexical submorphemics has long been controversial in English lexical studies and
in general […]. The linguistic sign is traditionally considered as ‘arbitrary’: the phonological form
is not iconic and does not reflect the physical properties of the object or event to which the word
refers […]. On the other hand, a minority of authors are convinced that some areas of the English
lexicon are organized by a paradigm of submorphemic markers: clusters of more than one
phoneme, and occasionally isolated phonemes, which appear to relate the lexical notion to a
specific semantic field. Between these two positions there is hardly any room for scientific debate. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
15

C’est aussi le cas des segments appelés « phonesthèmes » depuis Firth (1930). On sait qu’il
s’agit d’associations récurrentes de formes et de sens dont le statut morphologique n’est pas
clairement établi (Bolinger 1950 : 30, Bergen 2004 : 290, etc.). En anglais, certaines de ces
associations ont été notées dès le 17
ème
siècle par le mathématicien-grammairien Wallis, dans
la première édition de son Grammatica Linguæ Anglicanæ (1653), ex. (à l’initiale des mots) :
st- / fixité (dans steady, stout, sturdy, etc.), wr- / torsion (dans wrench, wring, wrist, etc.), et
str-/ puissance (dans strength, strive, struggle, etc.). Si les phonesthèmes peuvent très bien
essaimer symboliquement de manière arbitraire (cf. gl- dans les ‘mots en gl-’ ayant trait à la
vision et / ou à la lumière ci-dessous, par exemple), cela n’écarte en rien l’hypothèse que leur
motivation initiale ait été en partie iconique. Quant au statut cognitif des phonesthèmes,
Bergen fait remarquer qu’il reste controversé « in part because they [phonæsthemes] do not fit
well into linguistic theories that view compositionality as a defining characteristic of
morphological complexity » (2004: 291).
Comme le rappelle bar-Lev (2005-2006 : 25), c’est le linguiste américain Bolinger qui a
été le premier, semble-t-il, au 20
ème
siècle, à théoriser l’existence de phonesthèmes et de
submorphèmes en général dans le lexique :
MORPHEMES AND SUB-MORPHEME DIFFERENTIALS. […] Where, within or between
morphemes and mere differentials, would our rimes and assonances fall? If we can show enough
regularity in use, a rime or an assonance should be, or come very near to being, a morpheme. Let
us take the form /gl/ already noted as referring to ‘visual phenomena’, and assay its possibilities as
a morpheme. Discarding technical, learnèd, and dialectal words, we may list, in seven columns
showing graduating fidelity to the meaning ‘visual phenomena’, all the base words, excluding
obvious derivatives, that begin with /gl/: [glance, glare, gleam, glimmer, glimpse, etc.] ». (1950:
131).
Précisons que la submorphémique lexicale s’intéresse également, de façon non restrictive,
au phonosymbolisme (cf. Jespersen 1922, Genette 1976, Fónagy 1983, Malkiel 1990, Hinton
et al. 1994, Humboldt 1999, et Chadelat dans ce numéro), à l’iconicité submorphémique (cf.
Mannheim 1991, Waugh 1993, Waugh & Newfield 1995, Nuckolls 1996, et Philps dans ce
numéro), à la formation lexicale (cf. Adams 1973, Bauer 1983, Plag 2003, et Fandrych dans
ce numéro), et à la cognition (cf. Bottineau 2002, Philps 2006, ainsi que Argoud et Bottineau
dans ce numéro).
Si cette tentative de circonscrire ce que l’on entend aujourd’hui par « submorphémique »
requiert un sens de l’histoire, elle requiert aussi un sens de l’avenir. Et c’est justement au
niveau de ses liens avec la cognition que la submorphémique, lexicale ou grammaticale,
semble promise à un bel avenir, comme le laisse présager le terme de « conjecture » qui figure
dans le titre de l’article à orientation cognitive de Bottineau, du moins dans son sens le plus
anciennement attesté, aujourd’hui obsolète : « a conclusion as to coming events drawn from
signs… » (OED). Dans cette optique, qui, faut-il le rappeler, n’est pas la seule possible, la
submorphémique constitue sans doute l’une des clés de la redéfinition du rapport parole –
corporéité, tant sur le plan spatial que sur le plan temporel, mais aussi du rapport parole –
idéation. À ce titre, elle ne manquera pas de déranger, mais après tout, n’est-ce pas le prix à
payer lorsqu’il s’agit de découvrir et de comprendre les méandres de la cognition humaine
dans ses rapports avec le langage ?
Terminons cette introduction par une brève présentation des articles publiés ici :
Didier BOTTI'EAU (C'RS, MoDyCo – Université Paris 10 'anterre) évoque les
matrices vocaliques et consonantiques appelées submorphèmes, idéophones et phonesthèmes 16 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
que l’on observe en anglais. Il étudie la pertinence cognitive de la submorphologie pour les
utilisateurs et observateurs de la langue, et s’efforce de déterminer si une telle pertinence
existe réellement, ou si le linguiste est le seul à percevoir une coïncidence entre l’ordre
submorphémique et les classes lexicales-sémantiques. Plusieurs aspects de la question sont
abordés, notamment la nature de la sémantique submorphémique et ses situations distribuées
et différenciées.
L’étude de Line ARGOUD (doctorante agrégée – Grenoble - Université de ToulouseLe Mirail) se donne pour corpus l’ensemble des mots du lexique anglais présentant le
submorphème bl- à l’initiale. L’auteure montre, dans un premier temps, que l’invariance
phonologique de la classe heuristiquement constituée de ‘mots en bl-’ véhicule une invariance
notionnelle en profondeur : les sens associés aux deux sous-classes de ‘mots en bl-’ qu’elle
met en évidence permettent l’accès à des représentations mentales dont elle postule que le
soubassement repose sur le ‘schème mental’ <CONTAINER> proposé par Lakoff & Johnson.
Dans un deuxième temps, elle étudie le rôle joué par l’aspectualité lexicale dans ses données à
partir des traits définitoires des ‘mots en bl-’ puisés dans le Oxford English Dictionary et le
English Dialect Dictionary de Joseph Wright.
Jean-Marc CHADELAT (IUFM de Paris) examine le mécanisme par lequel le groupe
consonantique <Cr-> est perçu comme motivé au plan phonétique. L’intuition qui a guidé sa
recherche est celle d’une filiation sémiogénétique de la dimension onomatopéique du
marqueur sub-lexical <Cr-> à une valeur dérivée, de nature idéophonique. À la lumière de
cette approche théorique à caractère heuristique, <Cr-> fait figure de trait sémiologique
pourvu d’une valeur invariante liée, au plan sémantique, à la notion de « fragilité » étendue
analogiquement à la notion de « séparation » résultant du morcellement d’un objet fragmenté.
Ce transfert conceptuel reposerait sur la projection de certaines propriétés perceptibles d’un
domaine d’expérience à un autre dans le cadre d’une transposition phonosymbolique qui
échappe à la conscience des locuteurs.
Ingrid FA'DRYCH ('ational University of Lesotho) entreprend une analyse de la
formation de mots composés d’éléments submorphémiques, tout en rappelant que la
formation des néologismes a trait à la création de nouveaux mots à partir de morphèmes. Dans
la mesure où le morphème est un signe linguistique à part entière, les néologismes qui
résultent de ce processus sont transparents : on peut déduire leur signification à partir de la
signification de leurs éléments constituants, et c’est pour cette raison que la formation de mots
morphémiques peut être considérée comme la combinaison d’un modifiant et d’un modifié :
A + B > AB. Par contre, pour rendre compte de la formation de certains mots, l’auteure
soutient que l’on a besoin de poser l’existence d’éléments plus petits que le morphème.
Enfin, Dennis PHILPS (Université de Toulouse-Le Mirail) soutient que le segment
initial gn- (phonologiquement /n/) dans la classe heuristiquement établie des ‘mots en gn-’ de
l’anglais fonctionne comme un ‘marqueur sub-lexical’ (<gn->). Il émet l’hypothèse que bien
que <gn-> semble structurellement indivisible en anglais moderne, <g> dans <gn-> a pu
fonctionner comme ‘invariant-noyau’ et <n> comme variable à date préhistorique, notamment
en indo-européen. En analysant gn- dans l’un des sous-ensembles les plus importants des
‘mots en gn-’ comme la trace en surface d’un domaine notionnel lié aux phénomènes
temporomandibulaires (articulation de sons, mastication, manducation, etc.), il est amené à
formuler l’hypothèse qu’il existe une motivation extralinguistique, de nature causale, entre
<gn-> et ce domaine, motivation qui requiert la mobilisation du concept d’« iconicité
submorphémique ».
Dennis Philps Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
17
Références
ADAMS, Valerie, 1973. Introduction to Modern English Word-Formation. Londres :
Longman.
BAR-LEV, Zev, 2005-2006. « Key consonants in Arabic » (version pré-publication). Journal of
Arabic and Islamic Studies 6, 24-63.
BAUER, Laurie, 1983. English Word-Formation. Cambridge : Cambridge University Press.
BEEGEN, Benjamin K., 2004. The psychological reality of phonæsthemes. Language 80 (2),
290-311.
BOLINGER, Dwight L., 1950. Rime, assonance and morpheme analysis. Word 6 (2), 117-136.
BOTTINEAU, Didier, 2002. « Les cognèmes de l’anglais : principes théoriques », R. Lowe
(dir.), en collaboration avec J. Pattee et R. Tremblay, Le système des parties du
discours, Sémantique et syntaxe, Actes du IX
e
colloque de l’Association internationale
de psychomécanique du langage, Québec : Les Presses de l’Université Laval, 423-437.
CRYSTAL, David, 2003. A Dictionary of Linguistics & Phonetics. 5
ème
édition. Oxford :
Blackwell.
DANON-BOILEAU, Laurent, 1983. « This, that, which, what et la construction de références.
Quelques hypothèses, in Méthodes en linguistique anglaise ». Travaux du C.I.E.R.E.C.
n° 39. Saint-Étienne : Presses Universitaires de Saint-Étienne, 35-56.
DELMAS, Claude, 1987, Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain.
Paris : Klincksieck.
FIRTH, John R., 1930. Speech. Londres : Ernest Benn.
FÓNAGY, Ivan, 1983. La vive voix. Essais de psycho-phonétique. Paris : Payot.
GENETTE, Gérard, 1976. Mimologiques. Voyage en Cratylie. Paris : éditions du Seuil.
GUILLAUME, Gustave, 1964. Langage et science du langage. Paris : A.-G. Nizet / Québec :
Les Presses de l’Université Laval.
HARRIS, Zellig S., 1951. Structural Linguistics. Chicago et Londres : University of Chicago
Press.
HINTON, Leanne, NICHOLS, Johanna, & OHALA, John J., 1994. Sound Symbolism. Cambridge :
Cambridge University Press.
HOCKETT, Charles F., 1947. Problems of morphemic analysis. Language 23, 321-343.
HUMBOLDT, Wilhelm von, 1999 [1836]. On Language. On the Diversity of Human Language
Construction and its Influence on the Mental Development of the Human Species.
Cambridge : Cambridge University Press.
JAMET, Denis, MÉRILLOU, Catherine, & QUAYLE, Nigel, 2007. L’épreuve de linguistique à
l’agrégation interne d’anglais. Toulouse : Presses Universitaires de Toulouse.
JESPERSON, Otto, 1922. Language. Its 9ature, Development and Origin. Londres : Allen &
Unwin.
LAPAIRE, Jean-Rémi, & ROTGE, Wilfrid, 1991. Linguistique et grammaire de l’anglais.
Toulouse : Presses Universitaires de Toulouse.
MALKIEL, Yakov, 1990. Diachronic Problems in Phonosymbolism. Edita and Inedita, 1979-
1988, vol. 1. Amsterdam/Philadelphie : John Benjamins.
MANNHEIM, Bruce, 1991. The Language of the Inka since the European Invasion. Austin :
University of Texas Press. 18 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
NUCKOLLS, Janis B., 1996. Sounds like Life. Sound-symbolic Grammar, Performance, and
Cognition in Pastaza Quechua. New York : Oxford University Press.
PHILPS, Dennis, 2005. « Le rôle de l’élément formateur et de l’élément formé dans la
dévirtualisation du ‘sens’ », Modèles linguistiques XXVI, 2, 51, 135-144.
---, 2006. « From mouth to hand », in The Evolution of Language. A. Cangelosi, A. Smith &
K. Smith (dir.), New Jersey/Londres/Singapour : World Scientific Publishing, 247-254,
http://www.tech.plym.ac.uk/socce/evolang6/program.htm
PLAG Ingo, 2003. Word-Formation in English. Cambridge : Cambridge University Press.
TOURNIER, Jean, 1985. Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais
contemporain. Paris-Genève : Champion-Slatkine.
WALLIS, John, 1653. Grammatica Linguæ Anglicanæ, réédition de 1969 (n°142, dir. R. C.
Alston). Menston : The Scolar Press.
WAUGH, Linda R., 1993. « Les degrés d’iconicité diagrammatique dans le lexique », in Faits
de langue 1, Motivation et iconicité. Paris : Presses Universitaires de France.
WAUGH, Linda R., & NEWFIELD, Madeleine, 1995. « Iconicity in the Lexicon and its
Relevance for a Theory of Morphology », in Syntactic Iconicity and Linguistic Freezes:
The Human Dimension, dir. M. Landsberg. Berlin : Mouton de Gruyter, 189-221. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
19
Didier Bottineau
1
Abstract
This study is based on a general review of the vowel and consonant clusters known as
submorphemes, ideophones and phonaesthemes that are evidenced in the lexicon of the
English language. The aim is to investigate the cognitive relevance of submorphology for
language users and observers and try to determine whether such relevance exists at all or
whether the linguist is the only one to perceive a link between submorphemic order and
lexical-semantic classes. Various aspects of the question will be explored: the nature of
submorphemic semantics (specifically in the case of English) – expressive, impressive or
mechanistic (classifying lexical items and catalyzing form / matter connections in both
directions) and their differentiated distribution (the speaker’s, hearer’s and linguist’s
respective experiences of submorphemics).
Keywords: submorphemic elements ― distributed cognition ― enaction ― ideophones

***
Résumé
Cette étude s’appuie sur une présentation générale des matrices vocaliques et consonantiques
nommées submorphèmes, idéophones et phonesthèmes que l’on observe dans la langue
anglaise. Il s’agit d’étudier la pertinence cognitive de la submorphologie pour les utilisateurs
et observateurs de la langue et de tenter de déterminer si une telle pertinence existe réellement
ou si le linguiste est le seul à percevoir une coïncidence entre l’ordre submorphémique et les
classes lexicales-sémantiques. Plusieurs aspects de la question seront étudiés : la nature de la
sémantique submorphémique (telle qu’elle se présente en anglais) – expressive, impressive ou
mécanique (classification d’unités lexicales et catalyse des relations matière / forme dans les
deux sens) et ses situations distribuées et différenciées (les expériences submorphologiques
respectives du locuteur, de l’allocutaire et du linguiste).
Mots-clés : Eléments submorphémiques ― cognition distribuée ― enaction ― idéophones

1
CNRS (MoDyCo – Université Paris 10-Nanterre) 20 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
Introduction
The question of lexical submorphemics has long been controversial in English lexical
studies and in general (Genette 1976, Jakobson 1980, Toussaint 1983). The linguistic sign is
traditionally considered as “arbitrary”: the phonological form is not iconic and does not
reflect the physical properties of the object or event to which the word refers; for lack of
motivation there are as many words as languages for one given item (snow, neige in French,
elur in Basque, erc’h in Breton) and no human community produces “ideal” signs as is
accomplished by Adam in the book of Genesis or by the logothete according to the Cratylus.
On the other hand, a minority of authors are convinced that some areas of the English lexicon
are organized by a paradigm of submorphemic markers: clusters of more than one phoneme,
and occasionally isolated phonemes, which appear to relate the lexical notion to a specific
semantic field.
Between these two positions there is hardly any room for scientific debate.
Submorphologists usually accumulate impressive bodies of data (Nemo for French, Bohas for
Arabic and other Semitic languages) which are interpreted in the light of elaborate theoretical
models such as Bohas’s Matrices, Etymons and Racines and Philps’s sublexical markers
which are described in their synchronic, diachronic and panchronic dimensions; but the
sceptical opponents consider that the undertaking is illegitimate and ill-targeted in the first
place so that the accumulated data and analyses, far from supporting the cause of
submorphologists, is at best ignored and occasionally taken to illustrate the extent to which
one can err. The gap separating the two sides could hardly be wider; for a productive
scientific debate to be inaugurated, what is urgently needed is to reconcile antagonistic views
over at least one issue: the real nature of the problem.
1. Establishing the issues: towards an embodied and distributed conception
of speech and the word
At the root of the misunderstanding lies the fact that the questions for which those
positions are supposed to provide an answer have not really been raised in the first place.
What is, after all, a word? Basically, a segment of vocal action undertaken by a human
subject, usually in the presence of other human subjects. In a series of recent studies the
author of these lines has proposed a model of the speaking activity that can be summarized as
follows (Bottineau 2008).
Vocal speech takes place when a human subject starts altering the acoustic properties of the
atmospheric environment. This perturbation is perceivable by all embodied consciences
present, including the emitter’s own.
Utterances, whether they take the form of fully-fledged standardized sentences or of partial
and improvised sequences, will have a distributed cognitive impact on all brains involved:
interpretation. To interpret is (i) to realize a semantic construction on the basis of the
sequence of vocal keys received and (ii) to map the semantic responses against the preexisting psychological context characterizing each individual subject (personal generic
background and specific knowledge, moods and emotions, intentions, social relations and so
on). Because interpretive dynamics is based on the perceptions of the same signal the
outcomes will tend to converge, and because the psychological contexts enacting them are
different interpretive dynamics is inevitably divergent. Verbal constructivism is about the Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
21
emergence of concerted semantic and pragmatic projects out of psychological diversity and
idiosyncracies.
Speech should not be reduced to communication: speech is also used in the process of
forming one’s own conscious ideas like Why is that silly dog barking? Or I must be dreaming.
The same vocal ritual is used for both transitive vocal speech and reflexive inhibited speech: a
speaker will orient vocally (in Maturana’s sense) a hearer’s interpretive mind map in the same
way as a thinker will orient silently his own sense-making itinerary; to think is to anticipate
what the auditory and tactile proprioception of one’s own voicing would sound and feel like if
it were actually carried out motorically, and internal discourse does indeed provide evidence
of some of the prosodic features of actually vocalized speech (rhythm, word and sentence
stress, tone units, melody, etc.). The same orienting process is used to direct either an external
conscience’s activity (communication, with intended meaning), or the private activity of one’s
own internal conscience (meditation, generating unintended semantic emergence); for this
reason we will borrow from Maturana the term orientee to designate both the external
interpreter (an actual hearer) and the internal one (the reflexive consciousness experiencing
the semantic benefit of its own simulated vocal process). We are therefore rejecting
‘encodingism’: even if language is commonly used to express ideas (or so we believe – and
how could we ever talk without this necessary faith?), the effect of the chain of vocal action is
not to organize and give acoustic substance to the externalization of internally formed
representations, but to conduct by vocal motricity the distributed procedure of semantic
networking
2
. In this perspective, the linguist’s empirical objects of investigation (the lexicon,
morphology, syntax and prosody) are to be redefined in terms of vocal sub-actions, each of
them yielding a specific cognitive contribution to the general orchestration of the sensemaking process.
Syntax: Word order cannot be explained in terms of information packaging (Chafe 1976).
Syntax, or the distinction and ordering of the successive steps of the sense-making process
(both transitive and reflexive), is about the prototypical mind-map characterizing ideation in a
given language; to this day, three different cognitive types have been proposed, but they
cannot be recalled here.
The lexicon: words are ritual vocal actions whose perceptual-motoric coupling is imposed by
the surrounding speaking community of local experts (parents, relatives, teachers, friends) on
developing and language-forming children in the presence of heterogeneous but consistent
and regular sets of situations and in the context of stereotypical discourse (Putnam 1975,
Anscombre 2001). For one given individual subject, the meaning of the word is a network of
synchronized and correlated heterogeneous memories of impressions, both non-linguistic
(Culioli’s notion with all its pragmatic and cultural dimensions) and verbal (the sequences of
discourse in which a word is regularly encountered, both formally and thematically:
Anscombre’s stereotypes) – dog is a word I and others use in a whole range of contexts
(including in the absence of the dog) and each reiterated occurrence of the word will map the
recorded hierarchized network of previously experienced impressions against the other
structurally similar networks reactivated by other lexical units, to form a consistent hypernetwork: a mental scene. Abstraction is not a problem: there does not have to be an empirical
common denominator for a given word (take abstraction, for example) apart from the type of
social situations and discourse contexts in which it is ordinarily used. “A word is a powerful
madeleine” (Stéphane Robert 2003): a constant and reiterated piece of vocal action linking

2
This metaphorical, somewhat Californian-sounding terminology is only meant to emphasize the collaboration
of vocal and mental dynamics, which are not understood as separate processes. The elaboration of an adequate
and, hopefully, more elegant terminological apparatus is still under way, but we feel an urgent need to override
the reifying effect of conventional and static terminology. 22 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
heterogeneous sections of experience with converging and diverging properties; the role of
this socially controlled motoric token is to map, when needed, a given experiential occurrence
against the knowledge and pragmatic know-how acquired in the course of all previous
occurrences of the word / real life coupling: the word maps singularize currently experienced
occurrences of categories against a recorded background of features retrieved from multiple
previous occurrences; literally, language amplifies intelligence (in the etymological sense):
vocal action catalyzes the retrieval of previously stored knowledge, a retrieval which could
not be executed so efficiently and extensively without the socially-nurtured tokens. This vocal
intelligence agency is used as a guideline to form predictions and make decisions, that is,
promote action. As the lexicon is imposed on the child by its speaking kin, as speech shapes
dynamically the acoustic environment in which the infant grows and to which its development
adapts, so words act as the social and cultural profilers of the category-making processes:
thanks to these social agents of vocal intelligence, personal memories and experience are
framed by externally imposed labels and contrastive networks (dogs as opposed to cats in a
given cultural-linguistic collective way of life).
Morphology: just as notional words are vocal sub-actions that activate recorded networks of
impressions, functional morphemes are vocal sub-actions of a different kind: they activate
recorded patterns of connections whose effect is to relate notions to one another and to the
currently experienced situation in terms of time, space, determination and so on; the outcome
is the formation of the hyper-network required to achieve a “mental scene” that is correlated
with the ongoing experience, both material and psychological, both verbal and non-verbal.
Prosody: melody and rhythm in English are mainly used to plan and fine-tune the reception of
the ongoing orienting process in the intersubjective interplay; but it will be affected in real
time by the emotional effect of the visual perception of the addressee’s and witnesses’
reactions.
To summarize, speech is to be understood as an individual vocal process whose effect is
to coordinate the cognitive activities of all receptors involved by focussing them all on the
same sense-making procedure, to be mapped against contrasted psychological contexts and
backgrounds. The coordinative span is restricted to the individual self when the vocal
emission of the acoustic signal is inhibited, and extended to all the attainable subjects
otherwise (including the use of technological artefacts to lengthen the perceptual reach of the
signal and record or stabilize it: Bruner’s amplifiers). The vocal speaker is the individual
director of the cognitive coordination, and dialogue consists in ‘voicing over’ the subjective
vocal leadership of the coordinative process in a constructivistic way. In the debate opposing
internalism and externalism, this account is a moderate compromise: the biological loci of the
verbally generated mental scenes are the nervous systems confined in the cortices, but the
neural dynamics through which the semantic constructions are carried out involves the
motoric activity of the whole body’s muscles and its perception by the nervous system.
Linguistic cognition is not confined within neural systems, but distributed; the whole
metabolism is part and parcel of cognitive dynamics, which are embodied, and not in
metaphorical and representational terms (which implies a rejection of some of the major
tenets of the cognitivist paradigm). And as this motoric activity affects the atmospheric
mediating environment in a perceivable way for all bodies present, linguistic cognition cannot
be individual except when its muscular motricity is inhibited (internal meditative thinking): at
this second level, cognitive processes are distributed over bodies, brains and the environment.
The coordinative dynamics involves a plurality of agents in a given medium and will form
a fluctuating collective and concerted mind. The anthropological effects are well known: the
human species is the only one to have developed an aptitude for subjectively-led collective
self-determination (to be opposed to bees’ and ants’ functionally rigid systems of pragmatic Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
23
coordination). As a result, it is also the only species to have self-determined and concerted its
relation to the other species, taking over the whole environment and turning it into its own
private ecological niche – a process that started with sedentarization and agriculture and is
now reaching a climax with rampant demography, the globalization of exchanges in all their
forms, the fall of biodiversity, and climate change.
In a nutshell, languaging is about the reciprocal effects of neural and muscular ritual
motoric actions learned by the developing subject in the social and cultural environment. This
conception paves the way for a more technical formulation of the submorphemic conjecture.
Paradoxically, there is no difference in nature between the signifier and the signified: the
lexical signifier is a vocal sub-action, a multimodal motoric-perceptual coupling and
programme to be inserted in a hyperordinate sequence of analogous sub-actions; and the
lexical signified is a network of recorded impressions experienced in the course of real life,
that is, another network of multimodal motoric-perceptual couplings, both verbal and nonverbal. The difference is that the signifier is a relatively stable and consensual programme of
vocal action, while the galaxy of experiences out of which the collected impressions forming
the features to be organized into notional networks emerge is largely chaotic, despite the
streamlining effect of parenting, schooling and socializing in general. A theory of the lexicon
is a model of the linking of those two types of perceptual-motoric couplings: the vocal token,
the signifier; and the varying collection of impressions attached to it, the signified. A theory
of phonetic change is a model of how inevitable idiosyncratic ‘errors of phonatory copy’ in
the analogical reproduction of sounds are made to converge and form strains of phonetic
evolutions to which specific sub-groups may identify (or emerge) and compete with other
communities. And a theory of semantic change is a model of how the random differences in
the idiosyncratic collections of impressive items forming notional networks are made to
converge and form emerging strains of interpretation.
The submorphemic conjecture consists in hypothesizing that in English the word is not
always the smallest relevant vocal sub-action to be singled out in the monitoring of the
distributed sense-making process; that submorphemic markers constitute, as it were, hyposub-actions whose specific orienting effect can be modelled. To explore this hypothesis, the
following sections are devoted to
- a review of some of the arguments against the establishment of submorphemic
markers as a relevant object worthy of scientific scrutiny;
- the presentation of the nature of the semantics of submorphemic markers: their
orienting effect;
- an exploration of the ways in which vocal “hypo-sub-acting” may be acquired by
developing infants and of the traces their popular intuitive awareness leaves in some
adult language practices.
2. Establishing the object
2.1. Submorphemes are best described by the following objective properties
(i) a [submorpheme] is an identifiable segment in a {lexical unit}: {[st]and}, {sh[amble]},
{[st][ump]}. 24 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
(ii) to the consenting linguist, this segment appears as a common submorphological
denominator shared by a list of lexical units belonging to the same semantic field: in the
semantic field of ‘stativity’ (in space or time) and rigidity (of an object) we find still stall
stand stay stare, along with many others. The following table presents some of the most often
studied initial consonant clusters:
Consonant
cluster
Semantic class Location within the syllable
(onset, coda, both)
+ R
(agentivity)
SP Centrifugal rotation
(operation), and/or
projection (result)
spin span spill speak spew
spit spend speck spot
spate spall spawn spook
spool spam spoon
clasp wisp sip seep
sap soap
soup
spray sprawl
sprinkle spring
sprightly sport
ST Stativity or fixity
in space or time
still stall stand stay stare
start stop step stab stump
stumble star
rest mast
cast thrust
fist bust
sit set
site
stray string
strewn stretch
SK Surface
(two-dimensional object,
and/or movement
applied to it
skin skull skate skid skittle
scamper scab
mask cask ----------- Scrooge scour
screech scratch
scrawl scribble
scrofula scrub
WR torsion -------------------------------- -------------- ----------- wrought wrath
writhe wrist
SW oscillation, pendulation swing swoon sway swoop
swear switch sweep swap
swagger
-------------- sow sew -------------------
TW binarity two twin -tween twitch re ----------- -------------------
CL (gl) clinging, promiscuity cling clench clasp clutter
glue clutch clog
-------------- ----------- wriggle wrangle
haggle
GL (cl) luminosity glint glisten glitter glow
glory glimmer glee
-------------- ----------- --------------------
SL non-vertical movements sleep slay slope sleet slot
slate sling slug
-------------- ----------- jostle wrestle
Fig. 1: Some submorphemic consonant clusters in the lexicon of English
(iii) concerning their structure, submorphemes are formatted by the morphophonological
constraint. According to Tournier (1985) they may cover either the onset of the syllable
(stand), or the rhyme, which must possess a coda (shamble).
In the onset, submorphemes are usually bi- or tri-consonantal clusters ([st]and, [str]etch)
but analyses will vary. Among the 29 initial submorphemes he postulates, Tournier admits a
limited number of uniconsonantal submorphemes: w for instability, oscillation as in wag,
waddle, wobble; v for violence as in violent, vicious, vituperate, virulent. As regards bi- and
tri-consonantal clusters, Bottineau (2002, 2003a) has suggested that three tri-consonantal
submorphemes, spr, str and scr, are actually variants of sp, st and sk complemented by an
additional r related to the notion of dynamic movement and agentivity. It should be added that
apart from scl- (sclerosis, skeleton) no other format for tri-consonantal clusters is available in
the range of possibilities offered by the morphophonological constraint in English (*stl, *swr
etc.): it is usually considered that English, unlike Semitic languages, compresses its
submorphemes in the form of clusters located in one of the pre- or post-vocal locations in the
syllable: the onset, the coda. However the question whether a distributed approach to
submorphology should not be preferred sometimes emerges: should discontinuous matrices be Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
25
admitted? This might be the case for sit, sat and set in the case of s-t, and other instances of
discontinuous matrices have long been identified: loop, lap, lip, and maybe leap; full and fill.
If it were so, tri-consonantal matrices are potential candidates for submorphology: spin, span,
spoon, spank, spend. It is worth noticing that this question echoes a current debate among
specialists of the Semitic languages: for traditional scholars, matrices are tri-consonantal,
while for contemporary scholars, they are bi-consonantal matrices to which one consonant is
added (special mention must be made here of Bohas’s more elaborate model). Moreover, Zev
bar-Lev (2008) postulates the existence of key consonants in Arabic in initial position within
a marginal uni-consonantal model. The lexicon of English, however, is primarily based on
one-syllable units, leaving little space for tri-consonantal matrices in the system.
For the rhyme and the coda, Tournier itemizes nine submorphemes (including some cases
of vowel alternation), once again uni-, bi- and tri-consonantal (VC1>3). Some submorphemic
markers may appear either in the onset or in the coda if the morphophonological constraint
will allow it in terms of the number and location of mores: spend, wisp; skin, mask; stick,
mast. In some cases both the onset and the coda host submorphemic consonant clusters: flask,
clasp. Initial submorphemes are semantically more salient than final ones: the former select a
primary classifying property while the latter provide a secondary, complementary feature. To
substantiate this with arguments other than subjective semantic intuition (or aspiration) a
dynamic theory of the syllable is required. In Diver’s Columbia School of Phonology
(Phonology as Human Behaviour, Tobin 1997) the vowel and the consonant are not sets of
static features but dynamic actions: vowels are obtained by the process of lowering the lower
jaw (increasing the aperture) from a minimum (closed /i/) to a maximum (open /a/), while
consonants are obtained by the process of raising the same organ (reducing the aperture) from
a minimum (approximate) to a maximum (stops, with total stricture) through fricatives
(obstruents). Combining this proposal with the CVC syllabic format of the
morphophonological constraint entails that the syllable is a unit of expiratory action during
which up to three mandibular shifts may occur (closing, opening and closing), forming the
syllable’s kinetic cyclical programme (cf. MacNeilage’s Frame/Content Theory, 1998).
Recent studies suggest that the syllable has emerged from recombining kinetic actions that
pre-existed separately: shouting (an alteration of expiring by the vocal chords) and, for the
mandibular oscillation, eating in all its forms (breastfeeding, licking and so on). In this view,
the CVC template is the integration and coordination of a mandibular oscillation borrowed
from a specific family of motoric programmes with an expiratory sequence, belonging to
another family of programmes. The shift from a symbolic approach to an embodied one
requires that these elements be taken into account.
2.2. Arguments against submorphemics
Submorphemes are usually considered as non-existent objects for a number of reasons,
including the following:
- submorphemes are unnecessary and therefore sporadic: birds of a feather flock together – in
this proverb the verb flock can be related with one submarker, fl-, but the noun bird does not
appear to contain any such element, and yet manages to convey an ‘avian’ notion quite
successfully, despite the absence of any classifying submorpheme.
- submorphemes are not unified and continuous linguistic objects: what may appear as objects
in present-day English cannot always be traced back as continuous objects in the history of
the language. Philps (2003b) has extensively discussed the role of Indo-European *s- mobile
in the formation of bi-consonantal initial clusters. The inclusion of one given lexical item 26 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
depends on the semantic definition of the submorpheme in the first place: if sp is defined as
“pointed”, as is done by Tournier, spend is to be excluded from the series. However,
Bottineau proposes “a rapid centrifugal movement”, which includes pointed objects that can
be cast by means of a similar movement (spear, spike). In this definition spend is included (cf.
to go on a spending spree), but this in turn raises the question of the continuity of the
submorpheme sp in lexical diachrony: the present-day paradigm, which includes spear and
spend, is made to incorporate words bearing an original sp- cluster along with words
historically starting with a Latin ex- prefix; for this reason, submorphology is frequently
rejected as folk etymology.
Discussion: this argument mixes two dimensions, synchrony and diachrony. Synchrony is
about how a subject is able to construct a systematic know-how out of reiterated experiences,
both passive (interpretation of others’ statements) and active (personal production). It is
difficult to see how this know-how may take into account the academic knowledge of the
word’s history, as no popular access to it is can be observed. Instead, analogy may be
instrumental in fostering morpho-semantic connections: random resemblances between
semantically similar words are taken as memo-technical cues and become submorphologically
meaningful; thus a word which evolves phonologically by reducing a prefix to an s-
incidentally becomes a competent candidate for incorporation into the ‘club’ of sp-class
nouns, and, if the connection turns out to appear relevant, even metaphorically, the inclusion
is implemented.
- submorphemes have too many exceptions. This in fact depends on two factors: firstly, the
semantic categorization of the lexical class; see above the discrepancy between Tournier and
Bottineau concerning sp: the latter’s formulation makes sp’s inclusive power much more farreaching, and secondly, the formal properties of the submorpheme considered, as well as,
more generally the boundaries of the morphological format accepted for submorphemes. As a
rule, initial bi- and tri-consonantal clusters are those with the lowest proportion of exceptions,
as low as 10% for sp, although quantifying is problematic on account of derivation and
frequency. If one considers Tournier’s uni-consonantal clusters, more exceptions than
matches are likely to be found. As regards final submorphemes, they are more limited in
number and should probably be treated as a particular case. Furthermore, scores of ordinary
words like car, chair, eat are devoid of submorphological semantic classifiers: obviously, the
system is not intrinsically needed; not all words bear the morphological signature of the
semantic field they belong to. In other words, up to a certain point, the submorphology of the
English lexicon bears some resemblance to the semantic classifiers of Bantu and WestAtlantic languages, but without their formal systematicity.
- submorphemes are phonosymbolic. Clarifications are required here. (i) literally, any
morpheme is phonosymbolic by definition: a piece of vocal action like chair is supposed to be
reminiscent of the prototypical object in the presence of which the word was repeatedly heard
by the infant in the presence of adults. Literally, any meaningful piece of vocal action is an
ideophone. (ii) submorphemes are sensomimetic: on the semantic side, consonant clusters
underline some piece of sensori-motor experience through which an object is apprehended: st
points to a notable lack of movement, sp to a centrifugal movement (according to Bottineau),
scr to a friction, gl to luminosity, and so on. The difficulty is that on the phonic side,
consonant clusters are also pieces of sensori-motor experience: vocal hypo-sub-actions
involving the interaction of active articulators (the vocal cords, the blade, the apex, the teeth,
the lips) and passive articulators (the hard and soft palate, the alveolar ridge, the teeth
3
) whose

3
The teeth are used as passive articulators against the tongue, but as active articulators against the lips in the
case of labio-dental fricatives. In English the lips are used as active articulators (bi-labials and labio-dentals) but
not as passive ones (there exists no such thing as apico-(bi)labial phonemes). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
27
tactile proprioception is systematically carried out by sensors located in all the relevant
organs; vocal actions whose perturbing effect in the surrounding atmospheric environment is
immediately perceived by auditory means; and finally, vocal actions whose muscular
counterparts are at least partially visible on any speaker’s face from the hearer’s position
4
.
Any word can be defined in the terms of selected sensori-motor couplings on the side of the
signifier, but on that of the signified, words refer to ‘objects’ and ‘events’ whose experience
implies a whole range of highly heterogeneous sensations: a church is a place with a given
visible structure, but also a place in which one will stand, sit and occasionally kneel and walk,
have contact with stone and wooden elements, hear songs, psalms, readings and homilies,
smell incense. In this example, none of these competing sensations is selected: the word
church does not display any submorpheme. In the word spire, one selected visual impression
attached to the object, that of pointedness, is selected by one submorpheme, sp, itself a
sensori-motor complex in terms of vocal action.
Because of this mapping, it is tempting to look for analogical matches between linguistic
and non-linguistic experiences. This is the choice implicitly made by most submorphologists:
Tournier, for instance, explicitly states that ideophonic elements are motivated by an
unidentified synesthaesia (as opposed to onomatopœia, in which a linguistic sound mimics a
natural sound without requiring any perceptual shift: cock-a-doodle-doo). Tournier does not
suggest that submorphemes might well be just as unmotivated or de-motivated as fullyfledged words, and the effect of this bias is manifest in his presentation of English ideophonic
elements: the table indicates (i) the marker, sp, (ii) the purported meaning, ‘pointed’, but
nothing is said about (iii) the iconic connection, that is, what kind of senso-mimetic
connection there should be between the two clusters of impression, the vocal action sp on the
one side and the experience of a spire on the other – where does one feel, see or hear sp to
involve pointedness? One might even add that st sounds and feels more adequate than sp for
this kind of impression. In the same way, the connection between gl- and luminosity is widely
acknowledged (Bolinger 1940, 1950, 1953, reprinted in Bolinger 1965), in English as well as
in Semitic languages; but in present-day English, the kind of synesthesia that might link the
impression left by the vocalization with that left by the object, is a mystery. So a reasonable
attitude might consist in (a) investigating the existence of submorphemes as lexical-semantic
classifiers in English and (b) cautiously hypothesizing remote diachronic motivations
involving onomatopœia and then synesthesia. However, these connections might be far too
distant to be traceable, and they do not explain why submorphology remains active in the
current lexicon. Thus, leaving aside the question of motivation, ideophonic elements should
be understood as sensophonic classifiers.
- the impressive value of submorphemes is objectively difficult to determine and therefore
highly exposed to the danger of subjectivism and unfalsifiability. In some cases there emerges
a ‘natural consensus’ over semantic values: gl- is consistently associated with luminosity by
authors, st- with fixity, sw- for pendulation (swing, sweep, swap, swim, swoon), so that there
is no real space for controversy. In some cases, the consensus is motivated by a relatively
obvious onomatopœic background: /skr/ as in screech, scratch, scrub) for a sound-generating
disarticulated movement applied to a surface. In other cases, the consensus seems to be
caused by analogous non-auditory sensations which should not be treated in terms of
synesthesia either: wr- is said to underline the notion of torsion in wring, writhe, wriggle,
write and many other words; in this series the possible analogy lies between the tactile

