Babel la dispersion des langues

Le mythe de Babel ou l'origine des langues

 

 

 

 

Au début, "Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots" Genèse 11. Dans la genèse Dieu ordonne aux hommes comme aux animaux et aux végétaux de se disperser à la surface de la terre. Hors, les hommes veulent construire la ville de Babel pour ne pas être dispersés à la surface de la terre. Mais cela allant à l'encontre des dessins de Dieu, Dieu mélange les langages pour que cette dispersion est lieu : "Allons descendons, et là confondons leur langage, afin qu'ils n'entendent plus la langue les uns des autres." Genèse 11

A partir de ce moment, les hommes vont s'éloigner les uns des autres pour peupler l'ensemble de la terre. Actuellement, on connaît environ 3000 langues parlées différentes dont certaines concernent des populations inférieures à 100 individus et d'autres peuvent être connues de plusieurs dizaine de millions.

L'idée biblique d'une origine commune aux différentes langues est une idée polémiquée au sein des écoles linguistiques. En particulier Merritt Ruhlen dans son ouvrage "l'origine des langues" cherche à démontrer que les langues viennent toutes d'une souche unique le Proto Sapiens qui se sépare en Africains et Non-africains, les langues Non africains sont elles mêmes éclatées en Asiatique du sud-est et pacifiques et en Eurasiennes… Cette thèse est élaborée par la recherche de points communs entre des différentes proto-langues.

L'élaboration des proto-langues se fait par comparaison des mots et des concepts entre les différentes langues. Cette comparaison permet de déterminer des racines communes (son / concept).

Ces rapprochements prennent en compte les dérives sémantiques et phonétiques.

Par exemple sur le mot commun AQ'WA commun à toutes les langues pour nommer ce qui est en rapport avec l'eau, les concepts ont pu évoluer : En Khoisan : Kau = pleuvoir, K''a = boire…; En Nilo-saharien : Kwe = eau; En afro-asiatique : Kaffa = eau, aqwa = gouttes d'eau; En ido-européen : aqua = eau, ahwa = rivière (gotique); En japonais : AKA = eau de cale; En Ainou : wakka = boire; En caucasien : -aq- = sucer, téter; En amérindien : oko = eau, aqa = eau…

Plus on s'éloigne des langues réelles en remontant par comparaison dans les langues théoriques que sont les proto-langues, plus le vocabulaire commun diminue.

Dans l'ouvrage de Merritt Rublen, il apparaît que les mots communs sont des mots plutôt utilitaires :

AJA = mère, parent féminin plus âgée ; pas d'équivalent indo-européen; BU(K)KA = genou, courber ; Bow = arc anglais, Bog = mou irlandais, Bhugna = Courbé sanskrit; BUR = Cendres, poussière ; pas d'équivalent indo-européen; CUN(G)A = nez, sentir ; Snus = reniflement suédois, Snau = museau allemand, Sniff = Renifler Balte; KAMA = Ternir la main ; gemo= prendre à deux mains arménien, gemel = entraves germanique; KANO = Bras ; pas d'équivalent indo-européen; KATI = Os ; Kosti = côte slave, Costa = Côte latin, Kost = Côte russe; K'OLO = Trou ; Kulo = cachette, partie arrière, Culus = fesses anus latin…; KU(N) = Qui ; Qui, que quoi… langues latines; KUNA = Femme ; Kana = épouse lydien, Wana = déesse, sanscrit, Queen = Reine anglais; MAKO = Enfant ; maghu = jeune garçon en iranien, macc = fils irlandais; MALIQ'A = Sucer, téter, poitrine… amélgô = traire latin, mlicht = lait irlandais; MANA = Rester sur place ; man = traîner sanscrit, manere = rester latin; MANO = Homme ; manu = homme sanscrit, man = homme anglais; MENA = Peser à ; men = esprit latin, munan = penser gotique; MI = Quoi ; ma-si-s = combien hittite, ma = si breton; PAL = Deux ; Palman = moitié sanscrit, pol = moitié russe; PAR = Voler dans les airs ; Parna = plume sanscrit, Pero = voler saxon; POKO = Bras ; Bahu = bras indien, pakhus = coude grec, bog = bras anglais; PUTI = Vulve ; Puta = langues latines; TEKU = Jambe, pied ; pas d'équivalent indo-européen; TIK = Doigt ; Dix, toe = orteil angalis; TIKA = Terre ; Teekan = terre indien...

Cette étude a été comparée à une autre étude portant sur les génomes des populations et il y a un recouvrement assez précis entre les grandes catégories de génomes et la répartition des langues à la surface de la terre. Les langues suivent les migrations de population et en sont une caractéristique au même titre que leurs héritages génétiques. Cette divergence depuis une langue originelle africaine sœur de toutes les langues a permis de créer environ 3000 langues connues à la surface de la terre.  L'apparition de nouvelles langues est du au phénomène d'éloignement dans le temps et dans l'espace. Comme il faut nommer pour créer, chaque tribu, chaque peuple dans sa solitude a du créer un nouveau vocabulaire correspondant à son évolution.

La création de nouveau vocabulaire répond aux besoins conceptuels de nommage : chaque métier invente ses mots de métiers; chaque technique, ses mots de techniques; chaque contexte, ses mots de contexte… par exemple il y a plus de vingt mots différents pour nommer la neige dans la langue des Inuits aucun dans la plus part des langues africaines.

La création d'une langue peut être extrêmement rapide, par exemple la Taki Taki parlé sur le Maroni entre la Guyanne et le Surinam, c'est créé en moins de 50 ans par des esclaves auto-libérés à partir d'une grammaire africaine et des mots issus de la langue des maîtres anglais, français, hollandais.

Cette évolution est très rapide, il y a par exemple des différences de vocabulaire en Vietnamien entre le parler de ceux qui sont partis dans les années 60 et le parler actuel du pays. Des mots ont disparu, d'autres ont changé de sens, d'autres enfin ont été créés pour répondre aux besoins de nommage.

Cette richesse est-elle entrain de disparaître au profil de quelques grandes langues dominantes ?

Le souhait de partager les richesses matérielles et les technologies de la communication et qui rapprochent les hommes dans le temps et dans l'espace ne sont-elles pas entrain d'imposer une langue dominante ?

En un mot, le monde étant peupler, la diversité des langues a-t-elle encore un sens ?

La réflexion sur les langues n'a été qu'une longue série d'utopies, de la recherche de la langue parfaite origine de toutes langues, à la création de langue a priori construite ex nihilo, en passant par des reconstructions mixtes comme l'Espéranto ou des recherches de langues intermédiaires qui pourrait servir de pivot lors des traductions automatiques… A ce sujet nous ne pouvons que recommander la lecture du livre d'Umberto Eco "la recherche de la langue parfaite"

 

Les différentes approches dans la communication

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×