4
In Stanley Kubrick’s film 2001: A Space Odyssey, the computer Karl manages to ‘interpret’ the astronauts’
conversation by just watching the movements of their lips as they talk. This is of course impossible, as not all
articulators are visible, unless one postulates that the action of internal articulators has secondary effects on
external ones which can be detected and plotted. However, the visual perception of muscular action, along with
bodily gestures and eye contact, is instrumental in sense-making processes in non-vocal sign languages. 28 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
experience of twisting a body or an object and the tactile proprioception of the movement of
the tongue required for producing an apical /r/. But in most cases, the semantic unity is not
especially clear, and nor are the sensori-motor connections, so that varying semantic classes
may be proposed:
Submorpheme Tournier Bottineau
sp pointed Centrifugation, projection
spr Spreading, “blooming” Centrifugation under
agentive control
st Standing position, fixity stativity
str stretching Stativity under energetic
control: tension
sw pendulation pendulation
tw Slight torsion Accelerated pendulation
leading to the synthesis of
binarity
Submorpheme Tournier Philps Bottineau
sn Region of the nose Nasality (seen as a
conceptual domain)
Nasality
sk Rapid movement Cutting (seen as a
conceptual domain)
Rapid movement in
relation to a surface
Fig. 2: The diverging designations of submorphemic semantic values
This mismatch is motivated by three methodological protocols underlain by three different
projects:
- Tournier’s goal is to arrive at the heuristic proposal of a semantic classification on the basis
of intuition. Introspection is the rule, and subjectivity is compensated by empirical
investigation into English-speaking subjects’ own intuitions: according to Tournier, a
majority of interrogated subjects will agree on the values ascribed to ideophonic elements,
either immediately, or after some reflection. In Tournier’s approach, some words are
implicitely regarded as central, prototypical representatives of the class: spear, spike and
spindle for sp and pointedness. As a result, an ideophonic element’s value can usually be
glossed by a term containing the very submorpheme in question, and this is illustrated by
unilingual dictionaries’ tendency to define words using terms containing the same cluster.
- Bottineau’s project is to account for the embodied nature of both the semantic experience of
the signified and the articulatory experience of the signifier – in short, to bridge the gap
between the two domains and to reduce a binaristic, symbolic conception to a functionally
unified one.
- Philps’s aim is to show that while the Saussurian sign is arbitrary by definition and by
conception, certain submorphemic components of the sign (e.g. sn- in English ‘sn- words’
related to the conceptual domain of /nasality/) may have become arbitrary as convention and
self-organizing, system-internal constraints took over from the essentially iconic conditions
purported to underlie the emergence of the sign (semiogenetics). In particular, the dyadic {sn-Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
29
/nasality} relation may, at some indeterminably early stage in the evolution of language, have
resulted from the putative self-referential potential of the nasal sound n seen as a ‘core
invariant’, in which case there would exist a causal link between the terms of this relation.
3. The experience-based semantics of submorphemic markers
As a general principle, submorphemic elements do not underline homogeneous collections
of actions and objects. Rather, they emphasize one salient, and therefore relevant, piece of
multimodal sensori-motor experience through which the object can be apprehended;
submorphemes relate concepts with keynote experiences through which they are captured:
- /sp/: centrifugation, rapid rotation, ejection. This submarker is found for actions and objects
which are seen as rotating things (spindle) or events (spin); it also appears in objects whose
ordinary use implies a rotating movement on the part of the human agent: spoon, spear,
spade. A spoon is “rotated” for the purpose of collecting food or throwing a stone (roman
catapults); a spear is “rotated” when thrown away; a spade is “rotated” when manipulated.
- /st/: stability, fixity. This submarker is found (i) in verbs expressing the absence of
movement or change: stand, stay, still; (ii) verbs expressing the terminal access to a state of
stability: stop, stoop. This terminal state may concern either a human agent, or the object he
manipulates as an instrument: sting, stab, stick.
- /sw/: pendulation. This marker is found in (i) verbs of human attitude or action involving a
bodily oscillation (swoon, sway, swim), (ii) transitive verbs implying the use of an instrument
or object with the corresponding movement (sweep, swap, switch), (iii) intransitive verbs
referring to the alternating movements of non-human external objects (swing, swivel).
As is illustrated by the preceding examples, one ideophone is applicable to the three
conceptual domains spanning from the subject to the object:
Subject Medium Object
SP speak, spit, spew spoon, spear, spade spindle, spawn
ST stand, stutter, stumble stir, start, stop
(in transitive uses)
stick (the object), star, stub
SW swim, sway switch, swap swing
Fig. 3: The phenomenological focus of submorphemic elements
What the above table reveals is that the spatial locus of the property marked by the
submorpheme on the subject-object scale is not taken into account. This is confirmed by
hybrid cases in which an object is submorphologically labelled in the terms of the action
implied for an implicit but necessary agent: a switch is an appliance that is meant to be
switched by an agent; a Swatch (a brilliant neologism based on an ‘*s- mobile’ reminiscent of
the Indo-European one) is a watch one will catch sight of by making a circular movement of
the arm (a rotation of the sp class, indeed), and then coming back to the initial position. This
reciprocal contamination of the subject’s and object’s dynamic properties is most visible in
the case of conversions (to switch, a switch; to stitch, a stitch) and valency alternations (to 30 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
stop: (semantically) reflexive, transitive). A combination of the two processes can cause one
lexical item to cover the three levels:
Subject Medium Object
stop Reflexive
To stop (doing something)
Transitive
To stop someone
Noun
A bus stop
Fig. 4: The co-variation of the submorphemic phenomenological focus and
of the lexical categorization (word class and valency): the case of stop
The lexical submarker focuses the interpreter’s attention on one dynamic sensori-motor
coupling that will ordinarily characterize the human subject’s interaction with the object (be it
a thing, an event, an action). Whether this interaction is motoric (a spoon) or visual (to spin)
is irrelevant; whether it primarily affects the subject (to spew), the object (a sparrow) or both
(a spoon) is ignored: perception is a type of action that will involve sensori-motor couplings
and the retrieval of multimodal knowledge of the experience of the object / event / action and
the way in which both the subject and the object are reciprocally affected in the interaction. In
short, the submarker gives substance to the dynamic experience co-determining the
perceiving-acting subject and the object targeted in the environment. In this sense, ideophonic
markers can be defined as phenomenological classifiers: they do not describe or symbolize
the external, objective reality; instead, they provide the interpreter with a prediction of the
way in which an object might behave (a spider), or be used (a spoon), or the sensori-motor
way in which an event or action is likely to be experienced (to spew, to spawn). In other
words, submarkers make a subjective comment on the detection of objective ‘things’: they
indicate how experience is, in Varelian terms, enacted. In Varela’s theory of perception
(Varela et al. 1993), enaction is the way in which the perception of the environment by living
agents consists in mapping the sensation (a bottom-up input or signal) against the anticipation
(a top-down counteracting output or signal) of what subsequent sensations, happenings and
relevant actions might be (e.g., the anticipation of edibility, a pleasant smell and taste, and
pleasure on seeing and hearing sizzling bangers or melting chocolate in a TV commercial).
In the same way, the word sponge is a vocal action (articulating “sponge”) and perception
(sensing oneself wording sponge through the tactile captors located in the tongue and all the
active and passive articulators of the oral tract; hearing oneself or anybody voice the word),
that is, a multimodal sensori-motor coupling whose effect is to activate “meaning”, a
hierarchized network of “features” (as they are defined in the first section). According to the
referentialist approach to language, this context is first and foremost “the object to which the
word refers”, that is, the thing on which the word is supposed to focus the interpreter’s
attention. As it happens, the word may very well be used in the absence of the corresponding
object, if any; it has even been pointed out that new-borns and infants hear the French word
cochon “pig” in comparisons like tu en mets partout comme un cochon “you’re spilling your
food all over the place like a pig” long before they ever come across the animal, even in
picture books.
In developmental terms, this shows that the recorded meaning of the word is primarily the
stereotypical discourse accompanying it in social situations involving prototypical actions and
agents (in this case, eating and the family): “a pig is something which spills its food as I do”;
and secondarily, the stereotypical association may be mapped against recurring non-linguistic
impressions – in this case the “pig” itself, once encounters with the animal (in books and/or in
real life) stabilize the connection and are recorded as a match (“this is a pig”). In one Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
31
exceptional case, I heard an English mother use the words pig, spill and spread about her
child, and she heard herself doing that, so that she eventually came up with the playful
portmanteau word spig: “a pig that is likely to spread its food”. In so doing, she had
embedded a submorphemic element, sp, into the lexical unit pig: she had enacted the “spprediction” for pigs and thus adjusted the label to the current relevance that motivated her
applying the term to her own child.
More generally, the submorphemic marker makes the same kind of culturally stabilized
pragmatic comment on the notion reactivated by the lexical unit. This explains the
randomness of the phenomenon:
(i) an object may well not be marked by the comment it obviously calls for: in English a
broom is not an ‘sw- word’, on account of the synecdoche plant > object. In Spanish, escoba
is marked by the /sk/ submorpheme ‘movement applied to a surface’ that is found in English
words like scour, scrub etc.: broom might also have been an sk- word, and is indeed one in
other languages. Book is kniha in Czech, knigu in Russian: an articulated object comprising
two moving parts and a hinge like a knee, a knob, a knife, to knit, a knot etc.; book might have
been a ‘kn-word’ in English, but is not.
(ii) in one given language, the diverse communities that have taken part in the introduction of
lexical strains may have passed diverging pragmatic comments on the same objects and
activities, so that in the present-day language, different “visions” will cohabit. For instance, to
write ‘refers’ to an activity which is characterized by wr- as a specific movement, the
experience of torsion (cf. wring, wrist, wrestle, writhe, wriggle, wrath, wrought, wrap, wreck,
wretch, wry…). But in the Latin strain, scribere has left script, inscribe, scribble, scrabble,
écrire in French, escribir in Spanish, schreiben in German, all of which involve the scr-
submorpheme: a friction applied to a surface by an agent. This marker may have resulted
from two merging strains, sk+r (surface + agentivity: scrub, scroll, scratch) and the scr-
onomatopœia (screech, shrill). Clearly, two competing pragmatic outlooks have shed
diverging submorphemic light on the same notion, and the socio-linguistic signature of the
comments is engrained in the lexical distribution: wr- is reserved for ordinary experience in
daily life (write) while scr- is reserved for abstract applications and technological jargon.
These elements indicate that submorphemic markers should be treated as inbuilt
pragmatic cues developed in the course of the linguistic tradition and culture attached to a
given speaking community: they do not indicate the way in which an object determines an
individual subject’s perception or action, but the random way in which a community has
constructively focused on a selected cue at the expense of potentially available alternative
ones. The notion of ‘cue’ raises the question of the cognitive relevance of submorphemes for
individual subjects and how a submorphemic competence or sensitiveness may be formed in
language acquisition. 32 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
4. Do speakers actually develop a submorphemic know-how?
Submorphemic units represent a serious phenomenological challenge: the linguist detects
semantic consistency which emergences from lists of words that he has created on his own;
this semantic response is motivated by the very presentation of the object of analysis, and the
risk of circularity has to be circumvented. At least two possibilities can be envisaged:
- either the detection of submorphemic semantic consistency occurs if and only if the
interpreting subject is confronted with lexical strings that make the isomorphisms
detectable and favour the construction of analogical connections. In this case it has to
be shown the ordinary speakers are given the opportunity to experience submorphemic
resemblances together and are likely to compare them and derive semantic links.
Otherwise the linguist’s phenomenological co-determination of the object and his own
self remains idiosyncratic and submorphology is not experienced by the speaking
community. Even so, one would have to explain why the lexicon tends to selforganize diachronically in a way that is apt to foster this kind of semantic mirage.
- or the detection of this semantic unity is obtained directly by the speakers, without the
help of experiential stimuli. The theoretical cost of this hypothesis is extremely high as
it requires either the phonosymbolic determination of the form / meaning connections,
or, even worse in our view, the innate programming of those links in universal
grammar, making them independent from experience.
- A middle-of-the-road position consists in proposing that form-meaning associations
have to be initiated by the experience of privileged discourse contexts, fostered by
linguistic practices and scaffolded by the speaking community before the subject is
able to go on incorporating additional lexical units into pre-existing ensembles.
4.1. Submorphemic elements in language acquisition
The detection of ideophones as semantically relevant submorphemes requires at least
some of the following features: (i) the number of lexical units whose stressed syllable bears
semantically ‘colourful’ submorphemic clusters has to be sufficiently high in relation to
‘uncolourful’ ones in order to be detectable and noted. And (ii) the possibility for the subject
to detect isomorphisms from which semantic analogies can be drawn has to be established. It
is easy for the linguist to associate sleep with slumber on the basis of the sl- connection in the
list s/he has created, but in the subject’s spontaneous experience of language it seems unlikely
that the sleep / slumber relation may emerge unless the two words are regularly encountered
in a shared environment in which this very connection is emphasized. An empirical survey
suggests that this is the case in nursery rhymes and lullabies:
(i) selected words are repeated a number of times, hence facilitating the remembering process,
and the child is given the opportunity to practise the sensori-motor dynamics of articulation:
Bees
A swarm of bees in May
Is worth a load of hay;
A swarm of bees in June
Is worth a silver spoon;
A swarm of bees in July
Is not worth a fly. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
33
(ii) Some lullabies and nursery rimes are loaded with ideophonic clusters:
Twinkle, Twinkle, Little Star
Twinkle, twinkle, little star,
How I wonder what you are!
Up above the world so high,
Like a diamond in the sky.
Twinkle, twinkle, little star,
How I wonder what you are!
(iii) Rhymes consist in emphasizing a final constant and distinguishing an initial variable; to
create a rhyme is to cause the orientee to detect an analogical link between two previously
unrelated lexical items.
Humpty Dumpty
Humpty Dumpty sat on a wall,
Humpty Dumpty had a great fall;
All the King’s horses, and all the King’s men
Cannot put Humpty Dumpty together again.
And indeed one of the requirements for a rhyme to be accepted as such is that it should never
associate two identical suffixes as done by Vincent Voiture (c1630), a practice parodied in
Molière’s Tartuffe and denounced in Voltaire’s Rhétorique:
Estampe et crampe vrayment,
Riment admirablement.
The following lullaby is remarkable:
Angels To Watch Over You
When you go to bed at night
And you turn off all your lights;
In the dark and out of sight,
There’s angels to watch over you.
This is not to suggest that -ight forms a submorphemic element in its own right, but that this
lullaby forms the kind of relevant candidate from which a pattern is potentially derivable:
night = “vision is obscured”, light = “vision is favoured” and sight = “vision” (unspecific /
unmarked); so in this local network -ight = “vision”, n- = negative, l- = positive and s- =
neutral. For this local network to be extrapolated and stabilized, it has to be confirmed by
other instances like Then you show your little light, / Twinkle, twinkle, all the night in
Twinkle, twinkle little star; also, it should not be counterpoised by an overwhelming number
of contrary examples. In this respect, the case of -ight is dubious, as it may be confirmed by
bright and white (so long as the spelling is ignored) but not by right and fight; initial n- is
regularly connected with negation (and in Slavic languages the d-/n- contrast underlies both
the semantic day / night pair and the grammatical yes / no pair: Russian den / not’, da / niet).
So the kind of environment formed by this poem is not sufficient to determine the systematic 34 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
and universal construction of submorphemic analogies framing all learners’ lexical systems,
but it may well participate in the emergence of submorphemic connections in the learner’s
personal experience encounters other similar networks.
(iv) Words bearing the same submorpheme are frequently found together:
Itsy-Bitsy Spider
The itsy-bitsy spider
Climbed up the water spout
Down came the rain
And washed the spider out
Out came the sun
And dried up all the rain
And the itsy-bitsy spider
Climbed up the spout again
(v) In some cases, pairs of words (or several words) which are manifestly connected both
semantically and ideophonically, regularly appear together in a number of lyrics, to such an
extent that they tend to form a stereotype, a culturally established discourse connection or link
between lexical units in common association of ideas:
Golden slumbers
Golden slumbers kiss your eyes,
Smiles awake you when you rise;
Sleep, pretty baby, do not cry,
And l will sing you a lullaby.
All Through the /ight
Sleep my child and peace attend thee,
All through the night
Guardian angels God will send thee,
All through the night
Soft the drowsy hours are creeping,
Hill and dale in slumber sleeping
I my loved ones’ watch am keeping,
All through the night
Angels watching, e’er around thee,
All through the night
Midnight slumber close surround thee,
All through the night
Soft the drowsy hours are creeping,
Hill and dale in slumber sleeping
I my loved ones’ watch am keeping,
All through the night
(vi) Some submorphemes which refer to sensori-motor processes are usually scaffolded by
gestures executed by the mother to illustrate the meaning of the song:
This old man
This old man, he played one;
He played knick-knack on my thumb.
With a knick-knack, paddy whack, Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
35
Give a dog a bone;
This old man came rolling home.
The process is repeated ten times with as many different body locations.
One should not, of course, exaggerate the power of nursery rhymes and lullabies. What really
matters is the extent to which they are intuitively used as linguistic standard-setting models by
parenting adults teaching their offspring to recognize words, understand their meaning and
practise their articulation. Children are actually taught to rely on submorphemic analogies to
form semantic networks and learn associative stereotypes, and the question is whether they do
cross a critical threshold beyond which they become autonomous analogists and start
incorporating new isolated lexical items into pre-existing submorphemic ensembles without
the stimulus of rhyme, paronomasis and so on.
4.2. The popular awareness of submorphemic dynamics
According to Tournier, ideophonic elements are no longer productive, insofar as Englishspeaking communities do not create new clusters any more. Tournier does not say that
existing clusters are fossils which have fallen under the level of intuitive detectability. Indeed,
traces of neologisms motivated by submorphology are evidenced, both in academic and
popular literature: in Dicken’s A Christmas Carol, the protagonist’s name is Scrooge, in
reference to the notion of scratching the soil for food, and hence making the name suggestive
of a rodent’s or vulture’s. The name of one of the characters in the film Trainspotting is Spud,
and, as mentioned earlier, a famous trademark has produced Swatches. In 1983, Douglas
Adams and John Lloyd published a small, humorous dictionary entitled The Meaning of Liff.
It consists in a list of place names located in English-speaking countries (most of them in the
British Isles); these names are taken to be nouns and given a definition:
BA9FF (adj.): Pertaining to, or descriptive of, that kind of facial expression which is impossible
to achieve except when having a passport photograph taken.
GLASGOW (n.): The feeling of infinite sadness engendered when walking through a place filled
with happy people fifteen years younger than yourself.
SKETTY (n.): Apparently self-propelled little dance a beer glass performs in its own puddle.
Some connections are inspired by direct lexical plays on words: Hastings is “things said on
the spur of the moment to explain to someone who comes into a room unexpectedly precisely
what it is you are doing”. But in many cases submorphemic clusters are instrumental in
inspiring a lexical interpretation for the toponym: Blean (“a measure of luminosity”),
Glossop, Sneem, Stebbing (“an unconcealable erection”), Skegness, Spofforth, Sproston
Green, Swanage, Wrabness, Writtle, etc., hundreds of toponyms are selected for their
colourful sonority – and the potential correlations borne by the submorphemic elements they
contain, frequently echoed in the definitions. Obviously the authors were receptive to the
sense-making effect of the submorphemic hypo-sub-actions and trusted their potential readers
to share this semantic experience. 36 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
Folk etymology is another domain in which submorphology will strive. Here is an excerpt
from an online academic medical dictionary (which borrowed its information from various
sources, including Webster’s 1913 edition, accessible online
5
):
SCALL : a scurf or scabby disease, esp. of the scalp.
SCALD < excaldare: to run off like a scalded cat ; a scald, a boil
SCALL < O9 skalli “bald head”
A scald is a burn caused by very hot liquid or steam.
Variant of skald.
Variant of scall.
A skald is normally a bard while a scald is a burn on the skin. Hundreds of occurrences of this
scald / skald confusion can be googled up, and it seems quite obvious that we are dealing with
competing analogies: scald / scab on the one side, skald / skin on the other. In the same way
scall, from Old Norse skalli ‘bald head’, is mistakenly considered as a “variant of scall”, and
Skall is the name of a French body artist whose project is presented in the following texts
6
:
Visual artist before anything, Skall considers his body as a raw material to produce art. In his
performances, he invites the spectator to assist in a transformation, more specifically, his
transformation. The transformation that takes place is not only physical but is also of
psychological nature. He does not play, he is his proper creation. Each character evolves in
function with the physical environment or sound. If we would have seen this mutant character
being born, we would also assist in his death; the spectator therefore sees an act of shamanism or
an act of mysticism...referring to Greek or Indian mythology. Skall performed different projects
for the Annual Rodeo Performance in 2002 and 2003 which takes place during the month of July.
Plasticien avant tout, Skall considèrent son corps comme la matière première d’une œuvre
plastique. Dans ses performances, il invite le spectateur à assister à une transformation, sa propre
transformation aussi bien physique que psychologique : il ne joue pas, il est sa propre création.
Chaque personnage évolue en fonction de l’environnement visuel ou sonore et si on a vu naître ce
caractère mutant, on assiste aussi à sa mort ; le spectateur peut alors y voir un acte de
chamanisme ou un acte de mysticisme se référant à la mythologie grèque ou indienne. Il a
participé avec differents projets aux Rodéo Performances 2002 et 2003 qui ont lieu le mois de
juillet à camac.
Although the English translation was obviously not written by a native English speaker, the
choice of the very name ‘Skall’ does evidence the awareness of the submorphemic motoric
correlations which are explicitely mentioned in the presentation.
Some speakers are fully aware that there may exist a mismatch between etymology and the
way in which lexical units are reorganized in present-day English. Here are two suggestions
for the origin of the word slang:
SLA9G
The origin of the word “slang” is unknown, but it may come from the term “thieves” language”
where the possessive “s” from thieves” and the “lang” from language are run together to make
the word slang.
So now we are all “on the same page,” as it were, with regard to our definition of slang, let us at
this time turn to the origin of this noun. Etymonline informs us that slang derives in all likelihood

5
The ARTFL Project, University of Chicago:
http://machaut.uchicago.edu/CGI-BIN/WEBSTER.page.sh?page=1282
6
http://www.camac.org/ver2/proto/residences_skall.htm Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
37
from “a Scandinavian source, cf. 9orwegian slengenamn “nickname,” slengja kjeften “to abuse
with words,” literally “to sling the jaw,” related to Old 9orwegian slyngva ‘to sling’.”
However, both Etymonline and the OED agree that these etymological suppositions are just that,
and that "the ultimate source [of the word] is not apparent.”
At any rate, it appears that even the word slang itself is colorful. In other words, I sling slang. I
slung slang with far-flung, fun-in-the-sun abandon. And so on...
Beyond the contradiction between the two proposals, the second one clearly states that
knowing the origin of the word may not be cognitively relevant in the determination of its
present-day colour, which is not explicitly defined, but is exclusively based on the
submorphemic common denominator: colorful is here the intuitive formulation of what we
have called the semantic effect of the hypo-sub-action. Here is a discussion about the word
snobe, found in a forum
7
:
Can somebody answer this stupid riddle for me please?
If all snubes were snobs, and all snobes are snoobs, then why don’t the snoobs get along with the
snobs if they both think the same way as the snobes? but not all snobs are friends with snoobs
because the snobes never liked the snorps, by the way the snorps are not related to the snoobs, nor
the snobes, but the snobs liked them. If the snobes don’t like the snorps, and the snorps didn’t like
the snobs, then nobody liked anybody’s family, until the snobies came along...the snobies were a
special family, and started hanging out with the snorps, who didn’t like the snobs, because all they
wanted to do was snoop. So the snobies thought they were being sort of snooty, and told them to
shut up. But then Sally stepped in, and told the snobies not to talk to the snobs, because the snorps
don’t like the snobes anymore than the snobs like the snobies. So who is talking to who now?
This of course is an extreme example in which the writer has deliberately played with sounds,
but it must be added that submorphemically motivated turns of phrases and idioms do tend to
emerge in everyday language, like to go on a spending spree, scant and scarce (scarce <
excerptus and scant < ON skammr “short”):
Although it is one of the driest deserts in the world, with scant and scarce rainfall, when it does
rain, the wildflowers, like these lupins and colorful yellow flowers, bloom for a short time.
In my corpus, it appears that the order of the adjectives is overwhelmingly i) scarce and ii)
scant in predicative position and the other way round in attributive function:
Most of the land is arid and desert; rainfall is scarce, vegetation scant, and very little of the land
is suitable for agriculture.
Alternative energy sources are scarce and scant. Only one institution reported their use, a pilot
photovoltaic installation.
In this combination, sk- plays the role of the unvarying common denominator in relation to
which an -arce / -ant variable is articulated. In context, scarce takes on a heuristic value: it
provides an objective measurement of the quantity; and in relation to it, scant is hermeneutic:
it adds an evaluative undertone and passes a modal judgment on the underlying quantification.
This sequence can be analyzed as an operation / result sequence (the discovery and the

7
Currently http://th.answers.yahoo.com/question/index?qid=20071211192841AAcv1qf 38 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
evaluation of the quantity). In attributive constructions this schemata is preconstructed and
lexicalized, which is marked by the inversion (cf. to surge up > upsurge, to hunt whales >
whale-hunting, be scarce and scant > scant and scarce N). The submorphemic marker fixes a
trajectory that can be improvised and run forward or retrieved and run backwards.
5. Conclusion
Investigation into the cognitive relevance and popular availability of submorphemic
markers is incipient. The latter can be defined as the markers of the sensori-motor couplings
through which objects and events are culturally assumed to be apprehended: vocal hypo-subactions with a characterizable contribution in the distributed sense-making process.
Considering the evidence, there is good reason to believe that they cannot be merely
explained by the lexicon’s apparent tendency to self-organize as an autonomous system
disconnected from the intersubjective interplay and subjective experience; and they must be
taken into account to describe the subject’s lexical-semantic linguistic know-how.
On the basis of the problematic we have outlined above, systematic corpus and field
research is required to quantify and formalize the distribution of the submorphemic
experience in language acquisition and verbal practices in families and schooling systems, but
also in suburban social communities, with all the social variation that this implies. Since the
submorphemic competence emerges from specific verbal practices in differentiated social
environments, one should not expect there to be a fully unified treatment of the phenomenon.
However, there remains the possibility that these practices share common values.
References
ANSCOMBRE, Jean-Claude, 2001). « Le rôle du lexique dans la théorie des stéréotypes »,
Langages, 142, 57-76.
BAR-LEV Zev, 2008. « Key consonants in Arabic » (pre-published version), Journal of Arabic
and Islamic Studies 6 (2005–2006).
BATESON, Gregory, 1979. Mind and 9ature, a necessary unity, Bantam.
BENVENISTE, Émile, 1939. « Nature du signe linguistique », Acta Linguistica, I, Copenhagen,
reprinted in (1966) Problèmes de linguistique générale, 1, Gallimard, 49-55.
BERGEN, Benjamin K., 2004. “The psychological reality of phonæsthemes”, Language, 80, 2,
290-311.
BOHAS, Georges, 2006. “The organization of the lexicon in Arabic and other Semitic
languages”, in Boudelaa, S. (ed.), Perspectives on Arabic Linguistics XVI, Papers from
the sixteenth annual symposium on Arabic linguistics, Cambridge, March, 2002, John
Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 1–37.
BOLINGER, Dwight L., 1965. Forms of English: Accent, Morpheme, Order, Isamu Abe and
Tetsuya Kanekiyo (eds), Cambridge, Harvard University Press, Tokyo, Hokuou.
BOTTINEAU, Didier, 2002. « Les cognèmes de l’anglais : principes théoriques », Lowe, R.
(dir.), en collaboration avec Pattee, J. et Tremblay, R., Le système des parties du Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
39
discours, Sémantique et syntaxe, Actes du IX
e
colloque de l’Association internationale
de psychomécanique du langage, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 423-437.
---, 2003a. « Les cognèmes de l’anglais et autres langues », Ouattara, A. (éd.), Parcours
énonciatifs et parcours interprétatifs, Théories et applications, Actes du Colloque de
Tromsø organisé par le Département de Français de l’Université, 26-28 octobre 2000,
Gap, Ophrys, 185-201.
---, 2003. « Iconicité, théorie du signe et typologie des langues », Monneret, Philippe (dir.),
Cahiers de linguistique analogique, n
o
1 – Juin 2003, Le mot comme signe et comme
image : lieux et enjeux de l’iconicité linguistique, Association Bourguignonne d’Etudes
Linguistiques et Littéraires (ABELL), Dijon, 209-228.
---, 2004. « Le problème de la négation et sa solution dans la langue anglaise : le cognème
N », Delmas, Claude & Roux, Louis, La contradiction en anglais, C.I.E.R.E.C. Travaux
116, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 27-53.
---, Didier, 2006. « Le cognème <M>, marque linguistique de la présence de l’auteur dans les
grammèmes anglais », Bank, David (éd.), Les marqueurs linguistiques de la présence de
l’auteur, Paris, L’Harmattan, 143-164.
---, 2007. « Language and enaction », Stewart, J., Gapenne, O. & Di Paolo, E. (eds),
Enaction: towards a new paradigm for cognitive science, MIT, in press.
BYBEE, Joan, 1985. Morphology, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins.
COURSIL, Jacques, 2000. La fonction muette du langage, Guadeloupe, Ibis Rouge Éditions,
Presses Universitaires Créoles.
CULIOLI, Antoine, [1981] 1990. « Sur le concept de notion », BULAG n
o
8, repris dans Pour
une linguistique de l’énonciation, t.1 : Opérations et représentations, Gap, Ophrys.
DANON-BOILEAU, Laurent, 1991. « De quelques préjugés relatifs à l’usage des notions de
motivation et d’iconicité », Faits de langues, 1, Motivation et iconicité, Paris, PUF, 79-
87.
DAVIS, Joseph, GORUP, Radmila J. & STERN, Nancy (Eds.), 2006. Advances in Functional
Linguistics, Columbia School beyond its origins, Studies in Functional and Structural
Linguistics 48, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins.
DENNETT, Daniel Clement, 1991. Consciousness Explained. Boston, Little, Brown and Co.
DIVER, William, 1979. “Phonology as human behavior,” in D. Aaronson and R. Rieber (eds.),
Psycholinguistic research: implications and applications. Hillsdale, N.Y., Lawrence
Erlbaum Assoc., 161-182.
DOUAY, Catherine, 2000. Eléments pour une théorie de l’interlocution, Un autre regard sur
la grammaire anglaise, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
DUCHET, Jean-Louis, 1990. « Arbitraire et motivation dans le lexique et la morphologie de
l’anglais », Roux, L. (ed), L’organisation du sens, domaine anglais, Recueil en
l’honneur de Jean Lavédrine, Travaux du CIEREC, LXVIII, 57-66.
EDELMAN, Gerald M., 1989. The Remembered Present: a Biological Theory of
Consciousness, New York, Basic Books.
ENGLER, Rudolf, 1962. « Théorie et critique d’un principe saussurien. L’arbitraire du signe »,
Cahiers Ferdinand de Saussure, 19, 5-66.
---, 1964. « Compléments à l’arbitraire », Cahiers Ferdinand de Saussure, 21, 25-32.
FELDMAN, Jerome, & NARAYANAN, Srini, 2004. “Embodied meaning in a neural theory of
language”. Brain and Language, 89, 385-392. 40 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
FIRTH, John R., 1930. Speech, London, Ernest Benn.
FISCHER, Olga & NÄNNY, Max (Eds.), 2001. The Motivated Sign : Iconicity in Language and
Literature 2, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 249-276.
GALLESE, Vittorio, & LAKOFF, George, 2005. The brain’s concepts: the role of the sensorymotor system in conceptual knowledge. Cognitive 9europsychology, 22 (3/4), 455-479.
GARDINER, Alan H., [1932] 1951. The Theory of Speech and Language, Oxford, Clarendon
Press.
GENETTE, Gérard, 1976. Mimologiques, Paris, Seuil.
GIVON, Talmy, 1994. “On the Co-evolution of Language, Cognition and Neurology”. Paper
for 10th meeting of Language Origins Society, Berkeley.
GRAMMONT, Maurice, 1933. Traité de phonétique, Paris, Delagrave, 377-424.
GREGORY, Richard Langton, 1976. Concepts and Mechanisms of Perception. London,
Duckworth.
GUIRAUD, Pierre, 1986. Structures étymologiques du lexique français, Paris, Payot.
HEINE, Bernd, 1997. Cognitive Foundations of Grammar, New York, Oxford University
Press.
HOUSEHOLDER, Fred W., 1946. « On the Problem of Sound and Meaning, an English
Phonestheme », World 2, 83 sq.
JACOB, François, 1970. La logique du vivant, Paris, Gallimard.
JAKOBSON, Roman & WAUGH, Linda R., [1979] 1980. La charpente phonique du langage,
Paris, Minuit.
KELLER, Pascal-Henri, 2006. Le dialogue du corps et de l’esprit, Paris, Odile Jacob.
KEMP, J. Alan (1972), John Wallis’s Grammar of the English Language, London, Longman.
KRAVCHENKO, Alexander V., 2004. “Essential properties of language from the point of view
of autopoiesis”, http://cogprints.org/4008/01/PropertiesOfLanguage.pdf
LAKOFF, George & JOHNSON, Mark, 1999. Philosophy In The Flesh: the Embodied Mind and
its Challenge to Western Thought, New York, Basic Books.
LANGACKER, Ronald W., 1987. Foundations of Cognitive Grammar. Stanford, Stanford
University Press.
LEROI-GOURHAN, André, 1964. Le geste et la parole. I. Technique et langage. II. La mémoire
et les rythmes, Paris, Albin Michel.
LIEBERMAN, Philip, 1991. Uniquely Human: The Evolution of Speech, Thought, and Selfless
Behavior. Cambridge (Mass.), Harvard University Press.
LOVE, Nigel, 2007. “Are languages digital codes?”, Language Sciences 29, 690-709.
LUQUET, Gilles, 1996. “Arbitrariness and Non-Arbitrariness in the Historical Evolution of
Language” in Tollis, F. (ed.), The Psychomechanics of Language and Guillaumism =
LynX (Valence et Philadelphie), 5, 154-157.
MACCHI, Yves, 1986. « Du rôle du signifiant dans la genèse du sens énonciatif », Langages,
82, 67-82.
---, 1991. « Halte aux manipulations sémiques : de la métaphore chimique en sémantique »,
Modèles Linguistiques, 13/1, 25 101-116.
MACNEILAGE, Peter F., 1998. « The frame/content theory of evolution of speech production »,
Behavioral and Brain Sciences, 21, 499-546. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
41
MARCHAND, Hans, 1959. « Phonetic Symbolism in English Word-Formation »,
Indogermanische Forschungen, 64, 146-68, 256-77.
MARKEL, Norman N. & HAMP, Eric P., 1960-1. « Connotative Meanings of Certain Phoneme
Sequences », Studies in Linguistics, 15, 47-61.
MATURANA, Humberto R., 1978. “Biology of language: The epistemology of reality”, in
Miller, G., and E. Lenneberg (eds.), Psychology and Biology of Language and Thought:
Essays in Honor of Eric Lenneberg, New York, Academic Press, 1978, 27-64.
MATURANA, Humberto R., & VARELA, Francisco J., 1980. Autopoiesis and Cognition: the
Realization of the Living. Reidel, Dordrecht.
---, 1987. The Tree of Knowledge: the Biological Roots of Human Understanding, Shambhala,
Boston, London.
MCNEILL, David, 2005. Gesture and Thought, Chicago & London, University of Chicago
Press.
MOLHO, Maurice, 1958. “Acerca de la evolución del grupo -skl- -sl- en romance”, Archivo de
filología aragonesa, 8-9, p. 63-71.
---, 1980. « Verbe et personne. De l’arbitraire du signe », Cahiers de linguistique hispanique
médiévale, 5, 5-23.
---, 1986. « Grammaire analogique, grammaire du signifiant », Langages, 82, Le signifiant,
41-51.
---, 1988. « L’hypothèse du « formant » : sur la constitution du signifiant : esp. un/no »,
Grammaire et histoire de la grammaire, Hommage à la mémoire de Jean Stéfanini,
recueil d’études rassemblées par Blanche-Benveniste, C., Chervel, A. & Gross, M.,
Publications de l’Université de Provence, 291-303.
NEMO, François, 2004. “Morphemes and Lexemes versus Morphemes or Lexemes”, in Sergio
Scalise (ed), Proceedings of the 4th Mediteranean Morphology Meeting (MMM4). on
Morphology and Linguistic Typology. (Catania, Sicile, 21-23 Septembre 2003).
NEWMAN, Stanley S., 1933. « Further Experiments in Phonetic Symbolism », American
Journal of Psychology, 45, 53-75.
OUDEYER, Pierre-Yves, 2006. Self-organization in the Evolution of Speech, Oxford, OUP.
PEIRCE, Charles Sanders, [1894]. “What is a Sign”, In: Houser; Kloesel (eds). The Essential
Peirce. Selected Philosophical Writings. Vol 2. (1893-1913), Indiana University Press.
PHILPS, Dennis, 1997. « A la recherche du sens perdu : <sn->, du marqueur au mythe »,
Anglophonia / Sigma 2, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 209-38.
---, 2003a. « L’invariance sub-lexicale et le marqueur <sk-> », Anglophonia / Sigma 14,
Toulouse, Presses Universitaires du Mirail,177-193.
---, 2003b. « S- incrémentiel et régénération submorphémique en anglais », Bulletin de la
Société de Linguistique de Paris vol. XCVIII, fasc. 1, 163-196.
PUTNAM, Hilary, 1975. “The meaning of ‘meaning’”, Mind, Language and Reality,
Cambridge, Cambridge University Press, 215-271.
REID, Wallis Hoch, OTHEGUY, Ricardo & STERN, Nancy (Eds.), 2002. Signal, Meaning, and
Message, Perspectives on sign-based linguistics, Amsterdam/Philadelphia, John
Benjamins.
ROBERT, Stéphane (éd.), 2003. Perspectives synchroniques sur la grammaticalisation,
Louvain-Paris, Peeters, 42 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
ROBERT, Stéphane & CHAPOUTHIER, Georges, 2006. “The Mosaic of Language”, Marges
linguistiques – Issue n°11, May 2006 - M.L.M.S. Publisher, 160-166.
http://www.marges-linguistiques.com - 13250 Saint-Chamas (France)
SALZEN, Eric A., 2006. “From Calls to Words : How ethology can bridge the divide”, Marges
linguistiques - Numéro 11, Mai 2006 - M.L.M.S. éditeur, 200-217, http://www.margeslinguistiques.com - 13250 Saint-Chamas (France)
SCHOGT, Henry, 1992. « Onomatopées, mots expressifs et la métaphore en phonétique »,
Mélanges Pierre Léon, Martin, P. (dir), Toronto, Mélodie, Canadian Scholars’ Press et
Paris, Didier Erudition, 463-71.
SHANON, Benny, 1993. The Representational and The Presentational: An Essay on Cognition
and the Study of Mind. London, Harvester-Wheatsheaf.
STEWART, John, 1996. “Cognition = Life: Implications for higher-level cognition”.
Behavioural Processes 35: 311-326.
STUDDERT-KENNEDY, Michael, & GOLDSTEIN, Louis, 2003. Launching language: the gestural
origin of discrete infinity. In M. H. Christiansen & S. Kirby (Eds.), Language evolution
(pp. 235-254). Oxford, Oxford University Press.
TALMY, Leonard, 2000. Toward a Cognitive Semantics, volumes I and II, Cambridge (Mass.),
MIT Press.
TOBIN, Yishai, 1997. Phonology as Human Behavior: Theoretical Implications and Clinical
Applications, Durham & London, Duke University Press.
TOLLIS, Francis, 1998. « Le couplage analytique des morphèmes en /un/- et en -/l/-, vu de
l’espagnol », in Leeman, Danielle, Boone, Annie et alii, Du percevoir au dire.
Hommage à André Joly, Paris, L’Harmattan, 132-145.
TOURNIER, Jean, 1985. Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais
contemporain, Paris - Genève, Champion – Slatkine.
TOUSSAINT, Maurice, 1983. Contre l’arbitraire du signe, Paris, Didier.
VARELA Francisco, THOMPSON Evan T., & ROSCH Eleanor (1993). The Embodied Mind:
Cognitive Science and Human Experience, Cambridge (Mass.), MIT Press.
VYGOTSKY, Lev S., 1962. Thought and Language. E. Kaufamnn & G.Vakar, eds & trans.,
Cambridge (Mass.), MIT Press.
WALLIS, John, 1653. Grammatica linguæ anglicanæ. R.C. Alston (Ed.), Reprint 142 (1969).
Menston, The Scolar Press.
WAUGH, Linda, 1993. « Lexique : iconicité diagrammatique », Faits de langues, 1,
Motivation et iconicité, PUF, 227-34.
WHORF, Benjamin Lee, 1956. Language, Thought, and Reality: Selected Writings of
Benjamin Lee Whorf, Ed. J.B. Carroll, Cambridge (Mass.), MIT Press.
WILSON, Margaret, 2002. “Six views of embodied cognition”. Psychological Bulletin and
Review, 9(4), 625-636.
ZIEMKE, Tom, 2002. “What’s that thing called embodiment?” in Proceedings of the 25th
Annual Meeting of the Cognitive Science Society, Lawrence Erlbaum, 1305-1310. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
43
Line Argoud
8
Résumé
Cette étude se donne pour corpus l’ensemble des mots du lexique anglais présentant le groupe
consonantique bl- à l’initiale. Notre objectif global est, dans un premier temps, de tenter de
montrer que l’invariance phonologique de cette classe heuristiquement constituée de ‘mots en
bl-’ véhicule une invariance notionnelle en profondeur : les sens de deux sous-classes
importantes de ‘mots en bl-’ permettent l’accès à des représentations mentales dont nous
postulons que le soubassement repose sur le ‘schème mental’ <CONTAINER> (Lakoff &
Johnson). Dans un second volet, nous proposons d’étudier le rôle joué par l’aspectualité
lexicale dans nos données, à partir des traits définitoires des ‘mots en bl-’ tels qu’ils
apparaissent dans le Oxford English Dictionary et le English Dialect Dictionary.
Mots-clés : aktionsart ― aspectualité ― cognition ― corps humain ― invariance
submorphémique ― motivation
***
Abstract
In this paper, I explore the class of English lexical items beginning with bl-. My objective is
twofold: firstly, I present the hypothesis that the phonological invariance of this heuristicallyformed class corresponds to a notional invariance within two important subsets of ‘bl- words’.
I claim that this notional invariance may be traced back to mental representations whose
underlying source is the <CONTAINER> schema (Lakoff & Johnson). Secondly, I consider
the part played by aspect in the data provided by the entries for ‘bl- words’ in two
dictionaries, the Oxford English Dictionary and the English Dialect Dictionary.
Keywords: aktionsart ― aspect ― cognition ― human body ― submorphemic invariance
― motivation

8
Doctorante agrégée, Grenoble – Université de Toulouse-Le Mirail. 44 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
Préambule : démarche et considérations théoriques
Cette étude se donne pour objet la classe des ‘mots en bl-’, classe formée selon des
critères heuristiques : ces mots présentent une invariance phonologique, celle du groupe
consonantique bl- à l’initiale du mot. Nous en examinons ici deux sous-classes, celle des
‘mots en bl-’ dont les sens renvoient à la notion que nous nommerons < Flot / Courant >, et
celle dont les sens renvoient à la notion < Vision / Luminosité >. Le segment bl-, appelé
parfois ‘phonesthème’ (Firth 1930), dont le statut, avec d’autres groupes consonantiques
initiaux, est l’objet de controverses au sein de la communauté des linguistes, est envisagé ici
comme un submorphème, dont la définition nous est fournie par Crystal : « A submorpheme
is a term sometimes used to refer to a part of a morpheme that has recurrent form and
meaning, such as the sl- beginning of slimy, slug, etc. » (Crystal 2003 : 301).
Notre analyse comprend plusieurs dimensions : lexicologique, sémantique, étymologique,
et mythique. Au terme de ces quatre directions de recherche, que nous évoquerons ici
brièvement, nous tenterons d’expliquer les phénomènes observés à la lumière d’une approche
cognitive. Nous chercherons en particulier à cerner quels liens peuvent entretenir, au niveau
cognitif, les deux notions considérées ; et quel rôle semble jouer le schéma corporel à ce sujet.
Nous explorerons l’hypothèse selon laquelle bl- serait la trace en surface d’une invariance
submorphémique permettant l’accès à des représentations dans lesquelles le schème
fondamental <CONTAINER>, appliqué au corps humain, paraît jouer le rôle de
soubassement initial. L’invariance postulée est d’ordre notionnel plutôt que sémantique, car
force est de constater que tous les membres des deux sous-classes de ‘mots en bl-’ étudiées ne
partagent pas à proprement parler une communauté de sens, mais que ces sens renvoient à des
notions précises qu’il nous appartiendra d’appréhender.
L’analyse sub-lexicale des ‘mots en bl-’ s’apparente, sur le plan méthodologique, à celle
des ‘mots en th-’ ou en ‘wh-’ de la grammaire anglaise, à ceci près qu’il ne s’agit pas là de
l’analyse de sous-ensembles, mais d’ensembles. Il y a, en effet, analogie entre notre
proposition d’envisager le groupe consonantique initial bl- dans le cadre lexical, et celle de
concevoir wh- ou th- comme « la codification d’une même activité mentale » en grammaire
(Lapaire & Rotgé 1998: 608). Certaines grammaires, qui s’inscrivent dans le sillage de la
théorie des opérations énonciatives de Culioli, attribuent à « chacun des marqueurs WH- ou
TH- », dans la classe des mots grammaticaux en WH- et en TH- respectivement, une « valeur
propre que l’on retrouve dans chacune des combinaisons dans lesquelles il apparaît » (ibid. :
608). Tout comme, en grammaire, l’objectif est, à partir des ‘valeurs d’emplois’ ou ‘effets de
sens’ en discours, « de tenter de dégager, en langue, une valeur centrale constante, compatible
avec toutes ces utilisations » (ibid. : 40), il s’agira pour nous, à partir des différents sens pris
par les formes lexicales attestées dans les dictionnaires consultés, de cerner au plus près les
domaines notionnels auxquels renvoient ces sens. La différence réside en ce que notre lieu
d’observation n’est pas « le foisonnement sans cesse renouvelé du discours » (ibid. : 40), mais
les manifestations sémantiques attestées par le lexicographe.
Nous ne consacrerons pas une section spéciale à l’exposé de notre cadre théorique, mais
évoquerons ce dernier au fil de cette étude, afin de définir certains termes qui doivent
s’entendre comme éléments d’une nomenclature spécifique renvoyant à une théorie
particulière. Tel est le cas, par exemple, de la « notion » culiolienne, de la projection
conceptuelle métaphorique proposée par Lakoff & Johnson (2003), ou des schèmes mentaux
(image schemas) de Johnson (1987). Globalement, l’esquisse du modèle cognitif que nous
proposons s’appuie sur les travaux de Culioli (1990), de Sweetser (1990), et de Gärdenfors Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
45
(2000). En ce qui concerne l’approche cognitive, la Conceptual Metaphor Theory (CMT)
élaborée par Lakoff & Johnson demeure notre référence prépondérante, ainsi que certaines de
ses élaborations, comme les réseaux conceptuels métaphoriques. Nous nous appuierons
également sur la notion de schèmes mentaux (Johnson 1987, Lakoff 1987, Lakoff & Johnson
1999 et 2003), afin de formuler des hypothèses quant aux liens qu’entretiennent, selon nous,
les deux domaines notionnels <Vision / Luminosité> et <Courant / Flot>.
Nous examinerons également l’ensemble des données en invoquant un certain type de
conceptualisation d’événements, que Talmy nomme « Fictive Motion » (Talmy 2000). Enfin,
nous emprunterons à Langacker l’un de ses concepts fondamentaux, celui des modèles en
réseau (network model), touchant à l’organisation des catégories, pour rendre compte de la
polysémie de blood ; et utiliserons la notion d’« Active Zone » (Langacker 1987, 2002) afin
de mieux cerner les parties du corps qui interviennent de façon systématique dans les procès
désignés par certains ‘verbes en bl-’.
Nous avons utilisé deux dictionnaires : l’OED
9
pour l’anglais contemporain, et l’EDD
10
pour l’anglais dialectal de la fin du XIXe siècle. A partir des bases lexicales des noms, des
verbes, et des adjectifs, nous avons établi dans nos tableaux préliminaires 174 entrées pour
l’OED, et 264 entrées pour l’EDD. La plupart de ces lexèmes sont communs aux deux
dictionnaires (bladder, blow) ; d’autres sont des formes dialectales, souvent obsolètes, et
attestées uniquement dans l’EDD, comme blandigo « shower of rain », ou blawp « to belch,
to heave up water ». Enfin, certains, plus rares, n’apparaissent que dans l’OED, tels que blivit
« US slang : something useless ». Notre but étant de nous concentrer sur les bases lexicales,
nous avons éliminé : les mots formés par composition, extrêmement nombreux en ce qui
concerne les formes désignant des couleurs ; les mots formés par dérivation
11
: comme, par
exemple, blazer (< blaze + er) ; les mots dont les traits définitoires indiquent explicitement un
renvoi à un autre mot ; les mots qui ne représentent qu’une variante de prononciation ; les
mots qui ne font partie de la classe des ‘mots en bl-’ que par le résultat d’un processus de
syncope (bliv = « to believe [pron. of believe] ») ; les interjections ; les formes résultant
d’emprunts récents à une autre langue ; et, enfin, les mots dérivés d’un nom propre (bloomer).
1. Analyse sémantique
1.1. Sens les plus fréquents
1.1.1. Pour les noms
 Un courant, un flux (blast). La substance déplacée ne se limite pas à l’air, mais peut être
un liquide, voire un mélange d’air, d’eau, et de substances solides. Dans le cas de
phénomènes météorologiques, comme des rafales ou des précipitations, il est souvent difficile
de distinguer l’action du vent de celle de la pluie ou de la neige ;
 Un renflement qui peut s’apparenter à une bulle, c’est-à-dire correspondant souvent à
l’action ou le résultat de ce déplacement d’air ou de liquide : blain, blister, bladder, blob et de

9
The Oxford English Dictionary, 2
ème
éd., 1989.
10
The English Dialect Dictionary (Wright 1898-1905).
11
Comme en ce qui concerne la couleur (mots formés à partir de black et de blue), les mots formés par
composition ou / et dérivation à partir de blood sont également extrêmement nombreux : nous n’en comptons pas
moins de sept pages et soixante entrées dans l’OED. 46 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
nombreuses formes dialectales attestées dans l’EDD. L’action de la bouche semble à l’origine
déterminante, l’air étant expulsé comme pour former intentionnellement une vésicule, mais le
domaine des éléments naturels est également bien représenté (blubber) ;
 Un objet ou une partie d’objet qui attire le regard, souvent par sa luminosité (blaze), sa
couleur claire ou bariolée (blaze « white mark on a horse’s face »). Cette notion est beaucoup
plus fréquemment actualisée par des adjectifs (voir ci-dessous).
1.1.2. Pour les verbes
 L’action de produire un courant d’air, ou d’injecter de l’air dans un objet. Si l’origine de ce
flux est dans la plupart des cas la bouche (blow), l’air ou le liquide peuvent s’écouler d’autres
parties du corps (air ou mucus chassés par le nez (blast), larmes déversées par les yeux
(blirt)). Enfin, il s’agit fréquemment de phénomènes météorologiques, extérieurs au corps, où
l’agent qui donne naissance au courant est le vent, ou la mer (bluster). L’on trouve souvent
des formes polysémiques dont les sens renvoient au domaine du corps et à celui des éléments
naturels (blast) ;
 L’émission par la bouche de divers sons ou bruits, pouvant s’apparenter ou non à un ‘flot
de paroles’. C’est en principe de la bouche humaine que sortent ces cris et éclats de voix
(blab, blether), mais les animaux ne sont pas en reste (bleat) ;
 Certains mouvements des yeux (blink) ou diverses actions faisant intervenir la vision : soit
l’activité visuelle proprement dite (blench dial. ‘to glance’), soit l’émission de luminosité par
un objet extérieur (blaze : « to burn with a bright fervent flame » OED).
1.1.3. Pour les adjectifs
Ils désignent très souvent des couleurs (black, blue, et de très nombreuses formes
dialectales, comme blae) ; ou qualifient les yeux (blind, blear). L’étude des ‘mots en bl-’
désignant des couleurs fait l’objet d’une étude séparée, voici un résumé succinct de nos
conclusions : d’une part, toutes les couleurs, hormis le vert, sont représentées par au moins un
‘mot en bl-’. Par ailleurs, à l’exception de black et blue, les teintes désignées sont souvent non
uniformes, difficiles à cerner, composées de plusieurs couleurs entremêlées. De plus, non
seulement règne la polychromie au niveau des teintes, mais la polysémie au niveau des termes
(ex : bloom EDD). Cependant, en dépit de cette apparente complexité, nous notons deux
regroupements, l’un autour de « blanc/pâle/clair », et l’autre autour de « sombre ». Enfin, afin
de rendre compte de ces deux pôles opposés, ainsi que de black et de blue, nous avons conclu
que ces mots proviennent vraisemblablement de formes dont le sens signalait plus le caractère
lumineux et brillant d’un référent, qu’une couleur particulière.
1.2. Délimitation de deux « Domaines 'otionnels »
Nous nous inspirons de la Théorie des Opérations Enonciatives proposée par Culioli pour
ce qui est du concept de ‘notion’. Dans l’ensemble du ‘foisonnement’ dont fait mention
Culioli, il nous paraît possible de préciser quelques propriétés constitutives des deux
domaines notionnels que nous examinons ici : FLOT / COURANT et VISION /
LUMINOSITE. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
47
1.2.1. Notion de FLOT / COURANT
Deux caractéristiques nous semblent dignes d’intérêt : dans la production du courant,
l’action de la bouche et des lèvres est déterminante ; cependant, il peut aussi souvent s’agir de
phénomènes météorologiques (blast). En outre, les substances transportées ou projetées sont
aussi bien de l’air que du liquide, voire un mélange d’air et d’eau : en particulier pour les
verbes désignant des manières de pleurer (blirt « to cry, weep, shed tears » ; ou le participe
passé blubbered « tear-stained, disfigured by weeping »), il est difficile de distinguer ce qui
l’emporte dans l’appréhension du procès, des flots de salive, de larmes, de sécrétions nasales,
ou des hurlements. Avec le souffle qui s’échappe de la bouche, sont également émis des
paroles ou d’autres sons, plus caractéristiques de l’animal que de l’homme la plupart du temps
(blab : « to make a gurgling sound with the lips » (EDD)).
Lorsque cette notion est actualisée sous la forme d’un verbe, le caractère relationnel
propre au verbe ainsi que la prise en compte de la dimension temporelle permettent une
appréhension de l’agent et surtout du résultat dans la construction du sens. Par exemple, le
référent est envisagé dans sa globalité pour bladder n., et le verbe correspondant bladder « to
swell out like, or into, a bladder ; to inflate » (OED) profile en filigrane le rôle de la bouche
comme agent, ainsi que son résultat, la formation d’un réceptacle susceptible de se remplir.
1.2.2. Notion de VISION / LUMINOSITE
Elle renvoie à l’idée générale de lumière : l’émission de rayons lumineux tout autant que
sa perception par l’organe de la vue, l’œil. Si l’on considère le procès dans son ensemble, on
va toucher à certaines caractéristiques de l’agent, c’est-à-dire la source lumineuse (qui peut
fréquemment s’apparenter au feu), puis au déroulement du procès, et enfin à ses conséquences
ou son résultat, c’est-à-dire la sensation visuelle proprement dite. Le même procès pouvant
être envisagé à différents moments, il n’est donc pas étonnant que, si on tient compte à la fois
du regard aspectuel et du cadre temporel, les manifestations sémantiques de cette notion pour
une même forme, blaze par exemple, soient des sens aussi différents que « to burn with a
bright fervent flame » (source et déroulement), « to shine brightly, to glitter » (déroulement),
et « (Obs.) to dazzle or daze with light ; fig. to blind » (OED), qui profile le résultat de
l’action, et même le résultat indirect, à long terme.
1.3. Les deux sous-classes de ‘mots en bl-’
Nous avons observé que 45 % des ‘mots en bl-’ ont au moins un sens renvoyant à la
notion de FLOT / COURANT, et 32,5 % à celle de VISION / LUMINOSITE, c’est-à-dire que
plus des trois quarts de l’ensemble des ‘mots en bl-’ sont concernés. Nous identifions au sein
de la classe constituée par les ‘mots en bl-’ deux sous-classes dont chacune est composée de
lexèmes possédant au moins un sens qui renvoie à l’une de ces notions. 48 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
1.4. Cas édifiants de polysémie
1.4.1. Cas renvoyant à des correspondances macrocosme / microcosme
Un même ‘mot en bl-’ peut désigner soit une rafale de vent, soit la production d’un souffle
d’air par la bouche, et parfois le nez (blast n., blirt dial). Le souffle d’air ou le jaillissement de
liquide proviennent donc soit des éléments (souvent déchaînés) de l’univers, soit du corps
humain (bouche, nez, yeux). Ainsi, la citation fournie par l’OED « broken by the blast of a
hurricane » a-t-elle trait au macrocosme (sens n°1 : « a blowing or strong gust of wind »),
alors que l’extrait biblique « With the blast of thy nostrils the waters were gathered together »
(Ex. xv. 8) correspond au sens obsolète faisant intervenir le microcosme : « A blowing of air
through the mouth or nostrils ; a breath ».
1.4.2. Cas témoignant de l’exercice de plusieurs modalités perceptuelles
Le même terme peut désigner des référents différents, correspondant à des perceptions
relevant de modalités perceptuelles différentes, souvent l’ouïe et la vue (blare n.). Le
glissement de l’ouïe à la vue est indiqué explicitement dans les traits définitoires de blatant,
(« in recent usage, obtrusive to the eye (rather than to the ear as in orig. senses) » OED). De
même pour blind : l’OED indique non seulement l’évolution de « privé de la vue » à « privé
de toute perception », mais indique pour le sens n°14 : « (Obs.) transferred from sight to
sound ». Le lexicographe lui-même mentionne une certaine part de réalité extralinguistique
comme étant à l’origine de ces évolutions sémantiques et de ces cas de polysémie. Nous
pouvons citer en contexte « With a great thump of timpani and a blare of brass, the whole
band come sweeping in » (ouïe), et « The womenkind did not put on much ‘blare’ of color »
(vue) (citations fournies par l’OED).
1.4.3. Cas soulignant les relations qu’entretiennent vision et luminosité
Plusieurs termes obsolètes dénotent à la fois le rayonnement provenant de l’œil (‘glance’,
‘look’) et celui émis par l’objet considéré (‘shine’, ‘gleam’) : il s’agit de blush (n., v.), blenk,
blink (OED), et blinter (EDD). Le rayon lumineux semble donc envisagé dans les deux sens,
de l’œil à l’objet et/ou de l’objet à l’œil ; et nous comprendrons mieux l’importance de ce cas
de polysémie lorsque nous évoquerons la théorie platonicienne de la vision. La définition de
blind n. est d’ailleurs particulièrement explicite : « anything which obstructs the light or
sight » : on envisage ici à la fois un rayon ‘entrant’ et un rayon ‘sortant’. Nous pouvons
opposer le sens de blink dans « A brown setter lay upon the hearth rug, blinking at the blaze »,
où s’exercent à la fois la perception visuelle et l’activité des yeux et des paupières (sens n° 4.b
« To look with twinkling eye-lids, as one half-awake or dazzled with light »), à celui qui se
manifeste dans « The sun was blinking on the windows », où l’agent n’est plus l’œil, mais une
source lumineuse extracorporelle (soleil, étoiles, feu, bougie). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
49
1.4.4. Cas préfigurant les relations qu’entretiennent les deux notions
Certains lexèmes ont la particularité d’être polysémiques selon le schéma suivant : l’un
des sens renvoie à la notion <Flot/Courant>, alors que l’autre (ou d’autres) renvoie(nt) à
<Vision/Luminosité>. Par exemple, plusieurs formes, en général obsolètes, désignent à la fois
une rafale de vent, un souffle, ou le jaillissement d’un liquide ; et, d’autre part, un éclair, une
lueur, l’éclat du feu etc. Citons par exemple blast, blash, blare, blirt, et blizzener (dial.). De
plus, à ces cas de polysémie s’ajoutent plusieurs mots traités comme des homonymes par le
lexicographe (blaze v
1
et blaze v
2
OED)
12
. Enfin, des sens renvoyant à l’une des deux notions
dans le lexique actuel renvoient à l’autre en dialecte (bleach, blear, blaze, blush, bleak). Par
exemple, le sens actuel de bleach met en jeu la vision (« To whiten by washing and exposure
to sunlight or by chemical processes », OED), alors que l’EDD atteste des sens ayant trait à la
force du vent et/ou de la pluie, comme dans l’énoncé : 9hb. « [My roof] is aal tight, except
when the rain bleaches ». De même, bleak peut désigner une couleur en dialecte (« pale, wan,
sickly-looking » EDD), comme dans la phrase : « I can’t justly say as she were well. She were
looking so wankley and bleak » (EDD) ; au contraire les sens suivants renvoient à la notion de
Flot/Courant : « The cold wintry wind blew bleak » ; « Scarce a shed to shelter me from the
bleak air » ; « Bleak hills and leafless woods » (OED).
1.5. ‘Mots en bl-’ et parties du corps
1.5.1. Quelles parties du corps ?
 Le sang - blood
 La vessie – bladder
 L’œil - une forme dialectale : blinker, attestée par l’EDD et l’OED, avec la mention
« argotique » ; blinkers, ainsi que bliers, désignent aussi les cils (EDD)
 La lèvre inférieure – blob : attesté dans l’OED avec le qualificatif « pouting », et dans
l’EDD : « cf. blubber-lipped : having thick-lips »
 Les os plats : blade : « A broad flattened bone or part of bone », en particulier le nom
composé shoulder-blade ‘omoplate’
 La graisse : blubber : L’OED n’atteste pour le nom
13
que le sens actuel de « the fat of
whales or other cetaceans ». Webster’s
14
, et plusieurs dictionnaires bilingues, donnent un sens
dérivé à nuance familière : « superfluous fat on a person or animal »
 Vésicules, cloques et autres pustules – l’un des noms usuels correspondant à ce sens est
blister : « A thin vesicle on the skin, containing serum, caused by friction, a burn, or injury »
(OED). Dix-sept noms au total désignent des lésions cutanées souvent renflées, contenant un
liquide susceptible de s’écouler. Citons blain : « a sore, an ulcer or gathering of any kind ; a
swelling » (EDD).
En outre, bien que non désignées par un ‘mot en bl-’, cinq parties du corps interviennent
presque systématiquement dans les procès désignés par les verbes : la bouche, les yeux, et

12
Blaze : la locution verbale blaze abroad est toujours attestée dans le dictionnaire bilingue Robert & Collins
(1998, 5
ème
éd.), avec le sens de ‘crier sur tous les toits’.
13
Blubber (n.) : Sous la même entrée, l’OED atteste aussi les sens obsolètes de « The foaming and boiling of the
sea », « A bubble of foam or air upon water », ainsi que « A jelly-fish or Medusa, also called sea-nettle », et
« The action of blubbering or weeping ».
14
Webster’s Third 9ew International Dictionary, 1993, Springfield (Mass.) : Merriam Webster Inc. 50 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
moins fréquemment, les oreilles, le nez, et la peau. Notons que ce sont des lieux où s’exercent
les sens, mais ces parties du corps sont ici souvent envisagées en tant qu’orifices, situés sur le
visage, par lesquels s’écoulent divers flots de larmes, de souffle, de salive, ou de paroles. La
partie du corps concernée englobe parfois la partie contiguë, par exemple les paupières. Le
lexicographe ne s’embarrasse pas de précisions superflues et indique pour blink (sens 3 à 6) :
« In various shades of meaning which run into one another : in the earlier, the notion of
‘glancing’ predominates, in the later, that of ‘winking’ » (OED).
Ces références peuvent être très explicites, voire insister sur le rôle précis joué par ces
parties du corps (blabber : « to make sounds with the lips and tongue as an infant » OED),
mais celles-ci interviennent aussi de façon implicite dans les procès désignés. En ce qui
concerne les verbes renvoyant à la notion <Courant/Flot>, l’agent sera implicitement la
bouche, et parfois le nez. Pour <Vision/Luminosité>, l’agent, même implicitement mentionné,
sera l’oeil. Enfin, pour des sens tels que « to burst out into weeping » (blurt, OED), les yeux
et la bouche sont agents du procès, et les oreilles, ainsi que les yeux, organes de la perception.
1.5.2. Caractéristiques
 Eruptions cutanées
Les parties du corps désignées par des ‘mots en bl-’, sauf blood, bladder, blinker et blob dans
le sens de ‘lèvre inférieure protubérante’ sont des lésions cutanées : dans la plupart des
définitions, la peau est implicitement ou explicitement mentionnée. Elles sont perceptibles
soit visuellement, soit par la sensibilité haptique, ou plus exactement par la douleur qu’elles
provoquent. Elles attirent principalement l’attention visuelle soit par leur couleur (rouge ou
blanc), soit par la forme saillante qu’elles dessinent à la surface de la peau.
 Air et eau
Ces cloques et boutons contiennent souvent une sérosité, susceptible de s’épancher hors du
corps, et mentionnée dans les définitions, comme par exemple, blister : « A thin vesicle on the
skin, containing serum » (OED). La présence de liquide dans ces vésicules semble une
constante, indiquée de manière explicite ou implicite. Le sens usuel de bladder est éloquent à
cet égard : « The musculo-membranous bag which serves as the receptacle of the urinary fluid
secreted by the kidneys » (OED). Si ces cloques ne contiennent pas de liquide, ce sont des
vésicules ayant la forme de petits sacs gonflés d’air. Parfois même, un processus de
fermentation est à l’œuvre, susceptible de résulter en l’émission de produits gazeux.
En outre, à l’exception de la salive, tous les fluides corporels sont soit désignés par un ‘mot en
bl-’ (blood ; blee : « a tear » EDD), soit mentionnés dans certaines définitions. Nous venons
de citer celle de bladder, pour l’urine ; ajoutons les larmes (blather : « to besmear with mud,
blood, or tears » ; bleary EDD), la sueur (blowze EDD), les mucosités bronchiques (blathery
EDD), et les sérosités sous-cutanées (blawp EDD).
1.5.3. Premières conclusions : vers une approche cognitive
 Liens avec le sang
De prime abord, les caractéristiques que nous avons dégagées pour la grande majorité de la
sous-classe des ‘mots en bl-’ désignant des parties du corps (19 mots sur 23), semblent
difficilement pouvoir s’appliquer à l’un de ses membres les plus courants en anglais moderne,
à savoir blood. Nous atteignons là les limites de l’analyse sémantique traditionnelle ; et une Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
51
approche prenant en compte les fondements conceptuels à l’origine de la structure
linguistique paraît justifiée : « The main reason for adopting this procedure is that some
linguistic forms are meaningless if taken literally, but they can be accounted for if reference is
made to the cognitive factors that can be held responsible for their growth » (Heine 1997 :
16).
 Sens de blype
Le sens d’un ‘mot en bl-’ a attiré notre attention eu égard à l’éventualité d’une approche
cognitive. Il s’agit de blype : « a pellicule, a shred » (EDD) ; « a shred of skin » (OED). Il
semble difficile d’en rendre compte hors du cadre proposé par une analyse prenant en
considération les représentations mentales basées sur les propriétés extralinguistiques du
référent : nous pourrions alors rapprocher les conceptualisations des sécrétions s’écoulant du
corps, et ces petites squames qui, également, se détachent des téguments humains.
1.6. Aspectualité
1.6.1. Paroxysme et excès
Dans les traits définitoires, les adjectifs et adverbes employés soulignent la plupart du
temps la force, l’intensité, la violence des phénomènes désignés par les ‘mots en bl-’. Par
exemple, Blast : « a strong gust of wind » ; sens n°10 de blast v. : « to strike with the wrath
and curse of heaven » (OED). S’il s’agit de langage ou de cris, ceux-ci sont stridents :
Blatant : « offensively or vulgarly clamorous » (OED) ; s’il s’agit de luminosité, celle-ci est si
intense qu’elle peut en devenir aveuglante (blaze v1 : Obs. « to dazzle or daze with light ; to
blind » OED). Les qualificatifs signalent atteinte et agression ; et le résultat en est le
mécontentement, la désapprobation, ou la douleur.
1.6.2. Mélange et désordre
Les couleurs
15
désignées par des ‘mots en bl-’ sont souvent entremêlées et diverses ; de
même les substances sont composites, les phénomènes confus et désordonnés. Par exemple,
les rafales sont souvent composées de vent et de pluie, parfois mêlées de neige ou de grêle.
Nous connaissons le sens de blend « to mix, mingle » ; en dialecte blanda désigne un mélange
d’orge et d’avoine semées ensemble (EDD), blanch le minerai de plomb mélangé à d’autres
minéraux (EDD), et blewitt un cataplasme composé de quatre plantes et de pain (EDD).
Les verbes désignant des façons de parler signalent l’absence de maîtrise, le manque de
cohérence et d’organisation : Blab : « one who has not sufficient control over his tongue ;
loose talk or chatter ; babbling » (OED). Les expressions « fitfully », ou « by fits and starts »
se rencontrent à plusieurs reprises dans les définitions, et indiquent le caractère saccadé,
impulsif, et irrégulier des procès, y compris lorsque l’agent n’est pas humain (blink : « to
shine fitfully, to flicker », EDD).

15
Rappelons que les mots désignant des couleurs ont fait l’objet d’une autre étude de notre part (Communication
Atelier des Doctorants – Congrès SAES Nantes, 12 mai 2006). 52 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
2. Analyse étymologique
2.1. Racines indo-européennes homonymiques : *bhel-
Trois des quatre racines indo-européennes ayant la forme *bhel- identifiées par le
dictionnaire étymologique de Watkins sont à l’origine de la plupart des ‘mots en bl-’ que nous
examinons ici. Il s’agit de :
*bhel-
1
« To shine, flash, burn ; shining white and various bright colors », dont divers
élargissements germaniques ont donné par exemple bleach, bleak, blaze, blind, blank, et la
plupart des mots désignant des couleurs (black, blue, blond, blush)
*bhel-
2
« To blow, swell ; with derivatives referring to various round objects and to the notion
of tumescent masculinity » ; dont les élargissements, selon différents itinéraires (extensions
en *bhlē-
2
, *bhlei-, ou *bhleu-) ont donné blow, bladder, blast, blain, blister, bloat
* bhel-
4
« To cry, yell » dont l’extension *bhlē-
1
« To howl » est à l’origine de bleat et blare
2.2. Cas de blood
Mallory & Adams identifient deux racines que continuent la plupart des mots désignant le
sang dans les principales langues issues de l’indo-européen : l’une, *h1ésh2ōr aurait désigné le
sang coulant dans les veines, l’autre *kréuha, le sang à l’extérieur du corps, le sang s’écoulant
d’une blessure. « It has been argued that the lexical distinction between ‘(inside) blood’ and
‘(outside) blood’ in PIE is emphasized by derivatives and extensions of meaning that indicate
two opposed metaphorical sets. […] the root for ‘(outside) blood’ yields words signifying
aggression (e.g. Lat. crūdēlis ‘cruel’) […], and dying, seen metaphorically in terms of the
hardening (or freezing) of ‘outside blood’ […] » (Mallory & Adams 1997 : 71).
A cette conception ‘négative’ du sang ‘à l’extérieur du corps’ s’oppose la vision ‘positive’
du sang coulant dans les veines, symbole de vie et de fertilité masculine : « *ēs-r- ‘inside
blood’ alludes to the growth of life and the warmth of spring » (Linke 1985 : 341). « There is
some evidence that Indo-Europeans conceived of *ēs-r- ‘inside blood’ as ‘good’. When this
blood penetrated the confines of the body, flowing toward the outside, it became *kreu-, a
‘maleficient, evil’ fluid » (ibid. : 343).
Cependant, blood et sa lignée germanique ne dérivent ni de l’une, ni de l’autre de ces
racines ; et les dictionnaires étymologiques ne proposent en général qu’une racine germanique
(*blōðam), et non indo-européenne, de blood. C’est le cas d’Onions (Onions 1966 : 101), de
Mallory et Adams (M & A 1997 : 71), ou de Chantraine : « Il n’y a pas de nom du sang
commun à tout l’indo-européen » (Chantraine 1999 : 34). Seuls certains « linguistes
intrépides » ont l’audace de proposer une racine indo-européenne
16
: ainsi, selon Watkins, le
mot blood est issu de la racine indo-européenne *bhel-
3
‘to thrive, bloom’ (dont sont issus en
anglais bloom, blossom, et blade), et non de la racine homonymique *bhel-
1
‘to shine, flash,
burn ; shining white and various bright colours’ (Watkins 2000 : 9). Buck partage
partiellement cet avis, et ajoute l’idée du jaillissement hors du corps : « OE blōd, etc., general
Germanic, probably as ‘that which bursts out’ » (Buck 1949 : 206).

16
« Des linguistes intrépides le relient par une suite de chaînons sémantiques au nom de la fleur, allemand
Blume, anglais bloom, etc., qui lui, est sûrement un cousin du latin flôs. Mais les chaînons sont subtils. En tout
cas, le mot est isolé ; le groupe germanique, comme il est fréquent, fait bande à part » (Georges Dumézil, 1983 :
« Le sang dans les langues classiques », 9ouvelle revue française d’hématologie vol. 25, pp. 401-404). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
53
2.3. Cas de spécialisation ou de généralisation sémantiques
A travers les lexiques de diverses langues issues de l’indo-européen, les dictionnaires
étymologiques consultés font état de traces qui, selon eux, témoignent de correspondances
entre Vision et Lumière d’une part, Aspect et Vision d’autre part, et esquissent certaines
manières d’envisager les fluides corporels comme ‘mouvements de sortie’ du corps humain.
2.3.1. Vision et Luminosité : de ‘soleil/œil’ à ‘briller/voir’
Sous l’entrée ‘eye’, Mallory et Adams font état du reflet que renvoie le lexique de
certaines langues issues de l’indo-européen des croyances
17
associant un élément de l’univers
à une partie du corps humain : « In IE cosmology, the concepts of ‘eye’ and ‘sun’ are
constantly linked to one another, and in at least one case, O.Ir. sūil ‘eye’, the word for ‘eye’
derives from the word for ‘sun’ » (M & A 1997 : 188). De même, l’émission de lumière est
l’une des sources principales que recense Buck à l’origine des mots désignant l’œil : « Most
of the words for ‘eye’ belong to an inherited group [< IE *ok
w
-]. The others are from such
notions as ‘see, look, bright, sun (?), shining ball’ » (Buck 1949 : 225).
Afin de rendre compte de l’évolution sémantique des verbes concernés (‘briller’ > ‘voir’),
Buck conjecture un cheminement passant par le relais des noms signifiant ‘lueur, éclair’, qui,
lorsqu’ils s’appliquent au regard, permettraient l’émergence des sens ‘voir, regarder’ : « The
dependence of sight upon light is reflected in several words for ‘see’ and ‘look’ that are
cognate with others for ‘light, shine’ etc. » (Buck 1949 : 1041). C’est le cas, entre autres, du
rameau germanique, et plus précisément, de certaines formes en bl- : « NHG blicken […]
‘look’ (also ‘gleam, shine’), from […] OHG blicchen ‘gleam, shine’, […] whence NHG blick
n. ‘glance, look’, and through this the use of the verb in sense of ‘look’ » (Buck 1949 : 1044).
Ces cas de spécialisation sémantique, constatés dans les évolutions des sens de mots
appartenant à diverses langues issues de l’indo-européen, viennent étayer les observations
notées à ce propos dans notre analyse sémantique des ‘mots en bl-’ du lexique anglais, à
savoir la polysémie briller/voir des cinq formes blenk, blink, blinter, et blush n+v., la
polysémie de blind adj. « destitute of the sense of sight / enveloped in darkness ; obscure ;
Obs. not lighted », et la définition de blind n. : « anything wh. obstructs the light or sight ».
2.3.2. Vision, Aspect général, et Couleur
Une seconde extension sémantique, dont témoignent plusieurs ‘mots en bl-’, en général
dialectaux (bloom, blush), est attestée par Buck dans le même paragraphe : l’émergence pour
les noms du sens « apparence extérieure, aspect », et, pour les verbes, de « paraître, avoir
l’air », processus affectant des formes dont le sens originel renvoie à la notion de Vision.
Buck qualifie ce changement sémantique de « relation logique » ; il indique même l’origine
probable du lien en employant « subjective » pour le sens attaché à ‘sight, vision’, et
« objective » pour celui de ‘look, appearance’. Par l’emploi de ces deux adjectifs, Buck
évoque le rayon imaginaire associant le sujet voyant à l’objet vu, rayon qui peut être qualifié
de « visuel » dans un sens, et de « lumineux » dans l’autre : « Words for the subjective ‘sight’
are nearly all derivatives of the verb for ‘see’, or in some cases ‘look’. Many of these are also

17
Nous présenterons brièvement le système de croyances des Indo-Européens dans ce domaine en section 4.54 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
used for the objective ‘look, appearance’ of something […]. This notion is logically related to
the subjective ‘see’ or ‘look’ in the same way as the obj. to the subj. ‘smell’ or ‘taste’, and in
part is expressed by forms of, or related to, the vbs. for ‘see’ or ‘look’ » (Buck 1949 : 1041).
Enfin, l’aspect général est parfois lié à la couleur (blee : « colour, complexion » ; bly : « a
faint likeness or resemblance, a ‘look of’ » EDD). L’OED, pour sa part, atteste trois sens pour
blee : « 1. Colour, hue ; 2. Colour of the face, complexion ; visage ; 3. Appearance, form », et
conjecture une provenance du germanique. Les sens donnés dans l’OED sous bly témoignent
de degrés plus avancés de généralisation : « Likeness, resemblance, look, aspect, species,
character » (OED). Les liens qu’entretiennent la couleur et l’aspect extérieur d’un objet, en
tant qu’entités les plus immédiatement perceptibles par la vue, sont reflétés, une fois de plus,
par le lexique : « Within individual languages, terms for color often derive from terms for the
‘surface’, e.g., Lat. color (akin to cēlāre ‘cover, conceal’) […] or are derived from a
specialization of individual color terms. […] The most interesting of these terms appear to
relate to markings rather than color per se. A root *perk is applied to a variety of variegated
beings, e.g., Lat. porcus ‘perch or piglet’ » (M & A 1997 : 113). Un ‘mot en bl-’, bloached, a
précisément ce sens : « of a variegated appearance, spotted » (EDD). Buck est très explicite
quant aux relations qui lient vue, couleur et apparence, et cite Aristote : « ’Color’ is treated by
Aristotle as the objective parallel to the subjective ‘sight’, like ‘sound’ to ‘hearing’, etc. ; and
while ‘color’ is only one aspect (beside ‘form, shape’) of an object’s ‘look, appearance’ (the
true obj. notion parallel to ‘sight’), it is the most conspicuous and one depending wholly on
sight. […] Most of the words for ‘color’ reflect such notions as ‘covering’, ‘surface, skin’,
‘countenance, look’, or the ‘hair’ of animals » (Buck 1949 : 1050).
2.3.3. Fluides corporels et mouvements de sortie du corps
Dans les sections qu’il consacre aux mots désignant divers produits que le corps évacue,
tels que l’urine, les excréments, les vomissements, ou la sueur, Buck observe des sens
premiers qui renvoient à des représentations désignant ceux-ci comme étant des ‘mouvements
de sortie’ du corps. Citons par exemple les remarques de cet auteur sous l’entrée
« excrements » : « In the Germanic group and several of the other words the development is
from ‘separate’, whence ‘discharge from the body’. The countless euphemistic expressions
are mostly ignored, as for example those meaning literally ‘discharge, empty one’s self, ease
one’s self […]’ » (Buck 1949 : 275).
Les produits corporels examinés ci-dessus ne sont pas directement désignés par des ‘mots
en bl-’. Mais les observations des étymologistes sont extrêmement éclairantes quant aux
possibles conceptualisations que les mots les désignant recouvrent. Rappelons enfin que blood
et les formes apparentées du rameau germanique, qui se distinguent comme ne provenant pas
des deux racines indo-européennes de loin les plus répandues (*ēsen- et *krew-), sont attestés
par Buck comme issus d’une forme germanique à l’origine également de blade, bloom et
blossom en anglais moderne, et dont le sens paraît être : « ce qui jaillit » (Buck 1949 : 206). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
55
3. Dimension mythique : réprésentations du corps chez les peuples anciens
3.1. Corps et cosmos
Dans la tradition indo-européenne, le premier homme provient de la mise à mort, suivie
du démembrement, d’un être ou géant originel, dont les différentes parties du corps sont
utilisées pour créer les éléments constitutifs du cosmos : « The general narrative is that a
primordial being is killed and dismembered, and that from that being’s body the cosmos or
some important aspects of it are created (from the pieces of the victim’s body) » (Lincoln
1986 : 2-3). A leur tour, ces parties de l’univers, une fois assemblées, permettent la création
de l’homme, dont chacune des parties du corps est liée à un élément du cosmos. Des neuf
homologies qui président aux correspondances reliant les parties du corps aux éléments de
l’univers, nous retiendrons les trois suivantes pour notre propos : Souffle / Vent ; Yeux /
Soleil ; et Sang (ou autres fluides corporels) / Eau. Ces correspondances ne reposent pas sur
de simples similitudes apparentes : parties du corps et parties de l’univers correspondantes
sont des avatars d’une seule et même substance, et apparaissent en alternance dans le cycle de
la vie et de la mort, dans une transmutation perpétuelle.
3.2. Le souffle et le vent
L’homologie qui fait correspondre le souffle humain au vent de l’univers est l’une des
plus récurrentes du système ; le cycle respiratoire de l’homme étant identifié au processus
respiratoire du cosmos : au cours de l’expiration, le souffle quitte le corps et se métamorphose
en vent, et l’inverse se produit lors de l’inspiration. « The simple act of breathing thus
alternately constructs the macrocosm (while deconstructing the microcosm), then constructs
the microcosm (while deconstructing the macrocosm) » (ibid. : 33-34).
3.3. Œil, soleil, lumière et paroles
3.3.1. Croyances indo-européennes : homologie Yeux / Soleil
De même, parmi les neuf homologies qui structurent le système de pensée indo-européen,
celle faisant correspondre les yeux au soleil est l’une des plus solidement établies. Lincoln
signale une particularité du système de pensée indo-européen : l’œil et le soleil sont tous deux
des sources de lumière qui, conjointement, entrent en jeu dans le mécanisme de la vision
(Lincoln 1986 : 17-18).
3.3.2. Grecs de l’époque homérique : les « souffles »
Pour les ‘Premiers Grecs’, si les oreilles, les yeux, et le nez sont bel et bien reconnus
comme les organes des sens, la perception dans son ensemble est saisie en fin de compte dans
le thumos
18
, et les phrenes
19
. Le cheminement des sensations, tel que les Grecs l’imaginaient,

18
Thumos (θυµός) : souvent considéré comme la substance de la pensée et de la conscience ; identifié au
‘souffle’, qui représentait la conscience dans la poitrine. Souvent rendu par ‘âme-souffle’, anéantie par la mort,
par opposition à psukhē, immortelle, et extérieure au moi conscient. 56 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
aboutit aux poumons, lieu ultime de destination des sons, des images visuelles et des odeurs
(Onians 1999 : 93-96). Les trois fonctions que sont la vision, l’audition, et l’olfaction sont
donc envisagées comme des souffles émis par les objets, et pénétrant dans le corps par
l’intermédiaire de ce que est identifié de nos jours comme ‘les organes des sens’.
3.3.3. Vision, lumière, et langage : entrées et sorties du corps humain
Il nous reste à examiner une dernière particularité propre aux ‘souffles’ : leur direction.
Selon d’autres théories plus tardives de la vision chez les Grecs, un double mouvement
semble se produire entre l’extérieur et l’intérieur du corps : « […] les yeux ne reçoivent pas
seulement la lumière ou ce qui est ‘soufflé’ par les objets, ils sont eux-mêmes désignés
comme des sources de même type […]. Chez Homère, survit la croyance que le feu flambe
dans les yeux, surtout lorsqu’on est en colère » (Onians 1999 : 101). Si nous nous tournons
vers Hésiode, nous retrouvons une conception similaire du ‘feu du regard’, envisagé comme
substance sécrétée par le corps et excrétée par l’œil.
En outre, les paroles, chez Homère, sont souvent qualifiées ‘d’ailées’, car elles sont
véhiculées entre le locuteur et l’auditeur par le souffle qui traverse l’air ambiant : « Elles
sortent avec le souffle qui est l’intelligence en elles, elles sont des parties du souffle, et
l’auditeur les prend et les met dans son thumos » (Onians 1999 : 90-91). En ce qui concerne
ces conceptualisations qui envisagent globalement les mouvements d’entrées et de sorties du
corps, et associent à ce titre le langage, en tant que flot de paroles, aux sens, nous noterons
que ces mouvements de va-et-vient s’effectuent grâce à des passages qui ne sont autres que la
bouche, le nez, les yeux et les oreilles.
3.3.4. Théorie platonicienne : transmission de « mouvements »
Dans l’Antiquité, deux grandes théories de la vision s’affrontent : pour les théories dites
‘de l’émission’, l’œil émet des rayons visuels ; c’est le jaillissement du feu contenu dans l’œil
qui permet de voir. Au contraire, pour les théories ‘de l’émanation’, « il y aurait un flux
corpusculaire ténu qui va de l’objet à l’œil de l’observateur » (Imbert 2005 : 91-93).
Platon fait une synthèse des théories de l’émission et de celles de l’émanation pour
élaborer ses propres conceptions de la vision. L’œil devient le lieu de passage du « feu
intérieur » qui va à la rencontre des effluves émises par l’objet : de la chose à percevoir part
un rayon, ou plus précisément ‘une effluve qualitative’ qui, pour qu’il y ait vision, doit s’unir
au rayon lumineux émanant de l’œil. « Selon Platon, affections, qualités et sensations sont des
mouvements » (Timée : 242, note 267), que les organes des sens acheminent jusqu’à l’âme
afin qu’elle acquière la connaissance du monde sensible. Le fondement du mécanisme
régissant la sensibilité dans son ensemble, et la perception par les organes des sens, réside
selon Platon en la transmission de mouvements qui s’effectuent entre le milieu et l’organisme,
puis à l’intérieur de celui-ci.


19
Phrenes (φρένες) : rendu traditionnellement par ‘diaphragme’, à tort selon Onians (1999), souvent considéré
comme le centre des émotions et de la pensée. L’homme pense ses pensées et sent ses émotions en trois lieux : le
cœur, les phrenes, et le thumos, tous situés dans sa poitrine. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
57
3.4. Sang et fluides corporels
Pour les Indo-Européens, l’homologie associant macrocosme et microcosme fait en
général correspondre au sang les éléments liquides de la nature, le plus souvent le système
fluvial, mais aussi la mer, la rosée, ou encore la pluie. Cependant, l’association avec l’eau de
la nature n’est pas l’apanage du seul sang de l’organisme : l’ensemble des fluides corporels
peuvent correspondre à cet élément, comme autant de flux susceptibles de s’écouler du corps.
D’ailleurs, ces conceptualisations qui englobent les liquides de l’organisme évolueront pour
constituer ultérieurement le système des quatre humeurs.
Nous retiendrons que l’idée maîtresse sous-tendant la représentation du sang chez Platon
est celle d’un fluide aux multiples fonctions de transmission et de déplacement, au sein d’un
réseau complexe de circulations internes au corps. En effet, à aucun moment le philosophe
n’envisage le sang comme fluide susceptible de s’écouler hors de l’organisme ; le sang est
conçu dans le cadre des grands systèmes physiologiques. Cependant, en fin de compte, ses
rôles s’inscrivent bien dans celui du mouvement général animant le cosmos : le sang est le
fluide vital dont le mouvement assure la survie de l’organisme, face aux mouvements de
déplétion qui l’assaillent, venus de l’univers : « Ces mouvements internes véritables,
appartenant à l’organisme humain animé, trouvant leur source dans l’âme et allant de l’âme au
corps, anéantiront les mouvements externes » (Joubaud 1991 : 228).
3.5. Conclusions : mouvements entre corps et cosmos
La première idée maîtresse qui sous-tend ces représentations paraît être le fait que
l’homme n’est pas envisagé seulement en tant qu’organisme indépendant, mais en tant
qu’occupant une place au sein de l’univers. Les rapports qu’il entretient avec le milieu, et plus
globalement le cosmos, sont, de façon récurrente, déterminants dans la façon dont le corps est
conçu. Le corps humain, et les parties du corps, sont donc conceptualisés en premier lieu à
partir des relations et des correspondances que l’esprit, à tort ou à raison, établit entre ceux-ci
et les éléments de l’univers.
La seconde grande composante de ces représentations est l’une des conséquences de la
première idée force : elle a trait à la notion de mouvement. Les rapports qu’entretiennent
l’organisme et le milieu sont fréquemment décrits en termes de dynamique des forces. D’une
part, le corps est conçu dans le cadre de son environnement, il évolue au sein de celui-ci, et le
cinétisme est essentiel dans la façon dont les parties du corps émergent à la conscience.
D’autre part, corps et milieu interagissent : l’organisme est pourvu d’orifices qui lui
permettent de communiquer avec le monde qui l’entoure, ainsi que d’agir sur lui ; les
fonctions corporelles et les facultés humaines sont conceptualisées en termes d’échanges, de
déplacements, de flux qui mettent en relation les deux domaines. Tout semble se passer
comme si le corps était globalement pensé comme un espace fini et discret, certes, mais dont
la finalité ultime consisterait à tisser des liens afin que le monde entre en lui et que lui-même
se mêle au monde. 58 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
4. Approche cognitive
4.1. De la projection conceptuelle aux réseaux métaphoriques
4.1.1. Projection conceptuelle métaphorique
Afin de rendre compte de certains des cas de polysémie, nous nous proposons d’envisager
les phénomènes à la lumière de l’approche de Lakoff et Johnson. Selon ces auteurs, notre
système cognitif établit des liens entre un domaine source et un domaine cible : « The essence
of metaphor is understanding and experiencing one kind of thing in terms of another » (L & J
2003 : 5). Ces liens ne reposent en aucune façon sur une relation ‘objective’ qui existerait
entre le langage et le monde : « Metaphors allow people to understand one thing as another,
without thinking the two things are objectively the same » (Sweetser 1990 : 8-9). La
projection métaphorique s’effectue en général d’un domaine concret vers un domaine abstrait,
qui est appréhendé, structuré, et exprimé, dans les mêmes termes que le domaine source : par
exemple, de nombreuses émotions sont conceptualisées en termes de feu ou de chaleur.
Nous avons noté qu’un même ‘mot en bl-’ pouvait désigner ou qualifier d’une part la
production d’un souffle d’air ou de sons par la bouche (et parfois le nez), d’autre part une
rafale de vent ; ou bien encore l’émission de liquide par la bouche, et une averse de pluie
(mêlée ou non de grêle ou de neige). Tels sont les cas de blast, blirt, blow, et de formes
dialectales (blash, blather, blossom, blury, blusterly). Nous constatons le même type de
polysémie pour bloom, blenk, blink, blinter, etc, cette fois-ci entre le regard d’une part, et la
lumière émise par le soleil ou une flamme d’autre part. Nous pouvons envisager ces cas
comme l’actualisation du processus de projection conceptuelle métaphorique d’un domaine
source, le corps humain, vers un domaine cible, les phénomènes météorologiques, et plus
généralement, les éléments du milieu naturel. Le mécanisme de métaphore conceptuelle
permet à l’esprit d’utiliser les inférences faites ici dans le domaine du corps, concernant
principalement les fonctions attachées à certaines parties du corps (bouche, yeux, nez) pour
les réinvestir dans le domaine du temps (weather) : certains coups de vent ou éclairs seront
ainsi conceptualisés et exprimés par les mêmes lexèmes que ceux désignant les émissions et
sécrétions issues du corps.
A ce sujet, nous avons évoqué plus haut certaines croyances indo-européennes, associant
de façon systématique une partie du corps à un élément de l’univers : aux yeux
correspondaient le soleil, au souffle le vent, et aux fluides corporels l’élément liquide de la
nature. La projection conceptuelle est l’un des ‘modèles cognitifs’ permettant à l’esprit de
structurer la pensée et d’acquérir la connaissance à partir de l’expérience ; il semblerait qu’il
existe des similitudes troublantes entre la stratégie opérée par l’esprit dont ces cas de
polysémie pourraient être des traces au niveau linguistique, et celle à l’origine des
conceptualisations des peuples anciens, associant corps et milieu.
4.1.2. Réseau conceptuel métaphorique
Dans leurs ouvrages, Lakoff et Johnson donnent de multiples listes d’expressions
conventionnelles, qui révèlent l’existence de réseaux métaphoriques au travers desquels un
domaine abstrait dans son ensemble est appréhendé et structuré en termes d’un domaine
concret. Ainsi la métaphore conceptuelle <Theories Are Buildings> permet-elle de concevoir
le domaine de l’argumentation en termes de construction d’un bâtiment, ce de façon Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
59
systématique (Johnson 1987 : 105). Dans Philosophy in the Flesh, les auteurs examinent
comment sont appréhendées certaines « idées philosophiques fondamentales », telles que le
temps, la causalité, l’esprit, le moi, et la moralité. Le temps, par exemple, est conceptualisé en
termes d’espace, plus précisément en termes de déplacements et d’événements dans l’espace,
directement perceptibles. La causalité est souvent conceptualisée en termes de forces et de
dynamique des forces.
En ce qui concerne les deux sous-classes de ‘mots en bl-’ examinées ici, nous n’avons pas
à proprement parler découvert de réseau métaphorique structurant un domaine abstrait.
Cependant certaines définitions ont attiré notre attention : d’une part certains référents, de
sens fort différents, ont la particularité commune d’avoir subi une transformation, ou de
devoir leur existence à l’action du vent. Citons quelques formes dialectales de l’EDD, comme
blakes (« droppings of cows’ dung dried out for fuel ») ; bleach n. (« a drying-ground used for
‘bleaching’ linen ») ; bleean v. (« to whiten linen by exposing it a little to the wind ») ; bloatherring (« a smoked, half-dried herring ») ; blittered (« torn by the wind ») ; ou encore
blossomed (« said of cream becoming full of air whilst churning »). Et n’oublions pas que
l’un des premiers sens de bleak est « exposed, wind-swept ».
D’autre part, des définitions de plusieurs ‘mots en bl-’ mentionnent l’action de puissances
occultes et de formes de sorcellerie : Blast : « a tumour in some places attributed to
witchcraft ; an infectious or malignant air » (EDD) ; Blink : « to exercise an evil influence,
bewitch ; hence to turn anything sour » (EDD) ». La polysémie de blas (« 1. a blast, a breath ;
2. a supposed ‘flatus’ or influence of the stars, producing changes of weather » OED), et celle
de blight (« 1. any baleful influence of atmospheric or invisible origin […] that suddenly
blasts, nips, or destroys plants » ; 4. any malignant influence of obscure or mysterious origin »
OED), se laissent interpréter sur le plan cognitif en termes de projection métaphorique. Cette
dernière permet l’émergence de sens renvoyant à l’action de puissances surnaturelles,
identifiées à des souffles exhalés par des forces malignes.
Il semblerait que tout un réseau conceptuel métaphorique permette d’appréhender, de
structurer, et d’exprimer, par l’intermédiaire d’une sous-classe de ‘mots en bl-’, un domaine
que l’on pourrait nommer « Systèmes de Croyances », à partir de la représentation de l’action
de l’air et du vent. Notons enfin que l’influence néfaste peut aussi être attribuée à un œil : le
sens n° 7 de blink en témoigne : « to turn milk, beer, slightly sour [The origin of this use has
been sought in the glance of an evil eye, the ‘blinking’ of milk being formerly ascribed to
witchcraft ; also in the effect of lightning, since thunder generally ‘blinks’ milk] » (OED).
4.2. Fondement métonymique de la métaphore : cas de synesthésie
4.2.1. Trait saillant de « Paroxysme / Impétuosité »
Nous avons noté plus haut une caractéristique que présentent un grand nombre de traits
définitoires : il est souvent fait mention du caractère violent ou excessif des phénomènes
désignés. D’autre part, des cas fréquents de polysémie indiquent l’intervention de plusieurs
modalités perceptuelles, parfois expressément soulignées par le lexicographe (blare). Par
exemple, considérons le cas de blatant : la polysémie de ce lexème au niveau linguistique
(« noisy ; offensively or vulgarly clamorous » > « glaringly conspicuous ; palpably prominent
or obvious »), peut s’interpréter, sur le plan cognitif, comme la projection métaphorique
établie par entre le domaine source de la perception auditive et celui de la perception visuelle,
et plus généralement de la perception dans son ensemble. 60 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
Rappelons que, pour certains courants
20
de la linguistique dite ‘cognitive’, la projection
métaphorique repose en général sur une motivation métonymique : l’esprit extrait
21
une
propriété saillante du domaine source, qui est ensuite réinvestie dans le domaine cible. En
réponse aux objections de Taylor, pour qui la synesthésie est le seul cas où la métaphore
n’aurait pas une motivation métonymique (Taylor 2003 : 138-139), Barcelona
22
examine le
cas des expressions ‘loud colour’ et ‘sweet music’. Nous nous inspirons de sa démonstration
pour blatant : le domaine cible (vision) est appréhendé en termes d’un de ses sous-domaines
saillants, celui reposant sur la caractéristique du paroxysme et de l’excès, propre, au niveau de
la perception, à attirer l’attention, même involontaire. Ce sous-domaine détermine le choix du
domaine source (ouïe), appréhendé en termes du même sous-domaine du ‘paroxysme’.
Cette projection métaphorique reposant sur une motivation métonymique, où le domaine
source et le domaine cible sont tous deux appréhendés à travers l’un de leurs sous-domaines
saillants, celui de ‘Paroxysme/Violence’, nous semble constituer sur le plan cognitif l’une des
opérations permettant l’émergence des cas de polysémie correspondants au niveau
sémantique, très nombreux pour les ‘mots en bl-’.
4.2.2. Mélange et intermittence, confusion et désordre
Nous pourrions appliquer une démonstration similaire à propos d’une autre caractéristique
très fréquemment indiquée dans les traits définitoires : celle de mélange et d’irrégularité.
Nous en déduirions de même l’émergence de sens tels que « of a variegated appearance ;
spotted » pour bloached (EDD). Mais nous touchons là à d’autres particularités de la
perception visuelle, ayant déjà attiré notre attention lorsque nous avions noté la polysémie de
lexèmes tels que bloom (EDD): « a rosy colour or flush of the face » / « plumage of a bird »,
ou celle de blush(ed) (EDD) : « stained » / « appearance, resemblance ».
4.3. « Fictive Motion »
4.3.1. « Factive Stationariness » vs. « Fictive Motion »
Il semble possible de rendre compte de nombreux sens pris par les ‘mots en bl-’ en
invoquant un certain type de conceptualisation d’événements, que Talmy nomme ‘Fictive
Motion’, conceptualisation selon laquelle l’appréhension d’une situation statique se fait à
travers des formes et des constructions linguistiques exprimant le mouvement : « Most
observers can agree that languages systematically and extensively refer to stationary
circumstances with forms and constructions whose basic reference is to motion » (Talmy
2000 : 104).

20
Par ex. Taylor (2003 : 138-140) ; Heine (1997 : 140) ; Langacker (1987 : 168-171) ; Kövecses (2000 : 159).
21
‘Extraction’ : nous proposons d’utiliser ce concept culiolien (Culioli 1990 : 182) pour décrire une opération
comparable, mais située en amont des opérations énonciatives : opération cognitive qui consisterait, face à un
référent donné dans un cadre spatio-temporel donné, à repérer un certain nombre de propriétés caractéristiques
de ce référent, et à en extraire certaines propriétés saillantes pour les réinvestir soit dans le même domaine, soit
dans d’autres domaines en les projetant sur d’autres référents notamment à des fins de dénomination. Nous
reviendrons sur ce terme lors de l’évocation du ‘modèle en réseau’ de Langacker (section 5.5).
22
« On the plausibility of claiming a metonymic motivation for conceptual metaphor », in Barcelona 2003,
Metaphor and Metonymy at the Crossroads : 31-58. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
61
Talmy en distingue plusieurs catégories, dont l’une des plus récurrentes consiste à rendre
par un verbe de mouvement (go par ex.) une scène où aucun déplacement n’a effectivement
lieu, comme dans ‘This fence goes from the plateau to the valley’. Ce type de manifestation
du phénomène a été le plus étudié jusqu’ici ; il correspond, par exemple, à ce que Langacker
désigne par ‘Abstract Motion’ (par ex., Langacker 2002 : 12). Selon Talmy, l’écart entre le
sens littéral de l’expression linguistique et la réalité provient d’un schéma cognitif majeur,
selon lequel, chez le même individu, deux représentations de la même entité coexisteraient,
dont l’une, celle qu’il nomme « factive », serait jugée plus ‘véridique’ que l’autre : « Of the
two discrepant representations of the same object, we will characterize the representation
assessed
23
to be more veridical as factive and the representation assessed to be less veridical
as fictive » (Talmy 2000 : 100).
4.3.2. ‘Radiation Paths’
Parmi les divers cas de Fictive Motion que distingue Talmy, celui qu’il nomme
« Emanation », et, au sein de cette catégorie, le phénomène décrit par « Radiation Paths »,
semblent correspondre à certaines expériences désignées par des ‘mots en bl-’ : « The
linguistic conceptualization of a radiation path is of radiation emanating continuously from an
energy source and moving steadily away from it » (Talmy 2000 : 111). Trois processus
distincts contribuent à constituer le procès dans son ensemble : la production et l’émission de
la radiation par la source, le déplacement de celle-ci le long d’une trajectoire qui conduit à
l’objet soumis au rayonnement, et la façon dont la propagation de cette énergie affecte l’objet.
Cette conceptualisation du rayonnement correspond à une construction linguistique typique,
dans laquelle le déplacement fictif est généralement rendu par un verbe du type shine suivi
d’un groupe prépositionnel (prépositions de mouvement : into, onto, down onto etc.) (Talmy
2000 : 112).
Nous avançons l’hypothèse que ‘les verbes en bl-’ correspondants pourraient permettre,
de façon immanente
24
, la conceptualisation des procès désignés comme autant de
‘déplacements fictifs’. Nous pouvons ainsi citer dix verbes attestés dans l’OED : blare (Obs.),
blash, blaze, blenk, blik(e), bliken, blink (sens 5 : « to shine with flickering light »), bloom
(sens 4 : « to glow with warm colour »), blush (Obs.), et blysne ; auxquels s’ajoutent six
formes dialectales de l’EDD : blent, blicant (adj.), blint, blinter, blirt, blunk. Les traits
définitoires de ces verbes désignent la même réalité que celle qui répond aux ‘feature values’
mentionnées par Talmy
25
(Talmy 2000 : 106). Un second déplacement fictif associé est
souvent l’émission de chaleur (bloom (EDD) : « of the sun : to shine scorchingly, to throw out
heat as a fire »). L’objet affecté par ce rayonnement est principalement l’œil, et le corps tout
entier pour l’effet calorifique. La source prototypique du rayonnement est le soleil ou le feu :
même bleach, ou bleak (Obs.), qui ont évolué vers d’autres sens en anglais moderne, ont dans
leurs définitions une allusion à la lumière (aveuglante) du soleil : « to whiten by washing and
exposure to sunlight » (OED). Les traits définitoires de certains lexèmes, dont le sens usuel
pourrait paraître éloigné, permettent de les inclure dans cette sous-classe, car il y est fait

23
Talmy attribue à deux sous-systèmes cognitifs différents les deux représentations concurrentes, et à un
troisième le jugement qui fait que l’une ‘l’emporte’ sur l’autre : « We presume that the two representations are
the products of two different cognitive subsystems, and that the veradicality assessment itself is produced by a
third cognitive subsystem whose general function is to generate such assessments » (Talmy 2000 : 100).
24
La définition de blush, ‘to shine forth’, est assez révélatrice à ce sujet ; de même que celles, obsolètes, de bliss
‘blitheness of aspect toward others, « light » of one’s countenance’ et de blithe ‘exhibiting kindly feelings to
others’, où les sentiments bienveillants semblent irradier de la personne.
25
L’une de ces ‘values’ se définit ainsi : « The fictively moving entity is itself fictive » (Talmy 2000 : 106). 62 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
mention d’une source de lumière. Citons par exemple blend : « to make blind, permanently or
temporarily e.g. with bright light » (OED), et blind v. : « to deprive of sight, by dazzling with
bright light » (OED).
Dans un passage qui peut laisser sceptique, Talmy souligne que pour un énoncé du type
The sun is shining into the cave, bien que des particules soient effectivement émises d’après
les lois physiques, le mouvement du rayonnement n’est pas perceptible, et qu’il s’agit bien
d’un déplacement fictif, pur fruit de la conceptualisation par l’esprit de l’expérience :
« Although physicists may tell us that photons move from the sun to the irradiated object, we
certainly cannot actually see any such occurrence […] In other words, the so-conceived
motion of radiation from the radiator to the irradiated must be fictive motion » (Talmy 2000 :
112). Enfin, bien que Talmy n’indique pas que la représentation de ce type de procès relève
du phénomène de Fictive Motion, il semblerait que nous puissions nous situer dans ce cadre
pour rendre compte des sens des multiples
26
‘mots en bl-’ désignant l’émission de cris ou de
paroles, par l’homme ou l’animal, comme blare, blab, blabber, ou bleat. Par exemple, les
traits définitoires de blart (EDD), après « 1. to bleat, bellow » et « 2. to cry, roar »,
mentionnent explicitement un mouvement sortant (out), et implicitement un destinataire situé
au terme de la trajectoire empruntée par les mots : « 3. to scold » ; « 4. to let out a secret ».
En conclusion, le concept de Fictive Motion nous permet de jeter les bases d’une
cohérence avec la sous-classe des ‘verbes en bl-’ renvoyant à la notion Vision/Luminosité : en
effet, exception faite de blow, et de quelques autres termes désignant l’émission d’un courant
ou d’un souffle (blast), procès pouvant se concevoir comme un mouvement factif, et non
fictif, au cours duquel une quantité d’air est effectivement déplacée, les autres ‘verbes en bl-’
de cette sous-classe conceptualisent parole et cris comme des entités provenant d’une source
(la bouche), et se déplaçant suivant une trajectoire qui va jusqu’à l’oreille de l’interlocuteur.
Une ultime remarque amusée concerne l’un des sens dialectaux de blare, attesté dans
l’EDD : « to protrude the tongue (also the eyes) ». La similitude des mouvements des deux
parties du corps n’est qu’apparente, car s’il y a effectivement mouvement sortant dans le cas
de la langue, celui-ci ne peut être que fictif pour les yeux. Nous rejoignons ici les remarques
de Talmy concernant l’iconographie populaire, qui représente sous la forme d’un faisceau
lumineux émis par les yeux du héros de bande dessinée certains pouvoirs surnaturels de celuici, ou rend l’expression métaphorique ‘to look daggers at’
27
par la représentation de poignards
lancés de l’œil du personnage (Talmy 2000 : 125).
4.3.3. ‘Sensory Paths’
Talmy envisage d’autres types « d’Emanation », dont l’un a trait à la perception
sensorielle, et qu’il désigne par l’expression ‘Sensory Paths’ : « This type of fictive motion
involves the conceptualization of two entities, the Experiencer and the Experienced, and of
something intangible moving in a straight path between the two entities in one direction or the
other » (Talmy 2000 : 115). A l’origine de cette double direction du mouvement, deux
conceptualisations sont possibles : soit le sujet de la perception (Experiencer) envoie une
sonde (probe) qui se dirige vers l’objet (Experienced); soit celui-ci émet un stimulus qui
affecte l’appareil sensoriel de l’observateur. Le lexique reflète ces deux éventualités : en
anglais, see a pour sujet l’agent et pour complément d’objet l’objet repéré ; alors que show

26
Nous comptons 21 entrées rien que dans l’OED : blare, blab, blabber, blarney, blat, blate, blaterate, blathe,
blatter, blea, bleat, bleep, blether (blather, blither), blirt, blore, blub, blubber, blurt, bluster, bluther, et blutter.
27
La traduction française, ‘foudroyer quelqu’un du regard’, participe de la même conceptualisation, et met en jeu
le même phénomène de Fictive Motion. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
63
permet de conceptualiser l’objet perçu comme source de la sensation : « […] show
28
is
lexicalized to take the Experienced as subject and can take the Experiencer as the object of the
preposition to, thereby promoting the interpretation of the Experienced as Source » (Talmy
2000 : 116). En tout état de cause, certaines définitions de ‘mots en bl-’ évoquent la
matérialisation d’un rayon qui relierait l’œil à l’objet, et dont la rupture fictive entraînerait la
perte de la vision. Citons par exemple le sens n°6 de blink n. « an obscuration between the eye
and an object » (EDD) ; et le premier sens de blind n. : « anything which obstructs the sight or
light » (OED).
Selon Talmy, le choix entre les deux possibilités répond à un principe cognitif global qui
détermine quelle est la source du rayonnement : « The object that is taken to be the more
active or determinative of the two is conceptualized as the Source of the Emanation » (ibid. :
117). Cependant, en ce qui concerne le mouvement fictif attribuée à la sensation (‘Sensation
paths’), et en particulier la vue, c’est en général l’observateur qui est conçu comme source de
la perception : « This is the case for English, where some forms with the Experienced as
Source offer difficulty to some speakers, and the use of a verb like show is minimal relative to
that of a verb like see. Further, agentive verbs of vision in English are exclusively lexicalized
for the Experiencer as subject and can take directional phrases only with the Experiencer as
Source
29
» (ibid. : 116). Les propositions de Talmy s’avèrent toutefois utiles pour notre
propos lorsqu’il s’agit de rendre compte de la polysémie des quatre verbes blush, blenk, blink
(OED), et blinter (EDD), déjà mentionnés dans notre analyse sémantique. En effet, ces
verbes, qui signifient à la fois ‘to cast a glance’ et ‘to shine’, s’inscrivent parfaitement dans le
cadre du double sens attribué au déplacement fictif postulé pour la perception visuelle.
4.3.4. « Ghost Physics
30
»
Selon Talmy, le type de conceptualisation exposé dans les paragraphes précédents, où une
situation statique est perçue et conçue
31
en termes de mouvement, englobe également des
phénomènes culturels : certaines formes d’iconographie populaire (voir ci-dessus), ainsi que
les croyances en des forces occultes, relèveraient du même processus : « It thus seems that the
general fictivity complex generates the imaginal schemas of fictive motion not only in the
cognitive systems of language and of visual perception, but also in that of cultural cognition,
specifically in its conceptualizations of spirit and power. That is, in the cognitive culture
system, the structure of such conceptions as ghost phenomena, harmful influence, and
magical energy appears not to be arbitrary » (Talmy 2000 : 128).
Or, comme nous l’avons déjà noté dans le paragraphe consacré aux réseaux conceptuels
métaphoriques (voir 7.1.2), une sous-classe non négligeable de ‘mots en bl-’ fait référence à
des faits qui échappent à l’explication rationnelle, et dont l’origine mystérieuse est attribuée
par la croyance populaire à des puissances occultes. Nous avons cité plus haut les définitions
(parfois polysémiques) de blas (EDD), blast, blight et blink ; ajoutons à présent celle de
l’OED pour blasted, très explicite quant au processus cognitif supposé : « Balefully or

28
Talmy propose les énoncés parallèles : Even a casual passerby can see the old wallpaper through the paint /
The old wallpaper shows through the paint even to a casual passerby. Cette double direction possible de la
sensation nous rappelle les deux théories antiques de la vision, celle de l’émission et celle de l’émanation.
29
Talmy propose l’exemple suivant : I looked into/toward/past/away from the valley (Talmy 2000 : 116).
30
C’est ainsi que l’anthropologue Pascal Boyer nomme l’ensemble des propriétés particulières attribuées aux
esprits et aux fantômes dans les systèmes de croyances de nombreuses traditions culturelles. (Talmy 2000 : 126).
31
Afin d’éviter la distinction entre perception et conception, et de prendre en compte l’existence d’un continuum
reliant les divers processus cognitifs qui entrent en jeu, Talmy suggère d’utiliser le terme de ‘ception’ : « While
perhaps best limited to the phenomena of current processing, ception would include the processing of sensory
stimulation, mental imagery, and currently experienced thought and affect » (Talmy 2000 : 139-140). 64 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
perniciously blown or breathed upon ; stricken by meteoric or supernatural agency, as
parching wind, lightning, an alleged malignant planet, the wrath and curse of heaven ». Le
second sens de bless témoigne également de l’existence de ces croyances en des puissances
maléfiques : « to sanctify by making the sign of the cross ; usually as a defence against evil
agencies » (OED). Le dictionnaire fait même explicitement état de tels systèmes de croyances
dans les origines du mot : « The streaking of the lintel and doorposts with blood, to mark
them as holy to the Lord and inviolable by the destroying angel, was apparently the kind of
idea expressed by blóedsian in pre-christian times » (OED : 281). Ainsi, si l’étymologie
32
de
bless établit effectivement la référence au sang, à partir de l’idée de sacrifice et de sang versé ;
l’utilisation de la notion de Fictive Motion pourrait constituer un argument supplémentaire
permettant d’étayer l’appartenance de ce mot à la classe des ‘mots en bl-’ renvoyant à la
notion de <Flot/Courant>, cette fois-ci sur des bases cognitives et culturelles.
Pour conclure, nous avons proposé plus haut (§ 5.1.2) l’hypothèse d’une projection
conceptuelle métaphorique entre le domaine des phénomènes météorologiques et celui des
croyances populaires, sur la base d’inférences opérées à partir de l’action de l’air et du vent.
Le concept de Fictive Motion complète ce tableau et permet d’envisager certains référents
comme correspondant à la conceptualisation de forces mystérieuses sous la forme d’un
mouvement invisible
33
, dont le résultat tangible, probablement à l’origine de telles croyances,
est d’ailleurs parfois désigné par un ‘mot en bl-’. Citons par exemple blight : « Any malignant
influence of obscure or mysterious origin ; which withers hopes or prospects » (OED).
4.4. 'otion d’« Active Zone »
Nous avons signalé plus haut dans notre analyse sémantique que certaines parties du corps
apparaissent de façon récurrente dans les définitions : elles interviennent de façon
systématique dans les procès désignés par certains ‘verbes en bl-’. Mais ces parties du corps,
essentiellement la bouche et les yeux, ne sont pas toujours mentionnées de façon explicite. Par
exemple, si les sens 1 et 3 de blabber dans l’OED font respectivement état de « to make
sounds with the lips and tongue as an infant » et « Obs. To move the tongue between the lips
in mockery », le sens 2 se limite à « to chatter, talk idly or senselessly ». De façon similaire, il
est fait mention des yeux dans le sens 3 de blenk « Obs. To turn aside, raise (the eyes,
eyebrows) » (OED), mais pas dans le sens 7, à savoir « to cast a glance, to give a look ». En
discours, ces verbes ont pour sujet un nom ou un pronom représentant un individu tout entier,
alors que l’agent du procès, au sens strict, n’est qu’une partie du corps de cet individu. Pour
l’énoncé David blinked, par exemple, Langacker commente : « The subject names a person,
but the activity of blinking is not something carried out by a whole person – only the eyelid
really does anything » (Langacker 2002 : 189).


32
« The etymological meaning was thus ‘to mark (or affect in some way) with blood (or sacrifice) ; to
consecrate’ » (OED : 281). Onions atteste de même : « A purely English formation. OE. blētsian, blēdsian,
blœdsian < *blōðisōjan, formed on blōðam ‘blood’ ; the etymol. meaning being ‘mark so as to hallow with
blood’ » (Onions 1966 : 100).
33
Parmi les formes d’imagerie populaire représentant figurativement ce mouvement, Talmy cite les exemples
des poignards assassins que lancent les yeux des personnages de bandes dessinées, et les rayons destructeurs qui
semblent prolonger les doigts de certains sorciers. Il n’envisage pas la représentation de souffles délétères émis
par la bouche des personnages (Talmy 2000 : 125). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
65
4.4.1. Approche de Langacker
Langacker propose d’explorer ce phénomène en introduisant la notion d’« Active Zone ».
Dans des énoncés de ce type, le procès désigné par le verbe ou l’adjectif (ce que Langacker
nomme ‘relational predication’) ne fait intervenir qu’une partie de l’objet repéré (trajector)
et/ou du repère (landmark) : « Those portions of a trajector or landmark that participate
directly in a given relation will be referred to as its « active zone » with respect to the relation
in question » (Langacker 2002 : 190). Dans la plupart des relations prédicatives, Langacker
observe systématiquement un écart entre l’entité profilée par une expression ou un lexème et
son « active zone » : « In fact, a bit of reflection reveals that a discrepancy between profile
and active zone represents the NORMAL situation […] we find that only selected facets of a
designated individual participate in the process, and that these facets differ from one
expression to the next. […] Some discrepancy between active zone and profile is thus the
rule, not the exception » (ibid. : 191). Cet écart est d’ailleurs nécessaire à la souplesse du
système linguistique : si, dans une relation prédicative, les entités profilées (trajector et/ou
landmark) et leur ‘active zone’ devaient parfaitement coïncider, il y aurait alors prolifération
de locutions alambiquées dont l’extrême précision ferait écran à la compréhension. Langacker
donne quelques échantillons des énoncés que l’on pourrait envisager si tel était le cas :
Roger’s eyelids blinked, mais aussi The color sensation associated with the outer surface of
this pen, the color sensation associated with the marks created by which is red, is yellow (This
red pen is yellow). (ibid. : 192-193).
4.4.2. Zone focale
Langacker ajoute deux précisions concernant l’« Active Zone » : la région du corps
concernée est floue, non strictement délimitée, et variable selon les occurrences, certaines
sous-parties participant de façons diverses au procès : « The active zone should not be thought
of as a discrete or sharply bounded region within the overall entity – it is more accurate to
think of it as the focal area of the relational interaction » (Langacker 2002 : 190).
En ce qui concerne la sous-classe des ‘verbes en bl-’ renvoyant à la notion
<Flot/Courant>, tels que, entre autres, blab, blabber, blathe, blare ou bleat, c’est toute la
région buccale au sens large qui est concernée, comprenant les lèvres, la langue, les
mâchoires, les muscles articulatoires et orbiculaires, le larynx, les cordes vocales, et plus
généralement l’ensemble de l’appareil vocal. Pour blare « roar with prolonged sound in
weeping », l’« active zone » s’étend à d’autres muscles du visage et aux yeux. Enfin, la notion
d’« active zone » appliquée à l’activité désignée par blubber « to sob unrestrainedly or
noisily » permet de jeter un pont entre les deux notions examinées ici, à savoir
<Flot/Courant> et <Vision/Luminosité>, la région buccale et les yeux paraissant prendre une
part égale dans les procès désignés.
Si nous considérons à présent la sous-classe des ‘verbes en bl-’ renvoyant à <Vision /
Luminosité>, le caractère imprécis et composite de l’« active zone » concernée nous permet
de dépasser de beaucoup le globe oculaire (blaze), et d’inclure au moins les paupières (blink),
les cils, les muscles oculaires (blench : « Obs. to turn the eyes aside or away »), les orbites,
ainsi que les canaux lacrymaux (blear Obs.), les nerfs optiques et même les sourcils (blenk).
A sa manière, le lexicographe indique d’ailleurs pour certains de ces verbes l’impossibilité de
délimiter quelle facette de l’« active zone » est profilée dans tel ou tel emploi. Pour blink, par
exemple, l’OED précise : « Used in various shades of meaning which run into one another ; in
the earlier, the notion of ‘glancing’ predominates, in the later, that of ‘winking’ ». Quant à 66 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
blind v., si le premier sens a trait à la perception visuelle (« to make blind, deprive of sight »
OED), le second fait explicitement référence aux mouvements des paupières : « To close the
eyes of the understanding or moral perception ; to deceive, ‘throw dust in the eyes’ » (OED).
4.4.3. Association par référence à une pratique conventionnelle
L’« active zone » peut recouvrir beaucoup plus qu’une sous-partie d’une entité ou une
région contiguë, elle se définit par rapport à la fonction ou à l’activité caractéristique de celleci : « A second exacerbating factor is that the active zone is often not even a subpart of the
entity designated by a nominal expression. Frequently it is something merely associated with
the designated element in some characteristic fashion » (Langacker 2002 : 192). Par exemple,
l’énoncé She heard the piano sera systématiquement compris comme signifiant She heard the
sound of the piano, l’objet physique s’effaçant derrière l’instrument de musique. Nous avons
déjà mentionné les divers procès qui s’apparentent aux sanglots (ajoutons blirt (EDD) « Dial.
to cry, weep, shed tears »), les mouvements des yeux, des paupières, des muscles oculaires
(blunk (EDD) « to scowl, frown ») : la notion d’« active zone » permet de rendre compte des
sens de ces ‘verbes en bl-’ pouvant apparaître de prime abord bien éloignés de l’exercice de la
vue au sens strict.

4.4.4. Blame et blaspheme
Pour ce qui est de la notion <Flot/Courant>, si nous considérons que l’« active zone »
correspondant aux procès désignés par les ‘verbes en bl-’ concernés est constituée de la région
buccale dans son ensemble et des fonctions afférentes, il nous semble possible d’envisager
blame et blaspheme comme autant de manifestations de la relation prédicative profilant le
même type de relations. En effet, si le premier sens de blame en anglais moderne (OED) est
« to find fault with », le second, obsolète, paraît confirmer notre hypothèse : il s’agit de « to
address with rebuke ; to scold », pour lequel les réprimandes sont présentées, plus
concrètement, comme issues de la bouche pour atteindre un destinataire.
Quant à blaspheme, « to utter profane or impious words », il met en jeu la même « active
zone » : la bouche. Nous pouvons ici faire un rapprochement avec le sàr, l’une des langues du
Tchad. Le sàr conceptualise en effet certaines ‘paroles solennelles’ à partir de la région
corporelle émettrice. Une fois de plus, la notion d’« active zone » s’avère très utile : « […] il
existe, à côté de la parole ordinaire, une parole exceptionnelle, solennelle (qui rejoint, à
certains égards, ce que Benveniste appelle la parole « performatrice »). En ce qui intéresse
directement notre propos, c’est que pour cette parole qui engage plus étroitement celui qui la
prononce, nous trouvons des expressions avec des noms de parties du corps [bouche, gorge,
voix] » (Fédry 1976 : 100). Ainsi, l’acte de proférer une parole solennelle de bénédiction ou
de malédiction sera rendu par l’équivalent de ‘j’extrais ma bouche’, ‘maudire’ par ‘jeter la
voix’, et ‘je promets’ sera ‘je jette ma gorge’ (ibid. : 99-100).

4.4.5. « Active Zone » et étymologie
Si les traits définitoires n’y font allusion que de très loin, l’étymologie mentionne parfois
explicitement l’« active zone », comme c’est le cas pour blet : « [< F. blet-ir ‘devenir blet’, f.
blet ‘sleepy’ as an over-ripe pear]. To become ‘sleepy’, a form of decay to which fleshy fruits Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
67
are subject » (OED). Une fois de plus, il est fait référence, à l’origine, au mouvement
caractéristique des paupières, qui se ferment lorsque survient le sommeil. Pour blunt, de
même, la notion d’« active zone » permet d’inclure comme appartenant à la sous-classe
considérée ce lexème, dont les sens actuels, à savoir, « 1. dull, insensitive, stupid, obtuse ; 2.
of an angle, edge or point : not sharp, obtuse », semblent au premier abord très éloignés de ce
dont il est question dans ces lignes. L’OED précise en effet : « [Etymology unknown :
perhaps some connexion with ON. blunda to doze, blunda augum to shut the eyes, blundr
dozing, sleep] ». De plus, le sens noté 1 s’appliquait originellement aux yeux : « said
originally of the eyes, whence of the perceptions, and the intellect ». Quant à blear v., il est
attesté dans l’OED sous deux entrées différentes, notées v
1
et v
2
. L’« active zone » de v
1
« to
dim (the eyes) with tears or inflammation » correspond aux yeux ; alors que celle de v
2
(sens
obsolète) est la région buccale : « to protrude the tongue in mockery
34
». Ici, la notion
d’« active zone » permet d’éclairer les remarques préliminaires du lexicographe : d’une part,
nous avons pour v
2
: « [apparently distinct from the prec. : perhaps onomatopœic, but naming
a gesture rather than a sound, though some inarticulate sound may have originally been
implied] ».
D’autre part, si nous prenons en compte l’origine de blear adjectif, dont le verbe est selon
l’OED fort probablement issu, le sens de ce mot, à savoir « ME. blere, an epithet of the eyes »
s’avère particulièrement vague, mais renseigne de façon très lâche sur l’« active zone » de
blear v
1
. En outre, l’OED rejette comme « peu probable » le lien qui apparenterait blear (adj.)
au suédois plira et au danois plire, ‘to blink, leer’ ; mais mentionne néanmoins ces deux mots,
dont le sens désigne, comme blear v
2
, un mouvement. Ces remarques lexicographiques,
examinées à la lumière de la notion d’« active zone », permettent de suggérer que les liens
qu’entretiennent les sens de v
1
et v
2
proviennent, entre autres, de la référence commune à un
mouvement de deux parties du corps, celles correspondant aux deux sous-classes considérées
ici.
En conclusion, la notion d’« active zone » proposée par Langacker, apporte une cohérence
supplémentaire à notre analyse et à la constitution des deux sous-classes proposées : les
‘verbes en bl-’ dont les sens renvoient à la notion <Flot/Courant> s’articulent autour de la
région buccale au sens large ; et l’on peut envisager que la zone oculaire constitue le point
d’ancrage de ceux renvoyant à la notion <Vision/Luminosité>.
4.5. Polysémie de blood : « Extraction de schemas »
4.5.1. Modèle en réseau (‘network model’)
Langacker envisage le processus de catégorisation
35
comme une combinaison de la
catégorisation par prototype et de la catégorisation à partir de schemas, abstractions que
l’esprit effectue à partir de points communs repérés dans diverses actualisations du ‘pôle

34
Une des citations fournies par l’OED étant, par ex. (1616) : « All that the silly sheep can do, is only to bleare
and bleat a little with his tongue » (OED : 274).
35
Nous rappelons les définitions que donne Langacker des deux types de catégorisation reconnus par la plupart
des tendances de la linguistique cognitive : « A prototype is a typical instance of a category, and other elements
are assimilated to the category on the basis of their perceived resemblance to the prototype ; there are degrees of
membership based on degree of similarity. A schema, by contrast, is an abstract characterization that is fully
compatible with all the members of the category it defines (so membership is not a matter of degree) ; it is an
integrated structure that embodies the commonality of its members, which are conceptions of greater specificity
and detail that elaborate the schema in contrasting ways » (Langacker 1987 : 371). 68 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
sémantique’ d’un lexème : « My own proposal, the network model, represents a synthesis of
prototype theory and categorization based on schemas » (Langacker 2002 : 266).
La structuration globale d’une catégorie s’effectue à partir du prototype, à savoir l’élément
qui, situé au « centre de gravité » du réseau, apparaît comme le plus naturellement saillant,
celui auquel le locuteur fait le plus souvent référence, et le plus susceptible d’être choisi
comme représentant d’une catégorie donnée (Langacker 1987 : 492). Pour blood, le prototype
est vraisemblablement représenté par le sens classé en première position par l’OED sous
l’entrée blood, à savoir : « The red liquid circulating in the arteries and veins of man and the
higher animals, by which the tissues are constantly nourished and renewed » (OED : 302). Ce
prototype occupe la place centrale du réseau ; d’autres membres de la catégorie blood, bien
que présentant des disparités plus ou moins importantes, seront néanmoins assimilés à celle-ci
comme membres périphériques, à des distances variables, s’ils sont jugés suffisamment
semblables au prototype. Le sens obsolète « rake, roisterer », par exemple, est plus éloigné du
prototype que ne l’est « the corresponding liquid, coloured or colourless, in animals of lower
organization ».

4.5.2. Extension du réseau
L’appartenance à une catégorie est donc une question de degré ; et le réseau peut
s’enrichir de nouveaux membres selon la diversité des contextualisations et la sanction de la
convention. La structure se construit le long de deux axes : elle se développe à la fois ‘par le
haut’ (extraction d’un schema plus abstrait qui en subsume deux ou plusieurs de rang inférieur
dans la hiérarchie), et ‘par le bas’ par extension (spécialisation) à partir du prototype. Le
nombre et la variété de ces opérations ne sont pas prévisibles : « We cannot be certain how far
‘upward’ a speaker extends this network through the process of abstraction (schematization),
and, in particular, whether he extracts a ‘superschema’ having all the other nodes as direct or
indirect instantiations. Nor do we know how far ‘downward’ a speaker articulates the network
into progressively more specialized notions » (Langacker 2002 : 267).
Ainsi, lorsque blood, à partir de son sens prototypique, désigne le même type de liquide
vital, circulant non plus chez l’homme et les animaux supérieurs, mais dans l’organisme
d’animaux inférieurs, et que sa couleur n’est plus un critère d’appartenance à la catégorie (cf.
« coloured or colourless »), il se produit conjointement l’extraction d’un schema de rang
supérieur, que nous pourrions nommer [BLOOD’], nous inspirant de Langacker pour [TREE]
(Langacker 1987 : 381). Il est difficile d’appréhender l’ensemble des connaissances liées à un
lexème donné, actualisées en contexte par un locuteur donné sous la forme des différents sens
que peut prendre celui-ci ; mais il est vraisemblable que [BLOOD’], superordonné à
[BLOOD], comporte une spécification de moins, celle liée à la couleur rouge. [BLOOD’]
pourrait correspondre à l’étiquette schématique : [Vital liquid circulating in animate beings].
De même, l’extension permettant de recouvrir le sens « Applied to liquids or juices in
some way resembling or suggesting [human blood], esp. to the sap of plants », donne lieu à
l’extraction du schema [BLOOD’’]. Nous proposons d’expliciter sommairement [BLOOD’’]
par la formule : [Vital liquid circulating in living organisms] ; un processus de généralisation
et d’abstraction permettant de désigner par blood un liquide incolore circulant dans des
organismes inanimés. [BLOOD], [BLOOD’], et [BLOOD’’] sont autant de points d’entrée
(‘access nodes’) permettant d’accéder à l’ensemble du réseau conceptuel désigné par blood.
Enfin, une dernière extraction de schema, [BLOOD’’’], hyperordonné aux trois
précédents, permet l’extension de sens : « Blood shed ; hence bloodshed ; manslaughter,
death », dont l’explicitation succincte serait : [Vital liquid normally circulating in living Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
69
organisms, which, if shed, may bring about death]. Il apparaît que [BLOOD’’’] inclut les deux
modes complémentaires de représentation du sang, que nous avons déjà évoqués, à savoir
sang intérieur et sang extérieur, matérialisés dans certaines langues issues de l’indo-européen,
dont le latin, par deux mots différents (cf. Lat. sanguis et cruor).
4.5.3. Autres domaines, autres sens de blood
Il ne semble pas possible de conjecturer l’extraction d’un schema hyperordonné à
l’ensemble pour l’extension : « The supposed seat of emotion, passion ; as in some expr. ‘it
stirs the blood’, ‘it makes the blood creep’ etc. ». En effet, la configuration des catégories
selon Langacker ne présuppose pas l’existence d’une ‘superschema’ qui serait compatible
avec tous les autres membres de la catégorie : « Extensions can occur without the motivating
schemas (similarity-perceptions) achieving the status of conventional units. Thus a network
need not incorporate a well-behaved schematic or taxonomic hierarchy, with a single topmost
node that dominates all the others » (Langacker 1987 : 381). Selon l’approche de Langacker,
les catégories peuvent en effet être élargies par d’autres principes cognitifs généraux, tels que
métaphore, métonymie, ou transformation de schèmes
36
(Cuyckens & Zawada 2001 : intr.
xiv). En outre, la plupart des items lexicaux ne s’appréhendent que par rapport à plusieurs
domaines d’expérience (Langacker 2002 : 5). Le sens noté plus haut correspond au résultat
d’un transfert conceptuel opérant entre le domaine source du ‘Corps Humain’ et le domaine
cible des ‘Etats et Affects’. Les inférences que l’esprit établit à partir des propriétés du sang,
en particulier sa couleur, sa température, la vitalité dont il fait preuve en abreuvant et
nourrissant les tissus
37
, permettent de conceptualiser et de nommer certains états affectifs par
le même lexème.
Enfin, le sens « race and kindred as connoted by blood » semble être accessible par le
même processus de transfert métaphorique, cette fois-ci entre le domaine du ‘Corps Humain’
et celui des ‘Relations Familiales et Humaines’. Les inférences conjecturées par Lakoff et
Johnson dans ce type de processus cognitif ne semblent pas émaner des propriétés
aspectuelles et fonctionnelles du sang, mais pourraient s’appuyer sur le rôle que joue celui-ci
dans la survie de l’organisme, ou plutôt de l’être tout entier. Les propriétés attribuées au sang
proviennent d’ailleurs souvent de conceptions anciennes erronées, comme le mentionne
l’OED pour l’ensemble des sens qu’il regroupe dans sa seconde rubrique : « [states of the
body] often derived from earlier superficial or erroneous notions of its character and action ».
4.6. Schème mental <CO'TAI'ER>
4.6.1. ‘Schèmes mentaux’ de Johnson
« Image schemas are imaginative, non-propositional, and dynamic patterns of our bodily
movements through space, manipulations of objects, and perceptual interactions. They have
an internal structure and can be metaphorically elaborated to provide for our understanding of
abstract concepts » (Soares da Silva, 2003 : 282). Les ‘schèmes mentaux’ de Johnson sont
donc des représentations conceptuelles qui émergent à partir de l’expérience sensori-motrice.
Ils opèrent à un niveau d’abstraction et de généralité qui se situe en aval des images mentales

36
Transformation de schèmes : au sens où l’entendent Lakoff et Johnson, par ex. Johnson 1987 : 104.
37
Cf la conception platonicienne : « [Les dieux] ont creusé à travers notre corps des canaux, pareils aux canaux
qu’on creuse dans les jardins, afin qu’il fût irrigué comme un jardin par l’eau qui y coule » (Timée : 195). 70 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
concrètes directement issues de la perception et de l’action, et en amont des structures
propositionnelles abstraites : (ibid. : 29). Ils sont à la base de l’élaboration de la représentation
de l’expérience, et constituent la première étape de la distanciation vis-à-vis de l’événement
concret, afin d’évoluer peu à peu vers l’abstraction. Ce mouvement n’est d’ailleurs pas sans
rappeler, en phylogénèse, le passage de la culture épisodique à la culture mimétique, lorsque
l’esprit acquiert les capacités de modélisation des événements et de différenciation de la
référence, et visant à une communication volontaire
38
.
Les schèmes fondamentaux, ceux qui donnent le plus fréquemment cohérence et
organisation à l’expérience, et interviennent de façon récurrente dans la structuration de la
pensée, sont au nombre d’une vingtaine. Gibbs et Colston 1995 en citent huit : CONTAINER,
BALANCE, SOURCE-PATH-GOAL, PATH, CYCLE, ATTRACTION, CENTERPERIPHERY, et LINK. Le premier exemple que donne Johnson est celui de
VERTICALITY : « We grasp this structure of verticality repeatedly in thousands of
perceptions and activities we experience every day, such as perceiving a tree, our felt sense of
standing upright, the activity of climbing stairs […] » (Johnson 1987 : xiv).
4.6.2. Le schème <CONTAINER>
Selon Lakoff, le schème CONTAINER présente une structure très simple composée de
trois éléments interdépendants organisés en gestalt : intérieur, extérieur, et frontière. Il
provient, d’une part, de la conceptualisation du corps en tant que contenant, basée sur les
fonctions vitales d’ingestion, d’excrétion, et de respiration ; d’autre part de l’interaction du
corps avec le milieu, où le corps est conçu comme un objet se situant soit à l’intérieur d’un
contenant, soit hors de celui-ci : « The CONTAINER schema defines the most basic
distinction between IN and OUT. We understand our own bodies as containers -- perhaps the
most basic things we do are ingest and excrete, take air into our lungs and breathe it out. But
our understanding of our own bodies as containers seems small compared with all the daily
experiences we understand in CONTAINER terms
39
» (Lakoff 1987 : 271).
La définition que propose Johnson est très voisine, en ce qu’elle souligne le caractère
omniprésent et fondamental de ce schème, ainsi que la place centrale du corps dans sa
structuration interne : « Our encounter with containment and boundedness is one of the most
pervasive features of our bodily experience. We are intimately aware of our bodies as threedimensional containers into which we put certain things (food, water, air) and out of which
other things emerge (food and water wastes, air, blood, etc.). From the beginning, we
experience constant physical containment in our surroundings (those things that envelop us).
We move in and out of rooms, clothes, vehicles, and numerous kinds of bounded spaces. We
manipulate objects, placing them in containers (cups, boxes, cans, bags, etc.) » (Johnson
1987 : 21).
A partir du schème <CONTAINER> s’élabore l’orientation intérieur-extérieur,
concernant d’abord un espace borné à trois dimensions, puis appliquée à des domaines à deux,
ou à une seule dimension. Les inférences liées à ce schème incluent les notions de résistance,
ou de protection, par rapport à des forces externes ; ainsi que la limitation ou la restriction des

38
Donald (1991 : 213) : « Le plus haut niveau de traitement dans le cerveau entraîné au mimétisme n’est plus
l’analyse et la décomposition des événements perceptifs mais la modélisation de ces événements dans des actes
moteurs auto-initiés».
39
Suit une longue citation de Johnson (1987 : 30-31), décrivant quelques-unes des activités matinales
quotidiennes désignées par des expressions contenant in/out, telles que ‘wake out of sleep’, ‘walk in a daze out
of your bedroom’, ‘look in the mirror’, ‘take out the toothpaste’, etc. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
71
forces internes. De plus, l’acte de circonscrire un domaine donné impose une certaine fixité à
la localisation, et la possibilité d’être accessible on non à l’observateur (ibid. : 21-22). La
structuration de ce schème et les inférences qui en découlent imposent des contraintes sur les
possibilités de projection métaphorique, et nous permettent de concevoir de nombreux
domaines abstraits en termes de <CONTAINER> : les catégories au sens large (Lakoff 1987 :
300), les catégories lexicales et syntaxiques, les ensembles mathématiques, mais aussi les
états et les activités, ou la structure argumentative ; et enfin, les émotions (cf. la célèbre étude
de la colère (anger) dans Lakoff 1987 : 380-416, et Kövecses
40
2000). Enfin, l’activité
linguistique peut également s’appréhender par l’intermédiaire de ce schème : la bouche est
conçue comme le contenant d’où s’échappent les paroles : « […] such that when the container
is open, linguistic action is possible, and when it is closed, there is only silence » (Gibbs
2006 : 104).
La conceptualisation de la parole présentée ici n’est d’ailleurs que l’une des multiples
manifestations de la « métaphore du conduit » (conduit metaphor), dont Reddy 1993 a été le
premier à décrire l’omniprésence en anglais, et, plus généralement, dans la culture
occidentale. Des centaines d’expressions sont imputables à cette métaphore conceptuelle qui
conduit à envisager les mots comme autant de réceptacles tangibles contenant une substance,
le sens, lui-même dépositaire de la pensée, pensée ainsi véhiculée
41
de la bouche du locuteur
(sortie du corps) à l’oreille de l’interlocuteur (entrée dans un autre corps). Bien que nous
puissions, avec Reddy et d’autres auteurs (comme Lakoff & Johnson 2003 : 12 ; 206),
déplorer le caractère ‘pernicieux’
42
de la métaphore du conduit, il n’en demeure pas moins
que les sens d’un nombre substantiel de ‘verbes en bl-’ semblent renvoyer à une
conceptualisation de la communication langagière dans laquelle l’assise principale serait
constituée par le schème <CONTAINER>. Nous en voulons pour preuve par exemple les sens
de blab dans des citations fournies par l’OED : « The Chamber of the House of Commons
should be fitted with ‘blab-off switches’... These ‘popular devices enabled American viewers
(of television) to switch off advertisers’ annoucements’ » ; « Others...ignore the commercial
interference...without benefit of blab-off devices ». Les paroles importunes sont envisagées
comme un flot de liquide dont on pourrait arrêter le cours grâce à un dispositif s’apparentant à
un robinet.
4.6.3. Origine corporelle du schème <CONTAINER> : témoignage du sàr
Dans ses études de la langue sàr (Tchad), Fédry a pour objet essentiel de montrer que
l’orientation spatiale, entre autres, puise ses origines dans la représentation du corps et de ses
dimensions cardinales : « C’est sur le ‘patron’ de cette première expérience de mon corps se
situant dans le monde, et situant toute chose par rapport à lui, que se construisent l’orientation
et la situation réciproque des objets » (Fédry 1976 : 75). La plupart des morphèmes désignant
les relations d’orientation, de localisation, de mouvement, et même diverses relations
logiques, sont initialement des noms de parties du corps : « C’est que le corps apparaît ici

40
La projection conceptuelle est décrite par la métaphore ‘Anger Is a Hot Fluid In a Container’, où le corps
humain est conçu comme un ‘contenant’ clos soumis à diverses forces internes et externes, et à l’influence de la
chaleur (Kövecses 2000 : 20-35 ; 161).
41
Voir par ex., chez Homère et Hésiode : les « paroles ailées » qui s’échappent de l’espace clos du corps et
quittent « l’enclos [des] dents » (Odyssée : p. 855).
42
L’un des effets pervers de la métaphore du conduit est d’induire une réification du sens, qui fige ce dernier une
fois pour toutes et ne permet pas de se placer dans la perspective de la ‘construction du sens’ : « Meanings are
objects, with fixed and determinate properties, assigned to linguistic expressions » (Cuyckens et al. 2003 : 12). 72 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
comme un symbole organisateur, un principe structurant de la langue, auquel peu de zones du
champ sémantique échappent » (ibid. : 100-102).
La première composante du schème <CONTAINER>, la notion d’intérieur, est rendue en
sàr par deux termes différents, selon que les limites de l’objet repéré sont bien définies ou, au
contraire, vagues : « La langue sàr distingue deux relations d’intériorité, exprimées par kèm-
‘ventre’ (objet à contour délimité) et kùm- ‘œil’ (espace non fermé par une limite […]),
marquées par un morphème spatio-temporel » (ibid. : 78). Fédry formule deux explications
permettant de rendre compte du sens insolite de ‘dans’ pour le terme désignant l’œil. D’une
part, « l’expérience du regard comme réceptivité illimitée, qui ‘enveloppe’, sans enfermer
dans un contenant délimité, aurait ainsi fourni le modèle de la notion de ‘milieu ambiant’ » ;
d’autre part, « l’expérience du regard pénétrant l’eau ; l’expérience de l’eau serait première et
fournirait le modèle de tout milieu ambiant. […] La masse translucide de l’eau, c’est donc son
‘œil’ » (ibid. : 79). En revanche, la seconde dimension de <CONTAINER>, la notion
d’extérieur, n’est pas rendue par un mot désignant une partie du corps : « Le terme exprimant
la notion de ‘dehors’ n’est pas un terme du corps. On le comprend ; si le ‘ventre’ fournit un
symbole spontané de l’intériorité, aucune partie du corps ne saurait signifier l’extériorité »
(ibid. : 80).
Par ailleurs, le regard peut également être conceptualisé comme un mouvement
43
, ainsi
rendu à partir de l’idée de sortir, et surtout de se répandre au-dehors, d’embrasser une partie
de l’espace. C’est le même mot kùm ‘œil’ qui, combiné à d’autres, est utilisé pour exprimer le
déplacement dans l’espace : kùm s’est transformé en une préposition marquant d’abord une
localisation statique, puis une localisation dynamique (Fédry 1976 : 82). Le phénomène de
grammaticalisation
44
affectant kùm atteste une conceptualisation particulière de la vue : celleci est envisagée comme un rayonnement s’écoulant du corps (le ‘container’), par les yeux,
ouvertures ménagées dans la frontière avec l’extérieur, frontière que constitue la peau.
Si le schème <CONTAINER> a bien une réalité psychologique, il semblerait que la
langue sàr fournisse ici un témoignage permettant d’envisager son origine comme issue de
l’expérience corporelle, et corroborant en cela les idées de Johnson, que nous rappelons :
« Our encounter with containment and boundedness is one of the most pervasive features of
our bodily experience » (Johnson 1987 : 21). C’est l’interaction directe du corps avec le
milieu, que ce soit en tant que repère (landmark, ici le contenant), ou en tant qu’entité repérée
(trajector, ici l’objet contenu dans un autre), qui est à l’origine de l’orientation intérieurextérieur et de l’émergence du schème <CONTAINER>. Or, il semblerait que la
conceptualisation des référents désignés par de nombreux ‘mots en bl-’ repose sur une base
fournie principalement par la structuration de ce schème, où l’intérieur du corps est relié à
l’extérieur par divers mouvements de flux et de reflux qui s’exercent dans des lieux d’entrée
et de sortie situés sur la frontière constituée par la peau.

4.6.4. ‘Mots en bl-’ et schème <CONTAINER>
En effet, en ce qui concerne les sens des lexèmes des deux sous-classes de ‘mots en bl-’
examinées ici, nous avons noté que les orifices du visage interviennent de façon directe ou
indirecte dans les traits définitoires ; la première sous-classe est ancrée autour des yeux, et la
seconde autour de la bouche. Pour chacune de ces sous-classes, les sens des mots ont trait,

43
Le sàr paraît témoigner de certaines conceptualisations rejoignant l’une des deux théories antiques de la vision,
celle de « l’émission », où l’œil est conçu comme émettant des rayons visuels (Imbert 2005 : 91-93).
44
« Grammaticalization is defined as the development from lexical to grammatical forms and from grammatical
to even more grammatical forms » (Heine & Kuteva 2002 : 2). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
73
d’une part, à la fonction principale ou aux diverses activités de ces parties du corps, et, d’autre
part, aux sécrétions qui s’écoulent de celles-ci. Ainsi pour la première, de nombreux termes
désignent soit l’acte de voir ou de briller (blaze : « to shine brightly, glitter » (OED) ; blink :
« cast or let fall a glance »), divers mouvements des yeux (blink), ou font référence aux pleurs
(blirt : « an outburst of tears, a sudden fit of weeping » OED). Les procès désignés par ces
verbes peuvent s’envisager comme des écoulements de substances visibles (les larmes) ou
invisibles (le ‘rayon visuel’) qui sortent du corps par les yeux.
En ce qui concerne la seconde sous-classe, la fonction désignée est principalement
l’activité langagière (blab, blabber), ou plus exactement la production de sons et de bruits
(bleat, blare). Les substances qui proviennent de la cavité buccale sont essentiellement de
l’air (blow : « He blew a whiff from his pipe », citation de l’OED), mais aussi le flot de
paroles, de chants, ou de cris qui s’en échappent pour atteindre l’oreille de l’interlocuteur
(« Loud speakers blared across the water to us the eternal Turkish erotic whine » ; « His voice
blared through powerful amplifiers » citations OED). Ces sons peuvent être ceux émis par
l’homme ou l’animal. Enfin, c’est la langue elle-même que l’on tire parfois hors de la bouche
(blare, blate (EDD), blear : « Writhing their mouths, blearing out their tongues », cit. OED).
Les nombreux cas de polysémie que nous avons recensés peuvent s’interpréter, au niveau
cognitif, comme autant de traces des relations qu’entretiennent les deux notions : les divers
sens des lexèmes renvoient à une même conceptualisation d’un ‘mouvement sortant’ du corps
humain, que ce mouvement provienne de la bouche ou des yeux. La représentation mentale de
ce ‘mouvement sortant’ pourrait émerger du schème fondamental <CONTAINER> tel que
l’ont défini Lakoff et Johnson, et reposant sur les trois éléments interdépendants que sont
l’intérieur, l’extérieur, et la frontière. Les inférences liées à ce schème, qui incluent les
notions de résistance à des forces externes, ainsi que la limitation de forces internes,
permettent de conceptualiser certaines interactions du corps avec le milieu sous la forme de
mouvements entrant ou sortant. Ces mouvements transmis entre l’intérieur et l’extérieur,
s’effectuent par des lieux de passage, où la frontière de la peau est interrompue, comme les
orifices de la face.
Sur le plan linguistique, la caractéristique ‘Paroxysme – Excès’, relevée dans la plupart
des traits définitoires, peut s’envisager comme un écho de la conceptualisation de cette
dynamique des forces qui s’applique à la frontière entre intérieur et extérieur : les points de
rupture sont étroits, les forces s’y engouffrent avec impétuosité. Nous avons vu que les
mouvements sont en général des mouvements ‘sortant’, mais nous percevons le même trait
saillant dans les sens de quatre verbes désignant des mouvements ‘entrant’ : blab, blabber,
blybe, blyber (« to drink much and frequently/heavily/largely, to tope » EDD).
Conclusions
Ainsi donc, l’étude de ces deux sous-classes des ‘mots en bl-’ ayant un sens qui renvoie
aux notions de ‘Vision/Luminosité’ et de ‘Flot/Courant’, qui représentent à elles deux les trois
quarts de l’ensemble des ‘mots en bl-’, nous a-t-elle permis de dégager, au niveau sémantique,
divers cas de régularité polysémique qui touchent un grand nombre de lexèmes. Ces cas de
polysémie, ainsi que les traits saillants ‘Paroxysme/Violence’ et ‘Désordre/Irrégularité’,
apparaissant de façon systématique dans les définitions, ont fait apparaître les liens
qu’entretiennent les deux notions, et ont servi de point de départ à notre approche cognitive. 74 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
Les phénomènes observés à la lumière d’une approche cognitive appelée
« Embodiment », qui place le corps humain au centre des processus dont sont issues les
fonctions cognitives, au moyen de projections métaphoriques reposant sur une structure sousjacente de ‘schèmes mentaux’, émergeant de l’interaction avec le milieu, ont conduit à la
description de la façon dont l’esprit conceptualise et catégorise les référents désignés par les
membres de ces deux sous-classes de ‘mots en bl-’ : il semblerait que les sens de ces derniers
permettent l’accès à des représentations dans lesquelles le schème fondamental
<CONTAINER> paraît jouer le rôle de soubassement initial.
Deux parties du corps, les yeux et la bouche, évoquées de façon explicite ou implicite
dans les définitions, interviennent de diverses façons dans les représentations de procès et
d’entités désignés par des ‘mots en bl-’. Elles sont la plupart du temps conceptualisées comme
les points de rupture pratiqués dans la frontière entre l’intérieur et l’extérieur du corps. Ces
trois composantes structurent le schème <CONTAINER>, selon lequel le corps est conçu
comme un domaine clos dont la peau constitue l’enceinte. Dans ce cadre, les yeux et la
bouche permettent la communication et les échanges entre intérieur et extérieur.
Nous avons évoqué les représentations que divers ‘peuples anciens’, et diverses
philosophies antiques, avaient élaborées du corps humain, de ces deux parties du corps, et de
leurs fonctions. Ces conceptualisations faisaient la part belle aux mouvements de flux et de
reflux des éléments primordiaux, eau, air, feu, qui se produisent sans cesse entre macrocosme
et microcosme. Les représentations auxquelles nous avons abouti au terme de cette étude
constituent peut-être, par-delà le temps, un certain écho de ces conceptions-là.
Références
BARCELONA, Antonio 2003 [2000]. « On the plausibility of claiming a metonymic motivation
for conceptual metaphor » in Metaphor and Metonymy at the Crossroads. A Cognitive
Perspective, Antonio Barcelona (ed.). Berlin : Mouton de Gruyter, pp. 31-58.
BARCELONA, Antonio (ed.) 2003 [2000]. Metaphor and Metonymy at the Crossroads. A
Cognitive Perspective. Berlin : Mouton de Gruyter.
BUCK, Carl D. 1949. A Dictionary of Selected Synonyms in the Principal Indo-European
Languages. Chicago : University of Chicago Press.
CHANTRAINE, Pierre 1999 [1968]. Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Paris :
Klincksieck.
CRYSTAL, David 2003. A Dictionary of Linguistics & Phonetics (5
ème
éd.). Oxford :
Blackwell.
CULIOLI, Antoine 1990. Pour une linguistique de l’énonciation, tome 1. Gap : Ophrys.
CUYCKENS, Hubert, & Britta ZAWADA (ed.) 2001. Polysemy in Cognitive Linguistics.
Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
CUYCKENS Hubert, René DIRVEN, & John TAYLOR (ed.) 2003. Cognitive Approaches to
Lexical Semantics. Berlin/New York : Mouton de Gruyter.
DONALD, Merlin 1999 [1991]. Les origines de l’esprit moderne : trois étapes dans l’évolution
de la culture et de la cognition. Traduction de la 1
ère
éd. américaine par C. Emenegger
et F. Eustache. Paris/Bruxelles : De Boeck University. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
75
DUMEZIL, Georges 1983. « Le sang dans les langues classiques », 9ouvelle revue française
d’hématologie vol. 25, pp. 401-404.
FEDRY, Jacques 1976. « L’expérience du corps comme structure du langage. Essai sur la
langue sàr (Tchad) », L’Homme, XVI (1), pp. 65-107.
FIRTH, John R. 1930. Speech. London: Ernest Benn.
GÄRDENFORS, Peter 2000. Conceptual Spaces. The Geometry of Thought. Cambridge
(Mass.) : MIT Press.
GIBBS, Raymond W. Jr. 2006. Embodiment and Cognitive Science. Cambridge : Cambridge
University Press.
GIBBS, Raymond W. Jr. & Herbert L. COLSTON 1995. « The cognitive psychological reality of
image schemas and their transformations », in Cognitive Linguistics 6-4, pp. 347-378.
HEINE, Bernd 1997. Cognitive Foundations of Grammar. New York : Oxford University
Press.
HEINE, Bernd, and Tania KUTEVA 2002. World Lexicon of Grammaticalization. Cambridge :
Cambridge University Press.
HESIODE 1999. La Théogonie. Les Travaux et les Jours et autres poèmes. Trad. de P. Brunet
et commentaires de M.C. Leclerc. Paris : Le Livre de Poche classique.
HOMERE 1955. Iliade – Odyssée. Paris : Gallimard (la Pléiade).
IMBERT, Michel 2005. « Le visible et la vue de l’Antiquité au Moyen-Âge», in La Lumière au
siècle des Lumières et aujourd’hui, Jean-Pierre Changeux (dir.). Paris : Odile Jacob,
pp. 90-102.
JOHNSON, Mark 1987. The Body in the Mind : the Bodily Basis of Meaning, Imagination, and
Reason. Chicago / London : University of Chicago Press.
JOUBAUD, Catherine 1991. Le corps humain dans la philosophie platonicienne. Paris :
Librairie philosophique J. Vrin.
KÖVECSES, Zoltan 2000. Metaphor and emotion : Language, culture, and body in human
feeling. Cambridge, England : Cambridge University Press.
LAKOFF, George 1987. Women, Fire, and Dangerous Things. Chicago : University of Chicago
Press.
LAKOFF, George, and Mark JOHNSON 1999. Philosophy in the Flesh. The embodied mind and
its challenge to Western thought. New York : Basic Books.
LAKOFF, George, and Mark JOHNSON 2003 [1980]. Metaphors We Live By. Chicago :
University of Chicago Press.
LANGACKER, Ronald W. 1987. Foundations of Cognitive Grammar. Vol. I : Theoretical
Prerequisites. Stanford, California : Stanford University Press.
LANGACKER, Ronald W. 2002 [1991]. Concept, Image, and Symbol. The Cognitive Basis of
Grammar. (2
ème
éd.). Berlin / New York : Walter de Gruyter.
LAPAIRE, Jean-Rémi & Wilfrid ROTGÉ 1998. Linguistique et grammaire de l’anglais.
Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.
LINCOLN, Bruce 1986. Myth, Cosmos, and Society. Indo-European Themes of Creation and
Destruction. Cambridge (Mass.) & London : Harvard University Press.
LINKE, Uli 1985. « Blood as metaphor in Proto-Indo-European », in Journal of IndoEuropean Studies 13, pp. 333-376.
MCNEILL, David 2005. Gesture and Thought. Chicago : University of Chicago Press. 76 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
MALLORY, James & Douglas Q. ADAMS (eds.) 1997. Encyclopedia of Indo-European Culture.
London & Chicago : Fitzroy Dearborn.
ONIANS, Richard B. 1999 [1951]. Les origines de la pensée européenne. Traduit de l’anglais
par B. Cassin, A. Debru, M. Narcy. Paris : Le Seuil.
ONIONS, Charles T. (ed.) 1966. The Oxford Dictionary of English Etymology. Oxford :
Clarendon Press.
PLATON 1999 (4
ème
édition). Timée - Critias (Présentation et traduction par Luc Brisson).
Paris : Flammarion.
RADDEN, Günter 2003 [2000]. « How metonymic are metaphors ? » in Metaphor and
Metonymy at the Crossroads. A Cognitive Perspective, Antonio Barcelona (ed.). Berlin :
Mouton de Gruyter, pp. 93-108.
REDDY, Michael 1993 [1979]. « The conduit metaphor : A case of frame conflict in our talk
about language », in Andrew Ortony (ed.) : Metaphor and Thought, 2
nd
edition.
Cambridge : Cambridge University Press, pp. 164-201.
SOARES DA SILVA, Augusto 2003. « Image schemas and category coherence : the case of the
Portuguese verb deixar », in Cognitive Approaches to Lexical Semantics, Cuyckens,
Dirven, & Taylor (ed.). Berlin/New York : Mouton de Gruyter, pp. 281-323.
SWEETSER, Eve 1990. From Etymology to Pragmatics. Cambridge/New York/Melbourne :
Cambridge University Press.
TALMY, Leonard 2003 [2000]. Toward a Cognitive Semantics. Volume I : Concept
Structuring Systems. Cambridge (Mass.) / London (England) : MIT Press.
TAYLOR, John R. 2003 (3rd ed.) [1989]. Linguistic Categorization. Oxford : Oxford
University Press.
WATKINS, Calvert 2000 [1985]. The American Dictionary of Indo-European Roots. 2
ème
édition, Boston : Houghton Mifflin.
WRIGHT, Joseph (ed.) 1898-1905. The English Dialect Dictionary. Vols I-VI. London : H.
Frowde. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
77
Jean-Marc Chadelat
45
Résumé
À partir d’un inventaire limité de termes répertoriés dans un dictionnaire étymologique usuel,
cette étude se propose d’analyser le mécanisme par lequel le groupe consonantique initial
<Cr-> distinguant la sous-classe examinée est perçu comme motivé au plan phonétique.
L’intuition générale qui a guidé notre recherche est celle d’une filiation sémiogénétique de la
dimension onomatopéique du marqueur sub-lexical <Cr-> à une valeur dérivée de nature
idéophonique en vertu d’une métaphorisation inter-sensorielle sous-jacente à la nomination
des référents désignés. Les conclusions statistiques auxquelles l’exploration du corpus nous a
permis d’aboutir justifient une théorisation plus rigoureuse des éléments submorphémiques
prenant appui sur le processus cognitif de transfert conceptuel identifié par Wilkins (1996). A
la lumière de cette approche théorique dont le caractère heuristique se voit confirmé par
l’observation des faits, le phonesthème <Cr-> fait figure de trait sémiologique pourvu d’une
valeur invariante. Celle-ci est liée, au plan sémantique, à la notion de « fragilité » étendue
analogiquement à la notion de « séparation » résultant du morcellement d’un objet fragmenté.
Ce transfert conceptuel semble reposer, quant à lui, sur la projection de certaines propriétés
perceptibles d’un domaine d’expérience à un autre dans le cadre d’une transposition
phonosymbolique qui échappe à la conscience des locuteurs et contredit l’arbitraire du signe.
***
Abstract
Focusing on a limited inventory drawn from a current etymological dictionary, this paper
analyzes the class of words defined by the word-initial sublexical marker <Cr->, and attempts
to account for the motivation which is perceived by users of the language on the phonological
level. The underlying hypothesis of this study is that a semiogenetic continuum exists
between the onomatopoeic and phonesthemic dimensions of the marker by virtue of a
synaesthetic transfer akin to the conceptual transfer identified by Wilkins (1996) and
underpinning the naming process of the notions referred to. In the light of this theoretical
approach, the systematic exploration of the corpus shows that the consonant cluster <Cr-> is a
semiological invariant as defined by Lakoff (1990), and that it is related to the notion of
‘fragility’ extended metaphorically to that of ‘separation’. This process of conceptual transfer
seems to operate through the unconscious projection of typical features from one
extralinguistic domain to another by means of a symbolic transposition which is at variance
with the axiomatic arbitrariness of the linguistic sign.

45
IUFM de Paris. 78 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
1. Introduction
Les processus reposant sur la motivation phonique comptent parmi les matrices de
néologie interne les plus négligées dans la perspective d’une approche saussurienne des
langues humaines. Ce désintérêt qui n’a rien de général ou de systématique est d’autant plus
regrettable que la part et le rôle du symbolisme phonétique soulèvent des questions
fondamentales ayant trait à la motivation du signe linguistique ainsi qu’à l’origine du langage.
Quoique notre intention ne soit pas de spéculer sur ces deux sujets longtemps tabous parmi les
linguistes, l’objet de cet article est d’examiner la série des mots en <Cr-> à la lumière du
modèle explicatif connu sous le nom de transfert conceptuel
46
. La petite fente appelée crack
en anglais (français fissure, fêlure, lézarde, crevasse, craquelure
47
) a-t-elle été ainsi nommée
parce qu’elle évoque une ligne brisée résultant d’une fracture consécutive à un choc? L’enjeu
n’est pas négligeable, car cette interrogation soulève le problème de l’analyse morphologique,
à savoir l’étude des groupes consonantiques initiaux que Firth appelle phonæsthemes et qui
font partie de ce que Tournier nomme pour sa part éléments idéophoniques
48
. L’analyse du
statut de ces groupes est rendue problématique par le fait qu’ils ne répondent pas à la
définition du morphème, à savoir la plus petite unité douée de sens que l’on connaît depuis
Saussure sous la forme d’une entité à double face associant une image acoustique et un
concept.
Dans la mesure où ces groupes sont des segments submorphémiques, ils n’ont aucune
existence indépendante, pas de statut syllabique, et se combinent avec des segments qui n’ont
pas eux-mêmes d’existence indépendante ni de statut morphémique. Il n’en demeure pas
moins, comme le rappelle Tournier dans sa définition des idéophones, que ce type de segment
est constitutif « du signifiant d’un mot dont le signifié peut appartenir à divers champs
notionnels à l’exception de celui des sons » tout en étant « commun à une série de mots et
associé au sens général commun à tous les mots de la série
49
». S’il faut se résigner à ce que
ces segments ne puissent se voir assigner un statut morphologique propre selon des critères
linguistiques rigoureux, l’intuition de l’observateur est que leur existence même témoigne des
limites d’une analyse structurale ou lexicale faisant l’impasse sur le domaine extralinguistique
et son rôle dans la sémiogenèse. Ce qui invite à formuler l’hypothèse d’une motivation non
endogène — c’est-à-dire interne au système linguistique — de ces segments est la propriété
d’invariance notionnelle inhérente aux éléments idéophoniques
50
. En admettant que
l’invariance dont il s’agit correspond à une relation inchangée dans une transformation
quelconque, les éléments idéophoniques ne seraient donc que la manifestation linguistique
d’une propriété générale pouvant sous-tendre tout système, quel qu’il soit.
Dans le chapitre de son livre traitant des processus à motivation phonique, Tournier
distingue les onomatopées, mots dont le signifié « renvoie au champ notionnel du son », des
idéophones, pour lesquels le signifié n’est pas un concept acoustique. Mais la distinction entre
onomatopées primaires ou acoustiques et onomatopées secondaires ou idéophones a beau se
révéler utile, elle n’est pas aussi nette et tranchée qu’on pourrait le penser. S’il est
relativement facile de distinguer les signes onomatopéiques au moyen du rapport imitatif
établi entre le signe et son référent dans le domaine sonore, la définition des idéophones est
quant à elle plus difficile ne serait-ce que parce que le rapport entre une partie du signifiant et

46
Wilkins, in Durie & Ross (1996: 264-304).
47
Robert & Collins : Dictionnaire Français-Anglais Anglais-Français, Paris, Société du Nouveau Littré, 1984
[1978], p. 126.
48
Firth (1930 : 50-62) ; Tournier (1985 : 139-141).
49
IDLAC, p. 145.
50
Lakoff (1990: 39-74). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
79
le référent désigné repose sur des critères plus vagues et subjectifs. La gradation de la
motivation onomatopéique et idéophonique dans une série donnée soulève d’autre part la
question d’une possible filiation de l’une à l’autre à la faveur d’une analogie de contenu
sémantique et / ou référentiel
51
résidant pour la série que nous nous proposons d’examiner
dans la notion de « non-rectiligne ».
Cette liaison supposée est d’autant plus problématique qu’elle renverse l’ordre
généralement admis entre signes motivés et signes immotivés. Depuis le Cours de
linguistique générale, on a coutume de parler de l’arbitraire relatif des signes linguistiques
dérivés de bases arbitraires, ce qui réduit la motivation à être surtout morphologique ou
sémantique et exceptionnellement phonique. Un rapport de filiation avéré entre des
onomatopées et des idéophones ayant en commun le même marqueur sub-lexical obligerait
d’une manière ou d’une autre à rouvrir le dossier de l’arbitraire du signe à la lumière de
l’action exercée par l’extralinguistique sur le linguistique.
Notre étude se fonde sur l’ensemble de la sous-classe des mots anglais en <Cr->
répertoriée dans le Oxford Dictionary of English Etymology
52
, désormais ODEE. Ce choix
restrictif permet tout d’abord de limiter les erreurs et approximations auxquelles s’expose une
étude de ce type. Plutôt que de partir d’une définition très précise de la motivation phonique
pour l’appliquer aux termes à qui elle semble le mieux convenir, il nous a semblé plus
fructueux dans un premier temps d’examiner tous les mots de la sous-classe potentiellement
concernés par le phénomène, quitte à modifier la définition initiale, voire à en changer. En
second lieu, il semble plus logique de partir de l’observation du signifiant pour en étudier
l’adéquation motivée au référent que l’inverse, la motivation trouvant son origine dans le
rapport perceptible entre l’image acoustique du signe motivé et ce à quoi il renvoie. Quant au
choix du dictionnaire, il se justifie par l’opportunité d’une analyse étymologique de chacun de
ces termes afin de mesurer son évolution sémantique et de pouvoir déterminer le rapport
motivé entre l’élément phonique et la notion exprimée.
Loin d’être exhaustive, la liste des entrées en <Cr-> du dictionnaire étymologique de
référence n’en est pas moins comparable à celle de COD9 notamment pour ce qui est des
lexies primaires, c’est-à-dire ne comportant qu’un seul élément lexical autonome
53
. Seules ces
dernières intéressent une étude de la motivation phonique dans la mesure où la lexicogénèse
que manifeste la motivation phonique porte sur des mots-racines simples et non sur des lexies
complexes, qu’elles soient affixées, composées ou bien prépositionnelles. Ce qui est vrai pour
le niveau formel l’est aussi pour le plan du contenu. La néologie sémantique (par conversion
et métasémie) qui implique un changement de signifié sans modification du signifiant (et qui
peut fonder l’homonymie) n’est pas un paramètre a priori déterminant pour une étude de la
motivation phonique
54
. Il n’est bien sûr pas indifférent de comparer les diverses acceptions
sémantiques d’une même entrée de dictionnaire (par exemple celles, relativement diverses, de
crop) ou le contenu de plusieurs entrées homographes et homophones (ODEE compte par
exemple 4 entrées différentes pour crab), mais c’est moins sur le signifié que doit porter
l’examen que sur le lien qui existe entre une séquence de phonèmes, un principe de
signification et un référent.
Parmi les 154 mots que compte le corpus (crab, crabbed, crack, cracknel, cracksman, -

51
IDLAC, pp. 153-155 et 163-164.
52
Onions 1966.
53
Les entrées supplémentaires qui figurent dans COD9 sont en grande majorité des mots dérivés (par affixation
ou composition) des lexies primaires qui sont répertoriées par ODEE. On peut noter que la plupart des entrées
originales qui figurent dans COD9 sont phoniquement motivées (crenel, crepitus, cronk, cruck, cruller).
54
Nous verrons plus loin qu’elle l’est dans le cadre de la motivation sémantique, qui rejoint par certains côtés la
motivation phonique. 80 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
cracy, cradle, craft, crag, crake, cram, crambo, cramoisy, cramp, cranberry, crane,
cranesbill, cranium, crank, cranky, crannog, cranny, crape, crapulous, crash, crasis, crass,
cratch, crate, crater, cravat, crave, craven, craw, crawfish, crawl, crayfish, crayon, craze,
creak, cream, crease, create, crèche, credence, credo, creek, creel, creep, creese, cremate,
cremona, crenate, crenellate, Creole, creosote, crêpe, crepidation, crepuscular, crescendo,
crescent, cress, cresset, crest, cretaceous, Cretan, cretic, cretin, cretonne, crevasse, crevice,
crew, crewel, crib, cribbage, crick, cricket, crikey, crime, crimp, crimson, cringe, cringle,
crinite, crinkle, crinkum-crankum, crinoid, crinoline, cripple, crisis, crisp, crispin, crisscross, cristate, criterion, critic, croak, Croat, crochet, crocidolite, crock, crocket, crocodile,
crocus, croft, cromlech, cromorne, crone, crony, crook, crooked, croon, crop, croquet,
croquette, crore, crosier, cross, crotalus, crotch, crotchet, croton, crouch, croup, croupier,
crow, crowd, crown, croydon, crucial, crucible, crucifer, crucifix, crude, cruel, cruet, cruise,
crumb, crump, crumpet, crumple, crunch, crupper, crural, crusade, cruse, crush, crust,
crustaceous, crutch, crux, cry, cryo-, crypt, cryptic, crystal) on peut remarquer la part
prépondérante des lexies simples, mots ne comportant qu’un seul élément autonome, tels que
crab, create, crooked ou bien crumple.
Comme il n’existe en anglais aucun préfixe en <Cr-> à l’exception de cryo- et de cryptodont le statut est d’ailleurs très ambigu
55
, l’objet de notre étude se cantonne à la base lexicale
de tous ces termes. La part relativement importante des affixés suffixés tels que crustaceous
(crust-aceous), crepidation (crepid-ation), crocket (crock-et), crucible (cruc-ible), cranium
(cran-ium), crinoid (crin-oid), ou cranny (crann-y) souligne la prépondérance des lexies
simples, primaires ou bien affixées, qui représentent environ 140 des 150 mots du corpus,
c’est-à-dire plus de 90% de l’ensemble. Pour ce qui est des mots composés, leur nombre se
limite à une dizaine selon la définition plus ou moins large que l’on donne de la composition.
Parfois, le doute est de rigueur, comme avec cranberry. Bien que cran ne soit pas un mot
anglais, il ne fait aucun doute que les anglophones décomposent ce terme en cran-berry pour
des raisons d’ailleurs tout autant formelles que sémantiques. L’analyse étymologique de
cranberry nous apprend que le mot provient d’une forme germanique kranebeere où le
premier élément désigne l’oiseau dont le nom est apparenté en anglais, et qui est
particulièrement friand de ces baies. Bien que l’étymologie éclaire le mot en le classant parmi
les composés, il est douteux que les locuteurs anglophones connaissent cette origine ou qu’ils
remotivent l’élément opaque cran- en lui accordant la moindre valeur onomatopéique ou
idéophonique. Ajoutons enfin que ce terme est l’exception qui confirme la règle selon laquelle
la motivation phonique est un processus concernant surtout les bases lexicales de lexies
primaires et non, comme pour cranberry, un élément morphologiquement et sémantiquement
déterminant. Sans préjuger de la (re)motivation phonique dont un mot tel que cranberry peut
être l’objet de la part des utilisateurs de l’anglais, il ressort que lorsque deux procédés
concurrents de néologie morpho-sémantique (construction et motivation phonique)
s’appliquent simultanément au même mot, c’est le procédé le plus « visible »
morphologiquement qui prévaut sur l’autre dans la conscience des locuteurs.
Ce besoin de (re)motivation, auquel on doit notamment l’étymologie populaire, n’est pas
étranger à la possibilité d’un glissement de la valeur imitative à la valeur idéophonique de
<Cr-> dans l’esprit des locuteurs tel que peut l’illustrer un nom comme crayfish. Mot

55
On peut se demander en effet s’il s’agit de préfixes ou bien de quasi-morphèmes selon la désignation de
Guierre, Essai sur l’accentuation en anglais contemporain, Thèse non publiée, Paris, p. 452. Les éléments cryo-
et crypto- sont ainsi classés parmi les combining forms dans COD9, qui précise dans une note d’usage que ces
morphèmes liés « contribute to the particular sense of words (...), as distinct from a prefix or suffix that adjusts
the sense of or determines the function of words. » A la différence des préfixes et des suffixes, les quasimorphèmes sont presque toujours des transcriptions latinisées de racines grecques servant à construire des
composés étymologiques plus ou moins opaques. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
81
d’origine française dont l’étymon vieux-français crevis/cravis a donné notre moderne «
écrevisse », crayfish (et sa variante américaine crawfish) est motivé au plan morphologique
par son appartenance au paradigme des mots construits en -fish. L’opacité sémantique du
premier élément cray/craw, due à un remodelage imparfait que l’on peut sans doute imputer à
l’absence de paronyme sémantiquement acceptable, n’est que partielle et l’on ne peut a priori
écarter l’hypothèse d’une valeur idéophonique latente. Cette hypothèse est d’ailleurs étayée
par les connotations qui s’attachent à crayfish comme à crab, ces deux noms d’animaux étant
associés au plan sémantique à l’obliquité de leur démarche (Cf. crabwise). L’exemple de
crayfish attire l’attention sur un point de méthode important. Il est primordial dans une étude
telle que la notre de ne négliger aucun effet de sens dénotatif ou bien connotatif qui puisse
orienter l’enquête vers un rapport de motivation insoupçonné entre un signifiant et un référent
sur la base de comparaisons entre divers signes relevant du même champ conceptuel ou
appartenant à des domaines différents.
2. Valeur imitative du marqueur <Cr-> et gradation du processus
onomatopéique
Les onomatopées primaires ou acoustiques jouissent d’une prééminence s’expliquant par le
fait qu’elles manifestent une forme de création lexicale absolue ne s’appuyant sur aucun mot
préexistant. Cette primauté lexicogénétique est aussi primat dans le temps, ce qui justifie
d’envisager l’étude des formations onomatopéiques dans une perspective génétique et non
seulement structuraliste. Les onomatopées primaires de notre corpus sont au nombre de 12 ou
14 selon que l’on inclut crack et cry, qui ne sont notés imitative ni dans ODEE ni dans COD9,
bien qu’une étude comparative avec des mots apparentés d’autres langues indo-européennes
leur attribuent une origine onomatopéique incontestable
56
. La liste des onomatopées de plein
droit comprend les termes suivants : crack, crake, crane, crash, creak, crepitation, cricket,
croak, croon, croup, crow, crump, crunch, cry. Cette liste exhaustive vérifie en premier lieu le
petit nombre des onomatopées, en valeur relative, dans le lexique de l’anglais. Les 14 termes
onomatopéiques relevés représentent moins de 1% du corpus, ce qui correspond assez
précisément aux 500 onomatopées (soit 1,2%) relevées sur la masse des 40.000 entrées du
COD6 par Jean Tournier. Toutefois, la part très faible des onomatopées ne peut être alléguée
pour les passer sous silence ou négliger d’étudier leur rôle au sein de la langue
57
.
D’un point de vue diachronique, on ne peut écarter l’éventualité que des lexies d’origine
onomatopéique ne soient plus perçues comme telles par suite d’une opacification graduelle de
leur signifiant
58
. Le critère fondamental d’identification dans ce domaine est le caractère
sonore du référent désigné auquel renvoie l’onomatopée. C’est le cas de crash, qui reproduit
un bruit fracassant par imitation phonique, tandis que le cri de l’oiseau désigné par crane
renvoie métonymiquement à l’animal en signifiant une caractéristique définitoire. Ceci pose
d’ailleurs le problème de la nature du signe onomatopéique : est-il un signe canonique à
double face incluant un signifié renvoyant à un concept ou bien n’est-il qu’un signifiant
acoustique désignant un référent sans médiation conceptuelle ? Dans le cas d’une onomatopée
purement imitative comme crash, il est légitime de se demander quelle peut être la forme du
signifié et s’il existe même un signifié intercalé entre le référent et le signifiant.

56
C’est le cas pour crack, apparenté au français « craquer », à l’allemand krachen et au néerlandais kraken, qui
semble remonter à un étymon onomatopéique commun krak. Cf. Grandsaignes d’Hauterive (1948 : 94-5).
57
IDLAC, p. 157.
58
C’est d’ailleurs déjà le cas de crane pour beaucoup d’anglophones. 82 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
Il est intéressant de remarquer que cette question se pose également à propos des
interjections dont plus de 40 sur les 200 environ répertoriées dans COD9 sont
onomatopéiques : on voit mal en effet quel pourrait être le signifié de ah !, celui de hem ! ou
encore celui de tut ! Outre le caractère expressif que les onomatopées partagent avec les
interjections, les premières appartiennent exclusivement aux classes de mots lexicaux en
rapport avec l’extra-linguistique. Par ailleurs, il est remarquable que dix fois plus
d’onomatopées que de termes lexicaux non onomatopéiques subissent un transfert fonctionnel
sans modification de leur signifiant. Ceci peut laisser supposer une filiation onomatopéique de
nombreux termes (V —>N, N —>V, N —> A, etc.) perçus comme arbitraires par suite d’une
opacification croissante provoquée par une modification du signifiant ou une évolution de leur
sens. Il serait donc imprudent de conclure à l’impossibilité d’une origine onomatopéique du
langage humain en s’appuyant sur le fait indiscutable que les langues naturelles ne
comportent qu’un nombre très réduit de lexies onomatopéiques proportionnellement à
l’ensemble du lexique.
On peut ainsi distinguer selon la transparence du rapport onomatopéique les onomatopées
directement imitatives telles que crash, crepitation, ou bien crump, les onomatopées
suggestives ou métonymiques telles que crane, cricket ou crow et pour finir les onomatopées
plus opaques, telles que croon ou bien cry. Cette classification sommaire met en évidence une
gradation onomatopéique permettant d’extrapoler et de postuler une continuité des
onomatopées aux idéophones par le biais d’un glissement métonymique ou métaphorique. Ce
transfert ayant pour conséquence d’effacer et de déplacer le rapport acoustique entre le signe
onomatopéique et son référent. Une telle distinction rejoint par ailleurs dans ses grandes
lignes une classification notionnelle plus rigoureuse. Les trois classèmes
59
animé humain,
animé non-humain et matériel correspondent dans l’ensemble à la tripartition évoquée plus
haut.
Alors que les bruits matériels crack et crash sont directement imitatifs, tout comme les cris
et bruits d’animaux creak, croak ou bien crow (qui étaient probablement verbaux à l’origine),
les noms d’animaux tels que crane ou cricket sont métonymiques, de même que les bruits
organiques d’origine humaine croup (throat disease with a sharp cough) et crump (sound of
eating a moderately firm substance), tandis que le mot renvoyant à un comportement
spécifiquement humain cry
60
est une onomatopée opaque que beaucoup de dictionnaires
n’indiquent pas comme onomatopéique, et dont le principe de signification est d’ailleurs
polysémique (weep/shout), ce qui est plutôt rare pour les onomatopées. Sans vouloir donc
affiner à l’excès une classification dont l’intérêt principal est de faciliter l’observation, on
conservera l’idée d’une distinction entre des onomatopées hautement imitatives où signe et
référent sont purement sonores, et des onomatopées plus figurales où le rapport acoustique
entre le signifiant et le référent plus ou moins conceptuel suggère une correspondance
naturelle entre le bruit évoqué et la chose désignée.
Un autre rapport qui mérite d’être noté entre son et sens onomatopéiques est le caractère
entier du phénomène : c’est en effet tout le signifiant d’une onomatopée qui imite ou suggère
son référent, à la différence des idéophones qui sont toujours en principe des fragments de
signifiants, ce que confirme notre corpus. A l’exception du terme plurisyllabique d’origine
latine crepitation, les autres onomatopées, toutes d’origine anglo-saxonne, vérifient la règle
selon laquelle la motivation onomatopéique réside dans l’intégralité du signifiant motivé. Ce
qu’atteste l’ossature consonantique de ces termes. Alors que le modèle morpho-phonique
dominant /krk/ traduit une duplication en miroir du phonème expressif /k/, la nasale finale de
/krn/ résonne par imitation, la fricative finale de /krS/ exprime un bruit de frottement, la

59
Un classème est un sème générique qui renvoie à une catégorie générale selon la terminologie de Pottier.
60
Ce mot s’emploie aussi métaphoriquement pour les animaux (Cf. la mouette). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
83
nasale bilabiale de /krmp/ mime un bruit de mastication et l’occlusive finale de /krmp/ ou de
/krp/ traduit un léger bruit d’explosion.
Qu’en est-il des voyelles sur lesquelles s’appuient phonétiquement les consonnes et sans
lesquelles il ne saurait y avoir de syllabe ou de mot onomatopéique à proprement parler ?
Peut-on parler de valeur imitative ou bien n’ont-elles comme seule fonction que de permettre
la lexicalisation d’une séquence consonantique expressive autrement inarticulable ? Bien que
les voyelles des syllabes onomatopéiques ne remplissent souvent qu’une simple fonction
épenthétique, leur répartition mérite examen. Soit la série des onomatopées dont la forme
radicale est /krk/ : crack, crake, creak, cricket et croak. Alors que le /a/ de crack imite un son
bref et retentissant (sudden sharp or explosive noise), la voyelle diphtonguée et médiane /ei/
de krake évoque quant à elle le cri de l’oiseau bruyant connu sous le nom de crake (dénommé
râle en français) de façon plus conventionnelle. La valeur imitative de /i:/ est plus nette en
revanche dans creak où elle évoque le son strident et prolongé d’un grincement ou bien d’un
cri (harsh scraping or squeaking sound) tout comme celle de /i/ dans cricket où le son aigu et
bref de la voyelle non tendue mime le cri-cri joyeux du grillon. Enfin, la diphtongue d’arrière
/ou/ reproduit le son grave et prolongé du corbeau ou de la grenouille (deep hoarse sound as
of a frog or a raven)
61
.
S’il est donc difficile d’extrapoler, à partir de ces observations, à l’ensemble des
onomatopées de l’anglais, il est clair que le vocalisme de nos exemples ne peut se réduire à
une valeur épenthétique et conventionnelle. Toutes ces voyelles ont un timbre spécifique qui
complète au plan phonique le cadre consonantique dans lequel elles s’insèrent. On peut même
dire dans une certaine mesure qu’elles constituent un micro-système imitatif au sein duquel
les valeurs onomatopéiques se délimitent réciproquement sur la base d’une correspondance
précise entre le son et le sens
62
. Il semble par ailleurs que la nature onomatopéique des
voyelles soit davantage liée à l’intensité du bruit évoqué (oscillant en gros entre l’aigu et le
grave, le son retentissant et le son assourdi) tandis que la nature imitative des consonnes
suggère quant à elle le type de sons reproduits en fonction de leur origine extra-linguistique
(explosion, friction, vibration, etc.)
63
. Une dernière remarque s’impose au sujet de la
proximité linguistique qui existe entre les onomatopées et les interjections. Suivant la
définition qu’en propose Jean Tournier
64
, on peut mettre en lumière la nature ou l’origine
onomatopéique de la plupart des interjections dont le signifiant sonorise en quelque sorte
l’expression impérieuse d’une émotion humaine. Si tel n’est pas le cas de crikey, cripes et
crumbs qui sont des formes euphémistiques de Christ utilisées à des époques et dans des
variétés dialectales diverses, nombreuses sont en revanche les interjections qui expriment une
émotion de surprise, de crainte ou de joie au moyen d’une forme onomatopéique imitative. Le
caractère exclamatif et la forme monosyllabique de la grande majorité des interjections sont
un indice supplémentaire de leur nature onomatopéique qui suggère une filiation — ou du
moins un rapport de parenté étroit — d’une catégorie à l’autre. Selon cette hypothèse, qui
pourrait donner lieu à une intéressante étude, les onomatopées pourraient n’être que des

61
Les connotations péjoratives de croak (utter with a croak or in a dismal manner; die; kill; COD9 p. 320) qui
rejoignent et consolident le symbolisme négatif du corbeau sont probablement dues en partie au timbre « sombre
» de la voyelle d’arrière.
62
Voir à ce sujet Chastaing (1958, 1964) et Peterfalvi (1970).
63
Il est intéressant de noter à cet égard une correspondance entre l’intensité et la hauteur imitatives d’un référent
sonore et les qualités spécifiques de telle ou telle voyelle (timbre, degré d’aperture et d’antériorité) tout comme
entre le point d’articulation d’une consonne onomatopéique et la nature du son suggéré. Cette correspondance
étudiée dans le détail pour l’anglais aussi bien que pour d’autres langues est d’autant plus fondée intuitivement
que les appellations des catégories de consonnes sont elles-mêmes auto-référentielles (affriquées, constrictives,
explosives, fricatives, liquides, spirantes, vibrantes, etc.). Cf. Fonagy (1966 : 78-80).
64
IDLAC, pp. 425-27. 84 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
interjections lexicalisées
65
.
3. Des onomatopées aux idéophones : continuité ou bien rupture ?
Contrairement aux formations onomatopéiques, les idéophones ne renvoient pas à un bruit
ou à un son mais à une notion qui n’appartient pas au domaine acoustique. La différenciation
des onomatopées et des idéophones se révèle d’autant plus utile que le marqueur <Cr-> à
l’initiale des mots de la série est bivalent, c’est-à-dire potentiellement onomatopéique et
idéophonique. Il convient cependant de s’entendre sur cette notion descriptive de bivalence.
Bien qu’un élément phonétique puisse avoir une double valeur onomatopéique et
idéophonique, celle-ci n’est pas a priori présente simultanément dans le même mot même si
rien ne s’y oppose en théorie. C’est précisément dans la mesure où les éléments phoniques
bivalents ne sont pas la règle que, s’il existe un rapport logique et/ou génétique entre
onomatopées et idéophones, ces éléments offrent le meilleur domaine d’observation qui soit
afin de le mettre au jour en faisant apparaître une corrélation entre la valeur onomatopéique
du marqueur <Cr->, laquelle évoque un bruit de craquement, et sa dimension idéophonique
qui signifie la notion de « non-rectiligne ».
On définira donc les idéophones de notre corpus comme des mots dont la séquence initiale
motive le signifiant en suscitant l’image d’une ligne brisée ou d’une forme non-rectiligne :
crab, crack, cradle, crag, cramp, crank, cranny, crape, cratch, crate, crawl, crease, creek,
creel, creep, creese, crenate, crenellate, crêpe, crevasse, crevice, crib, crimp, cringe, cringle,
crinkle, crinkum-crankum, cripple, crisp, criss-cross, crochet, crocket, cromlech, cromorne,
crook, crooked, crosier, cross, crotch, crotchet, croutch, croup, crown, crucial, crucifer,
crucifix, cruise, crumpled, crutch.
Cette série de quarante-neuf mots idéophoniques, soit un tiers du corpus, ne comprend que
des termes qui vérifient au moins les deux conditions suivantes : premièrement, leur
signification inclut toujours le trait référentiel « non-rectiligne » et, deuxièmement, leur
filiation étymologique fait ressortir qu’ils dérivent par évolution phonétique et / ou
sémantique d’un étymon dont la signification inclut également ce trait. Cette double condition
fonde l’invariance sémantique du marqueur au sein de la série en synchronie et la
conservation du signifié commun en diachronie. Cette formulation ne va pas de soi car nous
verrons que lorsqu’une de ces deux conditions n’est pas remplie, le doute est la règle, même
s’il bénéficie le plus souvent au terme potentiellement idéophonique, que la signification de
l’étymon soit inconnue (cas le plus fréquent) ou que le trait idéophonique n’ait qu’un rapport
trop vague avec le référent pour être attribué au mot.
La convenance du trait notionnel « non-rectiligne » avec le référent désigné par les
idéophones du corpus se traduit pour les termes correspondant au classème animé (il n’est pas
très utile de distinguer animés humains et non humains) par la représentation linguistique
d’une particularité physique ou d’une activité produisant une impression visuelle nonrectiligne. La difficulté consiste à déterminer l’origine de cette propriété afin de préciser son
statut en rapport avec l’hypothèse d’une transition progressive des onomatopées aux
idéophones que nous avons posée à titre heuristique. La caractéristique non-rectiligne définit
sans équivoque l’animal appelé crab dont l’étymon vieux norrois (krafla=claw) indique une

65
En dépit de son caractère spéculatif que rien n’empêcherait d’ailleurs d’être confrontée aux faits, cette
hypothèse aurait l’avantage de souligner la convergence et la complémentarité de deux des trois principales
théories sur l’origine du langage : la théorie dite « bow-wow », fondée sur une origine onomatopéique du
langage, et la théorie dite « yo-he-ho », fondée sur une origine plutôt exclamative. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
85
dénomination d’après la courbure des pinces, motivation à laquelle a pu s’ajouter
secondairement la forme arrondie des pattes et la démarche oblique de ce crustacé.
A cette catégorie appartient aussi cripple, proche de creep, qui désigne un estropié,
autrement dit une personne pour qui la station debout est rendue difficile voire impossible.
Fait significatif, ces deux mots sont apparentés étymologiquement à crank et cringe dont
l’étymon vieil-anglais cringan signifiait bend up, crook, curl up, fall in battle
66
. La
signification première du mot comprend donc un écart par rapport à la norme physique et se
retrouve dans l’argot des voleurs crank qui désigne un simulateur d’infirmités aussi bien que
dans le sens figuré de cringe (bend the body timorously or servilely)
67
. Dans le même ordre
d’idées, les verbes crawl, creep, cringe et crouch désignent tous à des degrés divers des
activités ou des positions qui obligent le corps à se plier et se courber, qu’il s’agisse de la
progression à plat ventre ou bien d’un accroupissement.
Dans le domaine matériel, c’est aussi la notion de courbure ou de brisure qui motive les
signes idéophoniques de notre corpus où l’on peut différencier pour plus de commodité objets
artificiels et phénomènes naturels. Les termes désignant des produits ou bien des activités
68
de
l’industrie humaine évoquent des objets fabriqués au moyen de brins, de rameaux et de
lanières recourbés et entrelacés (cradle, crate, creel, crib) dont la forme originale est
d’ailleurs souvent arrondie, ou bien des objets obtenus par recourbement (crank, qui
dénomme plusieurs outils et mécanismes coudés, cringle, qui renvoie à une erse ou un anneau
de corde, et crinkum-crankum, qui signifie a fancifully elaborated object
69
). La même
propriété distingue crochet, dont le nom d’origine française désigne à la fois la tige dont la
pointe recourbée retient le fil et le travail réalisé grâce à cet instrument, cromlech
(étymologiquement « pierre courbe »)
70
, qui représente un monument mégalithique de forme
circulaire ou elliptique, crook, dont l’étymon vieux-norrois signifie « crochet » et qui évoque
en anglais moderne plusieurs objets unciformes tels que la houlette de berger et la crosse
d’évêque, sens auxquels se rapporte la famille nombreuse de cross et de ses dérivés crucial,
crucifer et crucifix.
A ces mots, on peut ajouter crotch, apparenté à crook, qui signifie une fourche ou tout
objet fourchu, crown (dont l’étymon grec dénommait tout objet recourbé) qui désigne
l’insigne d’autorité ou de dignité dont la forme circulaire évoque au plan symbolique une
influence céleste et au plan référentiel tout objet sommital. La désignation des phénomènes
naturels illustre le même processus en signifiant une surface irrégulière et fragmentée. Parmi
les termes appartenant à cette catégorie, crack se distingue en tant que mot onomatopéique et
idéophonique dont la signification comprend un craquement, un claquement et une fente ou
une fissure. Nous reviendrons sur ce terme qui donne une indication sur les ressorts probables
de la transition du processus onomatopéique au processus idéophonique et appartient à la
même série idéophonique que crag, lequel évoque un rocher ou un flanc de montagne
anfractueux (steep rugged rock), cranny, qui désigne une lézarde ou une crevasse, creek, dont
un sens ancien apparenté au vieux-norrois kriki était le coin ou la fissure (corner, chink), sans
oublier les deux variantes transparentes crevasse et crevice dérivés du verbe français «
crever », lequel signifiait à l’origine « s’ouvrir, se fendre en éclatant »
71
.

66
ODEE, p. 225.
67
ODEE, p. 228.
68
Il semble à cet égard que le sens actif « briser, courber, plier, etc. » des verbes idéophoniques soit second par
rapport à l’état résultant « non-rectiligne », ce qui confirme l’ordre de filiation que nous supposons.
69
ODEE, p. 229.
70
ODEE, p. 230.
71
9PR, p. 509. 86 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
4. Ressemblances formelles et analogies explicatives
A côté de ces termes auxquels l’étymologie et la sémantique assignent le statut
d’idéophones, un certain nombre de mots se révèlent moins facilement classifiables lorsque
l’une de ces deux conditions n’est pas remplie. C’est le cas, par exemple, de crape, craw,
craze, crêpe, crest, et crisis, termes pour lesquels la valeur idéophonique du signifiant se situe
à un niveau d’abstraction sémantique plus élevé que dans les catégories précédentes. Alors
que certaines de ces lexies n’ont pas d’étymon idéophonique clairement identifiable, d’autres
ont un référent qui n’évoque qu’indirectement le trait « non-rectiligne » définissant. Ainsi
crape et crêpe, termes clairement apparentés dont une variante est anglicisée et l’autre non,
dérivent du latin crispus, qui qualifie la chevelure frisée ou ondulée et tout objet rappelant
cette forme en vertu d’une opération de généralisation. Même si l’approche étymologique
ratifie l’attribution d’une valeur idéophonique à ces termes, on peut douter en revanche que le
textile désigné par ces mots évoque spontanément en synchronie la « curvilinéarité »
72
dans
l’esprit des anglophones, et ce bien que la définition proposée par COD 9
73
inclue ce sème (a
fine often gauzelike fabric with a wrinkled surface) pour la première et la troisième acception
(crêpe rubber), la seconde (thin pancake) le comprenant implicitement.
De ce point de vue, le cas de craw est intéressant en ce qu’il montre de manière inversée
l’avantage du référent sur l’étymon : alors que le premier est décrit comme the pouch in a
bird’s gullet, la filiation étymologique permet de remonter jusqu’à la forme krage (neck,
throat, gullet)
74
qui n’est guère éclairante. Bien que la forme arrondie du jabot des oiseaux
justifie une dénomination idéophonique de cette cavité naturelle, l’étymon krage n’est
qu’indirectement et métonymiquement idéophonique si l’on suppose que le cou des volatiles a
pu être nommé ainsi en haut allemand à cause de cette poche digestive et/ou de sa forme
courbe. Un élément en faveur de cette explication est l’apparentement étymologique et la
proximité sémantique avec crop, dont la première acception attestée en vieil anglais désignait
le jabot des oiseaux, signification qui s’est graduellement appliquée à toute extrémité de
forme arrondie ou bien irrégulière d’où provient le sens agricole de ce mot. Les acceptions
sémantiques de crop en anglais moderne comprennent aussi bien The produce of cultivated
plants que a piece cut off or out of something (COD9, p. 320), à partir de la signification
historiquement et sémantiquement primordiale : bird’s craw ; head of a plant ; top of an
object (ODEE, p. 230). Il est clair que dans ce cas, l’évolution sémantique a entraîné une
opacification concomitante de crop, bien que curieusement ce changement de sens ait abouti à
l’ajout d’une valeur idéophonique seconde (cut off) caractérisant l’activité to harvest, to reap.
Le mot craze et son dérivé crazy n’évoquent quant à eux rien de sinueux si l’on pense à
leur sens le plus courant, mais le crazy paving, qui désigne un sol fait de pierres plates et
irrégulières dont les joints ne sont pas rectilignes et la surface pas tout à fait plane
75
a une
valeur idéophonique latente qui repose sur une analogie formelle entre le dessin irrégulier de
l’ouvrage maçonné et une ligne brisée. Craze est donc un bon exemple de ce que l’on pourrait
appeler le continuum idéophonique, emblématique de la complexité du phonosymbolisme et
de la variété de ses manifestations. Défini par rapport à la notion de insanity, le verbe converti
transmet sa signification au substantif par suite d’un changement de sens de type
métonymique en vertu duquel le nom craze dénote le résultat et l’effet de l’action exprimée

31
Il faut pourtant mentionner que le crêpe a été longtemps un tissu à surface ondulée ressemblant à du velours
côtelé, mais sans rapport avec la gaze.
73
COD9, p 317.
74
ODEE, p. 226.
75
Ce que les maçons appellent un « opus incertum » en français. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
87
par le verbe (temporary enthusiasm ; object of this ; an insane fancy or condition)
76
. Mais ce
processus assez courant en anglais se double d’un processus métasémique sous-jacent, la
première acception sémantique mentionnée par COD9 (make insane) étant un sens figuré.
La seconde acception plus technique (produce or develop fine surface cracks on pottery,
glaze etc.) correspond en effet au sens premier d’un point de vue étymologique et historique.
L’étymon probable de craze (vieux-norrois krasa=break into pieces) est à l’origine de la
forme et de la signification de ce mot dont les synonymes étaient au XIV
e
siècle shatter,
batter et crack. Un siècle plus tard, le même mot était devenu polysémique (break down in
health ; impair in intellect). L’évolution sémantique de craze suit donc une direction
conforme au processus de nature métaphorique qui permet de constater un continuum du sens
premier et concret jusqu’à la dernière acception figurée et abstraite, de l’objet fragile qui se
brise en plusieurs morceaux jusqu’à la défaillance mentale en passant par la maladie assimilée
à une fracture
77
. Cette continuité atteste bien que le processus idéophonique comporte
plusieurs degrés, selon la nature du référent (animé, matériel ou abstrait) et celle du processus
métasémique à l’œuvre (glissement d’emploi ou bien polysémie).
La primauté du sens métaphorique et second de craze ne disqualifie donc nullement cet
idéophone dont la motivation phonique de nature complexe se retrouve dans l’adjectif dérivé
crazy. Alors que le premier sens de cet adjectif était unsound, liable to fall to pieces, le second
sens figuré of unsound mind n’est apparu qu’un siècle plus tard au XVII
e
siècle (ODEE). De
nos jours, le sens courant de crazy est insane or mad, mais COD9 mentionne deux sens plus
techniques et moins usuels dans le droit fil de sa valeur étymologique : (of paving, a quilt,
etc.) made of irregular pieces fitted together ; archaic (of a ship, building, etc) unsound,
shaky. Il faut signaler enfin l’existence d’une « matrice métaphorique » de la folie en anglais
qui associe cette maladie à une fracture ou une fissure (crack-brained, cracked, crackers,
crackpot) avec une gradation intéressante (cranky=eccentric), le français préférant
contrastivement l’image du coup (frappé, marteau, sonné, tapé, toqué, etc.). Cette structure
exploite l’analogie head=breakable object, et il serait bien intéressant de recenser l’ensemble
de ces analogies productives de métaphores, en français comme en anglais.
En regard de craze, le cas de crest est intéressant en ce qu’il représente un degré
supplémentaire dans l’opacification de la valeur idéophonique du signifiant. Ce mot d’origine
latine ayant transité par le français est couramment employé en anglais au sens second de top
of something, esp. Of a mountain, wave, roof, etc. qui tend à occulter le sens premier et
idéophonique comb on a bird’s or animal’s head
78
. Le caractère douteux du statut de cet
idéophone est accusé par les autres acceptions sémantiques du terme qui renvoient à la notion
de linéarité et traduisent une forme d’énantiosémie : a line along the top of the neck of some
animals ; a ridge along the surface of a bone. Le premier sens qui dérive en droite ligne (si
l’on peut dire) de l’étymon latin crista (« crête dentelée des gallinacés »
79
) passe sous silence
ce trait sémantique et référentiel non-rectiligne dans la définition qu’en donne COD9 : a comb
or tuft of feathers, fur, etc. on a bird’s or animal’s head. Le mot comb est ainsi défini par
COD9 : 3 the red fleshy crest of a fowl, esp. A cock
80
, alors que crest est défini au moyen du
terme synonyme comb dans le cadre d’une circularité quasi-tautologique où n’apparaît pas le
trait sémantique indented. Cet oubli est d’autant plus surprenant que la forme dentelée du
référent est clairement observable et incluse par le sémème de l’étymon latin crista dont la
signification mentionnée par COD9 est inexacte. Celui-ci pose en effet l’équivalence crista =

76
COD9, p. 315.
77
Le français préfère quant à lui l’image du coup (cf. infra) ou celle de la fêlure (« il est fêlé ») qui implique son
effet.
78
COD9, p. 317.
79
Ernout & Meillet 1932, p. 151.
80
COD9, p. 261. 88 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
tuft, ce qui est pour le moins incomplet. Le substantif latin crista désignait en effet la crête
dentelée des gallinacés, puis seulement de façon figurée la huppe ou l’aigrette et par extension
tout objet qui rappelle une crête par sa forme ou sa position.
Quant aux autres acceptions sémantiques du terme, elles évoquent la forme non-rectiligne
du référent, qu’il s’agisse des dentelures d’une feuille, de la sauge-verveine ou bien de la crête
d’une montagne
81
. Il semble donc qu’une lente évolution stimulée par l’usage ait fait passer
au premier plan le sémantisme sommital de crest aux dépens du sens non-rectiligne manifeste
dans la première acception du synonyme comb : toothed strip of rigid material for tidying and
arranging the hair, mais imperceptible dans la troisième acception qui nous intéresse : the
red, fleshy crest of a fowl. Quoique problématique, crest est donc bien un idéophone dont le
trait « non-rectiligne » est latent, c’est-à-dire en puissance dans la langue, ce trait pouvant être
réactualisé à tout moment par les locuteurs dans le discours.
L’exemple de crisis apporte enfin une dernière illustration de la complexité du processus
de motivation phonique en montrant qu’à la motivation idéophonique primitive peut s’ajouter
un sémantisme métaphorique de nature secondaire qui exploite le premier dans le cadre de ce
que l’on pourrait appeler un symbolisme polysémique. Rien n’évoque a priori la valeur
« non-rectiligne » dans le référent ou l’idée associés à crisis défini comme a decisive
moment ; a turning point esp. Of a disease
82
. Pourtant la filiation étymologique du mot et sa
signification médicale justifient un examen plus approfondi et mettent sur la voie d’une
analogie explicative. L’étymon grec κρισις « décision, jugement » est en effet un dérivé du
verbe κρινω dont les acceptions sémantiques « séparer, trier, choisir, trancher et décider » ont
toutes comme principe de signification la notion figurée et abstraite de séparation. La
signification concrète de la racine verbale en grec a donné naissance à de nombreux dérivés
suffixés dont le sens est plus abstrait (« examiner, distinguer, choisir, admettre, exclure,
condamner, préférer ») et le sens particulièrement intéressant (« interpréter une pièce de
théâtre, jouer un rôle »).
Quoique la langue grecque ait privilégié les sens figurés de cette racine idéologique — en
faisant par exemple du sens concret « cribler » un sens exceptionnel à côté du latin ou du celte
où cette acception est usuelle —, il n’en reste pas moins qu’en grec comme ailleurs, le sens
premier de cette racine est celui d’une séparation physique
83
. De surcroît, la définition
métalinguistique de crisis remotive la valeur idéophonique du terme en faisant appel à la
notion descriptive de décision
84
ainsi qu’à l’image du tournant (turning point). La notion de
disjonction sous-jacente à la signification de crisis renoue en quelque sorte avec le sens
inconscient de l’étymon et souligne la nécessité de distinguer plusieurs degrés de motivation
idéophonique. Selon que le signifiant suggère un phénomène perceptible par les sens ou bien
un concept figuré abstraitement, la motivation du signe idéophonique relève d’un symbolisme
différent. Deux termes comme crest et crisis, dont nous venons de voir qu’ils sont
idéophoniques, ne manifestent pas le même degré de motivation phonique du signifiant. Alors
que le premier fait référence à la forme dentelée de l’excroissance charnue qui se trouve en
« cimier » sur la tête des gallinacés, le second n’évoque ce trait originel que de façon
métaphorique et implicite. Il faut donc constater une gradation du processus de motivation
phonique au sein même de la catégorie des idéophones, ce qui rattache la problématique d’une
filiation des onomatopées aux idéophones à la progressivité d’un phénomène dont on ne peut

81
DELL, p. 151.
82
COD9, p. 319.
83
Cf. Chantraine (1968 : 584-5).
84
La définition de decide (COD9, p. 348) renvoie sémantiquement à la notion de séparation : come to a
resolution as a result of consideration et recourt au symbolisme du noeud qu’il faut trancher, cette analogie
étant d’ailleurs au fondement de l’étymon latin decidere (de+caedere=cut). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
89
envisager une partie que par abstraction.
5. Expérience sensorielle et transfert conceptuel
Nous avons déjà rencontré le terme crack, qui appartient aussi bien à la catégorie des
onomatopées qu’à celle des idéophones et qui mérite donc pleinement l’appellation de terme
bivalent. COD9 définit le substantif crack en distinguant plusieurs acceptions dont nous
mentionnerons les trois premières (sans reproduire les exemples cités par le dictionnaire) : 1.
a sudden sharp or explosive noise; a sudden harshness or change in pitch 2. a sharp blow 3. a
narrow opening formed by a break; a partial fracture with the parts still joined; a chink. Pour
ce qui est du verbe, les trois premières acceptions sont tout à fait comparables : 1. break
without a complete separation of the parts 2. make or cause to make a sudden sharp or
explosive sound 3. break or cause to break with a sudden sharp sound
85
. Quoique les deux
parties de l’article ne se recoupent pas exactement du point de vue de l’ordre des acceptions,
on peut les répartir symétriquement en trois catégories selon la notion définitoire énoncée : 1.
make a sound 2. hit 3. break.
Cet ordre notionnel, qui va du signifié onomatopéique jusqu’au signifié idéophonique, se
justifie pour deux raisons principales. Étymologiquement, crack dérive d’un verbe vieil
anglais cracian dont la formation est de nature onomatopéique et la signification évoque sans
ambiguïté un référent sonore (sound, resound)
86
, la nature de l’étymon étant, comme nous
l’avons vu, l’un des deux critères qui permettent d’affirmer le caractère onomatopéique d’un
terme. La seconde raison a trait à l’hypothèse même qui est sous-jacente à ce travail ; s’il
existe un lien autre qu’aléatoire entre les onomatopées et les idéophones, cette corrélation ne
saurait avoir d’autre direction que du son vers le sens, c’est-à-dire des onomatopées vers les
idéophones. On pourrait objecter a contrario la hiérarchisation inverse des acceptions
sémantiques que proposent différents dictionnaires, dont certains font même dériver le sens
onomatopéique du sens idéophonique, mais ceci n’infirme pas notre hypothèse étant donné le
sentiment très variable de la motivation lexicale selon les locuteurs et les époques. Pour les
termes bivalents à la fois onomatopéiques et idéophoniques tels que crack, on peut d’autre
part alléguer la démotivation relative à la fréquence d’emploi de telle ou telle acception
87
.
Quel que soit l’ordre dans lequel apparaissent les acceptions de crack, les trois notions qui en
déterminent la signification sont invariablement celles de craquement, de fracture et de choc.
Or, force est de constater que ces trois notions, qui n’ont que des liens assez lâches dans le
domaine sémantique, sont beaucoup plus étroitement liées dans celui de l’extra-linguistique.
N’est-il pas du domaine de l’expérience courante qu’un objet dur et cassant soumis à un choc
émette un bruit sec en se brisant ou se fissurant ? Si l’on admet la logique de cette séquence
d’événements, il ne reste plus qu’à supposer la possibilité d’une forme de causalité ou de
codification de l’ordre extra-linguistique à l’ordre linguistique pour formuler l’hypothèse d’un
transfert notionnel des onomatopées aux idéophones par le biais d’une analogie sensorielle
entre la dimension sonore des référents onomatopéiques et la dimension visuelle des référents
idéophoniques. Tel que l’examen des mots du corpus permet de l’énoncer, notre hypothèse est

85
COD9, p. 312.
86
ODEE, p. 224.
87
Il convient de remarquer que d’un dictionnaire à l’autre, les lexicographes ne font pas la même analyse
statistique des emplois de la même entrée. Il est légitime de présumer qu’en l’absence de mention explicite de la
part des rédacteurs, l’ordre des acceptions correspond à des emplois de fréquence décroissante. Ainsi les
acceptions de crack (n.) sont-elles répertoriées dans l’ordre suivant par COD9 : 1. 9oise 2. Blow 3. Opening,
fracture, différent de celui proposé par OALD : 1. Break 2. 9arrow opening 3. Sound 4. Hit. 90 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
donc la suivante : le marqueur sub-lexical <Cr-> des termes de la série reproduirait le bruit de
craquement caractéristique des objets durs qui se brisent ou se fissurent, et à la faveur d’un
transfert fonctionnel faisant fond sur l’expérience, évoquerait le tracé non-rectiligne des fentes
ou des fractures résultant d’un choc ou d’une collision et perceptibles sur des morceaux au
contour irrégulier. Le caractère bivalent de cette séquence phonologique (à la fois
onomatopéique et idéologique) procèderait en quelque sorte d’une filiation symbolique de la
valeur imitative à la valeur suggestive dans le cadre d’un transfert notionnel entre les
dimensions auditive et visuelle.
Parmi les idéophones passés en revue, seuls crisp et crumple ont des traits communs
onomatopéiques et idéophoniques. Encore faut-il préciser que ces traits se déduisent de façon
indirecte de l’expérience extra-linguistique plutôt que d’une analyse linguistique au sens
strict. Ainsi crisp est-il souvent associé par expérience à un bruit de craquement que la
définition lexicographique donnée par COD9 n’évoque pas explicitement : 1 hard but brittle.
2 a (of air) bracing. b (of a style or manner) lively, brisk and decisive. c (of features etc.) neat
and clear-cut. d (of paper) stiff and crackling. e (of hair) closely curling
88
. Néanmoins, les
acceptions 1 et 2d incluent implicitement un trait onomatopéique secondaire que la notion de
fragilité (brittleness) évoque par expérience. Les notions conjointes de « dureté » et de
« fragilité » jouent un rôle central sur lequel nous reviendrons dans la genèse sémantique de
ces idéophones en constituant le ressort essentiel du transfert conceptuel dont ils font l’objet.
Pour ce qui est de crumple, la définition de COD9 laisse également percevoir un trait
onomatopéique : 1a crush or become crushed into creases. b ruffle, wrinkle. 2 collapse, give
way
89
. L’acception 1a renvoie à une dimension onomatopéique par référence à crush
(compress with force or violence, so as to break, bruise, etc.) tandis que la définition 2 inclut
le trait sémantique secondaire « crushing noise » associé à un écroulement. Parmi les
onomatopées relevées dans le corpus, deux présentent un caractère hybride évocateur d’une
nature bivalente. Il s’agit du nom crane et du verbe crunch qui ont en commun des traits
imitatifs et idéophoniques. Crane désigne l’oiseau échassier au long cou et au cri
caractéristique
90
aussi bien que l’appareil de levage permettant de soulever et de déplacer de
lourdes charges au moyen d’un bras orientable. Bien que l’étymon indo-européen *ger- du
nom de la grue en anglais (comme en français et dans d’autres langues européennes) soit
probablement d’origine imitative, la motivation onomatopéique de ce terme est rendue opaque
par son caractère métonymique auquel s’ajoute l’emploi fréquent du mot dans son acception
technique.
Le glissement de sens de crane s’est vraisemblablement effectué à la faveur d’une analogie
de forme, et l’on ne peut écarter la possibilité d’une motivation régressive de la valeur
onomatopéique par la valeur idéophonique : la forme non rectiligne de la flèche de levage
montée sur un support a très bien pu remotiver a posteriori le nom de l’échassier au long bec
« monté » sur un cou sinueux en occultant le caractère imitatif du nom
91
. Cette forme de
causalité circulaire et complexe imbriquant les valeurs imitative et idéophonique d’un même
terme joue également pour le verbe crunch dont la valeur imitative centrale (1a crush noisily

88
COD9, p. 319.
89
COD9, p. 324.
90
Coïncidence ou convergence, la grue « craquette » en français.
91
C’est notamment l’un des arguments avancés par les défenseurs de l’arbitraire du signe, qui soulignent
l’influence souvent inconsciente du sens sur les sons. Ainsi par exemple, si le /i/ de « petit » symbolise la
petitesse, c’est autant, selon eux, à cause d’une « motivation » du phonème par le sens que l’inverse. Loin de
disqualifier les arguments des uns et des autres, cette complémentarité nous semble plutôt militer en faveur d’une
causalité de nature circulaire, dont le modèle est à chercher en physique ou en biologie plutôt qu’en
mathématique. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
91
with the teeth. b grind under foot, wheels, etc. 2 make a crunching sound)
92
évoque le bris
d’un objet soumis à une forte pression. Cet exemple confirme le rôle médiateur de la notion
de heurt ou de choc (pouvant entraîner une fracture) dans le transfert conceptuel du domaine
sonore au domaine visuel.
6. Physification et métaphorisation
L’interférence des traits onomatopéiques et des traits idéophoniques au sein d’un même
terme souligne la continuité qui existe d’un phénomène à l’autre en confortant l’hypothèse
d’une filiation. Mais l’analyse serait incomplète si nous faisions abstraction des termes sans
rapport logique avec l’invariant notionnel, ne serait-ce que pour évaluer objectivement et
précisément la part observable prise par la motivation phonique dans la sous-classe. Si l’on
retranche donc les 14 onomatopées et les 49 idéophones que nous avons relevés au sein du
corpus, auxquels nous ajouterons 4 termes douteux (craw, craze, crest et crisis), il nous reste
91
93
termes a priori immotivés, dont la liste est la suivante : crabbed, cracknel, cracksman, -
cracy, craft, cram, crambo, cramoisy, cranberry, cranesbill, cranium, cranky, crannog,
crapulous, crasis, crass, crater, cravat, crave, craven, crawfish, crayfish, crayon, cream,
create, crèche, credence, credo, cremate, cremona, Creole, creosote, crepuscular, crescendo,
crescent, cress, cresset, cretaceous, Cretan, cretic, cretin, cretonne, crew, crewel, cribbage,
crick, crikey, crime, crimson, crinite, crinoid, crinoline, crispin, cristate, criterion, critic,
Croat, crocidolite, crock, crocodile, crocus, croft, crone, crony, crop, croquet, croquette,
crore, crotalus, croton, croupier, crowd, croydon, crucible, crude, cruel, cruet, crumb,
crumpet, crupper, crural, crusade, cruse, crush, crust, crustaceous, crux, cryo-, crypt, cryptic,
crystal.
Parmi ces termes ni onomatopéiques ni idéophoniques, un premier tri peut être effectué
afin de distinguer des mots formellement ou étymologiquement apparentés à ceux des deux
premières catégories. Ainsi crabbed est-il un terme suffixé et dérivé du radical crab, dont le
comportement et la demarche obliques du référent motivent métaphoriquement l’adjectif. Les
quatre acceptions mentionnées par COD9 soulignent le processus métasémique (de
physification) du nom du référent animal à la signification figurée et morale de l’adjectif : 1
irritable. 2 (of handwriting) ill-formed and hard to decipher. 3 perverse or cross-grained. 4
difficult to understand
94
. La signification commune à ces diverses acceptions est la notion
abstraite d’irrégularité qui s’applique au domaine matériel, comme pour une écriture illisible
car mal formée (2), ou bien au domaine moral par l’évocation d’un tempérament inégal et la
difficulté à comprendre ce qui enfreint une règle (1, 3 et 4).
Il est intéressant à cet égard de relever une convergence du symbolisme sous-jacent à la
signification de crabbed comme aux signes figurés que l’anglais emploie pour la définir
(having a cross-grained or fractious disposition
95
) dans le cadre d’une concordance entre les
signes métaphoriques évoquant secondairement la notion de « non-rectiligne » et leur référent

92
COD9, p. 324.
93
La différence de deux unités (156-67=89) s’explique simplement par le fait que deux termes bivalents se
trouvent à la fois dans la liste des onomatopées et dans celle des idéophones. Il s’agit de crack et de croup, le
premier ayant une double signification tandis que dans le second cas, il s’agit de deux homonymes distincts non
apparentés étymologiquement, dont l’un est une onomatopée (croup
2
: throat-disease with a sharp cough) et
l’autre un idéophone (croup
1
: hindquarters) ODEE, p. 231.
94
COD9, p. 312.
95
ODEE, p. 324. 92 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
abstrait. Le même processus métaphorique est à l’origine de la signification de cranesbill, mot
construit qui renvoie à une espèce de géranium dont les fruits allongés rappellent le long bec
de la grue. Cette analogie de forme référentielle, qui fonde le glissement métaphorique et
métonymique de l’oiseau à la plante, est également à l’œuvre dans la signification figurée de
cranky, qui évoque un tempérament excentrique ou erratique. Ce terme, qui avait au XVIII
e
siècle le sens concret de sickly, est probablement apparenté à la double signification concrète
et abstraite de l’étymon crank (rogue who feigned sickness; crotchet, whim)
96
. Le premier
emploi argotique où s’atteste le sens « invalidité ou difformité simulée » n’étant pas sans
rappeler l’absence de stabilité comportementale que métaphorise la seconde acception. Là
encore, il faut bien constater une certaine continuité de la métaphore visuelle à la métaphore
conceptuelle.
Le terme crick, dont l’étymologie est inconnue, évoque bien sûr l’onomatopée cricket dont
l’origine imitative est largement admise et illustre le même processus de transfert. S’il faut
exclure une filiation directe de ce dernier au premier dont la définition ne laisse aucune place
au moindre élément imitatif (painful stiffness in the neck)
97
, il est vraisemblable que le nom
anglais du torticolis exploite la valeur idéophonique de <Cr>. Bien qu’il faille être prudent,
plusieurs indices militent en faveur de cette hypothèse. Le premier élément est
chronologique : la première attestation de crick date du XV
e
siècle alors que la première
occurrence relevée par ODEE de cricket (insect) remonte seulement au XIV
e
siècle. Cette
proximité dans le temps n’exclut donc pas la possibilité d’une relation étymologique. L’autre
élément probant est le processus idéophonique sous-jacent aux synonymes français du mot
anglais qui apparentent le torticolis à une crampe et une torsion. On peut donc supposer que
crick résulte par filiation indirecte d’une création idéophonique réalisant la variante <Cri-> du
paradigme.
Si l’on examine à présent les termes étymologiquement apparentés à des idéophones ou
des onomatopées, on s’aperçoit qu’ils ne constituent qu’un petit ensemble (craven, crèche,
cristate, criterion, critic, crock, croquet, croquette, crucible, crumpet, crupper, crusade et
crux). Dans la plupart des cas, l’étymon commun que ces termes ont avec l’un des idéophones
du corpus permet, après examen du référent désigné, de les inclure sans difficulté dans cette
catégorie. C’est ainsi que craven est indirectement apparenté à l’onomatopée crepitation (par
l’intermédiaire d’un participe passé de l’ancien français « cravanté »
98
), tandis que crèche est
lié référentiellement et étymologiquement à crib, cristate (« crested ») à l’étymon latin crista
et crock (dans le sens second de old broken-down horse, decrepit person or thing
99
) à crack.
Les deux mots criterion et critic dérivent quant à eux du nom d’agent grec κριτηρ « juge » et
de l’adjectif verbal κριτος « choisi, excellent »
100
. Tous ces dérivés se rattachent à la racine
*kri- « séparer » (comme κρισις « décision, jugement » examiné plus haut), qui a surtout
servi en grec à former des mots dont le symbolisme disjonctif est abstrait comparé à celui des
mots latins plus concrets dérivés de la racine *cri- de cernere.
D’une langue-culture à une autre, l’exploitation de la motivation phonique d’une racine se
fait différemment selon des facteurs linguistiques, culturels, anthropologiques, géographiques
etc. qui influent les uns sur les autres en déterminant la sémantisation des formes par le biais
du processus métasémique de nature métaphorique ou métonymique. Ainsi par exemple, ces

96
ODEE, p. 225.
97
ODEE, p. 228.
98
ODEE, p. 226 ; la signification de ce verbe est « défait, vaincu ».
99
ODEE, p. 229.
100
DELG, pp. 584-85. Ces étymons sont des dérivés du verbe κρινω dont la signification primordiale « séparer,
trancher, décider » indique la nature symbolique de la base étymologique tout en montrant le processus
métasémique qui conduit de la notion perceptible « séparer » au concept abstrait « décider ». Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
93
dérivés latins ont tous une signification première matérielle et concrète : discernere « séparer
en triant », excernere « évacuer », excrementum « excrément », secretus « mis à l’écart, puis
au figuré, « secret », discretio « séparation, triage », etc. En comparaison, les mots grecs
dérivés de κρινω ont un sens abstrait et métaphorique que soulignent la spécialisation
sémantique du verbe et la place importante de certains emplois par rapport à d’autres. Ainsi le
sens figuré « juger » a-t-il recouvert entièrement le sens primitif « séparer, trier » qu’avait le
mot à l’origine, sans pour autant s’employer avec le sens juridique aussi précis que le
synonyme plus courant δικαζω. L’emploi de κρινω dans le sens de « juger » est nettement
plus général et figuré (il s’agit davantage de prendre une décision dans des domaines très
variés) que les acceptions techniques et juridiques de son synonyme, comme si le mot était
devenu inapte à exprimer une notion concrète ou une action réelle
101
.
Cette distinction inter-linguistique recoupe les différentes variétés de symbolisme
idéophonique que nous avons relevées et pourrait orienter vers la recherche d’une analogie
commune expliquant le changement de sens qui fait passer un terme d’une catégorie à l’autre.
C’est le même ressort analogique qui pourrait justifier l’origine de crucible, terme à
l’ascendance obscure dont ni l’étymon ni le référent ne permettent d’établir une filiation
plausible. Il dérive en effet du latin crux et désigne de nos jours a vessel for fusing metals, en
latin médiéval a night-lamp. Ni l’évolution sémantique du terme ni le référent matériel ne
permettent de lever le doute
102
, et l’on peut se demander s’il ne s’agit pas du remodelage (par
attraction paronymique de crux) d’un mot évoquant analogiquement la forme arrondie et
irrégulière du référent. Enfin, crusade et crux évoquent l’idéophone cross par l’intermédiaire
de l’étymon latin crux. Si la signification du premier ne pose aucun problème dans le cadre
d’un changement de sens métasémique, le second est en fait l’aphérèse de crux
interpretum/philosophorum dont le sens « conundrum, riddle » provient de l’emploi
métasémique à connotation religieuse de crux signifiant par association d’idées torment.
7. De la dureté à la fragilité
Que penser des mots qui ne sont apparentés ni formellement, ni étymologiquement aux
signes dont le symbolisme imitatif est patent ? L’examen de leur référent permet-il, à la
lumière de leur forme et de leur signification, de les rattacher à l’une des catégories
d’idéophones distinguées, en faisant appel à une forme de symbolisme atténué ou voilé ?
C’est à cette question que nous allons maintenant essayer de répondre. Seul suffixe du corpus,
l’élément d’origine grecque –cracy sert à former des affixés faisant référence à des régimes
politiques. L’étymon grec κρατος d’où le mot est issu est à cet égard bien intéressant. Le
dictionnaire étymologique
103
fait dériver le mot d’une « racine exprimant la notion de
“dureté”» et lui attribue la signification générale de « “force”, notamment de force physique
qui permet de triompher, d’où “victoire, pouvoir, souveraineté”» par un transfert conceptuel
du concret à l’abstrait. Les différentes acceptions sémantiques illustrent cette double
signification : « dur, solide », « fort, puissant, brutal », « puissant, dur », « l’emporter, être le
plus fort » etc. La notion de « dureté matérielle » attribuée à un objet considéré comme
cassable se retrouve dans l’autre mot grec κρανιον, dont le proto-étymon ∗κρανον (non
attesté directement) est clairement apparenté à κρατος ainsi que dans l’adjectif germanique

101
Cf. DELG pp. 584-85.
102
L’explication fournie par ODEE (p. 231) perhaps originally lamp hanging before a crucifix n’emporte pas la
conviction.
103
DELG, pp. 578-79. 94 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
hart signifiant « dur »
104
.
Quant à la notion figurée seconde de « force physique, puissance », elle apparaît dans le
mot anglo-saxon craeft qui métaphorise la notion de « force » en « adresse et
intelligence »
105
. De l’objet dur qui peut se briser et se morceler à l’intelligence et la volonté
(qui peut être considérée comme une force mentale) en passant par la puissance physique, le
processus de physification à l’œuvre dans ces mots traduit le lien que nous avons postulé
entre les différentes formes de symbolisme onomatopéique et idéophonique. Les autres termes
qui renvoient sémantiquement ou étymologiquement à la notion de « dureté » l’évoquent tous
sous l’angle de la fragilité. C’est le cas du doublon crawfish/crayfish, examiné plus haut, qui
remonte à l’ancien français « crevice » (écrevisse) apparenté à crab, crust et crustaceous. Ces
deux derniers mots, dont l’étymon latin crusta désigne « une croûte, un revêtement rugueux et
durci »
106
, signifient la « dureté fragile » : that is or having a hard integument; hard outer
part of a loaf
107
. L’étymologie relie d’ailleurs ces mots à la proto-racine *kru- représentée par
les termes d’origine grecque cryo- et crystal. L’étymon grec κρυος commun à ces deux mots
apparentés désigne « un froid qui glace », le dérivé κρυσταλλος signifiant simplement
« glace » et par analogie « cristal de roche ». Une fois encore, il faut constater qu’à la
ressemblance formelle entre ces termes correspond une propriété commune des référents
reposant sur la notion de « dureté cassante ». Cette même notion se retrouve dans les mots
lâchement apparentés crock (earthen pot, jar)
108
, cruet (small bottle or vial)
109
et cruse (pot,
jar, bottle)
110
. Enfin crayon et cretaceous semblent pouvoir s’agréger à ce groupe, pour des
raisons sémantiques. Quoique leur étymon latin creta, qui désigne la craie, n’ait pas
d’étymologie connue
111
, comment ne pas rattacher ces deux termes et leur étymon au domaine
de la « frangibilité » commun aux autres mots de la série ?
Il faut toutefois se garder d’écarter sans autre forme de procès un terme pour lequel aucune
valeur idéophonique n’a pu être identifiée d’un point de vue sémantique et/ou étymologique.
Le verbe cram dérive ainsi par réduction d’un mot vieil anglais crammian lui-même
apparenté à la racine indo-européenne *ger-, qui exprime l’idée d’« assembler ». A première
vue, il ne semble donc pas y avoir de lien avec les autres termes de la série, mais le doute
s’installe lorsqu’on s’aperçoit du caractère polysémique du proto-étymon *ger-, lequel
renvoie également aux notions onomatopéique et idéophonique « crier ; tordre, courber »
112
.
L’ethnique Creole est comparable en ce qu’il illustre le caractère latent du symbolisme
idéophonique propre à la racine étymologique. S’il désigne bien en anglais the descendant of
a European or 9egro settler in the West Indies, il ne provient pas, comme d’autres termes
similaires, d’un nom de lieu ou de peuple. Le mot portugais du Brésil crioulo, qui désignait

104
Benveniste a beau distinguer deux groupes dans l’ensemble lexical constitué autour de κρατος (1969, pp. 80-
3), il n’en admet pas moins l’apparentement étymologique et sémantique probable entre les mots du premier
groupe qui disent la prévalence, le pouvoir, la puissance ou l’autorité, et les mots du second groupe qui signifient
la dureté, la brutalité ou la cruauté, notamment par le biais de l’adjectif κρατερος dont les emplois se partagent
entre ceux des termes des deux groupes.
105
DELG mentionne d’ailleurs un radical sanscrit kratu- signifiant « force, intelligence, volonté » (p. 579) qui
rejoint le mot anglo-saxon craeft et dont la signification abstraite correspond au mot concret karkatah « écrevisse
» (Cf. DRLE, p. 80).
106
DELL, p. 153.
107
ODEE, p. 232.
108
ODEE, p. 229.
109
ODEE, p. 231.
110
ODEE, p. 232.
111
DELL, p. 150.
112
DRLE inclut également *ker-, autre racine indo-européenne phonologiquement proche de *ger-, dont la
signification est tout à fait comparable : I. courber II. cerveau, tête III. idée de couper IV. crier V. cire. Il est peu
probable que l’analogie son-sens de l’une à l’autre soit le fruit du hasard. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
95
un homme de race noire né au Brésil
113
, dérive en effet du verbe criar (nurse, breed)
apparenté au latin creare. Cet étymon latin associé au mot anglais d’origine savante create
exprime la notion de « produire, faire pousser, faire grandir » commune à plusieurs termes. Ce
verbe étant apparenté à crescere « pousser, croître » avec lequel le rapport était sensible en
latin classique.
Mis à part create et Creole, crescendo, crescent et crew illustrent cette notion en anglais, la
signification commune aux deux racines latines révélant le symbolisme opacifié de ces
signes : tous ces termes signifient la notion primordiale de « production et de croissance » par
augmentation et multiplication, ce qui n’est pas sans rappeler la valeur idéophonique abstraite
de morcellement que nous avons relevée plus haut. Le Dictionnaire étymologique de la
langue latine de Ernout et Meillet rappelle l’appartenance de ces deux termes apparentés à la
langue rustique (pp. 149-50), ce qui permet de faire l’hypothèse d’une nomination
idéophonique de phénomènes reproductifs observés dans le monde végétal comme dans le
monde animal. Nous pouvons signaler à cet égard que la reproduction végétative (c’est-à-dire
asexuée) s’effectue principalement par scissiparité, c’est-à-dire par segmentation et division
de l’organisme-mère, alors que dans le règne animal, cette fragmentation est caractéristique
de la première phase de l’ontogenèse au cours de laquelle l’œuf se morcelle. Alors que crew
signifie la notion commune par l’intermédiaire d’un sens archaïque datant du XV
e
siècle
military reinforcement
114
, crescent la symbolise au moyen d’une remotivation éloquente.
Dérivant du mot vieux-français « creissant », ce nom signifie couramment en anglais une
figure en arc de cercle (convexo-concave figure, as of the waxing (or waning) moon)
115
alors
que l’étymon latin crescentem auquel le mot a été formellement assimilé au XVII
e
n’avait que
le sens originel « qui croît, qui grossit ». La substitution de l’acception moderne au sens
étymologique s’explique selon toute vraisemblance par la remotivation sémantique que rend
possible une analogie de forme probablement sentie comme plus adéquate au signifiant
idéophonique
116
.
8. De la croissance par segmentation au gage de la croyance
La racine indo-européenne *kret-, à laquelle se rattachent credence et credo, exprime la
notion fondamentale de « croyance religieuse »
117
. Cette racine est à l’origine d’un nombre
important de mots anglais apparentés et répertoriés par ODEE sous la même entrée : credenda
(things to be believed), credent (believing), credential (recommending or entitling to credit),
credible (believable, reliable), credit (faith, trust, etc.), et pour credo : credulous (ready to
believe), credulity (over-readiness to believe) et creed (authoritative form of words setting
forth the articles of belief)
118
. Le mot credit nous permettra de nous faire une idée de la
variété des acceptions qui illustrent la notion : apparu au XVI
e
, ce nom d’origine française ou
latine signifiait faith, trust; repute; power based on confidence; acknowledgement of merit;
reputation of solvency, avant de prendre au cours des deux siècles suivants le sens sum at

113
9egro born in Brazil, home-born slave, formerly of animals reared at home,ODEE, p. 227.
114
Ce sens n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’expression moderne augmentation force, notamment en anglais
américain ou otanien, qui désigne des renforts importants.
115
ODEE, p. 227.
116
ODEE cite l’exemple suivant : luna crescens, waxing moon (Columella), has no reference to shape, which
was developped in Romanic languages (p. 227).
117
Voir DRLE, p. 95.
118
ODEE, pp. 226-27. Les mots étymologiquement apparentés sont en effet groupés par familles répertoriées
sous une seule entrée choisie dans l’ordre alphabétique. 96 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
one’s disposal in a bank puis acknowledgement of payment.
Quel peut-être alors le lien sémantique entre les deux sens principaux de croyance et de
créance, et si lien il y a, quelle forme de motivation sous-jacente à la racine est-on en droit de
supposer ? Benveniste (1969, I : 171-9) étudie la famille des mots indo-européens dérivés de
*kred- afin de discerner la signification primordiale commune à l’ensemble des mots et des
sens relevés. Soulignant l’antiquité de l’héritage sémantique, il met à jour une double
signification : d’une part les mots de la famille illustrent la notion religieuse « acte de
confiance (en un dieu) impliquant restitution (sous forme de faveur divine accordée au
fidèle) » et d’autre part, cette notion se retrouve laïcisée dans les mots qui signifient le fait de
« confier une chose avec certitude de la récupérer
119
» dans le cadre d’une relation de
réciprocité. Il conclut son étude comparative en définissant la notion commune aux mots
apparentés étudiés comme « un acte de foi manifesté envers un dieu, mais spécifiquement
pour obtenir son aide dans une lutte. L’acte de foi comporte toujours certitude de
rémunération ; c’est pour retrouver le bénéfice de ce qu’on a engagé qu’on accomplit cette
dévotion
120
».
Tout aussi intéressant dans notre optique est le fait que Benveniste écarte l’étymologie
traditionnelle qui voyait dans *kred- une forme de « cœur » en déclarant que «
Malheureusement, on ne voit rien de précis à lui substituer; *kred reste obscur (...) et au point
de vue étymologique, le mot est complètement isolé
121
». L’auteur poursuit et conclut en
proposant une explication conjecturale fondée sur l’examen rigoureux des emplois et du
contexte dans lesquels apparaît la notion : « *kred serait une sorte de “gage”, “d’enjeu” ;
quelque chose de matériel, mais qui engage aussi le sentiment personnel, une notion investie
d’une force magique appartenant à tout homme et qu’on place en un être supérieur
122
. » Cette
définition n’autorise-t-elle pas, comme l’a fait Benveniste, à postuler un symbolisme
idéophonique au deuxième degré qui motiverait la racine ? La notion de « gage » ou
« d’enjeu » n’inclut-elle pas au plan sémantique la séparation provisoire d’une garantie que
l’on espère récupérer ? Cette notion ambivalente de désintégration d’un ensemble et de
réintégration de ses parties, de division et de réunion, n’est-elle pas investie d’un symbolisme
idéophonique non synesthésique qui pourrait résulter d’une abstraction de la valeur
idéophonique perceptible par les sens
123
? Nous pensons volontiers que cette ébauche
d’explication concorde avec les faits rapportés par Benveniste tout en confirmant la présence
latente d’un symbolisme commun aux termes abstraits de la série.
A cette valeur idéophonique secondaire, se rattache le verbe cremate qui remonte à un
étymon latin cremare signifiant surtout la destruction par le feu des cadavres
124
. A défaut
d’une étymologie convaincante et plausible, DELL mentionne l’emprunt possible de
l’ombrien kremata désignant un instrument recourbé servant à faire cuire, ce qui laisse

119
Chapitre 15, op. cit., p. 171.
120
Chapitre 15, op. cit., p. 177.
121
Chapitre 15, op. cit., pp. 178-9.
122
Chapitre 15, op. cit., p. 179.
123
Il est d’ailleurs intéressant de noter une coïncidence (convergence ?) curieuse à cet égard : la notion même de
« symbole » fait référence à un « objet coupé en deux constituant un signe de reconnaissance quand les porteurs
pouvaient assembler les deux morceaux » 9PR, p. 2188. Un autre fait rejoint la signification de *kred-
mentionnée plus haut : en latin chrétien en effet, le symbolum est le « symbole de foi », c’est-à-dire la formule
dans laquelle l’Eglise résume sa foi, également appelée credo. Il est pour le moins remarquable de constater la
concordance analogique entre les signes et les notions exprimées.
124
Cette signification s’est conservée avec la forme du mot en anglais : consume (esp. a corpse) by fire, ODEE,
p. 227. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
97
supposer une valeur idéophonique au mot, tout au moins dans son sens originel
125
. Le
processus de symbolisation paraît être identique en ce qui concerne les mots
étymologiquement apparentés crude et cruel qui dérivent d’une proto-racine commune
*qrew∂s- désignant la chair crue, par l’intermédiaire du grec κρεας et du latin cruor
126
. Le
sens du premier étant « morceau de chair » et celui du second « chair crue, saignante », il est
possible d’en induire la signification probable de la racine commune « chair découpée ou
arrachée »
127
. Cette valeur idéophonique seconde est d’autant plus plausible que, comme nous
l’avons vu, un certain nombre de mots de la série ont acquis le sens actif (au propre comme au
figuré) « couper, séparer, morceler »
128
. A côté du plan spatial ou matériel, le transfert
conceptuel de la notion de séparation s’applique également au temps comme le montre la
signification de Crepuscular qui dérive de l’adjectif latin creper dont le sens « obscur,
douteux » s’est transmis jusqu’à nous par l’intermédiaire d’un hypothétique *crepus,
crepusculum. Cet étymon reconstitué désignait en effet le moment incertain de la journée qui
sépare le jour de la nuit
129
.
9. Symbolisme opacifié et motivation cachée
Parmi les signifiants qui ne se rattachent à aucune racine identifiable ou significative,
certains permettent de supposer une valeur idéophonique induite du signifié ou du référent.
C’est le cas par exemple de crewel, qui désigne a thin worsted yarn et n’a pas d’étymologie
connue
130
; nous nous sentons fondés à faire l’hypothèse d’un transfert conceptuel à l’origine
du signifiant par le biais de l’apparentement morpho-sémantique de ce mot avec reel. Non
seulement le domaine de référence est commun aux deux mots (reel désigne originellement et
principalement a winding instrument, orig. for thread or silk), mais on peut imaginer d’autre
part une dérivation de l’étymon vieil-anglais hreol, lui-même apparenté au grec κρεκω «
frapper le métier, tisser »
131
. Quoique les dictionnaires consultés affirment ignorer l’origine de
hreol, tout comme l’existence de termes apparentés, DELG suggère l’apparentement de
crewel à reel et le symbolisme phonique sous-jacent à l’ensemble du micro-système lexical

125
DELL, pp. 148-9. L’hypothèse d’un emprunt lexical est d’autant plus plausible en l’occurrence que
l’incinération des cadavres était une pratique inconnue en Italie jusqu’à son introduction par des envahisseurs qui
ont pu logiquement apporter le mot et la chose avec eux.
126
ODEE, pp. 227/231. Creosote est composé des deux racines grecques κρεας (flesh) + σοτηρ (saviour), la
signification figurée (“flesh-saving”) du mot faisant référence à ses propriétés antiseptiques; Crude et cruel
dérivent quant à eux du latin crudus (raw, rough, cruel), le second par l’intermédiaire du dérivé crudelis.
127
DELG, p. 580 et DELL, p. 152. Il est significatif à cet égard que le dérivé κρειον désignait un billot pour
couper la viande, et que analogiquement en latin, cruor s’est spécialisé face à caro « chair non sanglante » et
sanguis « sang en circulation dans le corps » pour désigner le sang répandu (après découpage ou séparation des
chairs).
128
C’est le cas notamment de crack, craze, create, crime, crisis, criterion, critic, crop, etc. C’est également vrai
du latin crudus qui marque premièrement l’état « saignant, sanglant » et, secondairement, l’action « qui fait
saigner, couler le sang », d’où le sens de « cruel, violent » (Cf. DELL, p. 152).
129
DELL, p. 149. Voir notamment le commentaire étymologique de Varron cité dans l’article.
130
ODEE, p. 228 et COD9, p.318.
131
DELG, pp. 580-81. Chantraine précise dans l’article consacré à κρεκω que toutes les formes de ce verbe à
vocalisme o (hreol l’ayant conservé, cela permet de présumer une filiation morpho-phonique par évolution
régulière) concernent la notion de tisser en grec, l’autre sens plus récent étant « frapper avec le plectre un
instrument à cordes ; faire résonner ». La signification « frapper » commune aux deux sens du mot fonde
l’hypothèse d’une origine onomatopéique du verbe grec, que Chantraine ne mentionne pas, mais qui nous semble
toutefois autorisée par le sémantisme de ce verbe ainsi que par les autres termes en <Kre-> de nature imitative
(DELG, p. 581). 98 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
dérivé de κρεκω : « L’emploi de ce radical pour les instruments à cordes est secondaire, mais
il est ancien pour le tissage.[...] Le germanique offre diverses formes nominales: vieux-norrois
hroell [...] « bâton pour tisser », anglo-saxon hreol (germ. commun *hrehulaz) « dévidoir »,
anglais moderne reel ; »
132
. Une enquête plus approfondie tenant compte des règles en matière
d’évolution phonétique permettrait sans doute de confirmer ou d’infirmer cette présomption
(plausible aussi bien au plan formel que sémantique) qui autorise à adjoindre crewel à la liste
des termes phoniquement motivés du corpus. A la racine grecque, on peut également faire
remonter crocidolite, qui désigne un minéral à l’aspect fibreux (fibrous silicate of iron and
sodium)
133
, par l’intermédiaire du nom κροκη « trame, tissu de laine »
134
. L’adéquation de la
métaphore textile avec la nature fibreuse du référent désigné permet de supposer une
motivation sémantique perdue.
Le mot suivant crime (auquel se rattachent les termes apparentés d’origine grecque
criterion et critic évoqués plus haut) est quant à lui clairement motivé bien que cette
motivation se soit opacifiée avec le temps. Crime remonte sans difficulté à crimen (apparenté
au verbe cernere) qui signifiait en latin « ce qui sert à trier, à décider », puis « décision ». En
passant dans la langue du droit, le mot s’est spécialisé dans le sens de « décision judiciaire »
et, par un glissement de sens métonymique normal et fréquent, a désigné la cause de l’action
de l’action judiciaire, c’est-à-dire le « grief, l’inculpation ». A la suite d’une évolution
sémantique ultérieure, le terme a pris le sens de « crime » qu’il a toujours dans les langues où
il a été emprunté
135
. La base cerno dont crimen est un dérivé a d’ailleurs les sens suivants
dans l’ordre d’antériorité : au propre, « séparer en agitant, trier », ce qui peut laisser supposer
que le verbe a d’abord désigné une forme de séparation par criblage (à l’appui de cette
supposition, citons l’anglais riddle « passer au crible » qui est une forme apparentée) ; au
figuré, « distinguer entre plusieurs objets, voir » et « choisir entre plusieurs solutions,
décider ».
La racine en <Cri-> donne significativement, outre crimen, la forme cribrum « crible » et
le préfixé discrimen « séparation, raie dans les cheveux; signe distinctif, différence; jugement,
crise, péril ». Tout comme Crowd, qui remonte à un verbe vieil anglais crudan « press, push
forward » dont la signification motivée a en commun avec celle des mots germaniques
apparentés la notion « d’oppression, de compression entraînant une déformation »
136
, Crumb
et crumble sont aussi des idéophones opacifiés. Remontant aux étymons de vieil anglais
cruma et crymman de même sens qu’eux, la signification de ces mots souligne leur valeur
idéophonique à la faveur d’un glissement de sens de l’état résultant vers l’actif : a small
fragment, a small particle; break or fall into crumbs or fragments, gradually disintegrate
137
.
Enfin, les deux derniers termes apparentés crypt et cryptic remontent tous les deux à l’adjectif
verbal grec κρυπτος dont la signification est « caché, secret ». Bien qu’il soit difficile de
déceler une motivation phonique ou sémantique explicite, il est intéressant de noter que la
signification la plus ancienne de ce terme est « envelopper pour cacher », ce qui suggère une
motivation sémantique possible de la racine grecque
138
.

132
DELG, p. 580-81.
133
ODEE, p. 229.
134
DELG, p. 580. Le suffixe -lite du mot anglais, qui sert à constituer des noms de minéraux, a été emprunté au
français. Il résulte de la déformation du nom grec λιθος « pierre ».
135
DELL, p. 151.
136
ODEE, p. 231. Mentionnons au passage un homonyme de crowd répertorié par ODEE qui est un idéophone; il
s’agit du nom d’origine galloise qui désigne en anglais un violon. L’étymon croth (fiddle, swelling, belly) est
notamment apparenté au terme gaélique et irlandais cruit (harp, violin, hump) lui aussi clairement idéophonique.
137
COD9, p. 324.
138
DELG, p. 589. A l’appui de cette motivation supposée, on peut évoquer le rapprochement de ce mot (cité par
Chantraine) avec une racine slave et une racine celte à signification voisine. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
99
10. Aux sources de la sémiogénèse : métaphorisation linguistique et
invariance symbolique
Au terme de ce travail, quelles sont les conclusions que nous pouvons tirer ? La première
est la proportion très élevée de mots peu ou prou motivés. Hormis certains mots pour lesquels
il est impossible de se prononcer (dans un sens comme dans l’autre) parce que la recherche
d’une filiation étymologique ne peut aboutir ou parce que le référent ne présente aucun trait «
non-rectiligne » observable, la quasi-totalité des éléments du corpus illustre un rapport
phoniquement motivé entre le mot et la notion « non-rectiligne ». Sans doute convient-il de
bien distinguer la motivation directe des créations absolues de la motivation indirecte des
créations relatives. Cette distinction s’impose en effet afin de ne pas amalgamer les mots à la
motivation phonique avec ceux pour lesquels elle n’est que morpho-sémantique. Mais quelle
que soit sa justification, cette différenciation de nature méthodologique ne réduit pas plus
l’étendue du phénomène qu’elle ne permet de l’expliquer. S’il y a bien un continuum et une
filiation quelconque des onomatopées aux idéophones, rien ne permet de supposer qu’elle soit
encore « lisible » en synchronie. Car une langue est un système de systèmes qui évoluent
constamment avec les locuteurs qui la parlent, au sein duquel certains rapports se
maintiennent alors que d’autres se modifient ou s’oblitèrent dans la conscience labile des
utilisateurs.
La distinction pertinente est donc plutôt celle que l’on peut faire entre motivation patente et
motivation latente
139
, en diachronie comme en synchronie. Ainsi les termes non imitatifs que
nous avons examinés sont-ils perçus comme immotivés par l’immense majorité des
anglophones en synchronie. Mais ce caractère non motivé résulte dans la plupart des cas de
l’effacement d’une motivation sémantique ancienne plutôt que du caractère arbitraire des
lexies primaires
140
. Des lexies comme crime ou critic, qui n’ont au premier abord aucun
rapport avec des idéophones, sont motivées sémantiquement en diachronie en vertu d’un
processus métaphorique très productif dans les langues humaines. C’est d’ailleurs cette
constatation qui nous a incité à mener une enquête étymologique, lexiculturelle et sémantique
sur des termes à première vue aussi peu idéophoniques que create ou credit en présumant une
analogie sémantique sous-jacente aux ressemblances formelles. Une telle distinction entre
motivation patente et motivation latente est d’autant plus éclairante qu’elle concerne toutes les
catégories de mots potentiellement motivés. Si crow par exemple est clairement perçu comme
onomatopéique en anglais contemporain
141
, ce n’est plus le cas de crane pourtant lui aussi
onomatopéique en diachronie. Tout le monde connaît en effet le cri de la corneille, mais qui
connaît le cri de la grue ?

139
Une motivation latente en langue peut être perdue ou potentielle. Lorsqu’elle est perdue, elle peut être
réactualisée dans le cadre d’une remotivation dans le discours. C’est le processus auquel de nombreux poètes ont
recours afin de « donner un sens plus pur aux mots de la tribu ».
140
En toute logique, l’opacification de la motivation originelle constatée pour de nombreux mots dérivés ou
construits, que celle-ci soit d’ailleurs phonique, morphologique ou sémantique, devrait conduire à une
réévaluation du caractère immotivé des lexies primaires dont ils sont issus pour savoir si l’arbitraire absolu de
certains signes linguistiques n’est pas l’effet d’une perte de motivation, notamment imitative, au fil du temps.
141
Il faut d’ailleurs noter qu’à la motivation phonique de l’onomatopée s’ajoute la motivation sémantique par
conversion du verbe en nom. A cet égard, Tournier a parfaitement raison d’inclure la conversion, c’est-à-dire le
changement de partie du discours d’un mot qui conserve son signifiant et, en grande partie, sa signification, dans
la motivation sémantique. Il s’agit bien d’une forme de néologie sémantique qui relativise l’arbitraire des signes
transférés d’une classe à une autre, cette matrice lexicogénétique étant, comme on le sait, particulièrement
productive en anglais. 100 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
De manière comparable, l’idéophone polysémique craze est encore perçu comme
phoniquement motivé alors que ce n’est plus le cas pour le dérivé suffixé crazy, en dépit d’un
sens suggérant la notion « non-rectiligne » et d’une motivation morphologique congruente. A
plus forte raison, une motivation morphologique fondée en diachronie peut disparaître en
synchronie : ni le couple cross/crosier ni crude/cruel ne sont perçus comme
morphologiquement apparentés en anglais contemporain. Dans ce cas précis, c’est une
spécialisation sémantique qui est responsable de la divergence formelle et de l’érosion de la
motivation originelle. Dans la plupart des cas de motivation sémantique au contraire, la
motivation est liée à un élargissement de sens par métaphorisation, à partir d’un sens premier
qui peut être encore en usage ou non. Si crumb est un élément du corpus auquel nous avons
attribué une valeur idéophonique, il y a a fortiori une raison supplémentaire de nature
sémantique (et morphologique) pour que crumble soit motivé et signifie break or fall into
crumbs or fragments.
C’est de ce type de phonosymbolisme que relèvent les termes non onomatopéiques. Le
plus souvent, il y a eu à l’origine métaphorisation linguistique de rapports invariants entre le
son et le sens, cette motivation finissant par être oblitérée à la suite d’un obscurcissement de
la métaphore. L’opacité de ces mots autrefois motivés est le plus souvent due à la disparition
du sens motivé (c’est le cas de crime par exemple) ou à l’effacement de la relation
morphologique et sémantique entre une base et un dérivé (c’est le cas de cracknel par rapport
à crack ou de cristate par rapport à crest). La motivation sémantique perdue de ces mots
opacifiés est donc bien une forme de phonosymbolisme qui s’inscrit dans la continuité du
phénomène tout en soulignant le rôle et la place de la métaphorisation dans le processus
métasémique de transfert fonctionnel.
Le sens dérivé actuel de nombre de termes motivés en diachronie résulte d’une
polysémisation métaphorique à partir d’un sens primaire de nature concrète. Le transfert
métaphorique se faisant à partir d’un classème matériel vers un classème abstrait, une
approche cognitive permet de l’expliquer une fois admise l’invariance notionnelle du
marqueur <Cr->. Cette direction du transfert contribue d’autre part à l’opacification du lien
métaphorique qui n’est souvent plus perçu en synchronie. Le sens primaire de crime ou de
critic « séparer, trier » est d’autant plus susceptible d’être oblitéré que le sens dérivé et
métaphorique de ces mots est éloigné du terreau concret sur lequel le premier a fleuri.
Un tel processus métaphorique d’abstraction est vraisemblablement à l’origine du
continuum que nous avons conjecturé des onomatopées aux idéophones. La démotivation
résultant de ce processus est perceptible dans crane, ancienne onomatopée opacifiée, comme
dans l’idéophone crest, qui connaît en anglais contemporain une opacification reléguant le
sème définissant « non-rectiligne » du sens primaire au second plan. Une évolution qui est
d’ailleurs en passe d’instaurer la primauté du sème secondaire sommital aux dépens du
premier
142
. Bien que la démotivation de crest soit relative et que le transfert soit plus
homogène que pour crane, il s’agit bien dans les deux cas de la métaphorisation d’un sens
primaire concret en un sens dérivé plus abstrait. Egalement connu sous le nom de métaphore
synesthésique, ce type de transfert courant en anglais a lieu lorsque le sens dérivé concerne
l’un des cinq sens et que le sens primaire concerne l’un des quatre autres sens, l’ouïe et la vue
étant par ailleurs les deux sens les plus sollicités par les métaphores synesthésiques, ce que
confirme amplement notre corpus. Non seulement les adjectifs exprimant des qualités visibles
sont-ils souvent employés afin de caractériser des phénomènes audibles (high voice, long
vowel, clear voice), mais inversement, lorsque le sens primaire concerne l’ouïe, le sens dérivé
qui résulte de la métaphorisation concerne presque toujours la vue (loud colour, quiet jacket,

142
Pour illustrer cette opacification, on peut mentionner une locution courante telle que on the crest of a wave,
d’où toute valeur idéophonique a disparu. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
101
discordant building). Ce type de transferts privilégiés apporte une confirmation empirique de
la validité de notre hypothèse, mais il souligne également que la direction de ce processus
métaphorique est celle d’une plus grande abstraction
143
, ce qui met en relief la gradation du
phénomène depuis les onomatopées imitatives jusqu’aux mots abstraits dont la motivation
sémantique est perdue.
Ce rapport de filiation hypothétique que nous avons postulé sur la base d’un continuum des
onomatopées aux idéophones soulève enfin l’épineuse question de l’origine du langage et de
l’arbitraire du signe, ces deux problèmes génétiques étant liés l’un à l’autre. Il n’est bien
entendu pas question de proposer une solution à cette énigme au seul vu des résultats partiels
d’une enquête portant sur une série de mots même si, d’un point de vue méthodologique,
l’arbitraire du signe nous paraît être, pour emprunter à la terminologie des mathématiques si
souvent mise à contribution en linguistique, un axiome fécond plutôt qu’un théorème
démontrable
144
.
L’hypothèse explicative avancée et la confirmation qu’apportent les faits observés rendent
nécessaire une théorie des origines du langage qui puisse servir de modèle explicatif et de
schème prédictif de la motivation linguistique. L’une de ces théories suppose comme on le
sait une origine onomatopéique du langage, ce qui n’implique aucunement que tous les mots
d’une langue (notamment les lexies primaires) soient d’origine onomatopéique. La minorité
de termes imitatifs que comptent l’anglais ou le français est souvent alléguée en effet pour
faire pièce à cette théorie mais on peut objecter à cet argument que le petit nombre
d’onomatopées recensées n’exclut pas qu’un certain nombre d’onomatopées opacifiées ne
soient plus perçues comme telles. Car s’il est vrai que les signes phoniquement motivés sont
minoritaires en anglais (comme dans la plupart des langues naturelles), il ne faudrait pas
assimiler pour autant symbolisme linguistique et motivation phonique. Il est à peu près certain
que l’étymologie n’apporte pas la preuve d’une langue originelle où les mots exprimeraient «
l’essence » des choses
145
, mais elle n’en contribue pas moins à montrer que la signification
des mots a une histoire qui est loin d’être le seul fruit du hasard. Comme le constate
Tournier
146
, partout où le processus néologique est à l’œuvre (en diachronie comme en
synchronie), il faut bien constater une forme de motivation du signe linguistique.
Qu’il s’agisse en effet des créations absolues d’onomatopées ou bien des créations relatives
de signes morphologiquement ou sémantiquement dérivés, les notions ou les objets désignés
ne le sont jamais au moyen de signifiants crées ex nihilo, comme cela serait théoriquement
possible suivant une conception saussurienne du signe linguistique. A l’inverse, la motivation
sémantique perdue de nombreux signes que l’enquête étymologique permet d’exhumer
subsiste en synchronie sous d’autres formes qui démentent son caractère purement historique
comme si les locuteurs renouaient inconsciemment dans le discours avec la signification
linguistiquement motivée de ces mots opacifiés. Pour notre part, il nous semble encourageant
d’un point de vue scientifique que des notions abstraites désignées par des mots dont la
motivation sémantique est devenue imperceptible au fil du temps conservent cette prégnance

143
Il convient de noter que si l’ouïe et la vue sont les deux sens les plus caractéristiques de l’hominisation, la vue
est plus abstraite que l’ouïe, comme l’atteste le fait que dans de nombreuses langues indo-européennes la racine
du verbe « voir » est également celle du verbe « connaître ».
144
Pour une revue des arguments cratylistes en faveur de la motivation du signe linguistique (dans le cadre d’une
linguistique guillaumienne) et une réfutation convaincante des objections classiques contre cette thèse, voir
Toussaint 1983.
145
C’est notamment le propos de Paulhan dans La preuve par l’étymologie, Paris, Éditions de Minuit, 1953. Bien
que Paulhan prétende que l’étymologie n’apprend rien d’utile sur les mots et la langue en contestant l’intérêt
porté par les poètes, les linguistes ou les simples locuteurs à ce domaine, il n’en constate pas moins à son corps
défendant le besoin de motivation des utilisateurs du français qu’il reconnaît ne pouvoir comprendre ou
expliquer.
146
IDLAC, p. 53. 102 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
symbolique au plan onomasiologique et manifestent ce que l’on pourrait appeler des
structures symboliques plus ou moins latentes dont la notion d’invariant permet de rendre
compte de façon convaincante dans le cadre d’un modèle cognitif qu’il convient d’affiner et
d’éprouver en le confrontant aux faits.
Références
ADAMS, Valerie, 1973. An Introduction to Modern English Word-Formation. London :
Longman.
BACQUET, Paul, 1976. L’Etymologie anglaise. Paris : Presses Universitaires de France.
BARBER, Charles L., 1972. The Story of Language. London : Pan Books.
BENVENISTE, Emile, 1935. Origines de la formation des noms en indo-européen. Paris :
Adrien-Maisonneuve.
---, 1966. Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard.
---, 1974. Problèmes de linguistique générale, II. Paris : Gallimard.
---, 1969. Le Vocabulaire des institutions indo-européennes 1. économie, parenté, société.
Paris : Les Éditions de Minuit.
---, 1969. Le Vocabulaire des institutions indo-européennes 2. pouvoir, droit, religion. Paris :
Les Éditions de Minuit.
CHANTRAINE, Pierre, 1968. Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Paris : Éditions
Klincksieck.
CHASTAING, Maxime, 1958. « Le symbolisme des voyelles : signification de i », Journal de
Psychologie, n° 55. Paris : Presses Universitaires de France, pp. 403-423 et 461-481.
---, 1964. « Nouvelles recherches sur le symbolisme des voyelles », Journal de Psychologie,
n° 61. Paris : Presses Universitaires de France, pp. 75-88.
COPLEY, James, 1961. Shift of Meaning. Oxford : Oxford University Press.
COYAUD, Maurice, 1974. « Non-arbitraire de quelques signes linguistiques naturels », Cahiers
internationaux du symbolisme, n° 26, pp. 7-14.
CREPIN, André, 1967. Histoire de la langue anglaise. Paris : Presses Universitaires de France.
ENGLER, Rudolf, 1962. « Théorie et critique d’un principe saussurien : l’arbitraire du signe »,
dans Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 19, pp. 5-66.
ERNOUT, Alfred, & MEILLET Antoine, 1985. Dictionnaire étymologique de la langue latine.
Paris : Éditions Klincksieck.
FONAGY, Ivan, 1966. « Le langage poétique : forme et fonction », dans Problèmes du
langage. Paris : Gallimard, pp. 72-116.
GENETTE, Gérard, 1968. « Le jour, la nuit », dans Langages, n° 12, pp. 28-42.
GRANGSAIGNES D’HAUTERIVE, Robert, 1948. Dictionnaire des racines des langues
européennes. Paris : Larousse.
GREENBERG, Joseph, 1978. Universals of Human Language. Vol. 3: Word Structure.
Stanford : Stanford University Press.
GUIRAUD, Pierre, 1967. Structures étymologiques du lexique français. Paris : Larousse.
HEISE, David, 1966. « Sound-Meaning Correlations among 1,000 English Words ». Language Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
103
and Speech, n° 9, pp. 14-27.
HORNBY, Albert S., 2000. Oxford Advanced Learner’s Dictionary of Current English, 7
th
edition. Oxford : Oxford University Press.
JAKOBSON, Roman, 1976. Six leçons sur le son et le sens. Paris : Éditions de Minuit.
---, 1966. « A la recherche de l’essence du langage », dans Problèmes du langage. Paris :
Gallimard, pp. 22-38.
JESPERSEN, Otto, 1922. Language. Its 9ature, Development and Origin. London : Allen &
Unwin.
LAKOFF, George, 1990. « The Invariance Hypothesis: is Abstract Reasoning Based on Imageschemas? ». Cognitive Linguistics, n°11, pp. 39-74.
LAPAIRE, Jean-Rémi, & ROTGE , Wilfrid, 1995. « De la valeur fondamentale de l’invariant
dans l’analyse linguistique ». Sigma 17-18, pp. 63-82.
LINCOLN, Bruce, 1986. Myth, Cosmos, and Society. Indo-European Themes of Creation and
Destruction. Cambridge (MA) : Harvard University Press.
MARCHAND, Hans, 1969. The Categories and Types of Present-Day English WordFormation, 2nd revised edition. München : C. H. Beck.
MOSSE, Fernand, 1958. Esquisse d’une histoire de la langue anglaise. Lyon : IAC.
ONIONS, Charles T., 1966. The Oxford Dictionary of English Etymology. Oxford : Oxford
University Press.
PETERFALVI, Jean-Michel, 1970. Recherches expérimentales sur le symbolisme phonétique.
Paris : Éditions du CNRS.
PHILPS, Dennis, 1997. « A la recherche du sens perdu : <sn->, du marqueur au mythe »,
Anglophonia / Sigma 2. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, pp. 209-238.
---, 2000. « Le sens retrouvé ? De la nomination de certaines parties du corps : le témoignage
des marqueurs sub-lexicaux de l’anglais en <CN-> », Anglophonia / Sigma 8. Toulouse :
Presses Universitaires du Mirail, pp. 207-232.
RUHLEN, Merritt, 1994. On the Origins of Language. Studies in Linguistic Taxonomy.
Stanford : Stanford University Press.
SAPIR, Edward, 1968. Linguistique. Paris : Éditions de Minuit.
STRANG, Barbara M. H., 1970. A History of English. London : Methuen.
THOMPSON, Della, 1995. The Concise Oxford Dictionary of Current English, 9
th
edition.
Oxford : Oxford University Press.
TOURNIER, Jean, 1985. Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais
contemporain. Paris-Genève : Champion-Slatkine.
TOUSSAINT, Maurice, 1983. Contre l’arbitraire du signe. Paris : Didier Érudition.
ULLMANN, Stephen, 1973. “Natural and Conventional Signs”. Times Literary Supplement, 12
octobre, p. 1241.
WALSHE, Maurice, 1951. A Concise German Etymological Dictionary. London : Routledge
and Kegan Paul.
WILKINS, David P., 1996. “Natural Tendencies of Semantic Change and the Search for
Cognates”, in Durie, Mark, & Ross, Malcolm (dir.), The Comparative Method
Reviewed: Regularity and Irregularity in Language Change. Oxford : Oxford University
Press, pp. 264-304.104 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
105
Ingrid Fandrych
148
Abstract
Mainstream word-formation is concerned with the formation of new words from morphemes.
As morphemes are full linguistic signs, the resulting neologisms are transparent: speakers can
deduce the meanings of the new formations from the meanings of their constituents. Thus,
morphematic word-formation processes can be analysed in terms of their modifier/head
relationship, with A + B > AB, and AB = (a kind of) B. This pattern applies to compounding
and affixation. There are, however, certain word-formation processes that are not morphemebased and that do not have a modifier/head structure. Acronyms like 9ATO are formed from
the initial letters of word groups; blends like motel ‘mix’ or conflate submorphemic elements;
clippings like prof shorten existing words. In order to analyse these word-formation
processes, we need concepts below the morpheme level. This paper will analyse the role
played by elements below the morpheme level in the production of these non-morphematic
word-formation processes which have been particularly productive in the English language
since the second half of the 20
th
century.
Keywords: acronym ― blend ― clipping ― morpheme ― splinter ― word-formation ―
morphology
***
Résumé
L’on sait que la formation des néologismes a trait à la création de nouveaux mots à partir de
morphèmes. Comme le morphème est un signe à part entière, les néologismes qui résultent de
ce processus sont transparents : on peut déduire leur signification à partir de la signification
de leurs éléments constituants. Pour cette raison, la formation de mots morphématiques peut
être considérée comme la combinaison d’un modifiant et d’un modifié : A + B > AB, c’est-à-
dire, AB = (une sorte de) B. Ce principe est valable pour la composition et la dérivation.
Cependant, il y a aussi des processus qui n’utilisent pas les morphèmes et qui ne peuvent pas
donc être analysés selon le principe d’un modifiant suivi d’un modifié. Les acronymes comme
OTA9 sont des combinaisons des initiales de groupes de mots ; les amalgames comme motel
combinent des éléments submorphémiques ; les troncations comme prof témoignent de la
coupure de mots plus longs. Pour analyser ces formations, on a besoin d’éléments plus petits
que le morphème. Cet article se propose d’analyser la formation de mots nonmorphématiques, lesquels jouissent d’une productivité exceptionnelle en anglais depuis la
seconde moitié du XXe siècle, qui sont composés d’éléments submorphémiques.

147
I am grateful to Alison Love, Francina Moloi (both National University of Lesotho) and two anonymous
reviewers for their comments on an earlier version of this paper.
148
National University of Lesotho. 106 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
Mots-clés : acronyme ― amalgame ― troncation ― morphème ― éclat ― formation de
mots ― morphologie Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
107
1. Words, lexemes and the elements of word-formation
According to Marchand (1969: 1), the word is “the smallest independent, indivisible, and
meaningful unit of speech, susceptible of transposition in sentences.” A more precise term is
the lexeme. Lexemes are “the items listed in the lexicon, or ‘ideal dictionary’, of a language”
(Cruse 1986: 49):
[A] lexeme is a family of lexical units; a lexical unit is the union of a single sense with a lexical
form; a lexical form is an abstraction from a set of word forms (or alternatively – it is a family of
word forms) which differ only in respect of inflections. (Cruse 1986: 80),
The lexeme is a ‘word’ in the sense of “abstract vocabulary item” (Katamba 1993: 17f),
the inflected realization of which is used in sentences. Similarly, Crystal (1995: 118) defines
the lexeme as “a unit of lexical meaning, which exists regardless of any inflectional endings it
may have or the number of words it may contain”, and Haspelmath (2002: 13) defines the
lexeme as an abstract “dictionary word” consisting of a “set of word forms”, while a wordform is a concrete “text word” which “belongs to one lexeme”.

McArthur’s (1992: 599) definition of the lexeme is remarkable for its inclusion of nonmorphematic processes; according to him, a lexeme is “a unit in the lexicon or vocabulary of
a language. Its form is governed by sound and writing or print, its content by meaning and
use”; lexemes can be single words, parts of words (auto-, -logy), “groups of words”
(blackbird, kick the bucket), and “shortened forms” (flu, UK) (1992: 600). In the context of
the present study, the distinction between the terms ‘lexeme’, ‘lexical unit’ and ‘word’ is not
of central importance, as the focus will not be on inflectional or derivational issues. I will use
the term ‘lexeme’ for the end-product of word-formation processes, be they morpheme-based
or not.
Marchand’s (1969: 2) main focus in his classic work on word-formation is on ‘regular’, that
is, morphematic, word-formation processes:
Word-formation is that branch of the science of language which studies the patterns on which a
language forms new lexical units, i.e. words. Word-formation can only be concerned with
composites which are analysable both formally and semantically …
However, he admits (1969: 2) that there are formations which are not morpheme-based:
“This book … will deal with two major groups: 1) words formed as grammatical syntagmas,
i.e. combinations of full linguistic signs, and 2) words which are not grammatical syntagmas,
i.e. which are not made up of full linguistic signs.” His “non-grammatical” word-formation
processes (his category 2) comprise “expressive symbolism”, blending, clipping, rime and
ablaut gemination, and “word-manufacturing” (Marchand, 1969: 2f). Thus, Marchand (1969:
451) maintains that blends, for example, are monemes, as they are not analysable in terms of
constituent morphemes. Numerous more recent studies agree with Marchand, for example
Bauer (1983: 232) who calls non-morphematic word-formation processes “unpredictable”,
and Aronoff (1981: 20) who labels them as “oddities”. 108 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
This has even led to a certain debate about whether non-morphematic word-formation
processes should be part of word-formation. Štekauer (1998: 1), for instance, observes that
[l]inguists differ in their opinions as to whether word-formation is to be restricted to affixation,
with compounding being shifted to syntax, whether such processes as back-formation, conversion
(zero-derivation), blending, clipping etc., are to be included within the theory of word-formation,
and if so – what their status is with regard to the ‘main’ word-formation processes, etc.
And he decides to “exclude collocations and non-morpheme-based formations from the
Word-Formation Component” (Štekauer 1998: 164).
Haspelmath (2002: 2f) also excludes non-morphematic word-formation processes, such as
acronyms, blends and clippings, from the central focus of word-formation, as morphology is
“the study of systematic covariation in the form and meaning of words” or “the study of the
combination of morphemes to yield words” with morphemes as “[t]he smallest meaningful
constituents of words that can be identified” (Haspelmath 2002: 3). However,
[w]ords are mirrors of their times. By looking at the areas in which the vocabulary of a language
is expanding in a given period, we can form a fairly accurate impression of the chief
preoccupations of society at that time and the points at which the boundaries of human endeavor
are being advanced. (Ayto 1999: iv)
According to Ayto (1999: ix), acronyms and blends are symbols of the second half of the 20
th
century. Acronyms, in particular, have become increasingly productive, due to the use of
computers and electronic communication
149
.
In their book about word-formation intended for the wider public, Steinmetz & Kipfer
(2006: 38-65; 159-165) even discuss acronymy, blending and clipping before compounding
and derivation (Steinmetz & Kipfer 2006: 188-203). This makes sense in a book intended for
the wider, “lay” public, due to the catchiness of non-morphematic word-formation processes.
They emphasize the use-relatedness of non-morphematic word-formation processes, their
economy (Steinmetz & Kipfer 2006: 40), humour (Steinmetz & Kipfer 2006: 47) and their
increasing popularity in the 20
th
century.
Traditionally, the morpheme has been defined as a unit of form and meaning, a full
linguistic sign. Thus, Bolinger (1950: 120, 124) states that “… meaning is the criterion of the
morpheme”, and that “[…] meanings vary in their degree of attachment to a given form.”
Even today, morphemes are usually defined as the smallest meaningful linguistic units (see,
for example, Katamba 1993: 20 and 24; Lipka 1973: 181 and 2002: 85; Marchand 1969: 5f;
Mugdan 1994: 2546; Plag 2003: 10 and 20f; Stockwell & Minkova 2001: 57). Stockwell &
Minkova (2001: 60) are representative in their summary:
These, then, are the four essential properties of all morphemes: (1) they are packaged with
meaning; (2) they can be recycled; (3) they may be represented by any number of syllables; and
(4) morphemes ‘morph’, i.e., they may have phonetically different shapes.
However, not all linguists agree with this definition. Adams’ (1973: 140ff) morpheme
definition centres around the capacity of morphemes to enter new formations; therefore, her

149
See also Fandrych 2007 for a discussion of non-morphematic word-formation processes in electronic
communication. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
109
morpheme concept is much more flexible and not restricted to full linguistic signs. For
example, she analyses formations like deceive, recur, consist as consisting of the morphemes:
de-, re-, con-, and -ceive, -cur, -sist. Aronoff (1981: 7ff) also deviates from the above
definition: as words are characterised by certain idiosyncratic features, not all morphemes
carry meaning, while words are “minimally meaningful”. In his words: “Note that we have
not abandoned the concept of the morpheme. It still remains, but not always as a sign”
(Aronoff 1981: 14). He defines the morpheme as a “phonetic string which can be connected
to a linguistic entity outside that string. What is important is not its meaning, but its
arbitrariness” (Aronoff 1981: 15).
In the present study, the concept of ‘morpheme’ will be understood in its most common
meaning, that is, as referring to minimally meaningful linguistic units. However, as there are
word-formation processes which do not make use of morphemes, the contributions of smaller
units than the morpheme to these word-formation processes will be discussed: initials in the
case of acronyms, splinters in the case of blends, and free splinters in the case of clippings.
2. 'on-morphematic word-formation
According to Fandrych (2004), non-morphematic word-formation is defined
as any word-formation process that is not morpheme-based …, that is, which uses at least one
element which is not a morpheme; this element can be a splinter, a phonæstheme, part of a
syllable, an initial letter, a number or a letter used as a symbol. (Fandrych 2004: 18; emphasis in
original)
In English, the major non-morphematic word-formation processes are acronymy, blending,
clipping and onomatopœia
150
.
The literature
151
on non-morphematic word-formation processes has mostly been
structurally oriented – with the exception of Fandrych 2004, who presents a multi-level
approach to non-morphematic word-formation processes, incorporating socio-pragmatic and
textual aspects – , and many publications analyse one process in isolation (Algeo 1975, Baum
1955 and 1962, Jung 1987, McCully & Holmes 1988 and Cannon 1989: acronyms; Berman
1961, Schwarz 1970, Soudek 1978 and Cannon 1986 and 2000: blends; Heller & Macris
1968, McArthur 1988, Kobler-Trill 1994 and Kreidler 1979, 1994 and 2000: shortenings).
Other recent works are situated within the generative framework, in particular several
publications on rhyme and ablaut reduplications, and phonetic symbolism (Marantz 1982,
Alderete et al. 1999, Dienhart 1999, and Minkova 2002 and Gries 2004). A third stream
within the literature uses the cognitive approach to analyse certain non-morphematic wordformation processes (Kelly 1998, Lehrer 1996, Ravid & Hanauer 1998 and López Rúa 2002).

150
Strictly speaking, onomatopoeia (imitation, sound symbolism and reduplication) are also non-morphematic,
however, they will not be discussed in this paper as some cases are creations ex nihilo, such as miaow, or make
use of entire words, such as wishy-washy.
Fandrych (2004: 18) considers back-formation, or back-derivation, as morphematic, because “usually, a suffix
(that is a morpheme) is deleted […]” (emphasis in original).
151
For a more detailed review of the most relevant literature on non-morphematic word-formation processes, see
Fandrych (2004: 59-100). Other, less relevant literature includes Baum 1956 and 1957, Bryant 1974 and 1977,
Feinsilver 1979, Fenzl 1966, French 1977, Friederich 1966 and 1968, Hockett 1980 and 1983, Poethe 1997,
Shapiro 1986, Starke 1997, Tsur 2001, and Wölcken 1957. 110 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
In some of the literature, acronyms and blends are categorised as subtypes of each other, for
example in Stockwell & Minkova (2001: 7):
Acronyms … are a special type of blend. A typical acronym takes the first sound form each of
several words and makes a new word from those initial sounds. If the resulting word is
pronounced like any other word it is a true acronym … Often, however, to make an acronym
pronounceable, we take not just the initial sounds but, for example, the first consonant and the first
vowel together. … These are half-way between blends and acronyms.
Similarly, Plag (2003: 13) states that blends
are amalgamations of parts of different words, such as smog ( smoke/fog) or modem (
modulator/demodulator). Blends based on orthography are called acronyms, which are coined by
combining the initial letters of compounds or phrases into a pronounceable new word (9ATO,
U9ESCO, etc.). Simple abbreviations like UK or USA are also quite common. The
classification of blending either as a special case of compounding or as a case of non-affixational
derivation is not so clear … we will argue that it is best described as derivation. (emphases in
original)
In view of the many differences between blends and acronyms – not least the mediums in
which they originate, this is not convincing
152
.
Some researchers try to explain acronyms, blends and clippings in terms of their
orthographical and/or phonological structures, using, for example, syllable boundaries to
explain blend structure. One such attempt is by Plag (2003: 116-129) who attempts to explain
acronyms, blends and clippings as “Prosodic Morphology”. McCully & Holmes (1988) claim
that acronyms are formed on the basis of phonological rules. This is hardly convincing, as it
is one of their special features that most acronyms are formed consciously and with pen and
paper in hand – especially reverse acronyms, such as PI9, PLA9 and top (see below).
Similarly, Kelly (1998) seeks “evidence that certain patterns in blends can be predicted quite
well from specific cognitive and linguistic principles” (1998: 580), focusing on “three aspects
of blend structure: the order of blend components, the boundary between them, and
similarities between boundary phonemes”. Kelly (1998: 586) finds that “breakpoints in blends
do not fall randomly. Rather, they cluster at major phonological joints, such as syllable, rime,
and onset boundaries”. Similarly, Gries (2004) claims that “the most prototypical examples
of blends involve linear blending with a shortening of both source words at some point of
(graphemic or phonemic) overlap” (Gries 2004: 645) and that there is a “strong graphemic
influence on blend formation” (Gries 2004: 656).
However, as the analysis below will show, the attempts to analyse acronyms, blends and
clippings as sub-categories of each other or in terms of their orthographical and/or
phonological make-up is not convincing. In each of the three non-morphematic wordformation processes under discussion, we can identify specific submorphemic elements which
are involved in their formation and contribute in various ways to their subtypes: initials,
splinters and free splinters. Therefore, the next sections will discuss the contributions made by

152
Incidentally, Plag’s analysis of smog and modem makes no mention of overlap (see also below). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
111
these elements to the formation of acronyms, blends and clippings, using examples from the
collection presented in the Appendix
153
.
3. Acronyms and initials
Acronyms (or “letter words” – see McArthur 1992: 11 and 599) consist of initial letters of
longer words or phrases
154
. Not all initials of the longer phrase are always used in the
acronym: function words tend to be ignored in order to keep the acronym manageable (for
example, WLSA ‘Women and Law in Southern Africa’). One feature that sets acronyms apart
from all other word-formation processes is the fact that they are formed in the written mode –
this becomes evident from the consciously formed and ironic examples discussed below (see
also Algeo 1975 and Kreidler 2000: 957). Cannon (1989:108) summarises the most salient
features of acronyms as follows:
[…] an acronym must come from a source with at least three constituents, where a combining
form can be a constituent (ASP ‘Anglo-Saxon Protestant’). Not more than two initial
letters/sounds of some or all of the constituents can be retained, though an exception of three or
even four is permitted if the majority of the reduction typifies acronymy.
The submorphemic elements that constitute acronyms are, quite simply, the initial letters of
longer phrases, and they represent the words they stand for in the new formation. There are
some exceptions, however, such as acronyms which do not use all the initials they could use,
as in ESPRIT (‘European Strategic Programme for Research and Development in Information
Technology’) or cases in which additional letter(s) or even syllables are used, such as Soweto
(‘South-Western Townships’). Occasionally, the ordering of the letters in an acronym is
changed in the interest of pronounceability and homonymy, for example:
MISHAP – ‘Missiles High-Speed Assembly Program’
↑____↑ (Time, 28 July 1961, p. 39)
Creativity plays a major role in the formation of some acronyms. Cannon (1994: 81) observes
that
[a]cronyms are among the most creative, freewheeling creations in vocabulary today. They differ
from most other items in that they are never lapses and are seldom formed by analogy, but are
consciously made. Organizations sometimes choose a proper-sounding name by assembling a
sequence of words to effect the desired collocation […]
Ironic intentions are also the driving force behind some jocular re-interpretations, such as Fiat
(‘Fix It Again, Tony’ instead of ‘Fabbrica Italiana di Automobili Torino’), and in-group

153
With the exception of very common items, such as 9ATO, motel and prof, all the examples used in this paper
are drawn from the compilation presented in the Appendix.
154
For the purposes of this study, I will use the cover term ‘acronym’ to include both those formations which are
pronounceable, such as 9ATO and yummies, and those which maintain their letter-by-letter pronunciation (also
called ‘abbreviations’ or ‘initialisms’), such as SCR and PC. 112 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
slang-formations, such as snafu (‘situation normal, all fouled up’), TGIF (‘Thank God It’s
Friday’) and OTT (‘over-the-top’). Innovative and ironic pronunciations also occur, as the
following example demonstrates:
These are the men and women of the year-old Terrorist Threat Integration Center (TTIC). … Each
day, officials at TTIC (pronounced tee-tic) examine 5,000 to 6,000 pieces of intelligence … (Time,
29 March 2004, p. 33).
Acronyms ‘behave’ like normal lexemes, that is, they can be inflected, as Pinker (1999: 28)
observes:
[…] acronyms, like phrases, can turn into bona fide words as a language evolves, as in TV, VCR,
UFO, SOB, and PC. Once an acronym has become a word there is no reason not to treat it as a
word, including adding a plural suffix to it. Would anyone really talk about three JP (justices of
the peace), five POW (prisoners of war), or nine SOB (sons of bitches)?
In addition, acronyms can themselves become parts of new, multiple formations, as
exemplified in Figure 1 below.
Acronymy SCR
Blending ABB, AIM, InteracTV, 9o-K., Y2.1K
(Multiple) Compounding CD-Rom joint venture
Conversion To R.S.V.P, to TKO
Prefixation Un-PC
Suffixation Foi-able, MSTies, OK-ness
Figure 1: Examples of Multiple Word-Formations Containing Acronyms
According to Wales (1991: 5), “[i]t is fashionable to suggest a word already in the language,
and one which is humorous or punningly appropriate (e.g. CISSY: ‘Campaign to Impede
Sexual Stereotyping in the Young’).” Forms like CISSY take advantage of the fact that, in
many cases, the full forms of acronyms are often lost rather quickly; this can be exploited
through the formation of consciously formed ‘reverse’ acronyms which are homonymous (or,
sometimes, homophonous) with existing words (see also Ungerer 1991a and 1991b). Reverse
acronyms, such as ABC, PLA9, whizzo and yummies are playful and ironic and have a strong
mnemonic effect. This loss of primary motivation through the severed link between the full
form and the acronym is evident in compounds such as PI9 (‘personal identification
number’) number and PESP (‘Pre-Entry Science Programme’) programme. The pleonastic
repetition of one element of the acronym as head of the new compound is a clear indication
that speakers are not aware of the underlying phrase which formed the basis of the acronym.
Thus initials, the smallest graphemic units in the English language, are the building blocks for
one of the most creative word-formation processes in the language. As we have seen, initials
represent entire words – that is, they are not, strictly speaking, ‘meaningful units’. Maybe it is
this ‘independence’ of initials which permits language users to form creative new lexemes
and which leads to the common loss of primary motivation, thus opening the door for
homonymy, reinterpretation and irony. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
113
4. Blends and splinters
Both acronyms and blends are popular in electronic communication: “It is not uncommon
for new technical terms to be created by blending” (Stockwell & Minkova 2001: 6; see also
Fandrych 2007 for a more detailed discussion). The name ‘blending’ is metaphorical, as
blends ‘mix’ random parts of existing lexemes (‘splinters’) – structurally and semantically –
and there is the additional semantic component BLENDING/MIXTURE. In this sense, they are
iconic as their forms reflect their referents.
Most blends (also ‘portmanteau-words’ from French portmanteau – ‘suitcase’, ‘coatcarrier’) consist of two elements, a characteristic which places them in the vicinity of
compounds (see Marchand 1969: 451: “compounding by means of curtailed words”) – but,
unlike compounds, their constituents are not full morphemes but parts of lexemes which
makes them more irregular and unpredictable. Kreidler (1994: 5029f) defines blending as
follows:
Sometimes two words are clipped simultaneously and united to form a ‘blend’. The two source
words may be syntagmatically related … or paradigmatically related. … Many blends … are
consciously composed. Formations like these are now much favored in advertising and in the
popular press.
Blending involves “telescoping”, usually overlap, and “there must be some shortening of
the source items” (Cannon 2000: 952) and “… the fusing usually occurs at a syllabic juncture,
though the phonemic sharing by both splinters somewhat blurs this fact” (Cannon 2000: 953).
McArthur (1992: 137) includes hyphenated formations like hi-tech (or high-tec) under blends.
However, in my opinion, such formations lack the crucial precondition for blends: the iconic
mixing of splinters (see above), as the hyphen actually separates the two constituents.
Following Fandrych (2004: 28), I propose to classify hyphenated forms such as these as
‘clipped compounds’
155
. According to Plag (2003: 121), blending is “best described in terms
of prosodic categories”, and “[o]nly syllabic constituents as a whole can be deleted” (Plag
2003: 123) – a bold statement that I would not agree with. Plag’s description seems rather
mechanistic:
[…] blends behave semantically and syntactically like copulative compounds and their
phonological make-up is characterized by three restrictions. The first is that the initial part of the
first word is combined with the final part of the second word. Secondly, blends only combine
syllable constituents (onsets, nuclei, codas, rimes, or complete syllables), and thirdly, the size of
blends (measured in terms of syllables) is determined by the second element. (Plag 2003: 125)
Blends are less transparent than compounds and many blends are used for attention-catching
purposes in advertising and journalism, and these are often short-lived (Adams 2001: 141).
Blends are popular because of their creativity. According to Stockwell & Minkova (2001: 7),
“[b]lending is an area of word formation where cleverness can be rewarded by instant
popularity”. Crystal (1995: 130) agrees that “[b]lending seems to have increased in popularity
in the 1980s, being increasingly used in commercial and advertising contexts … but how
many of them will still be around in a decade remains an open question”.

155
With the exception of graphic blends, such as absa-lute (see below). 114 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
The term ‘splinter’ has been proposed for the constituents of blends – a metaphor which
aptly expresses their irregular shape. It was originally introduced by Berman (1961: 279)
who used this term to define blends:
Thus Blending or Telescoping can be defined as such a process of coining new words under which
a blend is formed by adding the splinter of the last initial word to the stem or to the shortened
substitute of the stem of the first initial word (words). As we see, blends cannot be looked upon as
units lying within the limits of one of the fixed structural types of word-building. It is their
peculiar structure that distinguishes them from any other word structures. (Berman 1961: 279f;
emphasis in original)
With slight modifications, this term is then adopted by Adams (1973: 142, 149ff, 188ff) who
states that splinters are neither morphemes nor ‘compound-elements’:
Usually splinters are irregular in form, that is, they are parts of morphs, though in some cases there
is no formal irregularity, but a special relationship of meaning between the splinter and some
‘regular’ word in which it occurs. (Adams 1973: 142)
Adams
156
(1973: 142) follows Berman (1961): “Words containing splinters I shall call
blends”.
The term ‘splinter’, is developed further by Soudek (1978) who distinguishes between
‘initial splinters’ and ‘final splinters’; initial splinters may be the first or the second element,
while final splinters can only become the second element of blends. Overlaps, for example,
motel, often result from the merging of initial and final splinters. Splinters can even give rise
to new morphological units through reanalysis, such as -gate (from Watergate in
Clinterngate, Yuppiegate) and -(o)holic (from alcoholic in workaholic, shopaholic,
foodaholic) (see also Adams 2001: 139f, Haspelmath 2002: 56, and Lehrer 1998).
López Rúa’s (2002) analysis of blends also involves the term ‘splinter’, which she defines
as follows:
I […] regard as splinters those graphic and phonemic sequences (not only in blends but also in
peripheral initialisms) which are neither inflectional nor derivational morphemes, nor combining
forms (electro-, -scope), and whose length generally allows their identification as belonging to a
previous word. Consequently, splinters tend to be syllables or units larger than syllables in their
sources, as Ox– and –bridge in Oxbridge (‘OXford and CamBRIDGE), or Digi– and –alt in
Digiralt (‘DIGItal radar ALTimeter’). When they are shorter than syllables, their constituents are
the syllable onset (i.e. the prevocalic consonant or consonants); the onset and the nucleus
(prevocalic consonants + vowel); or the rhyme (vowel + postvocalic consonants or coda). (López
Rúa 2002: 37f)
In most cases, initial splinters form the first part of the blend, and final splinters become the
tail. There are exceptions, however: in modem, the initial splinter dem [< demodulator]
constitutes the tail; and while modem combines two initial splinters, Kongfrontation, consists
of two final splinters. The most common pattern is the combination of initial splinter

156
Interestingly, Adams seems to have abandoned the concept of ‘splinter’ in her later work; in her 2001
publication, she does not mention splinters any more. Instead, she analyses blending as reanalysis. (Adams
2001: 138f). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
115
followed by a final splinter
157
, often with overlap, as in motel (see Algeo 1977 and Soudek
1978), and “[…] the splinter of the initial source word is as likely to receive prominence as is
the splinter of the terminal source word” (Cannon 2000: 953). However, there are also cases
of blends which incorporate entire unshortened words, usually with overlap, for example,
thinspirations and WAPathy.
Depending on their structure, blends can be classified into a number of sub-types; these are
presented in Figure 2 below.
initial and final splinter with overlap affluenza, burpulence, celebutante, pong
two initial splinters with overlap modem
two final splinters with overlap Kongfrontation
overlap of full words (‘telescope’) thinspirations, WAPathy
initial splinter + full word with overlap AIM, Coca-Colonization, emoticon, Gautrain
final splinter + full word with overlap netiquette
full word + final splinter with overlap adultescent, gundamentalist, himbo
insertion of one word into the other, with overlap Clinterngate, Y2.1K
more than two constituents burpulence, Clinterngate, SMART
graphic blends absa-lutely, Inglish, InteracTV, Lo-CALL, opporTOMist,
royoil, suisside, WAPathy
Fig. 2: Types of Blends
With the exception of graphic blends, which only exist in their written forms, blends clearly
originate in the oral medium: especially in those cases where there is overlap, the telescoping
of phonetically similar parts of words, as in affluenza, celebutante, gundamentalist etc.,
suggests that the large majority of blends were first created orally before they were fixed in
writing.
While larger than initials, splinters also represent the words for which they stand:
semantically, splinters contribute the entire meaning of their source words to the new lexeme
mixtures, the blends. Their irregular shapes, combined with unorthodox blending methods,
result in innovative and unconventional new lexemes which are often funny and attentioncatching – qualities that are exploited in advertising and in journalism.
5. Clippings, clipped compounds and free splinters
Marchand (1969: 441) defines clipping as “the reduction of a word to one of its parts. […]
[T]he clipped part is not a morpheme in the linguistic system (nor is the clipped result, for that
matter), but an arbitrary part of the word form”. Bauer (1988: 33) is also doubtful about the

157
According to Aitchison (2003: 138) sounds at the beginnings and the ends of words are retrieved more easily
from the mental lexicon; this might be an explanation for the popularity of blends which consist of initial
splinters and final splinters. 116 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
status of clipping: “Since the parts that are deleted in clipping are not clearly morphs in any
sense, it is not necessarily the case that clipping is a part of morphology, although it is a way
of forming new lexemes.”
In my opinion, clipping is certainly a word-formation process: in many cases, we witness
semantic disassociation
158
, for example, in exam, pants and pub, or clippings move to
different registers or styles as compared to their long equivalents, for example, ad, apps (<
applications), and prof. Bauer (1988: 33) also observes that “clipping frequently does change
the stylistic value of the word.” An outwardly visible sign of this disassociation can be new
spellings, such as Aussie and loony (see below). Due to semantic disassociation, clipping is
sometimes used for euphemistic or obfuscatory purposes, as in Mia, an in-group term used by
young women afflicted with bulimia in their chatrooms. In addition, clippings can become
constituents of new, multiple, formations, for example, blogging and lad mag.
Kreidler (1979: 26) notes that clipping means the “subtraction of material which is not
obviously morphemic”, while Plag (2003: 22) hypothesizes that clipping (or ‘truncation’) is
“the process of deleting material itself which is the morph”, thus possibly even necessitating a
new morpheme definition: “Truncation is a process in which the relationship between a
derived word and its base is expressed by the lack of phonetic material in the derived word”
(Plag 2003: 116). In view of the obvious irregularity of clipping – morpheme boundaries are
often ignored – , Plag’s analysis is hardly convincing: certainly, in the formation of photog <
photographer (as distinct from photo < photograph), neither morpheme nor syllable
boundaries were observed, nor are the second constituents of the clipped compounds lad mag
and midrats determined by any such boundaries.
Usually, it is relatively long words (that is, words consisting of at least two or three
syllables) that are clipped. Fore-clipping (for example, photog and temp) is the most common
type, followed by back-clipping (blog, graph, ism, phone) and back- and fore-clipping (flu,
fridge). Mid-clipping (Jo’burg or Jo’bg) is rare, and written clippings never leave the written
domain, that is, when read aloud, their full forms replace the shortening, such as abbr and esp.
Interestingly, written clippings can become parts of new combinations, and then they are
pronounceable as clippings, for example, Atty-Gen < Attorney-General. Clipped compounds
are shortenings of long combinations, which keep one constituent unshortened, as in lad mag
and SimEarth < Simulation Earth). Further characteristics include the maintenance of plurals
(apps and specs), informal spellings (loony < lunatic), and cases of new pronunciation and
stress movement (‘Aussie [-z-] < Aus’tralian [-st-]).
Clipping shares a large degree of arbitrariness with blending: it neither considers stress
nor syllable or morpheme structures. Rather extreme examples which demonstrate this
disregard for stress and syllable boundaries are blog from weblog and photog from
photographer. Therefore, one might argue that the results of clippings are ‘free splinters’
159
,
that is, independent elements which remain after a radical shortening process. Another
feature that is unique to clipping is that clipping is pure shortening: unlike acronymy and
blending, the shortening process is not accompanied by expansion.
While initials in acronyms are bound elements, and the same is true of splinters in blends,
clipping, as a subtractive process, “sets splinters free”; as irregular parts of words from which
they originated, they undergo a process of semantic and stylistic disassociation (often

158
See also Fandrych’s (2004: 31) mini-experiment around exam, which showed that exam is used in the sense
of a ‘test of knowledge’ as opposed to examination in the sense of a ‘doctor’s examination’.
159
The concept ‘free splinter’ is proposed here in analogy to the term ‘free morpheme’ (as opposed to the ‘bound
splinter’ in blending and the ‘bound morpheme’ in affixation).
See also Lehrer (1996: 362; 1998: 4 and 16), who notes that splinters can become new word-formation elements,
such as combining forms, and eventually even morphemes. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
117
accompanied by phonetic and/or graphemic changes) which can result in their complete
emancipation: cases such as pants, pub, bus and the more recent blog are examples of
clippings which have all but severed their ties with the lexemes on which they were based.
Like free morphemes, these free splinters can contribute to new, multiple formations.
6. Conclusion
Despite their frequent marginalisation, acronyms, blends and clippings are interesting
cases of seemingly irregular structures. Morphemes do not play a role in their formation;
instead, these processes make use of a whole gamut of submorphemic elements, ranging from
mere initials, groups of letters, syllables and splinters to full (not infrequently even complex)
words. For their analysis, there is a need for a more flexible approach than mere morpheme
analysis, and for concepts below the level of the traditional “smallest meaningful elements”.
This study has proposed the use of three submorphemic concepts for the analysis of nonmorphematic word-formation processes: initials in the case of acronymy, (bound) splinters
in the case of blending, and free splinters in the case of clipping.
In view of their unorthodox structures, it is not surprising that the apparent irregularity of
form of acronyms, blends and clippings opens the door for creativity and playfulness, irony
and unconventionality. Their resulting originality is attention-catching and is often exploited
in advertising and headlines. This is one of the reasons why acronyms, blends and clippings
have enjoyed an unprecedented popularity and productivity in English in recent decades.
Admittedly, they are not always welcome in more formal registers, that is, they are
stylistically marked. However, in advertising, in the media and in modern technology, they
have firmly established themselves. In order to capture these socio-pragmatic and textual
aspects, one will, however, have to go beyond a structural analysis and take usage-related
aspects into account.
References
ADAMS, Valerie, 1973. Introduction to Modern English Word-Formation. London: Longman.
---, 2001. Complex Words in English. Harlow-London: Pearson Education/Longman.
AITCHISON, Jean, 2003, 3
rd
ed. Words in the Mind. An Introduction to the Mental Lexicon.
Malden/Mass.-Oxford: Blackwell.
ALDERETE, John, BECKMANN Jill, BENUA Laura, GNANDESIKAN Amalia, MCCARTHY John &
URBANCZYK Suzanne, 1999. “Reduplication with fixed segmentism”, in Linguistic
Inquiry, 30, No. 3, 327-364.
ALGEO, John, 1975. “The Acronym and its Congeners”, in Makkai, A. and Makkai V., (Eds.),
1975. The First LACUS Forum 1974. Columbia, S.C.: Hornbeam Press, 217-234.
---, 1977. “Blends, a Structural and Systemic View”, American Speech 52, 47-64.
---, 1978. “The Taxonomy of Word-Making”, Word 29, 122-131.
---, 1980. “Where Do All the New Words Come From?”, American Speech 55, 264-277. 118 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
ARONOFF, M. H., 1981, 2
nd
ed. Word-Formation in Generative Grammar. Cambridge, Mass.:
MIT Press.
ASHER, R. E., (Ed.), et al., 1994. The Encyclopedia of Language and Linguistics. Oxford:
Pergamon Press.
AYTO, John, 1999. 20
th
Century Words. The Story of the 9ew Words in English over the Last
Hundred Years. Oxford: Oxford University Press.
BARZ, Irmhild & FIX Ulla, unter Mitarbeit von Marianne SCHRÖDER, (Eds.), 1997. Deutschdeutsche Kommunikationserfahrungen im arbeitsweltlichen Alltag. Heidelberg: Winter
Verlag.
BAUER, Laurie, 1983. English Word-Formation. Cambridge: Cambridge University Press.
---, 1988. Introducing Linguistic Morphology. Edinburgh: Edinburgh University Press.
BAUM, S.V., 1955. “From AWOL to VEEP: The Growth and Specialization of the Acronym”,
American Speech 30, 103-110.
---, 1956. “Feminine Characteristics of the Acronym”, American Speech 31, 224-225.
---, 1957. “Formal Dress for Initial Words”, American Speech 32, 73-75.
---, 1962. “The Acronym, Pure and Impure”, American Speech 37, 48-50.
BERMAN, J.M., 1961. “Contribution on Blending”, Zeitschrift für Anglistik und Amerikanistik
9, 278-281.
BOLINGER, Dwight L., 1950. “Rime, Assonance, and Morpheme Analysis”, Word 6, 117-136.
BOOIJ, Geert & LEHMANN, Christian, MUGDAN, Joachim et al., (Eds.), 2000. Morphologie –
Morphology. An International Handbook on Inflection and Word-Formation, Vol. 1.
Berlin-New York: Walter de Gruyter.
BRYANT, M. B., 1974. “Blends are Increasing”, American Speech 49, 163-184.
---, 1977. “New Words from Popular Mechanics”, American Speech 52, 39-46.
CANNON, Garland, 1986. “Blends in English Word-Formation”, Linguistics 24, 725-753.
---, 1987. Historical Change and English Word-Formation. Recent Vocabulary. New York:
Peter Lang.
---, 1989. “Abbreviations and Acronyms in English Word-Formation”, American Speech 64.2,
99-127.
---, 1994. “Alphabet-based Word-creation”, in Asher, (Ed.), et al., 1994, Vol. 1, 80-82.
---, 2000. “Blending”, in Booij et al., (Eds.), 2000, 952-956.
CRUSE, D. Allan, 1986. Lexical Semantics. Cambridge: Cambridge University Press.
CRYSTAL, David, 1995. The Cambridge Encyclopedia of the English Language. Cambridge:
Cambridge University Press.
DIENHART, John M., 1999. “Stress in Reduplicative Compounds: mish-mash or hocuspocus?”, American Speech 74.1, 3-37.
DRESSLER, W. U., & MEID, W., (Eds.), 1978. Proceedings of the Twelfth International
Congress of Linguists, Vienna, August 28-September 2, 1977. Innsbruck: Innsbrucker
Beiträge zur Sprachwissenschaft.
FANDRICH, Ingrid, 2004. “Non-Morphematic Word-Formation Processes: A Multi-Level
Approach to Acronyms, Blends, Clippings and Onomatopoeia”. Unpublished PhD
Thesis, University of the Free State, Bloemfontein. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
119
---, 2007. “Electronic Communication and Technical Terminology: A Rapprochement?”,
9AWA Journal of Language and Communication, Vol. 1, No. 1, June 2007, 147-158.
FEINSILVER, L.M., 1979. “Yidlish or Engdish, Yinglish or Yidgin English”, American Speech
54, 158.
FENZL, R., 1966. “Blends Selected from TIME Magazine”, Idioma 3, 164-168.
FRENCH, P.L., 1977. “Toward an Explanation of Phonetic Symbolism”, Word 28, 305-322.
FRIEDERICH, W., 1966. “More Reduplicative Compounds”, in Idioma 3, 12-13.
---, 1968. “Englische Neuwörter und Nachträge”, Idioma 5, 201-207.
GRIES, Stefan Th., 2004. “Shouldn’t it be breakfunch? A quantitative analysis of blend
structure in English”, Linguistics 42-3, 639-667.
HASPELMATH, Martin, 2002. Understanding Morphology. Oxford: Oxford University Press
(Arnold Publications).
HELLER, L.G. & MACRIS, J., 1968. “A Typology of Shortening Devices”, American Speech
43, 201-208.
HOCKETT, C. F., 1980. “Blends”, American Speech 55, 213.
---, 1983. “Blends”, American Speech 58, 181.
JUNG, Udo O.H., 1987. “‘Nemini Parcetur’: Morphological Aspects of Acronyms in English
and German: A Contrastive Analysis”, in Lörscher & Schulze, (Eds.), 1987, 148-158.
KATAMBA, Francis, 1993. Morphology. London: MacMillan.
KELLY, Michael H., 1998. “To ‘brunch’ or ‘to ‘brench’: Some Aspects of Blend Structure”,
Linguistics, Vol. 36, No. 3, 579-590.
KOBLER-TRILL, Dorothea, 1994. Das Kurzwort im Deutschen: eine Untersuchung zu
Definition, Typologie und Entwicklung. Tübingen: Niemeyer.
KREIDLER, Charles W., 1979. “Creating New Words by Shortening”, Journal of English
Linguistics 13, 24-36.
---, 1994. “Word-formation: Shortening”, in Asher, (Ed.), et al., 1994, Vol. 9, 5029-5031.
---, 2000. “Clipping and Acronymy”, in Booij et al., (Eds.), 2000, 956-963.
LEHRER, Adrienne, 1996. “Identifying and Interpreting Blends: an Experimental Approach“,
Cognitive Linguistics, Vol. 7 No. 4, 359-390.
---, 1998. “Scapes, Holics, and Thons: The Semantics of English Combining Forms”,
American Speech 73.1, 3-28.
LIPKA, Leonhard, 1975. Review of Adams, 1973, Lingua 37, 382-389.
---, 2002. English Lexicology: Lexical Structure, Word Semantics, & Word-Formation.
Tübingen: Narr.
LÓPEZ RÚA, Paula, 2002. “On the Structure of Acronyms and Neighbouring Categories: a
Prototype-based Account”, English Language and Linguistics, Vol. 6, No. 1, 31- 60.
LÖRSCHER, W. & SCHULZE, R., (Eds.), 1987. Perspectives on Language in Performance.
Studies in Linguistics, Literary Criticism, and Language Teaching and Learning. To
Honour Werner Hüllen on the Occasion of his Sixtieth Birthday. Tübingen.
MARANTZ, Alec, 1982. “Re Reduplication”, Linguistic Inquiry, Vol.13, No. 2, 435-482.
MARCHAND, Hans, 1969, 2
nd
ed. The Categories and Types of Present-Day English WordFormation: A Synchronic-Diachronic Approach. München: Beck.
MCARTHUR, Tom, 1988. “The Cult of Abbreviation”, English Today 15, 36-42. 120 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
---, (Ed.), 1992. The Oxford Companion to the English Language. Oxford: Oxford University
Press.
MCCULLY, C.B. & HOLMES, M., 1988. “Some Notes on the Structure of Acronyms”, Lingua
74, 27-43.
MINKOVA, Donka, 2002. “Ablaut Reduplication in English: the Criss-crossing of Prosody and
Verbal Art”, English Language and Linguistics, Vol. 6, No. 1, 133-169.
MUGDAN, J., 1994. “Morphological Units”, in ASHER, (Ed.), et al., 1994, Vol. 5, 2543-2553.
PINKER, Steven, 1999. Words and Rules. The Ingredients of Language. London: Weidenfeld
& Nicholson.
PLAG, Ingo, 2003. Word-formation in English. Cambridge: Cambridge University Press.
POETHE, Hannelore, 1997. “Kurzwörter – Bestand und Gebrauch vor und nach 1989”, in Barz
& Fix, (Eds.), 1997, 195-211.
RAVID, Dorit & HANAUER, David, 1998. “A Prototype Theory of Rhyme: Evidence from
Hebrew”, Cognitive Linguistics, Vol. 9, No. 1, 79-106.
SAUSSURE, Ferdinand de, 1965, 3
ème
éd. Cours de linguistique générale, publié par Ch. Bally,
A. Sechehaye & A. Riedkinger. Paris: Payot.
SCHWARZ, U., 1970. “Die Struktur der englischen Portmanteau-Wörter”, Linguistische
Berichte 7, 40-44.
SHAPIRO, F.R., 1986. “Yuppies, Yumpies, Yaps, and Computer-Assisted Lexicology”,
American Speech 61, 139-146.
SOUDEK, L.J., 1978. “The Relation of Blending to English Word-Formation: Theory,
Structure and Typological Attempts”, in Dressler & Meid, (Eds.), 1978, 462-466.
STARKE, Günter, 1997. “Kurzwörter: Tendenz steigend”, Deutschunterricht 2, 88-94.
STEINMETZ, Sol & KIPFER, Barbara Ann, 2006. The Life of Language. The Fascinating Ways
Words are Born, Live & Die. New York: Random House.
ŠTEKAUER, Pavol, 1998. An Onomasiological Theory of English Word-Formation.
Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins.
STOCKWELL, Robert & MINKOVA, Donka MINKOVA, 2001. English Words: History and
Structure. Cambridge: Cambridge University Press.
TSUR, Reuven, 2001. “Onomatopoeia: Cuckoo-Language and Tick-Tocking: The Constraints
of Semiotic Systems”, Iconicity in Language, http://www.trismegistos.com/
IconicityInLanguage/Ariticles/Tsur/default.html.
UNGERER, Friedrich, 1991a. “What Makes a Linguistic Sign Successful? Towards a
Pragmatic Interpretation of the Linguistic Sign”, Lingua 83, 155-181.
---, 1991b. “Acronyms, Trade Names and Motivation”, Arbeiten aus Anglistik und
Amerikanistik 16, 131-158.
WALES, Katie, 1991 [1989]. A Dictionary of Stylistics. London-New York: Longman,
WÖLCKEN, F., 1957. “Entwicklungsstufen der Wortbildung aus Initialen”, Anglia 75, 317-
333. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
121
Appendix: Examples used in the study
160
ITEM WF Type WF Subtype
ABB < ASEA + BBC blend from acronyms
ABC = ‘A Better Chance’ [program] acronym homonymy/reverse
ABSA = ‘Amalgamated Banks of South Africa’ acronym
absa-lutely < ABSA + absolutely blend from acronym, graphic
adultescent < adult + adolescent blend overlap
advertorial < advertisement + editorial blend overlap
affluenza < affluence + influenza blend overlap
AIM < AOL [‘America Online’] + IM [‘Instant Messenger’] blend from acronyms
Ana < anorexia clipping fore
Animania < animal + mania blend overlap
apps < applications clipping fore
blog < weblog clipping back
broccoflower < broccoli + cauliflower blend
burbulence < burp + burble + turbulence blend overlap
CD-Rom joint venture compound from acronyms
celebutante < celebrity + debutante blend overlap
Clinterngate < Clinton + intern + [Water]gate blend overlap, 3 constituents, from
names
Clintessence < Clint [Eastwood] + quintessence blend overlap, from name
clone-dren < clone (s) + children blend graphic
Coca-Colonization < Coca Cola + colonization blend overlap, graphic
Cowsteau < cow + Cousteau blend overlap, from name
Demo-Crazy < democracy + crazy blend graphic
emoticon < emotive + icon blend overlap
Epcot = ‘Experimental Prototype Community of Tomorrow’ acronym
EP-X = ‘Efficient Personal Experimental’ acronym
ESPRIT = ‘European Strategic Programme for Research
and Development in Information Technology’
acronym homonymy/reverse
FBI = ‘Federal Bureau of Investigation’ - Fibbies acronym phoneticised
FLIR = ‘forward-looking infrared system’ acronym homonymy/reverse
fluffragette < fluff + suffragette blend overlap
FOI-able = ‘Freedom of Information Act + available’ suffixation from acronym
Franglais < Francais + Anglais blend overlap
Frenglish < French + English blend overlap
Gautrain < Gauteng (Sesotho Johannesburg/Pretoria) + train blend overlap
graph < paragraph clipping back
gundamentalist < gun + fundamentalist blend overlap
himbo< him + bimbo blend overlap
Imagineer < imagine + engineer blend overlap
Inglish < Indian English blend graphic
INSPASS = ‘Immigration and Naturalization Service
Passenger Accelerated Service System’
acronym partial homonymy
InteracTV blend graphic, from acronym

160
This collection is based on the Fandrych (2004) corpus. The original corpus was compiled over a period of
several years, using examples from everyday linguistic encounters in the United Kingdom, the United States and
Southern Africa. The extract presented here has been amended slightly. For the purposes of this study, it is used
as a “quarry” from which to draw examples. 122 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
intrapreneur < intra + entrepreneur blend overlap
INXS = ‘in excess’ (pop group) acronym phonetic/graphic
IPO = ‘initial public offerings’ acronym
Jo’burg, Jo’bg < Johannesburg clipping mid
killboard < kill + billboard blend overlap
Kongfrontation < [King] Kong + confrontation blend overlap
lad mag < lad + magazine clipped compound
Lo-CALL < local + low [cost] + [phone] call clipped compound graphic
Los Diego < Los Angeles + San Diego clipped compound
metrosexual < metropolis + hetero-/homosexual blend
Mia < bulimia clipping back
Miamamerican < Miami + American blend overlap
Microsortof < Microsoft + sort of blend from name + phrase
midrats < midnight rations clipped compound
MISHAP = ‘Missiles High-Speed Assembly Program’ Acronym rearranged sequence
Moab = ‘Massive Ordnance Air Blast’; ‘Mother Of All Bombs’ acronym reinterpretation
mockumentary < mock + documentary blend overlap
modem < modulator + demodulator blend 2 initial splinters, overlap
MST = ‘Magical Science Theatre’ acronym
MSTies [mIsti:z] < MST + -ies suffixation from acronym
MUD = ‘Multi-User Dungeon’ acronym homonymy/reverse
Muppets < marionette + puppet blend overlap
NAFTA = ‘North American Free Trade Agreement’ acronym
netiquette < [Inter]net + etiquette blend overlap
NIMBY = ‘not in my backyard’ acronym
No-K. = ‘not OK’ blend from acronym
Nuyorican < New York[er] + [Puerto] Rican blend overlap
NWO = ‘New World Order’ acronym
OK-ness < OK + -ness suffixation from acronym
OpporTOMist < opportunist + [Uncle] Tom blend graphic
OTT = ‘over-the-top’ acronym
PIN = ‘personal identification number’ acronym homonymy/reverse
outercourse < out + intercourse blend overlap
PESP = ‘Pre-Entry Science Programme” acronym
photog < photographer clipping fore
pix < pics < pictures clipping fore, respelling
PLAN = ‘Prevent Los Angelization Now’ acronym homonymy/reverse
plunget < plunge + plummet blend overlap
pong < poetry + song blend overlap
QBO = ‘quasi-biennial oscillation’ acronym
Qualiflyer < qualify/ier + fly/ier blend overlap
QUANGO, quango = ‘Quasi-Autonomous Non-
Governmental Organisation’
acronym from acronym
royoil [royalties] < royal + oil [royalties] blend overlap, graphic
Ruthanasia > Richardson + euthanasia blend
SAREIN = ‘Southern African Renewable Energy
Information Network’
acronym partial homophony
SCR = ‘Soweto Community Radio’ acronym from acronym
Sdoos < SDUs = ‘self-defence units’ acronym respelling
SERMS = ‘selective estrogen response modulators’ acronym quasi-homonymy
sexiled < sex + exiled blend overlap
SHARP = ‘SkinHeads Against Racial Prejudice’ acronym homonymy/reverse Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
123
SimEarth < Simulation Earth clipped compound
SMART = ‘Swatch, Mercedes & art’ blend 3 constituents
Soweto = “South-Western Townships’ acronym syllabic
specs < spectacles; specifications clipping fore
Spoos < SPUs = ‘self-protection units’ acronym respelling
stalkerazzi < stalk + paparazzi blend overlap
suisside < Suisse + suicide blend graphic, overlap
SUV = ‘sport-utility vehicle’ acronym
tax avoision < tax avoidance + [tax] evasion compound from blend
TCK = ‘Third Culture Kids’ acronym
thinspirations < thin + inspiration/aspirations blend overlap
to celeb < celeb conversion from clipping
to e < to e-mail < electronic mail conversion from multiple clippings
to okay < okay < o.k. < O.K. conversion from respelled acronym
to R.S.V.P.; R.S.V.P.ed < répondez, s’il-vous-plaît conversion from acronym
to temp < temp conversion from clipping
to TKO < technical KO (‘knock-out’) conversion from acronym
tofurkey < tofu + turkey blend overlap
top = ‘termination of pregnancy’ acronym homonymy/reverse
touron < tourist + moron blend overlap
TTIC = ‘Terrorist Threat Information Center’ acronym pronunciation [‘ti:tIk]
un-PC = ‘politically incorrect’ prefixation from acronym
VoS = ‘Voice of Soweto’ acronym homonymy/reverse
WAP = ‘wireless access protocol’ acronym
WAPathy < WAP + apathy blend from acronym, overlap,
graphic
weborexia < web + anorexia blend
whizzo < WSO (‘weapons system officer’) acronym respelling
Wimp [way] = ‘windows, icons, menus and point-and-click’ acronym homonymy/reverse
WLSA = ‘Women and Law in Southern Africa’ acronym
WMC = ‘White Male Candidate’ acronym
XS [‘eks ‘es] < excess [Ik’ses] (name of aftershave) acronym phonetic/graphic
Y2.1K [compliant] < Year 2000 + 2.1 [engine] [compliant] blend from acronym
Y-CHOPS = ‘Young Community Home-Owning Parents’ acronym graphic
yummies = ‘young upwardly mobile Marxists’ + ies acronym homonymy/reverse 124 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
125
Dennis Philps
162
Abstract
By applying a principle of submorphemic invariance to the word-initial segment gn-
(phonologically /n/) in the heuristic class of English ‘gn- words’, I show that this segment
functions as a ‘sublexical marker’ (<gn->), defined as a semiologically and notionally
invariant submorphemic unit within the subset(s) of words of which it is a formative. I go on
to claim, based on evidence provided by phononotional G9-/GV9(-) alternation, that
although <gn-> must be considered as structurally indivisible in Modern English, <g> in
<gn-> may originally have functioned as a ‘core invariant’ and <n> as a variable in the prehistory of English, specifically in Proto-Indo-European. Analysing gn- in most ‘gn- words’ of
Anglo-Saxon origin and some of Greek origin as the surface trace of an underlying notional
domain linked to jaw-related phenomena (sound articulation, mastication, manducation, etc.)
suggests that there exists an extralinguistically motivated, causal relation between <gn-> and
this domain involving the concept of ‘submorphemic iconicity’.
Keywords: submorphemic iconicity ― sublexical marker ― ‘gn- words’ ― invariance ―
notional domain
***
Résumé
L’application d’un principe d’invariance submorphémique au segment initial gn-
(phonologiquement /n/) dans la classe heuristique des ‘mots en gn-’ de l’anglais nous permet
de montrer que ce segment fonctionne comme un ‘marqueur sub-lexical’ (<gn->), défini
comme une unité submorphémique douée d’une invariance tant sémiologique que notionnelle
au sein du sous-ensemble de mots dont il est un élément formateur. Nous émettons
l’hypothèse, fondée sur l’existence d’une alternance phono-notionnelle G9-/GV9(-), que
bien que <gn-> semble être structurellement indivisible en anglais moderne, <g> dans <gn->
a pu fonctionner comme ‘invariant-noyau’ et <n> comme variable à date préhistorique, et
tout particulièrement en indo-européen commun. En analysant gn- dans la plupart des ‘mots
en gn-’ d’origine anglo-saxonne et dans certains vocables d’origine grecque comme étant la
trace en surface d’un domaine notionnel lié aux phénomènes temporomandibulaires
(articulation de sons, mastication, manducation, etc.), nous sommes amené à formuler
l’hypothèse qu’il existe une motivation extralinguistique, de nature causale, entre <gn-> et ce
domaine qui intègre le concept d’« iconicité submorphémique ».

161
I would like to express my grateful thanks to two anonymous readers for their comments on an earlier version
of this paper.
162
Université de Toulouse-Le Mirail (France). 126 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
Mots-clés : iconicité submorphémique ― marqueur sub-lexical ― ‘mots en gn-’ ―
invariance ― domaine notionnel Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
127
1. Introduction: from phonæstheme to sublexical marker

Phonæsthemes (Firth 1930) are frequently recurring, systematic pairings of form and
meaning in the lexicons of many languages, including English. Their morphological status is
probably best characterized as ‘submorphemic’, if one accepts Crystal’s definition of a
submorpheme as ‘a part of a morpheme that has recurrent form and meaning, such as the sl-
beginning of slimy, slug, etc.’ (Crystal 2003: 301). It may be argued that phonæsthemes have
submorphemic status because they do not combine with morphemes to form words, but with
submorphemes (e.g. sn- + -iff > sniff), while morphemes either form words themselves, or
combine with other morphemes to do so by means of morphological processes such as
inflection, derivation, and compounding. However, this status is the subject of ongoing
debate (see Bloomfield 1933: 245, Bolinger 1950: 130, Bergen 2004: 290, etc.). The
application of principles of invariance to phonæsthemes has led me to reanalyse them as
‘sublexical markers’, defined as semiologically and notionally invariant submorphemic units
within certain subsets of the word classes in which they occur (‘sn- words’, etc., see Philps
2002), and noted between chevrons (<sn->, etc.).
In this paper, I shall start by setting up a heuristic class I call ‘gn- words’, on the basis of a
structural analysis of the G9VC(-) lexical schema assumed to underlie the stems of these
words. This class comprises all and only those lexical items that begin with gn-,
phonologically /n/ in Modern English. I shall then look at phononotional CR-/CVR(-)
alternation, e.g. br-/bVr(-) in bring / bear (common notion: ‘carrying’), before going on to
examine one particular sublexical marker, the analysis of which poses the problem of the link
between semiological invariance and phonological invariance, namely <gn->. I use the term
‘phononotional’ to denote frequently recurring, systematic pairings of form and notion at
submorphemic level.
Few scholars have attributed phonæsthemic status to gn- in English ‘gn- words’, possibly
because it is no longer pronounced as a cluster in Modern English, along with the fact that
studies relating to phonæsthemes often have a synchronic bias. However, it is empirically
verifiable that most ‘gn- words’ of Germanic origin and some etymologically unrelated ‘gn-
words’ of Greek ancestry have meanings referring to jaw-related phenomena such as the
manner of articulating sounds (e.g. dial. gnatter ‘to grumble, complain’ [grumble (v.) ‘to
utter dull inarticulate sounds’, OED
163
], mastication (e.g. gnaw ‘to bite…’), and manducation
(e.g. dial. gnip ‘to eat’), as shown in fig. 1, which will serve as our corpus.
‘gn- words’ Meaning(s) Source
gnag ‘to gnaw, bite hard at something, nibble, tear, bite’ EDD
II164
gnap ‘to bite in a snapping fashion’ OED
gnarl ‘to snarl’ OED
gnar(r) ‘to growl, snarl, like an angry dog or beast; (fig.) to quarrel’ EDD
II
gnash ‘to strike together or ‘grind’ the teeth; to bite upon’ OED
gnat ‘any of numerous small mostly biting dipteran insects…’ 9SOED
165
gnathic ‘of or pertaining to the jaws’ OED
gnatter ‘to gnaw, bite at anything hard, nibble; to grumble, complain’ EDD
II

163
The Oxford Dictionary of English, 2
nd
edition, 1989.
164
The English Dialect Dictionary (Wright 1898-1905).
165
The 9ew Shorter Oxford English Dictionary, 1993 edition. 128 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
gnaw ‘to bite (something) persistently…’ OED
gnibble ‘to take little bites of (a thing)…’ OED
gnip ‘to eat; to complain constantly about’ EDD
II
Fig. 1: English ‘gn- words’ denoting jaw-related phenomena
The fact that some ‘gn- words’ do not denote jaw-related phenomena may be explained in
part by what Bolinger (1949) calls ‘cross-influence’, i.e. analogically driven blending, as in
the case of gn- and sn- words from Proto-Germanic onwards, e.g. gnarl ‘to contort, twist…’
< *g(e)n- ‘to compress into a ball’ (Watkins 2000: 26) / snarl ‘tangle, twist together
confusedly’ < *(s)ner- ‘to wind, twist’ (Pokorny 1959: 975), and in part to the fact that they
derive from PIE roots which do not convey jaw-related notions (e.g. gnosis < Gk. gnôsis <
PIE *gneh3- ‘to know’).
Finally, I shall attempt to determine whether <gn->, like <sn-> (Philps 2002), contains a
core invariant, and will invoke the concept of ‘submorphemic iconicity’ (see Bottineau 2003
for that of ‘semantic iconicity’) to account for the invariant notional domain apparently
vectored by gn- in the subset of ‘gn- words’ in question.
2. Phononotional CR-/CVR(-) alternation
If words beginning with gn- are set up heuristically as a ‘class’, and if derivational
phenomena are set aside (e.g. gnag > gnaggle ‘to gnaw, bite at anything hard’, EDD
II
), then
the members of this small class may be represented schematically as having an underlying
G9VC(-) structure (where V = any possible vowel, C = any possible consonant, and (-) =
suffixable), since all ‘gn- words’ have stems that conform to this schema. In the various
realizations of G9VC(-), -V- can be long, e.g. in dial. gneep ‘a foolish fellow’ (EDD
II
), short,
e.g. in gnat, or a diphthong, e.g. in gneiss; if -V- is long, -C can be Ø, e.g. in Standard
English gnaw.
It may then be posited that any formal difference attested by the ‘rime’ (Bolinger 1950)
results from a transformation operating on the variable segment of the G9VC(-) lexical
schema (-VC) when realized, while G9- remains invariant insofar as it is the defining
condition of the class. The segment -VC is analysed as a variable segment in G9VC(-) on the
basis that when gnap and gnip
166
for instance, are opposed, the transformation in question
modifies -V-; when gnat and gnap are opposed, it modifies -C, and finally, when gnat and
gnip are opposed, it modifies both -V- and -C (see fig. 2 below).

166
Gnap (v.) ‘to gnaw, bite at, nibble, snap at’; gnip (v.) ‘to eat’ (EDD
II
). Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
129
-aw
-at -ash

-athic gn- -arl
-u -eiss

-ome
Figure 2: Structural invariance and variability in ‘gn- words’
In word-initial position, there are two major types of consonant segments considered to be
phonæsthemes in English: SC- segments (sl-, sn-, sp-, sw-, etc.),
167
and CR- segments (br-, fl-
, gl-, tr-, etc.).
168
Now I have shown elsewhere (Philps 2002) that in certain subsets of the
phonæstheme sn-, C- functions as a ‘core invariant’, defined as the smallest structural unit
within a given subset of a given class of words to which a common notion may be attributed,
and s as an initial variant. This analysis is based on the fact that the presence ([+s]) or
absence ([-s]) of s- in phonosemantic ‘sn-/n- doublets’ such as sneeze / neeze (dial.) or sniff /
niff (fam.) does not modify the basic meaning, as may be seen in fig. 3 below.
Phonosemantic
‘sn- doublets’
Principal meaning of [+s] form Principal meaning of [-s] form
snag/nag snag (v
2
.): ‘to snap, bite’
(EDD
V
)
nag (v.) ‘to gnaw, nibble’ (OED);
‘to bite’ (EDD
IV
)
snar/narr snar (v.) ‘of a dog: to snarl, growl’
(OED)
narr (v.) ‘of dogs, etc.: to snarl or
growl’ (OED)
sneeze/neeze sneeze (v). ‘to drive or emit air or breath
suddenly through the nose and mouth…’
(OED)
neeze (v. dial.) = sneeze (v.)
(OED)
sniff/niff sniff (v.) ‘to draw air through the nose
with short or sharp audible inhalations’
(OED)
niff (v.) ‘to have a disagreeable
smell’ (OED)
snob/nob snob (n.
1
) ‘one who wishes to be
regarded
as a person of social importance’ (OED)
nob (n.
3
) ‘a person of some social
distinction’ (OED)

167
Where S = s and C = voiceless occlusive [an older word for ‘plosive’, Trask (1996)], or resonant.
168
Where, simplifying a little, C = voiced occlusive, voiceless occlusive, voiceless fricative, or ø (/g/ in /gn/ or
/k/ in /kn/ in Modern English), and where R = resonant. 130 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
snuzzle/nuzzle snuzzle (v. dial.) ‘of a dog: to sniff or
poke with the nose’ (OED)
nuzzle (v.
1
) ‘to poke or push with
the nose’ (OED)
Figure 3: Dictionary definitions of phonosemantic ‘sn-/n- doublets’
Sources: OED, EDD
The above analysis is inspired by the French linguist Gustave Guillaume (1883-1960),
who hypothesized that ‘the various contextual senses of a morpheme arise as actualized
meanings from a single potential meaning’ (Hirtle, in Guillaume 1984: XII; see also Hirtle
2007: 21-22). Guillaume saw the causal distinction between condition and consequence as
the universal principle governing the construction of all languages: “[T]he linguistic sign
establishes an invariant condition in tongue [Fr. ‘langue’] from which there develops an
infinite number of consequences” (1964: 150, my translation).
Transposing these hypotheses to the submorphemic level allows one to show that
invariant word-initial phonæsthemes such as sn- in ‘sn- words’ and, as I argue here, gn- in
‘gn- words’, are endowed with a potential for meaning. This potential can only be realized
linguistically once the underlying notion vectored by the invariant submorpheme, e.g. jawrelated phenomena in one subset of ‘gn- words’, is particularized by submorphemic accretion
to such a degree that it attains meaningful status, e.g. gn- + -aw  gnaw. CR- segments, on
the other hand, require an approach which differs in one respect from that applied to SC-
segments, in that they display phononotional CR-/CVR(-) alternation rather than
phonosemantic SC-/C- alternation, as may be observed in fig. 4 below.
CRsegments
Doublets / Common notion
bl- (/bl/) {blare / bawl (v./v.), shouting}
br- (/br/) {bring / bear (v./v.
1
), carrying}
cl- (/kl/) {clamour / call (v.
1
/v.), shouting}
cr- (/kr/) {crêpe / curl (v./v.
1
), curling}
dr- (/dr/) {drab / dark (adj./adj.), (absence of)
colour}
fl- (/fl/) {flame / fulgent (n./adj.), brillance}
fr- (/fr/) {front / fore (n./n.), anteriority}
gl- (/gl/) {glut / gullet (n.
2
/n.), swallowing}
pl- (/pl/) {plane / pallet (n.
3
/n.
3
), flatness}
pr- (/pr/) {prime / paramount (adj./adj.), superiority}
tr- (/tr/) {tree / tar (n./n.
1
), wood}
Fig. 4: Phononotional CR-/CVR(-) alternation
Source: OED
By envisaging sublexical markers as surface traces of general underlying notions, one is
able to attribute a ‘notional’ value to these markers within the subsets in which they occur,
e.g. {(s)n-, nasality} in that subset of ‘sn- words’ including snaffle, sneeze, sniff, snob, snore,
etc., or {gr-, prehension} in that subset of ‘gr- words’ including grab, grapple, grip, grope,
grub, etc. Within the present framework, a ‘notion’ is envisaged as a conceptual space which Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
131
may be defined as a set of complex mental representations resulting from the mind’s attempts
to categorize experience, notably the formal, functional and compositional properties of the
latter. These attempts are necessarily conditioned by human subjectivity, culture and
convention.
Seen in this light, notions may be analysed following principled cognitive criteria into
‘notional domains’, noted between slashes (e.g. /nasality/), to which a metric may be applied
(Culioli 1990: 69). Such domains are topologically constrained, insofar as they can be
identified interactively in terms of an interior (I) and an exterior (E) separated by a boundary
(B) which is flexible and permeable. Furthermore, they may be organized hierarchically on
the basis of dimensional, meronymic, and other relational criteria. For instance, a notional
domain may be a superordinate conceptual space (Σsup) including several subordinate spaces
(Σsuba…n), while Σsup itself may be subordinated to a superordinate space (ΣSUP).
The domain of particular interest to us here, that of jaw-related phenomena, has been set
up heuristically on the basis that it is a salient conceptual space located within the
superordinate domain of the human body, and encompasses several subordinate domains, e.g.
the jaws, the chin [‘the front of the lower jaw’], the mouth and the teeth, as well as the
topological, functional and expressive properties―both articulatory and gestural―associated
with these subordinate domains. As Ladefoged recalls, movements of vocal organs, which he
conceives of as gestures, are controlled and purposeful; in particular, the movements of jaw
and tongue are interlinked:
The principal muscle of the tongue is the genioglossus, which pulls the back and root of the
tongue towards the front of the mandible (the jawbone). The net effect of contracting the
genioglossus muscle is that the tongue gets compressed within the jaw. (Ladefoged 2005: 125)
3. The sublexical marker <gn->
While the orthographical forms of word-initial SC- segments always correspond to the
word-initial phonological structure /SC/ in English (e.g. sn- = /sn/, sp- = /sp/, sw- = /sw/), this
is not always the case with CR- segments, since although bl- corresponds to /bl/ and gr- to
/gr/, for instance, the orthographical form gn- no longer corresponds to the word-initial
phonological structure /gn/ as it did in earlier stages of the language (Dobson 1968: 977-
978), but to /n/: the form gnaw, for example, is pronounced /nO:/ in late Modern English.
Indeed, Jespersen has referred to initial gn- as a ‘consonant group’ which has become
‘lightened’ (1994: 4), while other linguists have examined the reduction of initial kn and gn
to /n/, e.g. Kökeritz (1945), Dobson (1968), and Lutz (1992). A distinction must therefore be
maintained between the synchronic and the diachronic status of these markers.
As seen above, it is possible to bring into focus relations between certain members of the
class of ‘gn- words’ and ‘gVn(-) words’ which would otherwise remain unobserved or appear
fortuitous, by adopting a more abstract representation of these classes. This is accomplished
by setting up underlying lexical schemas, e.g. G9VC(-) and GV9(-), remembering that
different phonetic and phonological constraints (initial consonant reduction, vowel length,
diphthonging, absence of a final consonant, variations due to rhoticity, etc.) apply to their
respective realizations. One such relation is that between ‘gn- words’ and ‘gVn(-) words’
denoting jaw-related phenomena (mastication, manducation, manners of speaking, expressive
gestures, etc.). Two schemas are involved here: G9VC(-), as in gnathic (adj.) ‘of or
pertaining to the jaws’, and GV9(-), as in genial (adj.
2
in OED) in the anatomical sense of ‘of 132 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
or pertaining to the chin’. The ‘gn- words’ of Anglo-Saxon stock concerned, most of which
are probably late analogical innovations, are often described as ‘onomatopœic’ and are of
uncertain etymology. They may be assumed to continue Proto-Germanic *gn- roots’, the
Indo-European forms of which are usually given as ‘hypothetical’, e.g. *gh(e)n- > ProtoGerm. *gnagan (> OE gnagan > Mod. Eng. gnaw, Watkins 2000: 29).
It should be noted that <gn-> must, in certain circumstances, be analysed in conjunction
with the sublexical marker <kn->, represented semiologically by kn-, which is also realized
as /n/ in Late Modern English (e.g. knee: /ni:/). This is because certain English ‘kn- words’
continue *gn- clusters in PIE, e.g. knee < OE cnēo < Germanic *knewam < PIE *ĝneu-, base
II of *ĝenu- ‘knee’. This root is also continued in English, via Latin, by genuflect, reflecting
the lexical schema GV9(-), but additionally by knop ‘the rounded protuberance formed by
the front of the knee or the elbow-joint’ and knuckle (< Germ. *knapp- and *knukrespectively), both of which appear to derive from, or at least to be modelled on, the
hypothetical *g(e)n-.
As previously mentioned, the phonetic realization of G in the lexical schema G9VC(-)
may not be instantiated in a given state of the language, due to the consequences of phonetic
change. In ‘gn- words’ of Anglo-Saxon origin, for instance, the devoicing and eventual loss
of the word-initial voiced velar occlusive appears to have begun during the Middle English
period, judging by the dates of the earliest attestations provided by OED. For instance, gnat
(< OE gnæt(t)), one of the rare ‘gn- words’ of Old and Middle English not to have undergone
s- accretion (Philps 2003), was spelt knatt(e) in the course of the 14
th
century. This reduction
affected educated speech as early as the 16
th
century, according to Dobson:
Initial [gn] had two developments which affected educated speech in the sixteenth and
seventeenth centuries. In the first the [g] was lost by a direct process of assimilation to [n] […]. In
the second, [gn] by dissimilation becomes [kn] […]; thereafter it develops with original knthrough [χn] and [hn] to [n∗] and [n]. (1968: 977-8)
To exemplify the first development ([gn] > [n]), Dobson quotes sources of the period
(‘homophone’ pairings, etc.) which suggest that gnash had become nash, gnat > nat, and
gnaw > naw, while the second development ([gn] > [kn] > [n]) is testified to by lists or
pairings including gnat > knat and gnaw > knaw.
4. Core invariance and English <gn->
One consequence of the phonotactically-driven reduction of /gn/ to /n/ for the diachronic
analysis of <gn-> is that, contrary to <n> in <sn->, <n> in <gn-> cannot be analysed as a
core invariant, since gnag, knag, and nag, for example, are diachronic evolutions of the same
word, whereas sneeze and neeze, for instance, are different words (sneeze is first attested
c1493 as replacing OE fnese, while neeze, from ON hnjósa, is attested earlier, c1340,
indicating that it is not the result of consonant reduction affecting sn-). Hence phonosemantic
gn-/kn-/øn- alternation cannot be equated with phonosemantic sn-/øn- alternation. Also, there
is no ‘*g-mobile’ alternation in Indo-European comparable to the morphophonological ‘*smobile’ alternation on which the phonosemantic sn-/øn- ‘doublets’ in English (sniff / niff,
etc.) and other Germanic languages are modelled (Southern 1999: 70-71). Phonosemantic Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
133
‘doublets’ such as gnar(r) (v., dial.) ‘to snarl, growl’ / narr (v., dial.) ‘of a dog: to snarl,
growl’ must therefore have a different structural origin.
In fig. 5 below, I have set up a class of ten lexical items (‘gVC(-) words’), based on the
heuristic criteria that all correspond to the lexical schema GVC(-) subsuming GV9(-), and
that all have meanings referring to jaw-related phenomena in either their nominal or their
verbal uses, or both: parts of the anatomy (mouth, teeth, jaws, chin, gums…), expressive
facial activities (opening the mouth, showing the teeth, gaping…), functional activities
(biting, swallowing, breathing…), etc., in human and non-human animates. Within this class,
three items correspond to the schema GV9(-): gan, gen and gen(-) in genial, while the others
correspond respectively to GVB(-) (gob), GVL(-) (gill), GVM(-) (gam, gum), GVP(-) (gape),
and GVR(-) (gur- in gurgitate). Given that the invariant segment in this class appears to be
G-, since -V- and -C- are both variables, I will hypothesize that G- functions as a core
invariant (<g>) here, as it corresponds to the smallest structural unit within the class of
‘gVC(-) words’ in fig. 5 to which the jaw-related notional domain common to all its members
may be attributed.
Support for this analysis is provided indirectly by the fact that substituting other possible
consonants for g- in the class of ‘gVn(-) words’ (e.g. : p-: pen, t-: tan, l-: line, m-: man, etc.),
does not allow one to identify a common notional domain other than fortuitously (e.g. dental
(adj.) ‘of or pertaining to the teeth…’ (OED) and mental (adj.
2
) ‘pertaining to the chin’
(OED), but tan and pan, den and men, fin and sin, etc.). It can however be seen that much
depends on the criteria used to establish this kind of class. For instance, if a criterion of
semantic identity rather than notional identity were used, it is clear that the meaning of
‘mouth’, ‘the opening in the head of a person or animal through which food is ingested and
vocal sounds emitted’ (gam) and ‘throat’, ‘the front of the neck beneath the chin and above
the collar-bones’ (gan) would not allow these two items to be grouped together on the basis
of semic commonality, unless evidence provided by polysemy were also taken into account
(e.g. gam (n.) ‘large teeth, tusks, the mouth, the lips’), gan (n.) ‘the mouth, the throat, (pl.)
the gums, the jaws’).
‘gVC(-)
words’
Meaning(s) referring to
jaw-related phenomena
(n.)
Meaning(s) referring
to
jaw-related
phenomena
(v.)
Etymology
gam 1. pl. Large teeth, tusks
2. The mouth (OED)
The lips (EDD
II
)
To cause teeth to grow
crooked and
overlapping
each other (EDD
II
)
? (cf. PIE *ĝembh- ‘tooth, nail’)
gan The mouth (OED)
The throat; pl. the
gums, also the jaws
(EDD
II
)
To stare, gaze vacantly
(EDD
II
)
(n.) cf. Sw. (dial.) gan, ‘the inner
part of the mouth, the mouth, the
gill of a fish’ (EDD
II
)
(v.) cf. Sw. (dial.) gana ‘to stand
and wonder at anything’
(EDD
II
),
cf. ON gan ‘yawn; cry’
<PIE *ghehagape The act of opening the
mouth; a yawn (OED)
To open the mouth
wide,
esp. in order to bite or
swallow anything
(OED)
(v.) ON gapa ‘to open the
mouth’
< PIE *ĝheh2i- ‘to yawn, gape’
(AHDIER)
gen Ø To open, gape; grin,
to show the teeth like
OE geonian (ginian) ‘to open the
mouth’ (EDD
II
) < PIE *ĝheh2i- 134 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
Fig. 5: English ‘gVC(-) words’ referring to jaw-related phenomena
Sources: ODEE
169
, OED, EDD, AHDIER
170
, EIEC
171
It may be noted in passing that colloquial and dialect French also has a small number of
etymologically unrelated ‘gn- words’ denoting jaw-related phenomena, in which gn- is
pronounced /J/, e.g. gnaquer (v.) ‘to bite (into)’, gnaques (n. pl.) ‘the teeth (of a dog)’,
gnagne (n.) ‘(large molar) tooth’, gnigue-gnaque (n.) ‘said of the movement of the teeth
when chewing’, and gnac (n.) ‘bite’ (cf. metaphorical uses such as ‘avoir du gnac’ or ‘avoir
la gnaque’), all late, onomatopœic formations. Modern French also has a few ‘gn- words’
whose meanings do not seem to be jaw-related, in which gn- is pronounced /gn/. These are
either borrowings, e.g. from Italian, gnocchi (1864) or, from Hottentot, gnu (1778), or of
Greek and/or Latin origin, e.g. gnome (1583), built to Gk. gnômê, and (also Lat.) gnomon
(1547). This paucity is scarcely surprising since, as Ernout & Meillet state (2001: 278) with
reference to gnārus, gn- was not preserved in Latin, while in Ancient Greek, apart from a few
derivatives, one only finds γνάθος ‘jaw’ (< PIE *ĝenu- ‘jawbone, chin’) and γνάµπτω ‘to
curve, bend’, of uncertain etymology (Chantraine 1999: 230). As for the lexical schema
GV9(-), Modern French has ganache (< Ital. ganascia ‘jaw’) ‘±lower jaw (of a horse)’,
gencive (n.) ‘gum’, and gingival (adj.) ‘relative to the gums’. While ganache appears to be
related to Gk. γνάθος ‘jaw’ (but cf. γένυς ‘jaw’, also derived from PIE *ĝenu- ‘jawbone,
chin’), gencive and gingival can be traced back to Lat. gĭnīva, whose form may display a
trace of reduplication (*gen-g-īua) according to Ernout & Meillet (2001: 275).

169
The Oxford Dictionary of English Etymology (Onions 1966).
170
The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots (Watkins 2000).
171
Encyclopedia of Indo-European Culture (Mallory & Adams 1997).
a dog (EDD
II
) ‘to yawn, gape’ (EIEC)
gen- in
genial
(adj.
2
) Of or pertaining
to the chin (OED)
Ø Gk. genus ‘jaw, chin’
< PIE *ĝenu- ‘jawbone, chin’
(AHDIER)
gill The lower jaw, the flesh
under the chin or ears;
the mouth, throat
(EDD
II
);
the organ of respiration
in
fishes… (OED)
1. To gut or clean (fish)
2. To handle the gills of,
take hold of by the gills
(OED)
(n.) Middle Eng. gile, gill, from
a
Scandinavian source akin to ON
*gil, gill of a fish < Germ. *geliz
< PIE *ghel-unā- ‘jaw’
(AHDIER)
gip The point of the jaw of a
fish (EDD
II
)
To open the mouth for
want of breath (EDD
II
);
to clean (fish) for curing
(OED)
(n.) Compare Sw. (mun) gipa,
corner of the mouth (EDD
II
)
(v.) Origin unknown (OED)
gob The mouth (OED)
A beak (EDD
II
)
To spit (OED) (n.) OF gobe, goube ‘mouthful,
lump’ < gober ‘swallow, gulp’
(? < Celt. *gobbo ‘mouth, beak’,
whence prob. Sc. and north.
Eng. gob mouth, ODEE)
gum The firm fleshy
integument of the jaws
and bases of the teeth
(OED)
To deepen and enlarge
the spaces between the
teeth of (a worn saw)
(OED)
OE gōma ‘palate, jaw’
< Germ. gō-ma
< PIE *ĝhēu- ‘to yawn, gape’
(AHDIER)
gur- in
gurgitate
(gurgitation)
‘swallowing;
guzzling’ (OED)
To swallow greedily or
immoderately (OED)
Lat. gurges ‘throat’ < PIE*g
w
r¥-
g-
< *g
w
erh3- ‘to swallow’
(AHDIER) Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
135

5. Core invariance in Proto-Indo-European
As seen above, data furnished by EDD and OED provide evidence of a notional link
between the class of ‘gn- words’ denoting jaw-related phenomena such as mastication (e.g.
gnaw), manducation (e.g. gnip), manners of speaking (e.g. gnap) and expressive gestures
with bared teeth (e.g. gnarl) and that of ‘gVn(-) words’ denoting jaw-related phenomena. In
the lexical schema underlying the ‘gn- words’ in fig. 1, i.e. G9VC(-), G9- has been identified
as a core invariant, while in that underlying the ‘gVn(-) words’ in fig. 5, i.e. GV9(-), G-
seems to function as a core invariant. Now if one accepts Benveniste’s reconstruction of the
canonical form of the IE root as C1eC2 with two alternating thèmes or ‘bases’ (1935: 170),
then it becomes apparent that English ‘gVn(-) words’ denoting jaw-related phenomena are
modelled on base I (full grade) of the root (*CVC-), while ‘gn- words’ referring to the same
notional domain are modelled on base II (zero grade, *CCV-). Also, the derivatives of one
and the same PIE root form may be represented by both schemas in English, e.g. GV9(-) in
genial ‘of or pertaining to the chin’, and G9VC(-) in gnathic ‘of or pertaining to the jaws’
(OED), both reflexes of *ĝenu- ‘jawbone, chin’, via Greek γένειον ‘chin’ and γνάθος ‘jaw’
respectively.
Furthermore, according to one of the principles set out in Grimm’s Law, initial /g/
devoices to /k/ between Indo-European and Proto-Germanic (Szemerényi 1999: 17), while
normally remaining voiced in Latin and Greek (Beekes 1995: 110). This helps to explain
why the two lexical schemas corresponding to PIE *ĝenu- ‘knee’, namely GV9(-) (base I)
and G9VC(-) (base II), are in complementary distribution in Eng. genuflexion (n.) and knee
(n.): whereas the former continues, via late Latin, the GV9(-) base I schema, the latter
continues, via Germanic, the G9VC(-) base II schema, becoming K9VC(-) in Late Modern
English.
Now there is structural evidence in PIE which suggests that in certain ‘root doublets’, the
consonant occupying the C1 slot in the canonical root structure C1eC2 functions as a core
invariant, and C2 as a variable. This evidence comes in two forms. The first of these is rootfinal *-r-/*-l- alternation (Benveniste 1964: 25) that does not correlate with a change in the
underlying notion conveyed by the root, as in *gal-/*gar- ‘to call, shout’, *ĝhel-/*ĝher- ‘to
shine’, *ghel-/*gher- ‘to call (out)’, *pel-/*per- ‘to strike’, *(s)kel-/*(s)ker- ‘to cut’, *wel-
/*wer- ‘to turn’, etc., while the second is root-final voiced/voiceless alternation that, like *-r-
/*-l- alternation, does not correlate with a change in the underlying notion, e.g. *peig-/*peik-
‘to cut, mark’, or *ĝebh-/*ĝeph- ‘jaw, ±eat’, etc.
If the consonants occupying the C1 slot in the abovementioned PIE ‘root doublets’ with
initial *ĝh-, *gh-, *ĝ- or *g- function as core invariants, and those occupying the C2 slot (*-r-
/*-l-, *-g-/*-k-, *-bh-/*-ph-) as variables, then it is conceivable that the root-final consonants
in other roots with initial *gh-, *ĝh-, *ĝ- or *g- whose derivatives denote jaw-related
phenomena also function as variables, since they too enter into a relation of alternation which
does not correlate with a change in the underlying notion conveyed by the root. Examples
include *ĝembh- ‘tooth, nail’ (> Eng. comb), *ĝheh2i- ‘to yawn, gape’ (> Eng. gape), *ghelunā- ‘jaw’ (> Eng. gill), the hypothetical roots *g(e)n- ‘to compress into a ball’ (> Eng.
gnarl) and *gh(e)n- ‘to gnaw’ (> Eng. gnaw), *ĝenu- ‘jawbone, chin’ (> Eng. gnathic), and
*gheha(u)-mr- ‘interior of mouth (e.g. gums, palate)’ (> OE gōma ‘inside of mouth or throat’,
Mod. Eng. gum). 136 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
6. Conclusion: submorphemic iconicity in English ‘gn- words’
To account for the dyadic relation {<gn->, /jaw-related phenomena/} that can be traced
back, through Germanic or Hellenic, to Proto-Indo-European, two types of explanation are
possible. One holds that since the linguistic sign has no natural connection with the referent,
acquiring its value solely as a result of the differential, language-internal relations it
maintains simultaneously with other, like signs in the system, it is senseless to identify
possible links between the extralinguistic and the linguistic: as conceived by Saussure, the
linguistic sign is, by definition, arbitrary. A second type of explanation has it that the sign has
become arbitrary, implying that it enjoyed, at some emergent stage in the evolution of
language, a partly natural relation with the extralinguistic. Of course, this stance has its
problems, insofar as it is neither demonstrable nor falsifiable; furthermore, much depends on
what is meant, exactly, by ‘natural’. Whatever the case, the hypothesis proposed below
provides a possible account of this relation.
The sublexical marker <g> assumed to function as a core invariant in the C1 slot of the
above-mentioned PIE ‘root doublets’ and other roots with initial *gh-, *ĝh-, *ĝ-, or *g-
whose derivatives have meanings referring to jaw-related phenomena such as sound
articulation, mastication and manducation, is realized phonetically as a voiced velar
occlusive, whether aspirated, e.g. *gh- in *gh(e)n- ‘to gnaw’, aspirated and palatalized, e.g.
ĝh- in *ĝheh2i- ‘to yawn, gape’, palatalized, e.g. *ĝ- in *ĝenu- ‘jawbone, chin’, or not, e.g.
*g- in *geh1i- ‘to sing’.
By reanalysing this root-initial occlusive as a gesture of occlusion (Browman & Goldstein
1992: 156), and hypothesizing that it originally served, because of its occlusive quality, as an
articulatory unit around which forms with meanings related to the goal-orientated, occlusive
(open-close) mandibular movements involved in oral activities such as gnawing and
primitive calling could be constructed, we may trace it back to a possible scenario of the
emergence of human speech similar to that described by MacNeilage in his “Frame-Content
Theory” (1998, cf. also MacNeilage 2008: Part V). MacNeilage sees the open-close
mandibular cycle as the main articulatory ‘building block’ of speech production, and the
evolution of the open-close alternation of the mouth for purposes of speech as “the tinkering
of an already available motor cyclicity into use as a general purpose carrier wave for timeextended message production.” (1998: 506).
In other words, I posit that the naturally occlusive properties of the various phonetic
realizations of <g> originally endowed it with the capacity to refer back to the jaws, both
metonymically―the (articulated) sound for the articulators―and iconically, in that the sign
thus created partakes in the character of its object (Peirce 1991: 251). Evidence from IndoEuropean languages suggests that this putative self-referential capacity may have been
extended, again by metonymical association (part/whole, interior/exterior, contiguity, etc.), to
signs denoting the jaw’s physiological environment (chin, mouth, cheeks, teeth, gums,
palate…), its movements (biting, gnawing, eating, swallowing…), and its expressive
connotations (to gape [‘an open-mouthed stare’], to gaze [to stare (at)], to stare [‘to gaze
fixedly and with eyes wide open]…), etc. The evolution of occlusions from the non linguistic
to the linguistic, via the prelinguistic, may be modelled schematically as follows: Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
137
A. NON LINGUISTIC OCCLUSIONS
(Mandibular open-close cycles, notably for purposes of nutrition
and non verbal communication)
B. PRELINGUISTIC OCCLUSIVE SOUNDS
(Sound gestures produced by mandibular open-close movements to stand iconically and
metonymically for open-close actions linked to nutrition, such as gnawing, and those linked to facial
expression of the emotions, such as gnashing the teeth, as well as for the articulators involved)
C. LINGUISTIC SIGNS BUILT TO OCCLUSIVE SOUNDS
FUNCTIONING AS CORE INVARIANTS
(Fully linguistic signs formed by syllabogenesis (C- > CV- / -VC) and subsequent morphogenesis
(CV- > CVC / CVCV, etc.) for purposes of denoting, in speech,
actions linked to nutrition and to facial expression of the emotions)
D. DEMOTIVATION OF OCCLUSIVES
(Due in part to pragmatic/discourse factors such as usage and frequency, and in part to the drift
of the underlying system towards the arbitrary (phonetic change, grammaticalisation, semantic
change, etc.), the original, physical component of the meaning of the signs formed at stage C. begins
to be ‘bleached out’, thus allowing these signs space to take on a new sense referring to, e.g., a
manner of articulating speech rather than the act of articulating itself)
NB: = direction of evolution through time
Fig. 6: Modelling the emergence and evolution of the sign
Hence, several millennia later, the meanings of English ‘gn-’ and ‘gVn(-)’ words referring
to jaw-related phenomena (and also words having undergone affrication such as jowl, < OE
cēafl ‘jaw, cheek’ < Germ. *kēfalaz < PIE *ĝebh-/*ĝeph- ‘jaw, ±eat’ and chin, < OE cin(n) <
Germ. *kinnuz < PIE *ĝenu- ‘jawbone, chin’) would to some extent be predetermined by this
causally based, self-referential capacity. However, this does not imply that such a possibility
is necessarily materialized in any language, or that any realization of <g>, irrespective of its
position, must actualize this potential. In Indo-European, for instance, *-ĝh- may function as
a root extension (e.g. *bhelĝh- ‘to swell’ < *bhel-, Rix et al. 2001: 73-74), irrespective of the
notion conveyed by the root in which it occurs.
While reconciling these two types of explanation appears impossible, it may nevertheless
be adduced that whereas English ‘gn- words’ and ‘gVn(-) words’ with jaw-related meanings
are arbitrary at the morphemic level, they may be partially non-arbitrary at the submorphemic
level. This would be so if the words in question were construed as being built to a core
invariant (<g>) which originally possessed an inherent, self-referential value that gradually
became more and more arbitrary as linguistic processes such as phonetic change (recall that 138 Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
/g/ in words beginning with gn- is no longer realized phonetically in Late Modern English)
and structural evolution (gn- no longer appears to be functionally divisible in English)
modified the original, semiogenetic conditions of the transformation of the sign from
prelinguistic to linguistic status. If this postulate is admitted, then it may be concluded that a
trace of submorphemic iconicity persists in English ‘gn-’ and ‘gVn(-)’ words denoting jawrelated phenomena.
References
BEEKES, Robert S. P., 1995. Comparative Indo-European Linguistics. An Introduction.
Amsterdam / Philadelphia: John Benjamins.
BENVENISTE, Émile, 1964 [1939]. « Répartition des consonnes et phonologie du mot ». In
Études phonologiques dédiées à la mémoire de M. le Prince 9. S. Trubetzkoy.
Alabama: University of Alabama Press, 27-35.
BERGEN, Benjamin K., 2004. “The psychological reality of phonæsthemes”. Language 80
(2), 290-311.
BLOOMFILED, Leonard, 1933. Language. London: Allen & Unwin.
BOLINGER, Dwight L., 1949. “The sign is not arbitrary”. Boletín del Instituto Caro y Cuervo
5, 52-62.
---, 1950. “Rime, assonance and morpheme analysis”. Word 6 (2), 117-136.
BOTTINEAU, Didier, 2003. « Iconicité, théorie du signe et typologie des langues ». In Le mot
comme signe et comme image : lieux et enjeux de l’iconicité linguistique, Cahiers de
linguistique analogique 1, Philippe Monneret (Ed.). Dijon: ABELL, 209-228.
BROWMAN, Catherine P., & GOLDSTEIN, Louis M., 1992. “Articulatory phonology: an
overview”. Phonetica 49, 155-180.
CHANTRAINE, Pierre, 1999 [1968]. Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Paris:
Klincksieck.
CRYSTAL, David, 2003. A Dictionary of Linguistics & Phonetics, 5
th
edition. Oxford:
Blackwell.
CULIOLI, Antoine, 1990. Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et
représentations, vol. 1. Gap: Ophrys.
DOBSON, Eric J., 1968 [1957]. English Pronunciation 1500-1700, 2
nd
edition, 2 vols. Oxford:
Clarendon.
ERNOUT, Alfred, & MEILLET, Antoine, 2001 [1932]. Dictionnaire étymologique de la langue
latine. Reprint of the revised 4
th
edition. Paris: Klincksieck.
FIRTH, John R., 1930. Speech. London: Ernest Benn.
GUILLAUME, Gustave, 1964. Langage et science du langage. Paris: A.-G. Nizet / Quebec:
Les Presses de l’Université Laval.
---, 1984. Foundations for a Science of Language (translated by W. Hirtle and J. Hewson).
Current Issues in Linguistic Theory, vol. 31. Amsterdam: John Benjamins.
HIRTLE, Walter, 2007. Language in the Mind. An Introduction to Guillaume’s Theory.
Montreal: McGill-Queen’s University Press. Lexis 2 : « Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale »
© Lexis 2008
139
JESPERSEN, Otto, 1994 [1905]. Growth and Structure of the English Language, 10
th
edition.
Oxford: Blackwell.
KÖKERITZ, Helge, 1945. “The reduction of initial kn and gn in English”. Language 21 (2),
77-86.
LADEFOGED, Peter, 2005. Vowels and Consonants. 2
nd
edition. Oxford: Blackwell.
LUTZ, Angelika, 1992. “Lexical and morphological consequences of phonotactic change in
the history of English”. In History of Englishes: 9ew Methods and Interpretations in
Historical Linguistics, Matti Rissanen, Ossi Ihalainen, Terrtu Nevalainen, & Irma
Taavitsainen (Eds.). Berlin / New York: Mouton de Gruyter, 156-166.
MACNEILAGE, Peter F., 1998. “The frame/content theory of evolution of speech production”.
Behavioral and Brain Sciences 21, 499-546.
---, 2008. The Origin of Speech. Oxford: Oxford University Press.
MALLORY, James P., & ADAMS, Douglas Q. (Eds.), 1997. Encyclopedia of Indo-European
Culture. London and Chicago: Fitzroy Dearborn.
ONIONS, Charles T. (Ed.), 1966. The Oxford Dictionary of English Etymology. Oxford:
Clarendon Press.
PEIRCE, Charles S., (1991 [1906]). “Prolegomena to an apology for pragmaticism”. In Peirce
on Signs, J. Hoopes (Ed.). Chapel Hill: The University of North Carolina Press, 249-
252.
PHILPS, Dennis, 2002. « Le concept de ‘marqueur sub-lexical’ et la notion d’invariant
sémantique ». In La notion d’invariant sémantique, P. Larrivée (Ed.). Travaux de
linguistique 45, 103-123.

 

 

 

 

Société de Linguistique de Paris XCVIII (1), 163-196.
POKORNY, Julius, 1959. Indogermanisches etymologisches Wörterbuch, 2 vols. Bern and
Munich: Franke.
RIX, Helmut (Ed.), KÜMMEL, Martin, ZEHNDER, Thomas, LIPP, Reiner & SCHIRMER, Brigitte,
2001. Lexikon der indogermanischen Verben. Wiesbaden: Reichert.
SOUTHERN, Mark R. V., 1999. Sub-Grammatical Survival: Indo-European s- mobile and its
Regeneration in Germanic. Washington DC: JIES 34 / Institute for the Study of Man.
SZEMERÉNYI, Oswald J. L., 1999. Introduction to Indo-European Linguistics. Oxford:
Oxford University Press.
TRASK, R. L., 1996. A Dictionary of Phonetics and Phonology. London: Routledge.
WATKINS, Calvert, 2000. The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots, 2
nd
edition. Boston: Houghton Mifflin.
WRIGHT, Joseph (Ed.), 1898-1905. The English Dialect Dictionary, vols. I-VI. London: H.
Frowde.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 13/11/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site